Chau Tran, Trần Văn Thạch (1905-1945). Une plume contre l’oppression.

Paris, Les Indes savantes, « Études Asie », 2020, 360 p.

Fin 2020, est parue aux éditions Les Indes savantes la précieuse biographie et compilation d’articles de Trần Văn Thạch, militant, professeur et journaliste trotskiste, animateur du mouvement anti-impérialiste La Lutte (Tranh đấu). Traduction d’un ouvrage publié au Vietnam en 2014, le livre sera utile aux historiens et historiennes du colonialisme et de l’anticolonialisme autant qu’aux militants qui désireraient mieux connaître les enjeux liés aux luttes d’indépendance vietnamiennes sans pour autant se plonger dans des ouvrages universitaires.

Chau Tran n’écrit pas en tant qu’historienne académique. Fille de Trần Văn Thạch, née en 1938, vivant au Canada depuis les années 1960, elle est partie sur les traces d’un père trop peu connu. La première partie de l’ouvrage, « À la recherche du père » (p. 13-37), explique une démarche aussi émouvante que saisissante. « Parler de mon père n’est pas chose facile » (p. 13), explique Chau Tran face à la douleur d’une histoire familiale qui entrecroise histoire coloniale et nationale. Elle a peu côtoyé son père. Envoyé au bagne de Poulo Condore alors qu’elle n’avait que deux ans, il est assassiné en 1945. Sa mère, Nguyên Kim Ngoc, ne put non plus lui fournir tous les détails que Chau Tran aurait souhaité apprendre. En 1949, elle fut en effet arrêtée par la police secrète vietnamienne et torturée à en perdre ses facultés mentales. L’auteure raconte, avec une sensibilité qui ne peut laisser indifférent, les discussions qui, dans les années 2000, laissent paraître des bribes de cette vie d’avant la torture. Confondant passé et présent, Nguyên Kim Ngoc laisse échapper quelques détails lorsque sa fille lui demande si sa vie avec Trần Văn Thạch fut heureuse, comment se déroulaient ses journées, quelle fut son histoire. Au fil de ces fragments, c’est une histoire des deux femmes qui se donne à lire. On apprend ainsi qu’une partie du travail de publiciste de son mari était assurée par Nguyên Kim Ngoc : « Je lis les journaux, les articles, les nouvelles du jour, j’écris tout ce que je sais […] en français seulement » (p. 16).

Pour compléter ces discussions et archives familiales limitées, Chau Tran s’est tournée vers les archives pouvant documenter les faits et gestes de son père. L’auteure s’est ainsi rendue aux Archives nationales françaises (ANF), à Pierrefitte-sur-Seine, et aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM), à Aix-en-Provence. Ayant étudié et milité en France d’octobre 1926 à janvier 1930, Trần Văn Thạch a fait l’objet d’une étroite surveillance de la part des services de renseignements métropolitains du ministère de l’Intérieur (ANF, série F7) ou du ministère des Colonies (ANOM, série slotfom). Chau Tran a complété ces documents par ceux des archives du gouverneur de la Cochinchine au Centre des archives nationales à Hô Chi Minh-Ville. L’auteure fait part de toute son émotion au moment d’ouvrir les cartons d’archives, de les dépouillerà la recherche de détails pouvant éclairer la vie et la mort de son père. Ces fonds conservent principalement des documents de surveillance, mais aussi la presse à laquelle Trần Văn Thạch a contribué. Enfin, Chau Tran fait part de ses tâtonnements dans l’historiographie abondante de l’Indochine coloniale, tout d’abord à travers le travail de Huỳnh Kim Khánh1, puis de l’historiographie trotskiste2 et la thèse de Daniel Hémery3.

Trần Văn Thạch est né à Cholon, en banlieue de Saïgon (actuelle Hô Chi Minh-Ville), capitale de la Cochinchine coloniale, en 1905. Issu d’une famille de petits fonctionnaires, élève brillant, il obtient son baccalauréat en 1925. Puis, il épouse Nguyên Thi Ba, premier mariage qui voit naître cinq enfants. Le couple part pour la France en octobre 1926. Fréquentant la faculté des lettres de Toulouse, Trần Văn Thạch commence à s’exprimer dans des journaux socialistes, attirant la vigilance des services de renseignements métropolitains. En 1927, il crée Le Journal des étudiants annamites, portant une critique radicale mais pacifiste de la colonisation. Après l’obtention de son certificat de psychologie et de morale-sociologie, il gagne la faculté des lettres de la Sorbonne tandis que son épouse et leur premier né regagnent la Cochinchine. Durant ce passage par la capitale impériale, le jeune militant est très actif et est élu président du premier congrès des étudiants indochinois en 1927. Après avoir envoyé les revendications de ce congrès au gouverneur général de l’Indochine et commencé à fréquenter le Parti annamite de l’indépendance (groupe anticolonialiste indochinois de métropole), il s’attire les foudres des autorités coloniales. Pour autant, il ne se démonte pas et, avec ses camarades déjà qualifiés de « trotskistes » (Tạ Thu Thâu, Phan Văn Hùm, Phan Văn Chánh ou Huỳnh Văn Phương), fait de l’Association générale des étudiants indochinois, auparavant subventionnée par le gouvernement, un groupe révolutionnaire.

Revenu en Cochinchine après sa licence èslettres, en novembre 1930, Trần Văn Thạch enseigne le français dans des lycées privés et publie deux manuels de linguistiques. Mais, dans un contexte de crise économique et de répression coloniale de la mutinerie de Yên Bái (février 1930) et du mouvement du Nghê Tînh (juin 1930 à juin 1931), Trần Văn Thạch redouble d’engagements. Il lance en avril le journal La Lutte, en français pour échapper au système de l’« autorisation préalable » censurant les publications en vietnamien, puis participe à une liste ouvrière aux élections municipales de Saïgon en mai 1933. Proposant le suffrage universel, le droit de grève et la journée de huit heures de travail, leur programme obtient de nombreux suffrages, mais l’autorité coloniale fait invalider la liste. Face à ce coup dur, le journal se mue en groupe politique, le Front unique La Lutte, regroupant au sein de la même organisation staliniens, trotskistes et nationalistes de gauche vietnamiens, compromis unique dans l’histoire de l’Internationale communiste du fait du poids des trotskistes vietnamiens. En mai 1935, la liste ouvrière que La Lutte présente aux élections municipales de Saïgon remporte quatre des six sièges indigènes du conseil, alors même que le suffrage indigène est censitaire, témoignant d’une réelle portée des mots d’ordre communistes. Encore une fois, l’autorité coloniale invalide une partie de la liste.

Alors qu’en métropole la victoire du Front populaire suscite l’espoir des anti-impérialistes, Trần Văn Thạch et ses camarades fondent le Congrès indochinois pour coordonner l’action des forces critiques de la colonisation, dans un contexte pré-insurrectionnel. Mais le ministre des Colonies choisit de dissoudre le Congrès et de faire arrêter certains de ses militants (Tạ Thu Thâu, Nguyễn An Ninh) : « ordre français doit régner en Indochine », affirme-t-il (p. 53). Cette répression par le ministre socialiste Marius Moutet contre les communistes vietnamiens, au moment où les communistes encouragent une politique de Front, entraîne des tensions. Mais la rupture vient de l’intensification de la lutte des partis communistes contre les trotskistes en 1937, en particulier après l’ouverture des procès de Moscou. Tout ceci entraîne le départ des staliniens du groupe La Lutte en juin 1937, qui commencent alors une violente campagne contre les trotskistes, Nguyen Aï Quôc donnant même l’ordre d’« exterminer politiquement » ces « agents du fascisme » en 1939 (p. 59).

La Lutte devient alors l’organe des trotskistes de Saïgon, publié cette fois en français et en vietnamien. Ses colonnes encouragent la liste trotskiste aux élections du conseil colonial d’avril 1939, qui l’emporte largement dans la région de Saïgon, en s’opposant au plan de défense français contre les Japonais, alors que les staliniens temporisent leur opposition à l’impérialisme français. Le tourbillon de la Seconde Guerre mondiale met fin à cette publication vigoureuse et à la rubrique sarcastique de Trần Văn Thạch, « Petits clous ». L’interdiction du Parti communiste indochinois (PCI) le 28 septembre 1939 à la suite du pacte germano-soviétique, puis l’occupation japonaise à partir de 1940 entraînent une trêve des attaques staliniennes contre les trotskistes.

Ces années sont aussi intenses sur le plan intime : après le décès de sa première femme en 1935, Trần Văn Thạch épouse en 1937 Nguyen Kim Ngoc, et naît leur première fille, l’auteure de l’ouvrage, en avril 1938. Elle n’a que quelques mois lorsque son père, arrêté le 29 septembre 1939, est condamné le 16 avril 1940 à quatre ans d’enfermement et dix ans d’interdiction de séjour à Saïgon. Déporté au bagne n° 3 de Poulo Condore, il survit. Mais ce n’est pas le cas de certains de ses camarades, comme Nguyễn An Ninh, enterré sur place en août 1943 après une agonie de plusieurs mois dans l’indifférence meurtrière des autorités.

Ayant purgé sa peine, le journaliste ne pourra retrouver sa famille que quelques jours fin 1943. Alors que le Japon – dont l’autorité s’exerçait de fait en Indochine depuis 1940 – s’effondre en août 1945, le groupe La Lutte soutient le gouvernement de Front national unifié (gouvernement d’union nationale indépendantiste soutenu par les Japonais). Trần Văn Thạch y voit l’opportunité de préparer l’indépendance du Vietnam. C’est sans compter sur le Vietminh, front formé en mai 1945 sous la direction du PCI, qui souhaite prendre une place hégémonique dans l’indépendance et forme son propre gouvernement le 19 août à Hanoï, puis du 22 au 25 août à Saïgon. Vigilant, Trần Văn Thạch interpelle le leader stalinien de Cochinchine, meneur de l’insurrection à Saïgon (et futur historien de l’État vietnamien), Trần Văn Giàu. Il lui reproche l’absence de contrôle démocratique du gouvernement provisoire sous son contrôle. Selon les sources réunies par l’auteure (le carnet des dernières notes de son père et deux témoignages – dont l’un rapporté – de camarades trotskistes), c’est bien Trần Văn Giàu le responsable, voire le donneur d’ordre, de la mort des militants du groupe La Lutte, exterminés un à un entre août 1945 et 1950 par les staliniens.

Certes, le public universitaire trouvera quelques limites à l’ouvrage : l’appareil critique des sources est parfois limité, certaines références sont citées de manière peu académique et certaines sources complémentaires auraient pu être mobilisées4. Mais cela n’enlève rien à la grande valeur de cette première biographie et mise à disposition du travail d’un intellectuel militant de premier plan ; rien non plus aux graves conclusions de l’auteure sur la mort de son père comme sur la lutte des staliniens pour leur hégémonie qui entrava le mouvement révolutionnaire vietnamien vers l’indépendance.

Vincent Bollenot


1

2

3

4

  1. K. K. Huỳnh, Vietnamese Communism, 1925-1945, Ithaca, Cornell University Press, 1986. []
  2. Revolutionary History, vol. 3, n° 2, « Vietnam : Workers’ Revolution and National Independence ». []
  3. D. Hémery, Révolutionnaires vietnamiens et pouvoir colonial en Indochine. Communistes, trotskystes, nationalistes à Saigon de 1932 à 1937, Paris, Maspero, 1975. []
  4. Le Service de contrôle et d’assistance des indigènes en France a en effet ouvert un dossier individuel de surveillance pour Trần Văn Thạch, là où l’auteure n’a consulté que les dossiers de surveillance des associations dans lesquelles il militait. Voir ANOM, FM, 15SLOTFOM/75, 2198. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.