Caroline Lardy, Nathalie Ponsard : Les coulisses de l’enquête orale. (2/3)

Autour de l’article « À la périphérie de l’usine des Ancizes, une enquête à la croisée de l’histoire orale et de l’anthropologie filmique », Le Mouvement social, n°274, janvier-mars 2021, p. 95-117 [En ligne].

Les deux auteures de l’article exposent dans cette série de billets les outils et la fabrique d’une enquête orale sur une usine en milieu rural.


3. Le réseau des informateurs et des interlocuteurs

Ce schéma met en lumière la constitution progressive de l’échantillonnage selon la technique de « la boule de neige » explicitée par Yves Lequin et Jean Métral (« À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraités de Givor s», Annales ESC, 1980, p. 149-166).

Noms des interlocuteurs cités dans le cadre de l’article ou des billets du carnet

NomDate de naissanceProfessionLieu de travail
Gilles V. 1956 ajusteur-paysanforge et service d’entretien mécanique
Georges P.
1928ouvrier-paysanlaminoir
Bernard G.1939ajusteuratelier d’usinage et laboratoire de physique
François M.1946ajusteuraciérie, laboratoire de physique et atelier de métalloscopie
Alain G.1974métallier-soudeurforge à chaud
Étienne B.1946ajusteurfonderie et laboratoire de physique
Bernard L.1946technicienlaboratoire, fonderie
Paul G.1952soudeurfonderie
Kabbour T.1952ouvrierservice de traitement technique
Louis R.1966technicien en électronique et informatiqueservice de maintenance élaboration spéciale
Gérard S.1951oxoleuraciérie et service de maintenance ; militant syndical
Christian D.1961ingénieurlaboratoire de recherche et développement
Alain S.1955ajusteurfonderie et laboratoire de contrôle des pièces

4. Premières analyses

Rôle des informateurs dans l’élaboration du corpus

Un regard critique s’impose sur le rôle des informateurs dans la constitution du corpus. En effet, issus du territoire, ils nous orientent vers des individus appartenant à leurs réseaux de relations familiales, amicales et/ou sportives. Rétrospectivement, ce choix s’avère important dans la mesure où il a permis d’entrer dans le monde diversifié des travailleurs de l’usine, de ne pas nous limiter à un espace de travail particulier ou à une catégorie professionnelle spécifique et d’éviter le cercle restreint de militants syndicaux ou d’éventuels porteurs de mémoire.

Aux côtés des informateurs, certains enquêtés sont devenus « des personnes ressources » qui ont facilité la rencontre avec des ouvriers, ayant notamment maintenu des liens avec le monde agricole. Ainsi, à ce jour, notre corpus est composé de retraités et actifs aux profils contrastés : de l’ouvrier rebelle à l’ouvrier militant, de l’ouvrier fier d’avoir excellé dans la technicité de son travail jusqu’à l’ingénieur, de l’ouvrier/paysan à l’ouvrier en quête d’autonomie. Il est marqué par une ouverture générationnelle, propice à l’étude de l’évolution de la culture d’entreprise et des mutations des pratiques managériales. Il rassemble des ouvriers provenant de familles de paysans qui parfois avaient déjà travaillé dans l’usine dans une forme de « double activité ». Il offre un aperçu de divers ateliers et une première familiarisation avec l’espace usinier à travers des récits décrivant des lieux et des techniques, tels que la fonderie, le laminoir, la forge, l’usinage et les services de maintenance. Il apporte des données sur la formation dispensée par le centre d’apprentissage de l’usine Aubert et Duval, ou « sur le tas » après l’obtention d’un CAP. Les parcours sont donc diversifiés et les grades aussi (ouvriers spécialisés, ouvriers qualifiés, techniciens assimilés cadre, ingénieur de recherche). Une minorité a fait le choix de travailler le week-end, ce qui suscite interrogation sur sa signification et tout particulièrement nous conduit vers une réflexion sur la double activité. À l’exception d’un travailleur immigré, qui a vécu dans les cités proches de l’usine, les autres personnes interrogées occupent des habitats individuels. La maison ainsi que le jardin attenant sont sources de fierté : c’est un large espace privé qui permet de réinvestir des savoir-faire acquis au cours de la vie professionnelle dans des activités de bricolage ou d’en adopter d’autres comme le jardinage ou certaines pratiques de sociabilité.

Critique des témoignages

Comparativement aux entretiens menés dans le monde ouvrier militant1, ces personnes n’ont pas l’habitude de parler aussi longuement de leur parcours professionnel par peur de lasser leurs camarades ou d’avoir un discours trop technique ou trop compliqué. Ainsi, notre présence joue un rôle dans la construction d’un discours sur leur mémoire professionnelle et leur perception. Nous échappons à l’écueil de la pré-construction. En effet, nous sommes le plus souvent face à des personnes qui, surtout au début de l’entretien, répondent de manière plutôt succincte, voire évasive. Il ressort de nos analyses le constat d’une modestie ou d’une réserve de la part des personnes rencontrées, qui contraste avec l’intérêt que suscite le récit de leur expérience professionnelle à l’usine. Sans doute aussi, cette attitude peut s’interpréter comme une faible conscience de la valeur testimoniale ou patrimoniale de la culture ouvrière et/ou paysanne. Ainsi, au-delà de la trame du guide semi-directif, notre conduite d’entretien repose sur une pratique de la relance pour faire préciser et approfondir des perceptions et/ou des faits. Il s’agit de rebondir sur les mots utilisés par les individus pour être sûr d’en comprendre la signification immédiate et leur profondeur. Si des questions sont posées pour amorcer le dialogue, elles tâchent de ne pas influencer les réponses. Elles sont ouvertes et sont d’ailleurs comprises de manière différente selon les individus et les contextes. Sans vouloir importuner le discours en marche, il s’agit aussi de faire préciser les dates cruciales (relatives au temps de formation, à la première journée à l’usine, aux dates d’entrée et de sortie d’un atelier à l’autre) pour pouvoir retracer le parcours professionnel.

Au premier visionnage, les entretiens que nous avons menés se présentent comme des ensembles kaléidoscopiques : certains individus se sont focalisés sur leur trajectoire professionnelle et l’acquisition de savoirs techniques, tout en dissimulant leur personnalité ; d’autres ne souhaitent pas – apparemment – s’exprimer longuement sur leurs conditions de travail. Par contre, ils évoquent les ambiances des ateliers et les formes de solidarité qui les conduisent à parler des commensalités ordinaires ou ponctuelles, voire de mouvements de grèves avec émotion et/ou exaltation, même s’ils n’étaient pas syndiqués. D’autres personnes filmées refoulent dans un premier temps les souvenirs liés à l’exploitation agricole familiale pour affirmer un sentiment d’appartenance au monde industriel, facteur d’émancipation du monde agricole.

5. Conception et structuration des données sur support numérique

Le support numérique MétalloCorpus participe de la structuration des données, de la confrontation des sources et de leur transmission. Nous avons choisi d’accéder aux documents selon plusieurs modes, tels que la localisation géographique, les interlocuteurs, les supports, des thèmes et des mots clés, ce qui procure à l’usager une certaine liberté dans l’exploration de données qui se recoupent entre elles ou se consultent séparément les unes des autres. Les cinq rubriques thématiques : « Apprendre et transmettre le métier », « De la terre à l’usine et de l’usine à la terre », « Sociabilités et loisirs », « Corps, matière, matériaux », « Ordre et désordres à l’usine » recouvrent l’ensemble du projet, mais permettent aussi d’organiser et de croiser les extraits d’entretiens et les documents connexes.

La qualité de la collaboration avec un webdesigner2, concepteur technique du site, s’est révélée cruciale. Son rôle a consisté à rendre le contenant à même de produire du contenu. Le site conçu à partir du logiciel WordPress devait être capable de prendre en charge la totalité des données organisées ultérieurement par le reste de l’équipe. La consultation sur le site est certes une matière « prémâchée » du travail de recherche documentaire, mais une matière qui n’est toutefois pas « digérée ». Il s’agit en définitive de donner du sens à la navigation. Ce principe ne peut être assimilé à celui que l’on est susceptible de rencontrer dans le cadre d’un web documentaire dont le procédé tend davantage à orienter l’usager dans un itinéraire de consultation. MétalloCorpus n’est pas un parcours pré-tracé. Il ne pré-décide pas de la destinée des discours des personnes interrogées. Il met en évidence des trajectoires de vies discordantes, contrastées ou convergentes. Il permet l’accès à des ressources variées (entretiens, audio ou filmés, notices explicatives, cartes, photographies, etc.). Il produit une autre forme d’appréhension des données en laissant l’usager, unique arbitre des savoirs mis à sa portée.

À géométrie modulable, la plateforme offre, d’ores et déjà, l’occasion de lire des portraits de nos interlocuteurs, qui révèlent comment chaque individu fait le récit de son itinéraire professionnel, des conditions de travail dans les ateliers et de son rapport à l’usine et au territoire rural des Combrailles3. Elle fournit également un panel de notices fondées sur des recherches menées – entre autres – aux Archives départementales du Puy-de-Dôme. Créées par nos deux collègues4, elles procurent de nombreuses connaissances liées aux thèmes apparus lors des entretiens. Elles viennent documenter et/ou compléter des informations écrites, orales et iconographiques. Elles complètent aussi le caractère parfois subjectif et/ou approximatif de certains éléments fournis par les interlocuteurs rencontrés. Elles ont l’avantage de croiser et de confirmer des hypothèses ou des faits mentionnés dans les entretiens. Autrement dit, elles participent à la critique historique.

On trouve également de courtes notices qui accompagnent une série de clichés ou de cartes postales décrivant l’environnement matériel et naturel de l’usine et des communes alentour. Des photographies de plaques funéraires, prises dans quatre cimetières, traces d’une mémoire collective de métallurgistes ruraux, sont également consignées. Enfin, des enregistrements sonores des bruits caractéristiques de l’usine perçus depuis l’extérieur sont accessibles (grondements, résonances métalliques, impacts, soufflerie).

Loin de former une collection disparate, ces différents supports s’enchâssent les uns avec les autres ou se consultent de manière isolée, au gré de la circulation qu’entend faire l’usager.

La phase de postproduction des données visuelles et/ou sonores récoltées a donc permis de faire émerger un modèle de navigation qui convient aux usages attendus d’une plateforme numérique. Il s’agit en l’occurrence de permettre un accès facile aux données consignées sous forme multimédia mêlant images animées, productions sonores, textes et images fixes à l’aide d’une interface attractive et intuitive pour les usagers néophytes ou aguerris aux sites web appartenant au champ des Humanités numériques. Nous avons fait le choix de prélever des extraits de discours et de les inclure à l’intérieur des cinq rubriques thématiques. Il ne s’agissait pas de transposer un modèle de film documentaire ou de traitement des données à caractère scientifique ou iconographique sur support numérique, mais bien de le concevoir en fonction du médium.

Aux prémices de ce travail éditorial jalonné d’étapes, fut décisive la recherche d’un consensus entre les quatre chercheurs, visant à définir l’ergonomie générale de la plateforme, ses fonctionnalités et ses publics.

Ergonomie générale de la plateforme MétalloCorpus

La plateforme numérique conçue sur WordPress vise à faciliter la navigation des usagers selon plusieurs méthodes. On peut consulter les sources en entrant des mots directement dans l’onglet « recherche de document » ou en cliquant sur les termes et thématiques proposés, voire des images. Toutes ces sources se recoupent entre elles et invitent à découvrir une multiplicité de documents visuels, sonores, écrits. Les différents supports sont organisés pour accéder à des descriptions liées à des espaces (l’usine vue de l’extérieur, les cités ouvrières, les lieux abandonnés, l’environnement naturel, etc.) ; des personnes (le panel d’interlocuteurs en l’occurrence) ; des notices historiques et des cartes. Les couleurs sobres du fond et l’esthétique de l’ergonomie générale autorisent une consultation prolongée du site. Les textes sont suggérés à première vue sans être imposés à l’usager. Les séquences audiovisuelles montées à partir des témoignages sont volontairement courtes mais sont aussi disponibles dans leur intégralité. La sélection des extraits s’appuie sur des thèmes communs qui composent à eux tous un panorama cohérent et détaillé sur l’univers usinier et paysan de l’échantillon.




Citer ce billet
Rédaction (2021, 31 mai). Caroline Lardy, Nathalie Ponsard : Les coulisses de l’enquête orale. (2/3). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0de

  1. C. Corouge et M. Pialoux, Résister à la chaîne. Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue, Marseille, Agone, 2011. []
  2. Rodolphe Michard, travailleur indépendant. []
  3. Voir plus loin la méthodologie de l’écriture. []
  4. Vincent Flauraud et Stéphane Le Bras. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search