Benoît Pouget, Un choc de circulations. La puissance navale française face au choléra en Méditerranée, 1831-1856.

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020, 354 p. Préface d’Anne Rasmussen.

Sorti en 2020, une année bouleversée par la pandémie de Covid-19, l’ouvrage de Benoît Pouget entre opportunément en écho avec l’actualité. Il y étudie les premières pandémies de choléra du XIXe siècle « au ras des flots », une formule qui revient de façon un peu répétitive, comme un mantra, tout au long du livre, mais qui exprime bien le projet engagé : il s’agit d’observer, à partir du microcosme mouvant de la marine française en Méditerranée, les épidémies, leurs ravages, la mobilisation de ceux qui entendent s’y opposer, et au-delà tout ce que la question sanitaire peut porter comme enjeux géopolitiques et géostratégiques. Pour mettre en évidence ces différentes dimensions de son étude, Benoît Pouget mobilise la notion de « front cholérique naval », qui désigne les lieux où la marine française se trouve confrontée au choléra dans la première moitié du XIXe siècle, un moment qui bénéficie de l’innovation récente de la propulsion à vapeur, laquelle permet d’accélérer les circulations, celles des hommes et des savoirs, mais diffuse aussi les maladies infectieuses et les ambitions impérialistes.

L’ouvrage, issu d’une thèse soutenue en 2017, que l’auteur a remaniée pour produire un livre accessible et agréable à lire, s’articule en sept chapitres thématiques qui couvrent chacun la période étudiée, soit de 1831 (début de la seconde pandémie de choléra, qui s’est étendue bien plus largement que la première, partie du Bengale en 1817) à 1856, qui marque la fin de la troisième pandémie, et également celle de la guerre de Crimée qui a joué un rôle majeur dans sa diffusion. Ces chapitres sont précédés d’une introduction où Benoît Pouget rappelle la riche filiation historiographique dans laquelle il s’inscrit, qui croise histoire des épidémies et histoire de la marine, l’originalité de son ouvrage étant précisément de se centrer sur ce qu’il se passe en mer et dans les ports en situation épidémique, y compris en contexte de guerre. Ce faisant, Benoît Pouget cherche aussi à saisir ce que ces circonstances particulières offrent à la France comme atouts supplémentaires pour « projeter » son influence sur les mers et surtout sur les territoires extra-européens, ou au contraire comment ces circonstances marquées par le choléra constituent des entraves à cette volonté.

Le premier chapitre revient sur l’histoire et les localisations des trois premières pandémies de choléra en Méditerranée, et la façon dont elles ont affecté la marine française dans ces parages, laquelle marine a aussi contribué à leur diffusion à partir de la France, en Algérie à plusieurs reprises, mais surtout massivement durant la guerre de Crimée. Le deuxième chapitre s’arrête sur les soins aux malades, et surtout sur ceux qui les donnent, essentiellement les membres du service de santé de la marine, que ce soit à bord ou dans les ports, engagement dans lequel Benoît Pouget détecte une action humanitaire navale précoce. Le troisième chapitre étudie la façon dont les acteurs de la marine ont documenté la maladie rencontrée au cours des campagnes navales en Méditerranée, enregistrant ses manifestations capricieuses et participant à sa cartographie et aux débats sur son étiologie, leurs positions reflétant d’ailleurs l’oscillation non résolue alors entre infection et contagion. Outre l’offre, souvent insuffisante, de recours thérapeutiques qui restent encore bien tâtonnants, les officiers de santé de la marine participent également à diffuser, auprès des marins comme dans les ports, des principes d’hygiène individuelle et collective. Le chapitre suivant observe la façon dont le choléra peut constituer un obstacle pour les missions de la marine, entravant son fonctionnement ordinaire, et plus encore en cas de guerre. Il décime les hommes, immobilise les navires en quarantaine, ces difficultés suscitant en amont la mise en place d’un dispositif administratif et réglementaire initié depuis les ministères parisiens et relayé par les institutions portuaires et, à bord, par les officiers de santé de la marine. L’exploration des réponses aux difficultés nées de la présence du choléra se poursuit au chapitre 5, qui décrit les modalités d’évacuations sanitaires depuis les lieux touchés et les dangers que celles-ci représentent pour les espaces indemnes, la prise en charge des malades dans les navires-hôpitaux ou à terre, non seulement dans les ports français, mais également ailleurs en Méditerranée (Mahon, Smyrne, Istanbul, Malte…), qui constituent pour la marine française autant de « points d’appui » pour son dispositif de prise en charge des malades, notamment durant la guerre de Crimée. Le chapitre 6 se penche plus spécifiquement sur le cas de l’Algérie, conquise au moment même de la survenue de la seconde pandémie de choléra, et dont les circulations en rotation d’une rive à l’autre de la Méditerranée constituent une menace permanente de contamination dans les deux sens. Il décrit la mise en place d’un dispositif de défense sanitaire du littoral algérien qui cherche à jouer sur les quarantenaires, afin de s’inscrire dans une prudence nécessaire tout en évitant qu’elles ne constituent des entraves trop importantes aux circulations maritimes. L’expérience, qui a conduit à l’unification des principes de protection entre l’Algérie et sa métropole, a ensuite inspiré la stratégie française d’harmonisation des régimes sanitaires européens qui sera débattue lors des deux premières conférences sanitaires internationales (1851 et 1859). Le dernier chapitre évoque justement l’articulation de l’action sanitaire française à la dimension internationale. À ce niveau, les consuls en poste sur le pourtour méditerranéen ont un rôle majeur à jouer, qui oscille entre la collaboration avec les autorités locales par des échanges d’informations médicales ou des négociations pour obtenir la mise en place des « points d’appui » nécessaires à la gestion des crises épidémiques touchant la marine française, et la défense des intérêts français quand, par exemple, la quarantaine est instrumentalisée comme politique vexatoire dans certains contextes diplomatiques tendus.

La France, cela apparaît clairement dans cet ouvrage, s’est engagée fortement à cette époque dans une diplomatie sanitaire navale, avec un certain succès, limité toutefois par plusieurs facteurs, dont les acteurs concurrents, notamment la Grande-Bretagne, bien peu présente dans l’analyse. Cette discrétion des acteurs non français s’explique par le choix de s’en tenir aux seules archives françaises. Le travail repose sur le dépouillement d’un volume impressionnant d’archives, notamment les archives sanitaires de l’armée, peu exploitées jusqu’alors. Cela permet de restituer de façon vivante et informée la rencontre entre une institution fondée sur le mouvement, la marine française, et une maladie tout aussi mouvante, le choléra. Mais il s’agit par là même d’une histoire « au ras des sources », essentiellement événementielle, qui peine un peu à s’inscrire dans des réflexions plus amples. Ainsi, l’analyse des logiques d’acteurs, qui renvoie à la question fondamentale de la souveraineté, pourrait être creusée. Ou encore, l’engagement « humanitaire » de la marine française avancé dans l’ouvrage devrait être plus documenté, mais surtout plus étroitement interrogé, à commencer par le terme lui-même, né précisément en ce moment-là du XIXe siècle, mais qui s’entendait alors dans un sens plutôt péjoratif. En dépit d’une légère frustration que peut ressentir le lecteur en raison d’un traitement un peu rapide des dimensions conceptuelles, l’ouvrage offre, en ces temps revenus de pandémie, une plongée instructive dans l’univers d’une marine nationale en campagne en Méditerranée dans un contexte de montée en puissance de l’impérialisme.

Sylvia Chiffoleau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.