Matthieu Boisdron et Michel Catala (dir.), Les élections municipales de 1977.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Histoire », 2020, 266 p.

Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque organisé en 2017 par l’Université de Nantes et la fondation Jean-Jaurès à l’occasion du quarantième anniversaire des élections municipales de 1977. Il réunit les contributions d’historiens dont plusieurs jeunes docteurs et doctorants, auteurs de travaux renouvelés et remarqués, associés à un politologue.

Il est peu fréquent que l’anniversaire de ce type d’élections retienne l’attention. La solide conclusion de Christian Bougeard et divers développements, au fil des pages, reviennent sur ce qui l’a justifiée. Ces élections municipales, loin d’être strictement locales, ont constitué à divers titres un tournant politique.

En 2020, toutes les têtes de listes aux élections municipales ont pris grand soin d’effacer leurs appartenances politiques et le logo de leurs organisations et leur ont substitué des intitulés et maquettes pratiquement interchangeables, pour tenter ainsi d’échapper au désamour du politique aujourd’hui régnant. En 1977, la dynamique alors engagée par la signature du Programme commun de gouvernement vaut au contraire aux élections pourtant municipales d’être « nationalisées » au plus haut point, montre Rémi Lefebvre, à l’égal de celles de 1935, 1945 et 1947, voire 1958, au point de donner corps au modèle des « élections intermédiaires », formalisé pour l’occasion par Jean-Luc Parodi. La « nationalisation » s’opère d’autant plus que le scrutin de liste sans panachage précipite la constitution de listes unitaires au premier tour parmi les signataires du Programme commun, mais également, phénomène exceptionnel, parmi les trotskistes (Hugo Melchior). Elle contribue sans doute à ce que le taux de participation soit exceptionnel. Que ces élections soient les premières depuis l’abaissement de l’âge de la citoyenneté à 18 ans et, dans un tout autre registre, depuis les Assises du socialisme, constitue une autre originalité, de nature à affecter la sociologie politique des électorats partisans. Comme en 1935, les communes renouvelées vont, enfin, constituer un banc d’essai pour l’expérimentation de nouveaux modes de pouvoir par les partis de gauche, présumés ouvrir la voie à une société que les uns qualifient d’autogérée et les autres de démocratisée.

Le tournant politique doit également aux effets différés de ces élections. La politique unitaire a profité à toutes les formations signataires du Programme commun comme, du reste, aux trotskistes. Le PS en est toutefois le principal bénéficiaire. Sous les effets conjugués du nouveau rapport de force qui se dessine et du retournement de cycle économique qui s’engage alors, en hypothéquant lourdement les orientations keynésiennes du Programme commun, le PCF opère un retournement stratégique, à l’origine de la rupture de l’union, six mois plus tard.

Les études consacrées à ces élections sont moins rares que l’introduction de l’ouvrage ne le laisse à entendre, pour peu qu’on ne se limite pas aux travaux historiques1. Mais parce que ces élections doivent à la réintroduction de Paris dans le droit commun d’avoir également été les premières à doter la capitale d’un maire élu, une majorité des travaux, toutes disciplines confondues, ont été consacrés à l’élection parisienne. Mais « la France n’est pas Paris », pour reprendre ici le titre de la contribution que Bernard Lachaise consacre aux gaullistes. L’originalité de l’ouvrage tient à ce que, nonobstant son titre englobant et la variation des échelles à laquelle il s’essaie, il aborde ces élections depuis l’Ouest français. Cette inscription territoriale structure les troisième et quatrième parties de l’ouvrage, respectivement consacrées à des monographies « supra-communales » et communales. Ce décentrement doit aux caractéristiques de l’Ouest français de réagir utilement sur les deux premières parties intitulées « Contextes socio-politiques » et « Forces politiques en présence ». Dans les années 1970, cette région, qui présente de durables spécificités culturelles, constitue en effet également une zone de changement socio-économique et urbain accéléré, précocement marquée par l’irruption d’un nouveau cycle politique, à ce titre avant-gardiste. Si quelques-unes des contributions constitutives de ces deux premières parties reprennent la substance de données désormais bien connues en s’appuyant sur des travaux dûment cités, d’autres doivent à ce double aspect de se focaliser sur des questions ou des acteurs qui ne retiennent pas toujours au même titre l’attention des approches macro-politiques.

L’urbanisme et sa prise en charge sont abordés par Thibault Tellier, qui montre comment le « socialisme réalisateur » institue la question urbaine en élément déterminant de la marche vers le socialisme. Cet aspect contribue à expliquer que l’ouvrage, dont la couverture reproduit le manifeste municipal du Parti socialiste, ne consacre aucun article en propre à ce parti, préférant le saisir par une pratique alors constitutive de son hégémonie grandissante. Ces mêmes questions sont à l’œuvre dans la contribution qu’Alexis Vrignon consacre à la naissance de l’écologie politique ainsi que par la plupart de celles traitant du « supra-communal ». Que la contribution de Jean Vigreux soit une approche de sommet destinée à montrer comment la direction communiste rompt alors avec ses dénonciations épisodiques du « crétinisme municipal » est toutefois à l’origine d’un déséquilibre que des approches plus circonstanciées du communisme municipal auraient permis d’éviter en permettant en outre d’intéressantes comparaisons2. La contribution que Christophe Batardy consacre aux communes de la métropole nantaise apporte à cet égard des éléments d’un grand intérêt s’agissant des traitements différenciés de la question scolaire.

Le poids de la culture catholique et les spécificités du « mai breton » (Vincent Porhel) répondent quant à eux de l’attention portée à l’extrême gauche et aux déclinaisons du gauchisme dans le champ religieux (Vincent Soulage) comme à la culture catholique de gauche et aux gaullistes de gauche dont les communistes tentent alors (vainement) de faire une « quatrième composante » des signataires du Programme commun.

L’assertion formulée en introduction, selon laquelle la France des années 1970 serait devenue un « objet historiographique légitime », n’est pas sans surprendre. D’abord en ce qu’elle semble impliquer « l’illégitimité » des travaux historiques consacrés aux décennies ultérieures. Ensuite parce que plusieurs contributions à cet ouvrage constituent d’excellents instruments de réflexion sur la politique contemporaine. En montrant que l’écologie politique s’implante à partir de questions locales (implantation de centrales nucléaires), de politique urbaine, du cadre de vie (66 % de ces listes concernent des villes de plus de 20 000 habitants) et d’une volonté de décentralisation en rupture avec le caractère étatique perpétué du Programme commun, Alexis Vrignon contribue à éclairer le tropisme territorial qui caractérise encore aujourd’hui les Verts. La contribution de Vincent Soulage, intitulée « Des curés rouges à la vague rose », souligne pour elle à son terme la très grande discrétion des chrétiens de gauche dans l’espace politique et le relais qu’assurent aujourd’hui les responsables des grandes associations caritatives en renouant avec la tentation séculaire de contourner la politique par le social.

Que l’ouvrage prenne appui sur beaucoup d’éléments déjà connus et que certaines des monographies « supra-communales » et communales présentent des aspects byzantins pour le profane, il est vrai sans doute consubstantiels à ce type d’élections, n’exclut pas qu’il recèle bien du grain à moudre.

Danielle Tartakowsky


1 Voir https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/Bibliographiemunicipales.pdf.

2 E. Bellanger, Ivry, banlieue rouge, Grâne, Créaphis, 2017.

  1. Voir https://www.sciencespo.fr/cevipof/sites/sciencespo.fr.cevipof/files/Bibliographiemunicipales.pdf. []
  2. E. Bellanger, Ivry, banlieue rouge, Grâne, Créaphis, 2017. [Lire le compte rendu] []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2 juillet 2021). Matthieu Boisdron et Michel Catala (dir.), Les élections municipales de 1977. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0dn


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 02/09/2021

    […] Pour lire la recension complète, cliquez ici […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search