Collectif, Parler de soi. Méthodes biographiques en sciences sociales.

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps & lieux », 2020, 314 p.

Cet ouvrage, codirigé par un groupe associant sociologues, doctorants et doctorantes, s’est donné une belle ambition : dresser un tableau du rapport des sciences sociales à la méthode biographique, quelque trente-cinq ans après la publication du bref mais critique article de Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », dans un numéro éponyme des Actes de la recherche en sciences sociales (n° 62-63, 1986). Si Bourdieu soulignait alors que l’histoire de vie était entrée sans fracas, en contrebande, dans le domaine savant, le constat des auteurs de 2020 est qu’elle est désormais omniprésente et quasi incontournable dans les travaux en sociologie et en anthropologie. On ne sera donc pas étonné par la très grande diversité des terrains mobilisés dans la vingtaine de contributions. Qu’on mène par exemple une enquête en France sur les blogs de prêtres (Josselin Tricou), sur la pratique de la fessée entre hommes (Mathieu Trachman), ou une ethnographie de la socialisation des enseignants-chercheurs au sein de l’école de commerce d’Harvard (Michel Anteby), une recherche sur les « mompreneuses », ces femmes qui changent d’activité à la naissance d’un enfant (Julie Landour), ou encore une étude sur les néonaticides (Julie Ancian) ou sur les violences subies par des femmes (Marie Loison-Leruste), faire parler de soi est devenu une pratique courante. Pour autant, la collecte, l’analyse et l’usage de ces récits de vie ne sont pas sans poser un ensemble de questions et de problèmes à la fois scientifiques et éthiques.

Le volume entend moins apporter des réponses que formuler avec la plus grande des précisions les problèmes rencontrés. Il ne faut donc pas lire Parler de soi comme un manuel mais comme un vade-mecum du récit de vie. Et les auteurs ont pris soin d’ouvrir le volume par une première partie qui tente d’interroger cette méthode à partir d’angles différents. Élise Pape peint une histoire du récit de vie en Allemagne depuis 1945. Elle souligne comment le contexte germanique post-nazi a été déterminant ; elle met en évidence le rôle clé du sociologue et linguiste Fritz Schütze, inspiré par les sciences sociales interprétatives états-uniennes, dans ce renouvellement. En 1972, avec ses étudiants, il enquête auprès des habitants sur la fusion de communes en Rhénanie-du-Nord-Wesphalie. Plus tard, il participe au débat sur la critique de « l’institutionnalisation » sociale de la biographie par des autobiographies suscitées. La contribution de Daniel Bertaux s’inscrit dans ce même regard rétrospectif. Ce dernier, inventeur et initiateur de la méthode biographique en France dans les années 1970, livre ici un texte intéressant tant il recontextualise son propre parcours – ingénieur en aéronautique militaire, il décide de faire de la sociologie et rencontre Raymond Aron qui lui présente Pierre Bourdieu, à qui il préfère ensuite Raymond Boudon, mais surtout Alain Touraine. Daniel Bertaux relate surtout la manière dont il a commencé les enquêtes biographiques lors d’un travail sur les artisans boulangers à Paris. Il se souvient de son premier témoin, un ouvrier en boulangerie né en 1910 : « Il avait commencé à travailler à treize ans comme apprenti, seize heures d’affilée sans un seul dimanche jusqu’au Front populaire de 1936. J’étais sidéré. » Mais le chercheur de souligner combien cette démarche fut en France peu suivie et que c’est grâce à son succès à l’étranger, où Daniel Bertaux trouve des interlocuteurs, qu’il parvient à être reconnu et son poste conforté au CNRS. En 1997, il publie un bref ouvrage essentiel, Le récit de vie, chez Armand Colin, republié en 2016. Pour lui, cette démarche consiste à s’intéresser « non pas à ce que les gens ont dans la tête […] mais directement aux rapports sociaux ou, pour le dire encore mieux : aux rapports socio-structurels, aux rapports entre places ».

Les contributions qui suivent celle de Daniel Bertaux, dans laquelle il rappelle l’importance de l’oublié Oscar Lewis et de ses Enfants de Sanchez, tout en s’en distinguant, montrent combien, depuis les années 2000, la méthode biographique a pris des chemins divers. Elle s’est surtout enrichie de nouvelles questions : celles bien sûr des temporalités, des fréquences ou encore des coïncidences. Plus encore, avec Alexis Truong et Stéphanie Gaudet, il s’agit de se demander comment ces collectes de récit de vie doivent s’articuler avec l’observation en sociologie. Les contributions les plus stimulantes portent enfin sur la manière non seulement d’analyser les silences, mais d’abord de leur faire une place dans la collecte. Car si la notion d’invisibilité est désormais admise, celle du caractère inaudible l’est beaucoup moins. De là toute une réflexion sur l’éthique de la recherche et la place de celle ou de celui qui recueille ces récits. Au-delà du fait que ceux-ci représentent « l’institution », celle du savoir, c’est surtout la question de la distance « juste » qui est posée, en particulier s’agissant des enquêtes sur la sexualité.

À la lecture de cet ouvrage, on aura un regret néanmoins, celui de la très faible place faite aux travaux historiens, et notamment à toute l’histoire orale, qui a beaucoup apporté dans ce domaine et dans les questions si essentielles des silences.

Philippe Artières



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2021, 14 juillet). Collectif, Parler de soi. Méthodes biographiques en sciences sociales. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0dr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search