Peter M. Jones, Agricultural Enlightenment. Knowledge Technology, and Nature, 1750-1840.

Oxford, Oxford University Press, 2016, 288 p.

Cet ouvrage d’un ruraliste confirmé et spécialiste de la paysannerie française à l’époque de la Révolution est une importante contribution à la compréhension de la naissance de notre société contemporaine. Il prend la forme d’un essai qui offre par ailleurs à tout lecteur une synthèse foisonnante sur les débats historiographiques portant sur la « proto-révolution » agricole (p. 7) des années 1750-1840. Sur le fond de l’argumentation, il s’inscrit dans le sillage des travaux de Joël Mokyr, qui voit dans l’économie de la connaissance et le mouvement intellectuel des Lumières écossaises le principal moteur de l’industrialisation, formalisé par le concept d’Enlightenmed Economy ou de celui, voisin, d’Economics of Improvement. Il peut d’ailleurs se lire comme le deuxième volet d’un diptyque commencé avec son ouvrage précédent, Industrial Enlightenment, Science, Technology, and Culture in Birmingham and the West Midlands, 1760-1820 (2008), à ceci près que ce dernier portait sur un foyer industriel localisé de l’Angleterre, sans offrir toutefois un panorama aussi vaste que cet ouvrage qui porte sur l’Europe entière – notamment celle du Nord-Ouest. Le lecteur du Mouvement social trouvera grand intérêt à cette exploration des moteurs du développement agricole avant la révolution mécanique et chimique postérieure aux années 1840, car elle embrasse en fait des questions aussi vastes que celles des acteurs de la modernisation, du rôle des institutions, de la circulation, de la réception et des applications pratiques des connaissances, enfin des prédispositions matérielles et contingentes des sociétés.

Il ne fait pas de doute que l’essor agricole de la seconde moitié du XIXe siècle, fondé sur le machinisme et la fertilisation artificielle des terres (engrais fossiles et chimiques), repose en grande partie sur les évolutions antérieures, telles que la réforme de la propriété, les évolutions sur les rotations des cultures ou encore l’intensification du travail. Peter Jones va plus loin : la période 1750-1840 en serait la matrice, en créant des déterminants autrement fondamentaux, à savoir l’impulsion des institutions, dont l’encouragement aux innovations et à la production devient un impératif patriotique et moral, et l’épanouissement de l’économie des connaissances agricoles et de l’information. Pour Jones, le cycle de croissance démographique impulsé après 1750 (la population européenne double presque en un siècle) témoigne à lui seul de la capacité des campagnes à produire plus et mieux, et cette progression provient de l’offre, à savoir la diffusion des connaissances, les transferts de compétences et de technologies, et le rôle de l’État. Ceci expliquerait notamment la « Petite divergence » entre une Europe du Nord-Ouest, en plein développement, bien inscrite dans ces réseaux de la connaissance, et une Europe méditerranéenne qui en serait plus éloignée. Comme cette dernière zone est à peine évoquée dans l’ouvrage, il est un peu difficile d’être entièrement convaincu.

Après un premier chapitre qui dresse le cadre théorique de l’économie politique (physiocratie, caméralisme) et rappelle l’importance du rationalisme et du credo de l’amélioration pour augmenter les ressources des États, Peter Jones en vient au cœur de sa démonstration. Tout d’abord, le rôle de l’État est un vecteur essentiel de la réforme agraire. Après la guerre de Sept Ans, la pression fiscale augmente partout en Europe, les États disposent de davantage de moyens pour évaluer les ressources de leur territoire, d’où l’éclosion des statistiques et de la cartographie comme moyen de connaissance ; parallèlement, les moyens opérationnels comme les sources de financement dédiés ou l’encouragement à la propriété privée, dont les enclosures anglaises forment un modèle et contre-modèle, se développent. Mais dans tous les cas, l’État n’intervient qu’à travers un mix mêlant libéralisme et dirigisme, et dont le but est de lever les verrous qui pèsent sur l’augmentation des productions agricoles. À un niveau plus infra, c’est l’économie de la connaissance qui joue, selon P. Jones, le rôle majeur. Les « Lumières agricoles » ne sont pas cantonnées à une sphère de spécialistes, mais se diffusent dans la sphère publique, circulent partout en Europe, grâce à l’imprimé, les traductions, les voyages agronomiques (dont celui d’Arthur Young constitue l’archétype), la création de revues, telles que les Annals of Agriculture, ou de Sociétés d’agriculture où se rencontrent les esprits éclairés. Si la London Society for the Encouragement of Arts, Manufactures and Commerce est la plus connue, la France en compte par exemple une vingtaine après la fondation de celle de Bretagne en 1757. Grâce à ces moyens, des réseaux fondés sur l’éthique de l’amélioration se constituent. Le clergé et les grands propriétaires peuvent être de bons relais au niveau local, surtout en Europe du Nord, là où la féodalité est moins prononcée, déjà soumise aux impératifs d’un marché libéral. La diffusion dans les campagnes n’est pas liée à des inventions soudaines, mais plutôt le résultat d’une forme de contagion de proche en proche ; quoique inégale, suivant les territoires, l’émulation est une imitation, qui est d’autant plus rapide qu’il existe des go-betweens ou des institutions locales efficaces, telles que les comices ou les fermes démonstratives et expérimentales. P. Jones consacre un chapitre entier au rôle de la technologie, en rejetant l’importance de ce facteur. Certes, la promotion de la machine et des innovations est toujours plus poussée, à travers les cabinets des machines ou les catalogues et les expositions, et des actions spécifiques sur des outils (on trouvera d’intéressants développements sur la charrue, la faucille et la faux), tandis que l’espionnage industriel pour l’importation de machines ou la maîtrise des techniques des métaux devient très répandu. Néanmoins, les machines jouent encore un rôle mineur, étant chères et difficiles à entretenir, et les expérimentations sont rarement probantes. Deux cas d’étude permettent de préciser les facteurs du progrès agricole : le Danemark et l’Écosse. Dans le premier cas, le rôle de l’État est essentiel puisqu’il initie la disparition des structures féodales au profit de l’accession à la propriété privée : la révolution est alors institutionnelle. En Écosse, le modèle de l’Agricultural Enlightenment fonctionne à plein : l’idéologie de l’amélioration, le zèle des exploitants, le réseau de connaissance et l’accès aux capitaux permettent une révolution agricole. Peut-on alors assimiler cette économie de l’amélioration à une science agricole ? Il est encore trop tôt et l’agronomie n’en est qu’à ses balbutiements. Les liens entre science et agriculture, encore ténus en 1750, se consolident pourtant au cours de la période, avec notamment la chimie qui concourt à une meilleure connaissance de la fertilité des sols et de la nutrition des plantes. La réussite du sucre de betterave après 1810 est un jalon d’une agriculture qui commence à faire alliance avec la chimie. Un dernier chapitre, intitulé « Nature and Environment », expose que l’Agricultural Enlightenment est une lutte contre la nature sauvage, qu’elle compte soumettre aux besoins de l’humanité. Les outils statistiques, cartographiques et la fiscalité témoignent d’une prise de contrôle de la nature. Des politiques de valorisation des espaces peu productifs sont mises en œuvre, par la mise en culture des landes, zones humides, ainsi que par la fermeture graduelle des communs et des actions de remembrements, dont le Danemark est le modèle. Le mouvement s’accélère après 1820. Ce mouvement vers la rationalisation des usages rencontre la résistance des communautés locales qui vivent de liens sociaux bien établis. P. Jones n’en retrace cependant pas les conséquences environnementales.

Ainsi, cet ouvrage énonce clairement que le progrès agricole provient essentiellement de connaissances pratiques qui se partagent, sont libres et gratuites, ainsi que de l’esprit d’entreprise, confiant dans les améliorations et l’expérimentation. Il redonne de la capacité d’action aux acteurs et argue qu’il faut sortir du déterminisme. Ce qui divise l’agriculture, ce n’est pas le type de culture, mais deux différents modes de comportements : l’un, tourné vers le progrès et l’amélioration, apte à la modernisation, et l’autre, qui reste prisonnier de ses routines. Évidemment, on peut souligner tout à la fois le brio de l’auteur, son érudition et son importante contribution, et penser que ce n’est qu’une façon d’entrevoir la question. Par exemple, il minimise le rôle de la demande urbaine et de l’ouverture d’un marché capitalistique ; à ce titre, il est dommage que des ouvrages tels que celui de Karl Polanyi (La grande transformation), pourtant essentiel sur ces questions de progressive autonomie du marché par rapport aux structures sociales locales, ne soient pas discutés, ainsi que l’émergence de réseaux de connaissances et de circuits marchands qui ne sont plus enchâssés dans les formes de sociabilités et de droits collectifs, et dont les conséquences ne doivent pas être évaluées seulement à l’aune d’un « progrès ». Son récit ne met pas non plus les rapports de force induits par cette connexion des marchés entre eux, facteur pourtant de poids dans la « Petite divergence » européenne. Enfin, les mondes coloniaux ne sont pas mentionnés, ce qui fait croire que le développement n’est qu’une question endogène et propre aux génies des peuples. Autant de limites qui ne peuvent qu’alimenter les débats, tant cet ouvrage maîtrise parfaitement les matériaux et les problématiques qu’il traite.

Thomas Le Roux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search