Raffaella Sarti, Anna Bellavitis et Manuela Martini (dir.), What is Work? Gender at the Crossroads of Home, Family and Business from the Early Modern Era to the Present.

New York, Berghan Books, « International studies in social history », 2018, 398 p.

Cet ouvrage se propose d’interroger les frontières du travail à partir de l’espace domestique. Pour éclairer cette question, Raffaella Sarti, Anna Bellavitis et Manuela Martini ont rassemblé les contributions de chercheuses de différentes disciplines, portant sur l’Europe et les États-Unis du XVIe siècle à nos jours. Qu’il s’agisse du soin apporté aux membres de la famille, de la production à domicile pour le marché ou même d’une activité dans le cadre d’une entreprise familiale, le travail réalisé à la maison est largement l’œuvre des femmes. Or, la définition étroite du travail qui s’impose au XIXe siècle empêche de considérer l’importance économique de ces activités.

Le lien entre la conception du travail comme activité productive qui s’impose à l’époque contemporaine et l’invisibilisation de tout un pan des activités féminines est au cœur de cet ouvrage. La définition du travail qui devient dominante au XIXe siècle écarte les soins des mères et des épouses à l’égard des membres de leur famille. Cette exclusion initiale a des conséquences plus vastes : par extension, les activités s’exerçant dans le cadre familial et l’espace domestique, notamment quand elles sont effectuées par des femmes, sont considérées comme marginales. C’est d’autant plus délétère que le travail confère alors des droits, notamment politiques. L’invisibilisation du soin des épouses et des mères aux membres de leur famille est donc la matrice d’un effacement plus large de la contribution féminine à l’économie et à la vie en société.

Le concept féministe de « travail reproductif », forgé au début des années 1970 à partir d’une reprise hétérodoxe du concept de reproduction de Marx, permet toutefois de saisir les contours de ces activités négligées. Les activités de soin réalisées dans le cadre familial sont en réalité indispensables au fonctionnement de l’économie capitaliste, puisqu’elles (re)produisent quotidiennement « cette étrange marchandise qu’est le travailleur » (p. 29). En ce sens, il s’agit bien de travail, même si les conditions dans lesquelles il s’exerce – relations familiales, cadre domestique, absence de rémunération – tendent à obscurcir ce fait.

En faisant de cet effacement un problème, l’ouvrage offre une perspective féconde pour repenser la notion de travail. D’une part, il ouvre une question sur la construction historique de ses frontières. Des distinctions tenues aujourd’hui pour évidentes ont une trajectoire plus mouvementée qu’il n’y paraît. Il montre aussi de façon très convaincante combien la contribution des femmes à la production de biens et de services pour le marché a été mécomptée par les sources. Inclure les activités effectuées à domicile ou dans le cadre d’entreprises familiales que les statistiques ont eu tendance à négliger autorise par exemple à revoir profondément les temporalités de l’activité féminine. Mais enfin, comme l’expliquent les éditrices dans l’introduction, il ne s’agit pas simplement de corriger les biais des sources pour rétablir une véritable histoire de la contribution des femmes au travail productif. Il importe plutôt de revenir sur le partage initial pour inclure le travail domestique effectué en tant que responsabilité familiale à l’histoire du travail. Seul ce déplacement permettra en effet de prendre la pleine mesure de la contribution des femmes à l’économie et à la (re)production de la vie en société.

Le livre est très dense, théoriquement et empiriquement, mais la reprise des éléments saillants dans l’introduction et la conclusion offre une mise en perspective des différents articles. Constitué de dix contributions, l’ouvrage est organisé en trois parties.

La première partie retrace l’émergence des théories féministes qui ont montré que le travail domestique, bien qu’effectué gratuitement, était en réalité indispensable à l’économie. L’économiste Nancy Folbre repère les inflexions et les points décisifs dans l’histoire de la pensée économique pour comprendre quand et comment les auteurs ont évacué l’activité domestique des mères et des épouses de la définition du travail. Néanmoins, elle rappelle aussi que des socialistes comme Robert Owen ont pointé les lacunes de la théorie économique à cet égard, alors que, dès 1873, des féministes américaines ont réclamé un salaire pour ces activités. La contribution de l’historienne Alessandra Pescarolo se focalise sur le concept de « travail reproductif ». Élaboré dans le cadre d’un groupe féministe à Padoue, notamment par l’une de ses membres, Mariarosa Dalla Costa, il a été forgé au début des années 1970 à partir d’une reprise hétérodoxe de l’idée de « reproduction » de Marx. En montrant que les soins des femmes envers les membres de la famille reproduisent la force de travail, ce concept éclaire leur contribution invisible à l’économie. Cette rupture théorique a été au fondement d’une mobilisation internationale en faveur d’un salaire pour le travail domestique des mères et des épouses. Dans son article, l’historienne Alessandra Gissi interroge le caractère subversif de cette revendication en révélant la complexité de sa trajectoire historique. En Italie, au début des années 1970, les féministes qui se mobilisent en faveur d’une rémunération pour le travail ménager cherchent à en faire un terrain de lutte pour l’émancipation des femmes. Néanmoins, la proposition d’un salaire pour les femmes au foyer est déjà présente dans l’Italie fasciste des années 1930, portée notamment par la revue Casa e Lavoro, qui promeut à la fois une organisation rationnelle du travail domestique et une vision conservatrice de la famille.

La deuxième partie démontre que les sources du travail sont fortement marquées par des biais de genre et propose des stratégies concrètes pour les contourner.

Tout d’abord, Cristina Borderías examine les statistiques en Espagne de 1856 à 1930 pour voir comment elles se saisissent du travail féminin1. Cet examen permet de prendre la mesure des déformations induites par les sources, ouvrant un doute salutaire sur ce que nous croyons connaître du passé. Elle examine aussi une enquête sur les budgets ouvriers à Barcelone en 1856, dans laquelle l’auteur sous-estime systématiquement l’importance des revenus féminins dans l’économie familiale. Le père gagnant par son seul travail le pain de tous les membres du foyer n’est pas seulement un idéal social largement partagé au XIXe siècle, c’est aussi un présupposé idéologique qui oriente la collecte des données.

Observant le recensement depuis la fondation de l’État italien, Raffaella Sarti montre comment des femmes engagées dans de nombreuses activités dans le cadre domestique ont été catégorisées comme femmes au foyer. Alors que le travail est au cœur de la citoyenneté, l’invisibilisation du travail féminin justifie plus largement le monopole masculin de la politique. La contribution de Nancy Folbre déjà citée rappelle qu’il était possible de compter autrement : de 1851 à 1881, le recensement anglais, considérant que la population est la principale richesse d’un pays, reconnaît les « femmes au foyer » comme une profession.

Les deux contributions suivantes offrent des stratégies novatrices pour contourner les silences des documents du passé. Maria Ågren se demande comment saisir le travail dans les sources de la Suède moderne. Plutôt que s’en tenir aux activités rémunérées ou aux mentions de métiers, elle propose de se concentrer sur les verbes d’action, identifiés systématiquement dans un très vaste corpus constitué pour l’occasion (1500-1799). Les conclusions sont notamment que la plupart des activités – y compris le fait d’abattre un arbre, par exemple – sont exercées à la fois par des femmes et par des hommes.

Margareth Lanzinger s’intéresse aux demandes adressées à l’Église catholique par des personnes voulant épouser un proche parent au Tyrol au XIXe siècle. Désireux de prouver la nécessité de l’union, le demandeur livre une abondance de détails sur l’activité de la parente qu’il aimerait épouser. Ainsi, une femme désignée simplement comme « servante » dans le registre paroissial apparaît dans ces sources comme une vendeuse polyglotte et compétente, capable de tenir la boutique quand le marchand doit s’absenter.

Dans une dernière partie, les auteures s’intéressent à la façon dont la loi définit les frontières de ce qui compte comme travail. Partant des discussions dans le cadre de l’Organisation internationale du travail, Eileen Boris montre le lien profond entre les réticences à encadrer le travail à domicile et les services domestiques, « par définition, le foyer était un défi à la régulation » (p. 274). Ce n’est pas seulement que ces activités font l’objet de moins d’attention, mais plus profondément qu’elles sont considérées comme hors norme, de sorte que les conventions tendent à les exclure. Les responsables du Women’s Bureau, qui tentent de les faire réguler, doivent longtemps se contenter de multiplier études et expertises. Finalement, c’est à travers le rôle des femmes dans le monde rural en développement que le Bureau international du travail prend la mesure de l’importance économique du travail non rémunéré des femmes.

Du point de vue juridique, il y a une tension entre le fait que le travail domestique dans le cadre familial constitue une obligation morale – en Italie, il relève par exemple de la « solidarité familiale » – et le fait qu’il contribue à l’augmentation du niveau de vie et parfois même aux revenus des membres de la famille. Cette dernière raison explique que le droit autorise tout de même parfois des compensations financières. En Italie, la juriste Maria Rosaria Marella éclaire les limites de la prise en compte du travail domestique des épouses dans le calcul des pensions de divorce2. Pour la France, l’anthropologue Florence Weber met en lumière la façon dont l’héritage peut constituer un moment de compensation du travail gratuit pour une exploitation agricole familiale (c’est la notion de « salaire différé ») ou même des soins accordés aux parents vieillissants.

Laura Lee Downs clôt cet ouvrage par une conclusion étoffée. Elle propose d’éclairer les liens entre l’histoire du travail domestique non rémunéré et l’émergence de l’État-providence. Ces relations sont perceptibles dans l’investissement féminin dans le bénévolat, mais aussi dans la volonté de l’État, certes différenciée selon les pays, de prendre en charge une partie du labeur domestique des mères et des épouses. Elle invite enfin à penser la façon dont la construction historique de la race a contribué à l’invisibilité du travail domestique.

Dans la perspective de la préparation des concours, cet ouvrage permet d’ouvrir le champ de ce qui constitue l’histoire du travail et de construire un point de vue critique sur ses sources. Il intéressera aussi plus largement celles et ceux qui veulent écrire une histoire du travail réflexive, attentive aux catégories qui la constituent. Enfin, à l’heure où le développement rapide du télétravail promet de déplacer une grande partie des activités salariées vers l’espace domestique, il offre une perspective historique forte pour affûter notre regard sur les écueils du présent.

Camille Fauroux


  1. Pour la France, Margaret Maruani et Monique Meron proposent également une lecture critique du décompte de l’activité féminine par les recensements, Un siècle de travail des femmes en France. 1901-2011, Paris, La Découverte, 2012, voir en particulier p. 43-45. []
  2. Ces questions ont été étudiées pour la France par les sociologues Céline Bessière et Sybille Gollac dans Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités, Paris, La Découverte, 2020. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search