Corine Maitte et Didier Terrier, Les rythmes du labeur. Enquête sur le temps de travail en Europe occidentale, XIVe-XIXe siècle

Paris, La Dispute, « Travail et salariat », 2020, 420 p.

Voici un livre précieux : hardi, foisonnant, méticuleux et fermement structuré, il propose un ample réexamen de l’histoire du travail, en même temps qu’il répond aux discours actuels sur le déclin de la valeur travail dans les sociétés contemporaines. Depuis plus de dix ans, Corine Maitte et Didier Terrier soulignent le caractère central du temps de travail dans l’histoire sociale et animent des coopérations sur le sujet. Ils ont éprouvé leurs mises en question comme leurs propositions et discutent Foucault, Labrousse aussi bien que Thompson. Rodés aux monographies, en France comme en Italie, les deux auteurs en conservent ici la valeur et cherchent essentiellement à restituer les expériences sociales qui se sont effectivement établies autour du travail.

Ce principe a deux conséquences. Il fait tomber la coupure artificielle entre les périodes moderne et contemporaine, et suspend l’idée courante d’une révolution industrielle située à leur charnière. Comme l’avait observé Jacques Le Goff, « dès lors que la définition temporelle de la journée de travail est en jeu, et elle l’est dans certains secteurs très tôt, des problèmes similaires se posent sur la longue durée ». Les questions posées s’avèrent pertinentes également pour les derniers siècles du Moyen Âge. Elles le seraient aussi pour le XXe siècle, comme le montre le sociologue William Grossin, évoqué ici, qui analysait dans les années 1960 « le travail et le temps : horaires, durées, rythmes ». De plus, la démarche suivie rompt avec une tradition de l’histoire économique, qui consiste à construire de grandes séries de données dont l’harmonisation repose sur des moyennes établies entre des réalités différentes et parfois contrastées. Ces artefacts commodes ne correspondent à aucune situation réelle. Refusant les approximations plausibles, les deux auteurs s’en tiennent aux traces effectives et situées du travail pour remettre à plat les idées héritées sur les permanences et les mutations de l’histoire du travail.

La volonté de repartir en enquête, mentionnée dans le titre, n’empêche pas le livre de voir large. Il embrasse l’Europe occidentale, se livrant aux comparaisons chaque fois que l’occasion se présente. Celles-ci sont un levier essentiel de la démarche généralisatrice mise en œuvre. Ainsi, le « penser par cas » ne consiste pas à réunir une collection de situations diverses, mais à documenter une montée en généralité raisonnée, toujours bornée par les limites de la connaissance recueillie.

Corine Maitte et Didier Terrier organisent leur recherche selon trois échelles différentes : la journée, l’année et le contenu même du temps travaillé avec l’activité effective qu’il comporte. Dans chaque partie, ce plan montre combien la perspective de longue durée s’avère pertinente, par la récurrence des problèmes posés entre les différentes périodes.

L’étude de la journée de travail interroge ce qui est considéré ou reconnu comme travail. L’activité des enfants, précoce tout au long de la période, est aussi considérable que négligée ; la question est comparable pour le travail des femmes, notamment lorsqu’il est effectué hors du secteur manufacturier. Pour celui-ci, les sources du XIXe siècle montrent que les ouvrières, moins payées que les ouvriers, travaillent communément plus que ces derniers. Les situations de contrainte, comme les corvées d’Ancien Régime ou l’esclavage, présent sur le sol européen plus qu’on ne le pense, constituent des zones ambiguës. La condition d’esclaves recevant une rémunération pour leur travail dans des ateliers de construction à Florence en est l’illustration. Les bornes de la journée sont également délicates à définir. Dès le Moyen Âge, elles se démarquent dans bien des activités d’une définition naturelle, rythmée par le lever et le coucher du soleil ; les variations saisonnières se traduisent tantôt par des journées longues et des journées courtes, tantôt par des systèmes plus complexes. Le travail de nuit est présent dans des règles de corporation et des autorisations royales dès le XIIIe siècle. Sa diffusion au XIXe siècle, dans l’industrie manufacturière et les mines, fait tardivement l’objet d’inquiétudes mesurées et progressives à propos des enfants et des femmes.

Trois points sont particulièrement soulignés. L’essor de la mécanisation, tout d’abord, incite les acquéreurs de machines à allonger leur temps de fonctionnement, avec des répercussions sur la durée du travail ouvrier et ses horaires. Mais cette tendance subit l’interférence des variations du marché de l’emploi et des rapports de force. La ponctualité fait l’objet de préoccupations dès le début de la période. Le respect des horaires de la journée de travail, ensuite, est un objectif récurrent et un sujet litigieux, du XIIIe au XIXe. Les cloches, les horloges, les portes d’entrée, les règlements, les amendes et autres sanctions sont des signes de ces enjeux. Leur précision croissante renvoie aux relations d’emploi et aussi à la nécessité d’une coordination des activités complémentaires. Leur imbrication plus précise, associée à la standardisation et à la régularisation des productions, entraîne une acculturation progressive à la discipline du temps. Toutefois, celle-ci ne cesse de faire l’objet de résistances ouvertes et d’esquives. La mesure du travail, enfin, fait l’objet d’une mise au point importante. Nombre d’auteurs font se succéder une rémunération à la tâche puis par une mesure du temps. Parmi eux, E. P. Thompson voit ainsi à partir des années 1760-1780 en Angleterre, plus tardivement sur le continent, la substitution d’un temps compté (timed labour) à un temps défini par la tâche à accomplir (task-oriented). Corine Maitte et Didier Terrier relèvent que le travail à la tâche a toujours supposé des impératifs temporels et qu’il perdure tout au long du XIXe siècle, tandis que le travail salarié au temps a existé bien avant l’époque des usines.

La deuxième partie porte sur l’échelle annuelle du travail. Le sujet est, là aussi, encombré de modélisations discutables, comme celle qui est censée opposer les pays protestants, laborieux et parcimonieux en jours fériés, aux pays dominés par le catholicisme. En fait, chacun de ces ensembles présente une grande hétérogénéité de pratiques, tandis qu’on trouve dans les discours des deux religions l’idée d’un excès de jours fériés et le souci de ne pas encourager la paresse des pauvres. Il convient par ailleurs d’être nuancé en affirmant une tendance générale à la diminution du nombre de jours fériés en avançant vers le XVIIIe siècle. Là aussi, l’enquête révèle un écart entre les règles et les pratiques, aussi bien dans la résistance à des suppressions de fêtes que dans la non-observation de celles qui sont réaffirmées. Il en est de même pour les dimanches, qui font l’objet de nombreuses dérogations, voire d’un ample relâchement au XVIIIe siècle. Ils tendent à s’imposer dans le cours du XIXe siècle.

L’estimation du nombre de jours dédiés formellement au travail n’est connue que de façon fragmentaire. Ainsi, l’examen de certains secteurs, le textile et le bâtiment surtout, donne des années de travail proches de 250 à 260 jours au XIVe, et une croissance jusqu’à 280 jours au XVIIe, jusqu’à 300 au XIXe, sans qu’on puisse prendre ces résultats effectifs comme données générales : des enquêtes du XIXe siècle donnent encore de grands écarts entre branches d’activité. Jusqu’au XVIIIe siècle, rares sont les travailleurs toutefois qui exercent la même activité pendant toute l’année. L’instabilité domine, sous l’effet combiné des rythmes saisonniers, des variations de la conjoncture ou du climat, sans parler de la fragilité des corps face aux risques de maladie et d’accident. En se rapprochant encore des individus réels, les auteurs font apparaître un système polarisant les situations. D’un côté, un noyau stable d’employés possédant un métier ; de l’autre, un tourbillon de « travailleurs d’un jour, d’une semaine, d’une saison, dont la précarité est le lot quotidien ». Pour ces derniers, la fragilité et la variété des occupations ôtent tout sens à un calcul annuel du temps de travail. Entre les deux groupes, ceux qui le peuvent se dotent d’un assortiment d’activités de précaution.

L’instabilité n’est cependant pas toujours subie et les travailleurs disposent a priori de leur liberté de rompre les contrats d’emploi. Pour ne pas être pris au dépourvu, les employeurs recourent à différents moyens pour s’attacher la fidélité des travailleurs qu’ils emploient, en particulier des plus qualifiés. Ils peuvent ainsi retarder le paiement à la toute fin du contrat ou, au contraire, allouer des avances qui obligent les salariés, la prison pour dettes étant, dès le Moyen Âge, une sanction redoutable. Surtout, les États mettent en place des dispositions juridiques. En Angleterre, c’est le cas du Masters and Servants Act, conçu pour l’agriculture au XIVe siècle et transposé dans l’artisanat ; progressivement durci du XVIe au XVIIIe, voire au XIXe siècle, il frappe surtout les travailleurs qualifiés. En France, à partir de la fin du Moyen Âge, se développe la contrainte du billet de congé, délivré par l’employeur, et qu’à partir du XVIe siècle l’employeur suivant doit vérifier. Ce document évite au travailleur d’être considéré comme vagabond et puni comme tel. Le livret ouvrier, mis en place en 1804, reprend ce principe. Ces astreintes juridiques, très éloignées de l’idée d’un libre marché du travail, font l’objet de résistances incessantes, malgré les dangers encourus, puis de contestations par les organisations ouvrières. Elles tombent en désuétude au cours du XIXe siècle.

Dans leur troisième partie, Corine Maitte et Didier Terrier abordent le temps de travail comme organisateur de l’activité et battent en brèche les opinions courantes, situant l’intervention de la rationalisation du travail au XIXe siècle, à la suite du développement du machinisme. Si la recherche d’une efficacité du travail collectif est sans âge, la formation des manufactures suscite des aménagements favorables à la réduction des temps morts. Le XVIIe siècle voit l’essor de raisonnements et de calculs visant à mesurer l’activité humaine, prise comme un fonctionnement machinique. Il s’agit tantôt strictement de connaître le juste prix du travail, comme le fait Vauban, tantôt de faire rendre aux travailleurs le maximum d’activité dont leurs corps sont capables. Comme chez les Montgolfier, les employeurs cherchent à fixer des quotas, à réglementer les gestes et les opérations, à argumenter face aux contestations. Que le salaire soit au temps ou à la tâche, il est essentiellement fondé sur le rapport entre la production et le temps, au point que certaines comptabilités utilisent le terme « journée » pour désigner des quantités produites.

Le temps des usines accentue donc des dynamiques déjà présentes dans les manufactures. Les machines et installations mécanisées y prennent une importance inédite, par le poids des investissements et la force des contraintes qu’elles exercent sur l’organisation et le cadencement du travail. Si certains penseurs expliquent qu’« économiser les forces de ses ouvriers, c’est en obtenir davantage », d’autres, et nombre d’employeurs avec eux, considèrent plutôt le machinisme comme un excellent levier pour « faire de l’ouvrier un automate minutieux et silencieux ». L’observation des conflits témoigne de résistances à ces formes d’intensification du travail, aux pressions sur les rémunérations et à la multiplication des accidents. Elle montre la démesure fréquente des journées de travail.

L’intensification concerne aussi le travail qui s’effectue hors des usines. Le tâcheronnage et le marchandage s’étendent au XIXe siècle dans des secteurs comme le terrassement et le bâtiment, les industries du luxe, les mines ou encore la métallurgie. Lorsque la récession du dernier tiers du XIXe siècle fait baisser les prix, ce principe d’adjudication écrase les revenus des travailleurs, surtout s’ils se trouvent pris dans le marchandage en cascade du sweating-system. Le travail à domicile conjugue alors l’intensité des cadences à l’extension des horaires, dans une terrible lutte pour la survie. La diffusion du petit machinisme, comme les machines à coudre, renouvelle les secteurs propices à ce mode de travail.

Au terme de ce survol, quelques lignes de force se dégagent de l’ouvrage. Les auteurs invitent à se détacher d’une lecture des évolutions du travail comme d’une succession de systèmes, dominés chacun par un principe organisateur. Ils montrent que la plupart de ces principes existent plus tôt et plus tard que ne le suggère une histoire séquencée, et couvrent même bien souvent l’ensemble de la période, du Moyen Âge à l’orée du XXe siècle. C’est en termes de coexistence plutôt que de succession, de pluralité plutôt que d’unicité qu’il convient de penser l’histoire des modes d’organisation du travail. Les changements sont à chercher dans les recombinaisons des différents systèmes, souvent complémentaires, plus délicates à caractériser, mais plus conformes aux variations du paysage social.

Le livre invite également à tirer parti d’un déplacement des perspectives, des systèmes vers les travailleurs et les travailleuses. À partir de ce point de vue, pour autant que les sources le permettent, on peut observer les relations de travail et les organisations qui les sous-tendent. L’importance de la précarité, de l’instabilité, des mobilités contraintes ou choisies apparaissent alors. La plupart des travailleurs combinent différentes façons de gagner leur vie. Les lectures strictement professionnelles ou institutionnelles sont limitées car elles ne correspondent que peu à ces travailleuses et travailleurs protéiformes, médiocrement reconnus et pourtant massivement présents.

Enfin, on notera les vertus du refus de modéliser à la légère. À notre époque, où l’horizon du salariat généralisé et du travailleur à statut se fragilise et s’estompe, cette fresque, parcourue de lignes de temps novatrices, fait bien écho au caractère pluriel et instable du monde actuel du travail.

Nicolas Hatzfeld


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search