Patrizia Dogliani, Le socialisme municipal en France et en Europe de la Commune à la Grande guerre.

Nancy, Arbre bleu éditions, « Gauches d’ici et d’ailleurs », 2018, 350 p. Préface de Gilles Candar.

Historiens du socialisme et lecteurs éclairés ne pourront que se réjouir de la parution d’un grand classique de l’histoire du socialisme, la thèse de Patrizia Dogliani. Professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Bologne, elle a soutenu en 1991, sous la direction de Madeleine Rebérioux, une thèse sur le socialisme municipal en France et en Europe avant la Grande Guerre. Publiée en italien, elle n’était jamais parue en français.

L’auteure propose une histoire européenne du phénomène du municipalisme, soit la gestion par des socialistes (de toute tendance) de municipalités. Si l’ouvrage s’intéresse d’abord à la France, il invite néanmoins à replacer l’expérience française du socialisme municipal dans un contexte européen puisqu’il propose de nombreuses comparaisons avec les exemples allemands, italiens et britanniques. L’étude couvre la période 1871-1914, mais se concentre plus spécifiquement sur les années 1894-1914. Dotées d’une forme d’autonomie par la loi municipale de 1884, les premières municipalités socialistes (à commencer par celle de Commentry en 1882) font une première expérience du pouvoir, dont Patrizia Dogliani retrace à la fois l’histoire intellectuelle et l’histoire politique.

Patrizia Dogliani nous propose ainsi d’abord une histoire intellectuelle du socialisme municipal, une double histoire intellectuelle. Elle retrace l’histoire des débats internes au socialisme français en premier lieu. Elle étudie bien évidemment en détail les querelles des socialistes français sur la question du pouvoir et du réformisme, au cœur desquelles figure le pouvoir municipal. Dès les années d’émergence du socialisme municipal (années 1880), ces querelles ont contribué à figer deux lignes opposées, une guesdiste et une « réformiste », sans que cela suffise à épuiser le débat (Patrizia Dogliani insiste par exemple sur le rôle central et intermédiaire d’un Édouard Vaillant). Le congrès de Saint-Quentin de 1911 est le seul qui aborde véritablement le débat sur le municipalisme et qui fige les deux positions antagonistes, réformatrice, qui croit en la valeur des régies directes dans le chemin sur le socialisme, et guesdiste, qui considère qu’il n’existe pas de « socialisme municipal ».

Cependant, l’auteure propose aussi une étude des débats autour des régies à l’échelle européenne, puisque l’expérience en est commentée par des penseurs de diverses tendances politiques (bien au-delà des seuls cénacles socialistes). La question des régies devient, en effet, un objet d’étude socialiste et universitaire à l’échelle de l’Europe, de nombreuses thèses de droit et d’économie étant soutenues sur le sujet. Un des apports fondamentaux du livre de Patrizia Dogliani est ainsi l’étude des échanges européens sur la question du municipalisme. Construisant une solide histoire des idées, elle suit les hommes et leurs voyages d’études, mais aussi les vecteurs imprimés, qui permettent des transferts d’idées et d’expériences. On peut penser à la revue Les Annales de la régie directe, qui comprend en 1908 des éditions dans dix-sept pays d’Europe et des correspondants à travers le continent. L’auteure mesure l’influence respective des modèles étrangers sur la France (et l’explique par des facteurs humains et éditoriaux). Les années 1890 voient ainsi la domination du modèle belge (qu’elle explique par la langue commune) et allemand (avec Henri Sellier et Albert Thomas comme passeurs), avant un élargissement au début du XXe siècle. Les années 1900 sont le moment des premières grandes enquêtes sur les régies, en Allemagne, en Italie et en France, qui ne sont d’ailleurs pas toujours diligentées par les socialistes. Patrizia Dogliani démontre aussi que la question des régies ne devient pas un monopole socialiste, au contraire, les réseaux réformateurs privés en font aussi un sujet d’étude, à l’image du musée social fondé en 1895.

En plus d’une histoire intellectuelle, le livre de Patrizia Dogliani présente, de surcroît, une passionnante histoire des pratiques municipales, éclairées par des comparaisons européennes. Dans l’axe des pratiques, l’ouvrage a le mérite de proposer une histoire factuelle du socialisme municipal avant-guerre, qui va bien au-delà des monographies locales, pour tenter un chiffrage, rendu très complexe par l’absence de sources fiables. L’auteure propose aussi une chronologie, qui se scande en plusieurs temps. Les années 1880 sont clairement des années de construction d’un socialisme municipal qui demeure un socialisme de combat par son contenu fortement anticlérical et antimilitariste. Cela n’empêche pas le développement des premières politiques sociales, encore fortement limitées par les contraintes financières. Les années 1890 démontrent aux élus la nécessité de bien gérer leur commune afin de la conserver dans les urnes, elles sont donc des années d’émergence d’une forme de pragmatisme. Les années 1900 sont décrites comme la phase adulte du municipalisme, notamment grâce à l’élargissement des prérogatives des communes. Toutes se concentrent sur des politiques sociales à destination des plus fragiles (indigents, personnes âgées, maternité), alors que la mise en place des régies est plus timide et complexe. À nouveau, sur cette question, les socialistes sont confrontés, en tant qu’employeurs d’ouvriers et employés communaux, à la question de la rentabilité des services en régies. Le socialisme devient pragmatique, comme l’atteste l’évolution de la position des élus sur les octrois. Opposés à leur maintien initialement, ils se rendent compte qu’ils constituent la première source de revenu pour les municipalités, et les maintiennent.

Les pratiques locales contribuent ainsi à construire un réformisme socialiste distinct du radicalisme et du républicanisme. Cela entraîne la transformation même des plus révolutionnaires des guesdistes, dont les pratiques s’uniformisent avec celles des réformistes au sein de la SFIO. Si l’auteure remarque la faiblesse des politiques culturelles socialistes (comparées notamment au modèle de la social-démocratie), elle affirme cependant que c’est par le prisme municipal qu’a lieu « l’intégration de la classe ouvrière à la vie politique nationale » (p. 18). Dans les années 1900, les municipalités, par leurs politiques, font la force du mouvement socialiste. Pour Patrizia Dogliani, le socialisme municipal explique l’absence d’opposition frontale entre les classes en France (contrairement à l’Italie à la même époque), contribuant ainsi à « sauver la France de la tentation fasciste » (p. 20), une affirmation qui fait écho à ses travaux plus récents sur le fascisme italien.

Enfin, l’auteure n’oublie pas d’aborder les relations des mairies socialistes avec le mouvement ouvrier (bourses du travail, coopératives, syndicats). Patrizia Dogliani suggère que les structures coopératives ont pu constituer des moyens de contourner les restrictions légales, venant confirmer de bonnes relations avec le mouvement coopérateur. Elles sont particulièrement développées en région parisienne par des socialistes comme Albert Thomas ou Lucien Voilin. L’auteure démontre, au contraire, que les rapports avec les syndicats restent conflictuels car les bourses du travail, dotées de nouvelles fonctions au début du siècle, sont parfois devenues des bastions de l’anarcho-syndicalisme.

L’ouvrage se clôt sur une étude du socialisme municipal pendant la guerre, qui démontre l’opportunité que constitue pour les mairies ce premier conflit mondial, leur permettant de s’emparer de prérogatives normalement limitées par l’État. Quelques pistes sont évoquées pour l’entre-deux-guerres.

L’apport de cet ouvrage à l’étude du socialisme français est donc fondamental. C’est un classique indispensable à la compréhension de la définition de l’identité socialiste, par les débats des congrès mais aussi par les pratiques locales. Le réformisme socialiste des élus locaux avant-guerre s’épanouit en effet dans l’entre-deux-guerres pour donner naissance à un important courant réformateur. Pour Patrizia Dogliani, la position réformiste d’un Adrien Veber ou d’un Edgard Milhaud annonce le courant réformateur et étatiste de l’entre-deux-guerres « qui ne croit plus à la révolution politique mais seulement à l’évolution socio-économique des institutions démocratiques » (p. 151). Le débat sur la valeur des réformes continue ainsi d’irriguer les débats socialistes dans l’entre-deux-guerres.

Aude Chamouard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search