Antonin Durand (dir.), Les voyages forment la jeunesse. Les boursières scientifiques David-Weill à la découverte du monde (1910-1939).

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, « Écrits de femmes », 2020, 430 p.

Elles sont neuf. Neuf scientifiques à avoir voyagé à l’étranger seules grâce à une bourse universitaire financée par le mécène et banquier David David-Weill.

Dans son ouvrage Les voyages forment la jeunesse, Antonin Durand nous offre la possibilité de lire le rapport de fin de voyage de ces jeunes femmes qui ont eu le privilège de voyager grâce à une bourse obtenue dans le premier tiers du XXe siècle. Témoins de leur époque, mais surtout du contexte d’une communauté scientifique et culturelle en pleine évolution.

L’ouvrage est organisé en trois grandes parties. Une introduction contextuelle, la retranscription des neuf rapports, enfin une partie dite de commentaire qui analyse les rapports. Notons qu’Antonin Durand met en valeur les collaborateurs avec lesquels cette retranscription et les commentaires associés de ces rapports ont été faits.

Dans son introduction contextuelle, le premier intérêt de ce livre est présenté : mettre en lumière l’existence de jeunes femmes qui partent seules à l’étranger à une époque où non seulement l’existence même de ces étudiantes ou anciennes étudiantes est peu connue, mais aussi où le voyage d’étude semble très loin des traditions de formation des siècles prérévolutionnaire. En effet, au XIXe siècle, les Français ont la réputation de ne plus se former à l’étranger.

Pourtant, après 1890, comme le montre Antonin Durand, les bourses d’étude apparaissent et se multiplient au cours de la première moitié du XXe siècle, tout en gardant une spécificité : elles ne sont financées que par des mécènes. Ainsi, même si c’est l’université qui gère l’appel à candidature, sélectionne les boursiers, organise les voyages, le financement vient exclusivement de mécènes comme Liard, Kahn et David-Weill, qui peuvent exercer ou non un regard vigilant sur la dépense de leur argent.

Alors pourquoi avoir choisi les bourses David-Weill et non les bourses Rothschild, Zadoc-Kahn ou encore Commercy ? Parce que les bourses David-Weill réunissent plusieurs spécificités plus ou moins rares. Ainsi David-Weill adresse-t-il ses bourses à « des docteurs en droit, à des docteurs en médecine, à des pharmaciens de premières classe qui se destinent à l’enseignement, à des agrégés des divers ordres de l’enseignement secondaires hommes et femmes » (p. 28).

Il ne s’agit donc pas de financer des études ou recherches comme le font la majorité des bourses universitaires, ni même de puiser uniquement dans le vivier des étudiants, puisque les agrégés enseignent déjà, mais plus encore ces bourses s’adressent explicitement aux hommes et aux femmes. Quant au mécène qui finance ces bourses, la courte biographie de David David-Weill présentée en introduction ne permet pas de comprendre les particularités des bourses qu’il offre. Cette biographie peut néanmoins être complétée par le récent mémoire de Sophie Keller1, entièrement dédié à la dynastie des Weill.

Quant à l’attendu de l’apport que ces bourses David-Weill, créées en 1910, doivent fournir aux boursiers, cela reste très vague :

On ne leur demandera pas les travaux ou les recherches qu’ils comptent entreprendre, car, dans la pensée du donateur, il s’agit de permettre à des professeurs distingués, non de réunir les éléments d’un travail scientifique, mais simplement de vivre dans une autre atmosphère et de faire profiter plus tard leurs élèves de l’expérience dont ils n’auront pas manqué de s’enrichir.

La non-définition de cet attendu aurait gagné à être citée en introduction du livre de Durand, et non dans les commentaires (p. 331), il aurait ainsi été plus aisé pour le lecteur de comprendre la variété des rapports retranscrits quant à leur contenu, leur longueur, leur style.

En effet, les commentaires qui suivent les rapports reprennent cette contextualisation présentée en introduction, en y insérant une analyse des contenus des rapports.

Malgré la diversité et le faible nombre de rapports présentés, le directeur de publication essaie une analyse textuelle sous « un prisme de genre » (p. 321) en signalant « une certaine neutralité de ton » (p. 332) ou encore un « relatif effacement du je » (p. 333). Si une importante référence aux travaux des collègues historiens du genre étaie son analyse, elle ne m’a pas convaincue car basée sur un trop petit corpus, sans être élargi à l’ensemble des boursiers et boursières David-Weill. De plus, cette analyse montrant la neutralité de ton n’est pas significative étant donné la nature des documents et les normes rédactionnelles du pays et de l’époque. Le petit regret ressenti à la lecture de cet ouvrage, c’est d’avoir dû retourner dans l’introduction pour mettre en parallèle l’analyse de l’auteur avec le précieux état des lieux des statistiques du corpus de l’ensemble des boursiers et boursières David Weill (p. 27-37). Ici, nous apprenons que le pourcentage de femmes candidates correspond au pourcentage d’admises, mais, plus intéressant, ce pourcentage diminue au fur et à mesure que les scientifiques sont privilégiés (p. 36) aux littéraires, quand les candidates sont de plus en plus des littéraires. On y apprend qu’elles sont neuf scientifiques de 1910 à 1939 sur 400 candidates et candidats sélectionnés pour ces bourses, mais combien de femmes docteurs en médecine, en pharmacie, à qui se destinent également ces bourses ? Neuf sur combien d’agrégés scientifiques ? Le nombre de rapports d’agrégés masculins est-il suffisant pour une comparaison genrée de forme et de contenu du rapport ? Les réponses à ces questions auraient pu se trouver dans la partie « commentaires ». Enfin, je regrette que ces boursières aient trop souvent été assimilées à des étudiantes alors que beaucoup, au moment de recevoir la bourse, sont des professionnelles. De plus, il s’agissait surtout d’anciennes sévriennes qui n’étaient pas comptées comme étudiantes de la Faculté à cette époque, sauf si elles choisissaient de s’y inscrire pour suivre quelques cours. Ainsi, certaines des neuf boursières possèdent un bagage scientifique que d’autres n’ont pas, ce qui pourrait expliquer partiellement la diversité de la teneur des rapports.

On ne peut que remercier Antonin Durand et ses collègues ou étudiants d’offrir à la lecture et à l’éventuelle analyse de tous la retranscription de ces neuf rapports, aussi différents que riches en informations et sujets d’études historiques.

La grande liberté de ce que peut apporter le voyage à la candidate boursière associée au « flou relatif des consignes » de rédaction des rapports (p. 327) mène inévitablement à cette variété d’écrits. Certains sont très techniques (Marcelle Philibert à Rome), d’autres descriptifs (Alice Lapotaire à Cambridge), d’autres enfin présentent de grandes envolées lyriques (Marie-Louise Arnould en Italie).

Si la majorité des boursières font allusion aux conditions d’enseignement secondaire dans le pays visité, il apparaît néanmoins qu’à l’exception d’une ou deux, l’apport de leur voyage semble s’éloigner de cet objectif éducationnel.

La plupart des boursières sont d’anciennes sévriennes, qui n’ont qu’un regret, que leur cursus scientifique ait été peu expérimental. Aussi, il n’est pas rare de les voir insister largement sur cette question et louer les laboratoires de recherche et d’enseignement, tant dans leur équipement que dans leur nombre, ou tout simplement l’enseignement pratique. Alice Lapotaire n’hésite pas à dénoncer ce défaut dans les enseignements féminins reçus en France, tout en vilipendant le manque de développement théorique, d’esprit spéculatif et de culture générale rencontré à Cambridge.

La description des laboratoires d’enseignement va de pair avec la volonté affichée pour la majorité des boursières de ne pas se focaliser sur leur métier d’enseignantes, mais plutôt sur celui de chercheuses qui n’a pas abouti. Pourtant, il n’est pas dans l’intention du mécène de donner des bourses de recherche ou d’études.

« Suivant l’intention qui m’a fait choisir cette université, je me suis occupée presque uniquement de travail de laboratoire » (Anna Carrier, p. 78). Néanmoins, c’est bien elle qui conclut sur l’importance de l’enseignement gymnastique dans les écoles.

Certaines entrent dans des considérations plus politiques ou sociales, comme la représentation de la France dans le pays visité, le modèle économique de l’université mais aussi l’égalité des sexes ou l’apport de la mixité dans les enseignements.

Madeleine Dorléac appuie entre autres sur « l’égalité entre les hommes et les femmes, non seulement au point de vue des titres à décerner mais des places à donner dans l’université » (p. 140).

Enfin, la plupart des rapports se consacrent à un descriptif non seulement des universités, mais également de leur environnement. Arnould, arrivée en Italie en tant qu’agrégée de mathématiques, consacre environ dix lignes aux cours universitaires suivis avant de nous embarquer dans ses excursions, ses émerveillements de la nature, des arts, des musées… Un vrai guide touristique ! « Vingt mille lieux (sic) sous les mers, quelle pauvreté à côté de l’aquarium ! » (M.-L. Arnould, p. 151, Naples).

Ces rapports, dans leur diversité, offrent une lecture d’une inégalité assez pertinente, ne serait-ce que pour démontrer qu’un unique profil de l’étudiante ou de la scientifique n’existe pas. De plus, des descriptions techniques aux envolées lyriques, c’est une époque, un contexte qui se révèle. Il se révèle d’autant mieux qu’Antonin Durand a pris le soin de rédiger de nombreuses notes explicatives dans chacun de ces rapports. Notes qui non seulement répondent aux interrogations du lecteur mais qui, en plus, lui offrent la possibilité d’aller plus loin sur un point précis.

Natalie Pigeard-Micault


  1. S. Keller, «  La dynastie des Weill : de grands philanthropes ? 1834-1939 », mémoire de master 2 en histoire, Sorbonne Université, 2018. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search