Alexandre Dupont, Une internationale blanche. Histoire d’une mobilisation royaliste entre France et Espagne dans les années 1870.

Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020, 420 p.

Fruit d’une thèse de doctorat soutenue en 2015 sous la direction conjointe de Philippe Boutry (Université Paris-1) et Pedro Rújula (Université de Saragosse), ce livre fera date dans l’historiographie politique du XIXe siècle, consacré à la politisation des milieux contre-révolutionnaires et royalistes, plus particulièrement entre la France et l’Espagne au temps de la dernière guerre carliste (1872-1876). Alexandre Dupont appartient à une jeune génération d’historiens du politique, soucieux de braquer les projecteurs sur tous les acteurs qui se sont engagés pour la défense d’une cause politique : qu’ils en aient été vainqueurs ou vaincus. D’ailleurs, ce n’était pas la question du moment. Pour chaque camp, leur histoire est celle des possibles1. Rien n’est perdu, tout est envisageable. Il n’y a pas de lecture linéaire de l’histoire. Leur combat, royaliste ou communard, qu’il ait abouti à un échec n’en est pas moins un objet d’histoire tout aussi sérieux que celui des révolutionnaires, des démocrates et des républicains. Ce n’est plus uniquement sous l’angle de la nation que ces jeunes historiens investissent le terrain d’enquête, mais davantage sous celui d’une histoire transnationale qui traverse une Europe du XIXe siècle en proie à la recherche d’un modèle de modernisation qui oppose un nord dominé par un État bismarckien et un sud davantage attaché à un providentialisme divin ou dynastique. C’est ainsi que de récents travaux ont mis en lumière certains lieux de cette « guerre civile européenne » (Jordi Canal). L’opposition au Risorgimento a été le théâtre de multiples formes d’engagements et de combats politiques. Simon Sarlin a étudié dans un livre brillant le soutien européen aux partisans des Bourbons dans le sud de l’Italie après 18612. Carmine Pinto a récemment publié un livre à succès sur cette « guerre pour le Mezzogiorno ((C. Pinto, La guerra per il Mezzogiorno. Italiani, borbonici e briganti (1860-1870), Rome, Laterza, 2019.)) ». Quant à Arthur Hérisson, il est revenu à nouveaux frais sur la question romaine et l’appui des catholiques français à Pie XI3. Enfin, Alexandre Dupont s’efforce d’analyser les soutiens au carlisme durant la décennie 1870, des deux côtés des Pyrénées mais bien au-delà, car il s’agit d’une véritable « internationale blanche », fondée sur le légitimisme et le catholicisme intransigeant4. La victoire puis la restauration de l’un des trois prétendants, le comte de Chambord à Paris, Don Carlos à Madrid et Pie IX à Rome, sont susceptibles de faire vaciller l’équilibre européen cher à Bismarck.

Le livre d’Alexandre Dupont, qui participe pleinement de ce renouveau historiographique, « repense l’action politique et l’engagement au prisme d’une lecture sociale de la politisation » (p. 16). Il marche sur les traces de la sociabilité populaire de Maurice Agulhon, il renoue avec les analyses des pratiques dissidentes et du banditisme qui avaient été explorées par Eric Hobsbawm et Edward Thompson. Les jeux d’échelle sont variés : du très local, de part et d’autre de la frontière en pays basque ou catalan, sur la commune même de Bourg-Madame, jusqu’aux salons de l’exil parisien de Don Carlos et aux mobilisations financières de l’Europe catholique. Les archives publiques des États espagnols et français sont mobilisées avec succès. Toutefois, l’accès à des archives familiales de la noblesse légitimiste réserve d’heureuses surprises. Cette piste méritera une exploitation rigoureuse à l’avenir. Cinq parties subdivisent l’ouvrage. La première porte sur les racines de cette culture politique transnationale avec en particulier un chapitre éclairant sur l’historiographie politique de l’Espagne et du carlisme au XIXe siècle, faisant table rase d’un discours sur l’archaïsme présumé d’un pays et réhabilitant la thèse d’une voie particulière dans la recherche du processus de modernisation. Une deuxième partie éclaire les pratiques de clandestinité et de dissidence de part et d’autre de la frontière pyrénéenne. L’auteur traite habilement de la question diplomatique, non officielle d’ailleurs, dont usent les carlistes et de la tactique pour traverser la frontière dans les deux sens en hommes, en armes et en vivres. Le succès des opérations militaires résulte grandement de la perméabilité qu’offre la société transfrontalière des Pyrénées mais également de la mobilisation des réseaux carlistes dans l’Europe légitimiste, avec de véritables commis voyageurs (p. 182 sq.), largement détaillés dans la troisième partie. La suivante se concentre sur les ressources dont dispose l’internationale carliste. Un chapitre (7) très neuf est consacré à « l’or des carlistes », c’est-à-dire aux modes de financement par le biais d’emprunt, de dons et de souscriptions, soulignant l’alliance de deux types de soutien au carlisme : le légitimisme nobiliaire et le royalisme populaire5. Cela renvoie à une géographie européenne des soutiens au carlisme que confirment les circuits de contrebande maritime (carte 15). La dernière partie examine quelques formes puissantes d’engagement, comme le rôle de la presse, le volontariat armé et l’aide humanitaire. Certes, les femmes y sont évoquées pour leur action charitable et leur aide logistique. Mais un chapitre à part aurait permis de les sortir davantage de l’ombre. Il y a plus que certaines châtelaines fortunées. Il y a aussi la veuve Cournet, armurière de son état, appartenant au comité de Bayonne, véritable femme d’action au service de la cause de Don Carlos, qu’Alexandre Dupont a eu raison de mettre en avant dès la première page de son introduction. Un épilogue sur l’héritage et la mémoire de ce moment très international de l’histoire du carlisme clôt l’ouvrage.

Ce livre démontre une nouvelle fois que légitimistes et carlistes ont peut-être été davantage des révolutionnaires à part entière que des contre-révolutionnaires d’arrière-garde. Ils ne sont pas que des nobles passéistes, plongés dans le chagrin d’une dynastie perdue et le regret de l’Ancien Régime. Ils imaginent un autre avenir possible que la Révolution française, établi sur le trône et l’autel qu’incarnent un prétendant légitime (comte de Chambord, Don Carlos) et le pape. La décennie 1870 est le moment ultime où la mobilisation transnationale peut permettre d’aboutir à une solution politique « raisonnable » et « réaliste » selon eux. Quels que soient leurs intérêts divergents, les soutiens au carlisme constituent ici un laboratoire d’analyse de belle facture pour comprendre comment se nouent des solidarités, entre pays et classes sociales, que certains ont jugées « réactionnaires » ou contre-nature. Comme d’autres de ses jeunes collègues déjà cités6, Alexandre Dupont dévoile avec brio « le combat transnational des défenseurs d’un futur alternatif à la modernité libérale ».

Bruno Dumons


  1. Q. Deluermoz et P. Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Paris, Éditions du Seuil, 2016. []
  2. S. Sarlin, Le légitimisme en armes. Histoire d’une mobilisation internationale contre l’unité italienne, Rome, École française de Rome, 2013. []
  3. A. Hérisson, « Les catholiques français face à l’unification italienne (1856-1871). Une mobilisation internationale de masse entre politique et religion », thèse de doctorat en histoire, Université Paris 1, 2018. []
  4. A. Dupont, « Contre-révolutionnaires de tous les pays… Bilan d’étape sur l’internationale blanche », Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 61, 2020, p. 195-212. []
  5. P. Chopelin, « Royalismes et royalistes dans la France révolutionnaire », Annales historiques de la Révolution française, n° 1, 2021, p. 3-28. []
  6. R. Sánchez, Quitter Cuba. Exilés et bannis au temps du séparatisme (1834-1879), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.