Denis Glasson, Edmond Godinot. Fonctionnaire du Second Empire.

Paris, Éditions du Cygne, 2020, 236 p.

La société maintient irrémissiblement en dehors d’elle deux classes d’hommes, ceux qui l’attaquent et ceux qui la gardent .

V. Hugo, Les Misérables,t. 1, Paris, Émile Testard, 1890, p. 321

Edmond Godinot est à la frontière de l’une comme de l’autre. De fonctionnaire à comploteur, du ministère des Travaux publics à la prison, le parcours de cet homme passionne.

Cette trajectoire est le cœur de l’ouvrage de Denis Glasson, historien des techniques et ancien chargé des recherches au Comité d’histoire du ministère de l’Équipement1. Sa « rencontre» avec son protagoniste s’est faite par surprise. Travaillant sur les dossiers individuels des personnels du ministère des Travaux publics, le fichier de Godinot était « égaré dans un fonds de trois cent trois agents de bureau et employés, fonctions qu’il n’a jamais exercées […]. Pourquoi son dossier a-t-il été ensuite enfoui dans une série étrangère à sa situation ? » (p. 8-9). L’auteur propose alors de le suivre dans une véritable enquête historique, recollant les morceaux fragmentés de la vie d’un homme qui traverse le XIXe siècle. Nous ne trouverons pas dans cette investigation un récit imaginaire, un scénario et ses dialogues romancés, mais plutôt des données brutes, dévoilées au fil de la lecture, comme si l’auteur nous ouvrait les portes de l’atelier de l’historien.

L’ouvrage se découpe en quatre chapitres de tailles inégales : le premier est une recherche généalogique de la filiation d’Edmond Godinot, accompagnée d’une présentation de personnalités portant son nom ; les trois autres retracent chronologiquement sa vie professionnelle, familiale, politique et judiciaire. Tout au long de cette étude, Denis Glasson explore les grands événements jalonnant respectivement la Restauration de Louis Philippe, la Seconde République, le Second Empire, la Commune de Paris et la Troisième République. Ces brefs rappels historiques lui permettent d’évoquer une impressionnante diversité d’objets, comme les changements de régime, le développement des chemins de fer, les guerres impériales, le fonctionnement de la Garde nationale, l’agrandissement de Paris… au risque, parfois, de perdre de vue sa quête initiale.

Originaire de Châtillon-sur-Marne à trente kilomètres de Reims, les Godinot sont de la bourgeoisie locale. Le grand-père est maire de la ville tout comme le père qui est également conseiller général du canton jusqu’à l’avènement du Second Empire. Ce dernier prend la succession notariale jusqu’à la fermeture de l’étude en 1840, qui amorce le déclin social de la famille. Edmond Godinot, aîné de la famille, ne pouvant s’appuyer sur cet héritage, profite néanmoins des relations – non clairement identifiées – de sa mère, petite-nièce de la marquise de Beauharnais, belle-sœur de Joséphine. À la recherche d’une situation stable, le jeune bachelier de lettres intègre l’administration départementale de la Marne comme surnuméraire. Comme de nombreux enfants de la petite bourgeoisie, cet emploi de bureau est une première porte d’entrée pour un poste fixe. Son arrivée à Paris lui permet d’intégrer le ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics comme expéditionnaire en charge du classement et de la comptabilité. En 1860, il se marie avec Joséphine Orset, marquant « l’alliance d’une jeune et riche veuve avec un fonctionnaire de l’État, non fortuné » (p. 90), mais cette union ne durera que six ans. Après des accusations d’offense grave, le divorce est prononcé. Godinot est muté au Bureau central d’expédition avant d’être finalement rédacteur à la Direction des routes et ponts. Alors qu’il est nommé lieutenant d’infanterie à la Garde nationale mobile de la Seine, son prestige semble s’accroître mais un décret impérial du 4 mai 1870 convoque la Haute Cour de justice pour juger soixante-dix accusés de complot contre la sûreté de l’État et contre la vie de l’empereur. Parmi ceux-ci figure Edmond Godinot. Lors de ce procès peu connu de l’historiographie, il est condamné à cinq ans d’emprisonnement.

La chute paraît brutale et surprend. Peu de choses dans le récit laissent présager une telle rupture. Pour y remédier, l’auteur s’appuie sur le procès pour révéler quelques pistes d’explications. On y apprend ainsi que Godinot a participé à des réunions républicaines et à la création d’un comité d’action révolutionnaire. L’avocat plaide la faiblesse de son client : « il y avait des dames, on faisait de la musique, on causait. Godinot trouvait là un passe-temps » (p. 140). Un journaliste du Figaro évoque plutôt le hasard de cette trajectoire : « Il paraît être de cette catégorie de naïfs qui s’aventurent dans des complots comme d’autres se glissent dans des émeutes de Belleville, par curiosité » (p. 138). Nous n’en saurons pas plus. Néanmoins, si le procès a lieu en pleine déclaration de guerre avec la Prusse, la chute de l’Empire permet d’accélérer sa libération. Révoqué de l’administration, sans emploi, il opte pour une attitude passive durant la Commune de Paris en 1871 et sort indemne de la tourmente, mais pour un temps seulement. En effet, en difficulté financière, Godinot dérobe la caisse d’un marchand de meubles dont il est le comptable et s’enfuit en Belgique. Son faux nom, sa perruque et sa barbe factice ne lui permettent pas de se cacher longtemps, puisque rattrapé par les autorités. « Je me voyais perdu, sur le pavé, avec les charges que j’avais. J’étais fou […]. Je suis faible d’esprit » (p. 212), plaide-t-il, mais cela ne suffit pas. De nouveau condamné à la réclusion, il meurt incarcéré à l’âge de 50 ans.

Bien sûr, le lecteur aurait aimé en savoir davantage sur la vie de Godinot. Trop bien habitué aux biographies denses de hauts fonctionnaires comme Haussmann, de personnalités politiques impériales comme le duc de Morny ou de républicains comme Thiers et Gambetta, l’exercice peut sembler difficile. Pourtant, le pari réussi de Denis Glasson est précisément de dévoiler, par une investigation fine, la trajectoire d’un homme ordinaire du XIXe siècle. Fonctionnaire subalterne, marié puis séparé, membre de la Garde nationale mais condamné par l’Empire pour complotisme, courtisan et révolté, ce qui pourrait s’apparenter à une vie simple s’avère bien plus complexe. Le sociologue y trouvera un moyen de questionner la prédétermination d’un agent social dominé, assigné à des positions peu valorisantes et mal rémunérées. Asymétrique au développement d’un capitalisme industriel faisant émerger de nouvelles fortunes, Godinot, fils d’une bourgeoisie locale en déclin, lutte en vain pour se départir de sa condition. L’arrivée à Paris, les relations maternelles, l’uniforme d’officier ne suffisent pas pour obtenir un emploi stable, pour se distinguer en intégrant les cercles mondains ou obtenir des décorations objectivant un prestige. Pourtant, comme le conclut l’auteur, « dans cette quête sans issue, il garde une incontestable envie de vivre. Il a la grandeur du perdant » (p. 220).

Enfin, l’histoire d’Edmond Godinot est aussi celle de l’administration et plus spécifiquement du ministère des Travaux publics. L’ouvrage revient à plusieurs reprises sur le fonctionnement de cette administration centrale, son organisation, ses locaux, ses agents, son système de rémunération. L’hétéronomie de l’institution se manifeste dans le rapport qu’entretient Godinot avec sa hiérarchie. Toute sa carrière professionnelle est jalonnée de demandes de faveurs, de soutiens financiers, de mutations ou de valorisations de salaire. De la sorte, de 1857 à 1869, par courrier, il ne cesse d’interpeller le secrétaire général de bien vouloir lui accorder un secours financier. Pour son mariage, pour son divorce, pour sa santé et celle de ses parents, pour soutenir sa sœur, pour payer ses dettes, les suppliques sont nombreuses. Refusées et parfois acceptées, ces requêtes laissent transparaître l’absence de règles préétablies pour accéder à l’administration et la persistance d’une forme de patrimonialité des fonctions d’État à tous les échelons. Dans le même temps pourtant, en 1859, les processus d’admission dans les emplois d’administration centrale, écoles et secrétariats sont réglementés : de 16 à 25 ans, les employés des bureaux seront recrutés par concours. Mais d’anciennes pratiques persistent, comme en témoigne une circulaire ministérielle de 1863 protestant contre l’intervention fréquente de personnages étrangers à la hiérarchie administrative. Toute demande ou réclamation doit désormais être faite par la voie hiérarchique, sans intervention extérieure, aux préfets ou au ministre. En ce sens, cet entre-deux témoigne de ce processus d’autonomisation de l’État et de son administration. Edmond Godinot en est le témoin, l’ouvrage de Denis Glasson sa mémoire.

Nicolas Tardits


  1. Il a notamment publié en 2014 un travail sur les cantonniers des routes ou encore, en 2017, une étude sur les femmes employées des ponts et chaussées. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search