Jacqueline Lalouette, Les statues de la discorde.

Paris, Passés/Composés, 2021, 238 p.

Au terme de l’ouvrage qu’elle a publié en 2018 [lire le compte rendu], Jacqueline Lalouette évoquait « le maelstrom des contestations et du vandalisme » susceptible d’affecter le « peuple de statues » et consacrait quelques pages au problème aujourd’hui posé par celles des statues qui se voient accusées d’être autant de célébrations de la colonisation ou de l’esclavage, à ce titre à déboulonner selon les uns ou dès lors, selon d’autres, à protéger. Sans que la France ait le monopole de telles questions. Les heurts advenus entre suprématistes blancs et contre-manifestants après que la municipalité de Charlottesville a décidé de déboulonner la statue du général Lee, qui s’étaient soldés, un an plus tôt, par la mort d’une jeune femme et de nombreux blessés suffisaient à l’attester.

Deux ans plus tard, en mai 2020, le décès de Georges Floyd, victime de la violence policière, et l’envol du mouvement Black Lives Matteront marqué le coup d’envoi d’une fièvre iconoclaste qui a concerné les cinq continents à des degrés divers, la cancel culture ayant indéniablement contribué à amplifier le recours à un tel mode d’action. Cette actualité brûlante a incité Jacqueline Lalouette à développer plus avant les questions qui devaient à l’ampleur du précédent ouvrage de n’avoir été là qu’esquissées.

Le premier chapitre de ce nouvel ouvrage se présente comme un « tour du monde » des statues vandalisées ou détruites dans le sillage de la tragédie de mai 2020, nombreux exemples développés à l’appui. Il atteste, s’il en était besoin, l’intense circulation des répertoires d’action collective et de leurs mutations qui, pour n’être pas inédite, s’est du moins accélérée et amplifiée depuis le printemps arabe et le mouvement des places.

Dans les deux chapitres suivants, Jacqueline Lalouette montre que la France a été affectée comme tant d’autres par les contrecoups de Black Lives Matter et le souligne en ayant choisi de représenter, en couverture de l’ouvrage, la statue de Colbert aspergée de peinture rouge devant l’Assemblée nationale. Du moins rappelle-t-elle, en s’appuyant sur ses précédents travaux, que ces actes de vandalisme s’inscrivent en France dans une résurgence qui ne l’avait pas attendue. Un constat qui vaudrait, au demeurant, pour bien des pays évoqués dans le premier chapitre comme pour d’autres. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, les réécritures et surlignages du monument aux bandeiras à São Paulo. Ces chapitres reviennent sur les heurs et malheurs ayant affecté les statues liées à l’histoire de l’esclavage dans les outre-mer et en France métropolitaine depuis 2020 ainsi que les statues de colonisateurs, tant avant qu’après cette année, en invitant, en conséquence, à relativiser la concomitance dès lors qu’ils s’inscrivent dans ce même calendrier en renouant du moins avec de vieilles pratiques nationales.

Un dernier chapitre est consacré aux questions auxquelles sont confrontées les municipalités qui doivent à la fois protéger ou sauvegarder un patrimoine ainsi menacé et prendre en compte, voire en charge, les exigences de reconnaissance d’épisodes de notre histoire longtemps occultés et de ses victimes, aujourd’hui dotées d’une indéniable centralité politique. Il analyse la pluralité des choix qui s’offrent à elles : retrait de certaines statues contestées, effectif ou envisagé, dispositifs de médiation visant à contextualiser pour éviter l’anachronisme, érection de nouvelles statues dont Jacqueline Lalouette montre qu’elle concerne aujourd’hui davantage les anciens esclaves et leurs luttes que les anciens colonisés.

Jacqueline Lalouette souligne que le rapport entre ce que représentent explicitement les statues et les propos décolonialistes selon lesquels elles seraient un hommage à la colonisation et aux cortèges d’horreur qui l’ont accompagnée est souvent ténu et parfois même inexistant. Soulignons ici l’intérêt tout particulier des développements qu’elle consacre aux statues de Victor Schœlcher, dont certaines ont été vandalisées par ceux qui entendent mettre l’accent sur les seuls mouvements de libération autochtones en occultant ou dénigrant sa mémoire. L’ouvrage, écrit dans un style enlevé, rend compte des argumentaires développés en ces circonstances comme en d’autres en des pages qui pourraient être souvent presque drôles si elles n’étaient pas d’autant plus inquiétantes au regard de la raison qu’elles émanent souvent d’universitaires qu’on ne saurait soupçonner d’ignorer l’historiographie. La rédaction est là d’autant plus efficace que Jacqueline Lalouette se garde de clouer quiconque au pilori et préfère donner simplement à entendre. Il revient au lecteur de se situer, confronté à la violence et à l’absence de nuance de ce qui relève souvent de l’invective plus que du débat – nous manions ici l’euphémisme. Ces débats, et le vandalisme qui peut en résulter, obligent, hélas, à reconnaître que les meilleures recherches historiques et leur vulgarisation ne sauraient suffire à elles seules à mettre un terme à une « discorde », politique au premier chef. Du moins l’ouvrage est-il une utile contribution à une approche qu’on voudrait sereine et nuancée sur les pages noires de notre histoire.

Danielle Tartakowsky


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search