Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points.

Paris, La Découverte, « Petits cahiers libres », 2019, 190 p.

« C’est un beau moment, que celui où se met en mouvement un assaut contre l’ordre du monde. Dans son commencement presque imperceptible, on sait déjà que, très bientôt, et quoi qu’il arrive, rien ne sera plus pareil à ce qui a été. C’est une charge qui part lentement, accélère sa course, passe le point après lequel il n’y aura plus de retraite, et va irrévocablement se heurter à ce qui paraissait inattaquable ; qui était si solide et si défendu, mais pourtant destiné à être ébranlé et mis en désordre.»

G. Debord, In girum imus nocte et consumimur igni, Paris, Lebovici, 1990, p. 57.

À quarante ans de distance, les mots de Guy Debord résonnent avec l’expérience singulière d’engagement collectif. La mobilisation des gilets jaunes a suscité un intérêt important de la part des médias, des scientifiques et du public. Les nombreuses parutions sont loin d’avoir épuisé à ce jour les analyses de ce mouvement social protéiforme qui naquit à l’automne 2018 et dont les prolongements sont encore en cours. Parmi les ouvrages, l’essai de Laurent Jeanpierre entend proposer des « leçons politiques des ronds-points ». In Girum présente en premier lieu une synthèse complète des recherches parues jusqu’alors sur la contestation. Elle revêt la dimension d’un « événement politique » (p. 10), en suscitant des interprétations multiples, parfois divergentes à gauche comme à droite. L’auteur assume d’emblée sa position intellectuelle : il s’agit de remettre en cause le sens commun des chercheurs avant de questionner celui des protagonistes. Si ce mouvement intrigue, c’est qu’il déjoue un certain nombre de résultats et de généralisations théoriques sur les mouvements sociaux. Par son caractère composite, essentiellement ancré dans les classes populaires mais loin de s’y réduire1, rassemblant dans un premier temps des hommes et des femmes souvent profanes en politique et aux positions diverses, ce mouvement appelle une réflexion sur la politique contestataire que Laurent Jeanpierre esquisse en quatre temps, pour proposer des lignes d’un imaginaire politique qui fait écho aux expériences protestataires contemporaines, localisées et renouvelant les formes de la démocratie dans différentes parties du monde.

Le premier chapitre propose la thèse de « la destitution de la gauche et du “mouvement social” ». Achevant de mettre en crise l’intermédiation syndicale et partisane, le protagonisme des gilets jaunes se déploie selon un répertoire d’action qui conjugue l’occupation de lieux jusqu’ici inhabités – les ronds-points – et la manifestation hebdomadaire, avec ponctuellement d’autres modes d’action collective. À partir de janvier 2019, le démantèlement de la majorité des cabanes des ronds-points amène la manifestation à devenir le principal point de convergence d’une protestation spectaculaire, à laquelle les dispositifs de maintien de l’ordre confèrent une dimension émeutière et répressive inconnue depuis plusieurs décennies. La synthèse, fort bien menée, éclaire la mise en crise des modalités de protestation collective forgée dans une économie fordiste et celles de la représentation. La réponse du gouvernement fut à la fois répressive – avec un usage disproportionné de la violence par les forces de l’ordre souligné par différents rapports institutionnels, un traitement judiciaire d’une sévérité exemplaire et une réduction importante des libertés publiques –, et participative avec le Grand débat supposé canaliser l’expression des revendications. Même si le gouvernement a abandonné le projet de taxe sur les carburants à l’origine de la contestation, il a largement ignoré les demandes des gilets jaunes. Il a aussi placé les organisations politiques – de gauche – et syndicales devant leur incapacité à encadrer et structurer les mouvements sociaux contemporains dans un contexte de profondes mutations du capitalisme.

C’est, dans un second temps, les « vecteurs de la lutte » que l’ouvrage met en lumière. Laurent Jeanpierre rappelle cette donnée essentielle qu’un mouvement social repose sur un travail de mise en forme qui a largement reposé sur des « entrepreneurs » et l’usage des réseaux sociaux. Au regard des propriétés sociales des protagonistes, la mobilisation semblait improbable. Cette remise en cause des interprétations sociologiques habituelles a conduit une partie des intellectuels, des médias et de la classe politique à disqualifier ce « protagonisme politique » propre aux conjonctures révolutionnaires. Cette dynamique se donne à voir dans des espaces locaux, délaissés par la médiatisation spectaculaire des « moments émeutiers » (p. 97) parisiens. La thèse d’une « relocalisation de la politique » est avancée dans le chapitre suivant, alors que se dessine l’horizon des élections municipales de 2020. Le plaidoyer pour une approche territorialisée des expériences politiques s’appuie sur les premières enquêtes ethnographiques et éclaire les processus de politisation à l’échelle micro-sociale du rond-point et de la cabane, insaisissables dans les approches nationales et la focalisation sur les manifestations parisiennes2. L’auteur relie ces dynamiques aux rapports de force entre un gouvernement centralisateur marqué par la verticalité de l’autorité étatique et des représentants des collectivités territoriales qui se saisissent de la contestation sans pour autant soutenir le mouvement, afin de réclamer des marges de manœuvre perdues.

Les Champs-Élysées et Paris, emblématiques de la contestation médiatique, n’étaient plus le « lieu obligé de tous les voyages3 ». C’est dans la multitude des sites d’occupation que se trouve la relocalisation du politique. Le dernier chapitre s’attelle à une réflexion sur les « utopies réelles et locales », esquissant les possibilités d’un communalisme en acte et les limites de ces projets politiques. Pour l’auteur, l’un des écueils du mouvement réside dans l’abstraction politique – l’organisation politique interne – « l’autonomisation de ces préoccupations par rapport aux autres pratiques collectives et aux premiers motifs de mobilisation » (p. 157). L’assemblée, rapidement investie par des personnes aux expériences militantes antérieures, routinisée, conduirait à une séparation du politique d’autres expériences sociales. C’est précisément à ce désencastrement qu’une partie des gilets jaunes a tenté d’opposer d’autres modes d’engagement. Laurent Jeanpierre analyse ainsi l’incapacité de la revendication du Référendum d’initiative citoyenne (RIC), qu’il estime déconnectée d’expériences vécues, à enrayer l’affaiblissement de la participation. Cette analyse pourrait être nuancée par l’observation des « réseaux dormants », entretenus par des gilets jaunes partisans du RIC, qui subsistent encore aujourd’hui et prolongent sous d’autres formes le mouvement social. Enfin, l’ouvrage souligne – à rebours du sens commun savant et médiatique de l’époque –, l’aiguillon écologique qui a orienté l’action collective du mouvement durant l’année 2019. Cette intuition a été confirmée par l’évolution du mouvement et différentes recherches4. Répondant dans un même geste à la question sociale et environnementale, une « praxis écologiste populaire » a été mise au jour par différents collectifs de gilets jaunes, contribuant peut-être à mettre en acte la « politique des communes » (p. 186). Les confinements et l’état d’urgence sanitaire ont considérablement modifié les formes et l’intensité de la mobilisation, mettant un coup d’arrêt à l’intérêt médiatique pour cette contestation inédite.

Un peu plus de deux ans après le 17 novembre 2018, l’ouvrage de Laurent Jeanpierre offre l’une des meilleures synthèses sur la première phase du mouvement et ouvre des pistes de réflexion sur les contestations contemporaines et les possibilités d’action collective dans un monde post-fordiste.

Magali Della Sudda


  1. Collectif d’Enquête Gilets jaunes, C. Bedock, A. Bernard de Raymond, A.-G. Beurier, P. Blavier, L. Bonin, A. Courty, M. Della Sudda, G. Delozière, C. Dondeyne, C. Elalaoui, F. Flipo, C. Frémont, M. Gaborit, A. Girardin, T. Grémion, P. Guillemin, M. Havard, M. Ivanovic, D. Larrouqué, A. Levain, P. Liochon, F. Neyrat, L. Ormiere-Noblet, L. Pauchard, F. Pigot, E. Reungoat, T. Schnatterer, L. Spéter Lejeune, F. Soulié, A. Valeria, et É. Walker, « Enquêter in situ par questionnaire sur une mobilisation. Une étude sur les gilets jaunes », Revue française de science politique, vol. 69, n° 5-6, 2019, p. 869-892. []
  2. Z. Bendali, R. Challier, M. Della Sudda, O. Fillieule, É. Agrikoliansky et P. Aldrin, « Le mouvement des Gilets jaunes : un apprentissage en pratique(s) de la politique ? », Politix, n° 128, 2019, p. 143-177. []
  3. G. Debord, In girum…, op. cit., p. 59. []
  4. Voir le numéro coordonné par F. Flipo, « Vers de nouvelles écologies populaires ? », Écologie et politique, n° 62, 2021. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search