Victor Collet, Nanterre, du bidonville à la cité.

Marseille, Agone, « Mémoires sociales », 2019, 433 p.

En juin 2020, de fortes mobilisations ont éclaté en France autour du slogan « Black lives matter » afin de dénoncer les violences policières et leur dimension raciste. Lors de cette période, l’un des enjeux pour les manifestantes et les manifestants, souvent jeunes et racisés, a souvent été de rappeler que de telles violences n’étaient en rien spécifiques au contexte états-unien et que leur caractère systémique se retrouvait aussi en France.

L’ouvrage de Victor Collet, Nanterre, du bidonville à la cité, offre sans aucun doute des ressources intéressantes pour lutter contre cette occultation en envisageant mieux la généalogie des luttes autour de l’immigration en France. S’il n’aborde pas explicitement la question des rapports sociaux de race, ce livre issu du travail de thèse de l’auteur permet cependant de documenter de nombreux phénomènes clés pour la compréhension des inégalités et des mobilisations contemporaines.

Le point de départ de l’ouvrage est un paradoxe apparent. Après plusieurs décennies de silence, l’histoire des bidonvilles de Nanterre, qui ont concerné dans l’après-guerre jusqu’à 15 000 habitantes et habitants principalement d’origine algérienne, est aujourd’hui connue et insérée dans une histoire plus large et légitime de l’immigration en France, telle qu’on peut par exemple la découvrir au Musée national de l’histoire de l’immigration à Paris. Pour autant, cette histoire officielle est très sélective et occulte des pans majeurs des expériences et des trajectoires des personnes immigrées et de leurs descendantes et descendants, notamment les luttes ayant pris place dans les bidonvilles et les cités de transit leur ayant succédé.

Dès lors, le parti pris de l’auteur est de restituer tant ces luttes oubliées que leur ancrage dans un territoire particulier, Nanterre, afin de comprendre les rapports de pouvoir qui expliquent leur constitution, leur importance, mais aussi leur occultation après les années 1980.

Six des neuf chapitres du livre sont ainsi consacrés à la description de moments particuliers de ces luttes : les engagements militants auprès des habitantes et habitants des bidonvilles, des pionniers au Comité de défense des expulsés (chap. 3), l’élargissement des luttes du mal-logement aux travailleurs immigrés avec l’internationalisation de la cause (chap. 4), la perméabilité des luttes entre les bidonvilles et l’université voisine de Nanterre (chap. 5), l’autonomisation des luttes de l’immigration avec le cas de la « Maison peinte » (chap. 6), les mobilisations des Margoline et des premiers crimes policiers (chap. 7), enfin la lutte du comité Gutenberg pour la condamnation de l’assassin d’Abdenbi Guemiah et le relogement des habitantes et habitants de la cité de transit du même nom (chap. 8).

Cette généalogie minutieuse des engagements permet à Victor Collet de mettre en évidence plusieurs logiques transversales. La question de l’autonomisation des luttes autour de l’immigration est notamment traitée tout au long de l’ouvrage et l’auteur montre bien, à travers l’analyse des conditions d’émergence des mobilisations, combien cette autonomisation est tout sauf linéaire. Ainsi, dans les bidonvilles nanterriens, la forte présence du Front de libération nationale se double initialement d’une auto-organisation importante puisque ses militants se substituent en quelque sorte aux services publics défaillants en mettant en place par exemple une gestion autonome de collecte des ordures. Après la fin de la guerre d’Algérie en 1962, la « cause » immigrée devient celle des conditions de logement et acquiert une audience nationale, notamment par le biais de structures telles que les Fédérations d’aide et de soutien aux travailleurs immigrés. Mais la forte implantation locale de militants anti-impérialistes et maoïstes donne aussi une coloration internationaliste à ces luttes en les rattachant à la cause palestinienne naissante. Avec la montée des violences policières, du chômage, des crimes racistes et plus généralement des tensions dans les cités de transit, les luttes à Nanterre se resserrent enfin dans les années 1980 autour des expériences directement vécues par les immigrés et leurs descendants en se relocalisant aussi plus fortement dans leurs espaces de vie.

En plus de cette question de l’autonomisation, la dynamique de construction des parcours militants est particulièrement bien abordée par l’ouvrage. Victor Collet parvient en effet à montrer tant la dimension socialisatrice de certaines luttes (en raison par exemple de la coprésence locale forte entre mouvements militants universitaires et habitants) que les effets au long cours de ces socialisations sur les trajectoires de différents militantes et militants engagés à Nanterre. L’exemple de l’évolution de certains « pionniers » de l’engagement dans les bidonvilles est éclairant : arrivés dans le contexte de la guerre d’Algérie, ces « cathos de gauche » sont plusieurs à repartir une fois le conflit terminé mais d’autres restent aussi sur place, comme Monique Hervo, « l’exceptionnel du bidonville transform[ant] l’engagement en véritable vocation face à l’insoluble situation » (p. 104). Dans la même perspective, le livre montre bien comment s’opèrent entre les différentes périodes des continuités, des reclassements et surtout des circulations, comme celles de Chérif Cherfi, un militant dont l’engagement dépasse, par son intensité, beaucoup d’oppositions constitutives mais non insurmontables des luttes de l’immigration, qu’elles soient idéologiques ou liées à des positionnements différents dans l’espace social local.

Car un apport indiscutable de l’ouvrage est sans nul doute de contextualiser avec beaucoup de finesse la généalogie de ces luttes dans un espace local et historicisé, celui du Nanterre de l’après Seconde Guerre mondiale. Si cette dimension est présente dans tout le livre, elle est néanmoins exposée très précisément dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage, qui posent en quelque sorte le décor – communiste – des luttes autour de l’immigration qui se déroulent pendant plusieurs décennies sur le territoire nanterrien.

Dès les premières baraques, des tensions émergent avec une municipalité communiste qui peine « à trouver sa légitimité ouvrière » (p. 29) et pour qui « le logement social représente une ressource politique majeure » (p. 32). En resituant dans le détail les rapports de pouvoir entre l’équipe municipale et le parti central, Victor Collet dénoue les fils de ces tensions. Il montre notamment que la posture de responsabilisation de l’État adoptée s’inscrit en opposition avec le principe de solidarité envers les travailleurs immigrés qui habitent dans les bidonvilles. En plus d’un laissez-faire important en matière de voirie, la municipalité participe activement à la transformation de ces habitantes et habitants nanterriens en étrangers, redoublant ainsi la racialisation de ces populations par les politiques publiques de l’immigration et du logement étudiées par Alexis Spire et Françoise de Barros.

Soucieuse de garder la main sur la gestion des terrains qui lui échappent, en raison des grands projets urbains menés à La Défense naissante, la municipalité est aussi inquiète de voir se développer sur son territoire des mouvements politiques de gauche distincts des activités du Parti communiste et s’inscrivant même parfois à son encontre. Il n’y a donc pas d’alliance envisagée avec les luttes foisonnantes décrites dans tout l’ouvrage, au contraire, les conflits sont souvent vifs, et dans la presse et dans les rues ou les usines.

Jusqu’aux années 2000, l’étanchéité est donc forte entre les mondes du communisme municipal et ceux des luttes de l’immigration, dont on a par ailleurs vu la diversité. Le tournant mémoriel qu’on observe à ce moment-là marque cependant des changements importants : petit à petit, des commémorations de la guerre d’Algérie puis, dans une période très récente, des bidonvilles, sont portées par des associations et soutenues par la municipalité. Cette ouverture est cependant très partielle et laisse dans l’ombre la dimension la plus conflictuelle des mobilisations. En introduction comme en conclusion, l’auteur s’interroge d’ailleurs sur le fait que cette mémoire institutionnelle puisse participer à invisibiliser les inégalités contemporaines toujours vivaces sur le territoire, en témoigne la reconstitution d’un bidonville rom à Nanterre au milieu des années 2010.

Pour conclure, on peut souligner l’extraordinaire richesse empirique et analytique de l’ouvrage de Victor Collet. L’ampleur de l’enquête sociohistorique accomplie, la diversité des sources mobilisées (archives de plusieurs institutions, presse locale, entretiens, observations…), la minutie de la démonstration montrent un vrai souci de restituer la complexité des configurations en présence et des contradictions qui traversent les luttes de l’immigration. Les focalisations sur des lieux, comme la crèche sauvage, des figures ou des récits sont particulièrement réussies et riches d’interprétations toujours très nuancées, comme dans le neuvième et dernier chapitre consacré aux conditions sociales et littéraires de production des récits publiés des bidonvilles et cités de transit de Nanterre.

Le livre n’est donc pas qu’un livre sur l’histoire politique d’une banlieue rouge : c’est aussi un ouvrage de sociologie où les principes d’une analyse dynamique et relationnelle de la violence institutionnelle sont appliqués de manière poussée, mettant en avant tant des processus de socialisation au long cours que des rapports sociaux impliquant une diversité d’acteurs et aux effets parfois contradictoires et non linéaires. Cet aspect très complet de l’écriture et la dimension monographique de l’ouvrage peuvent parfois rendre ardue la lecture, sans jamais toutefois amoindrir l’intérêt qu’il représente pour les sciences sociales et, selon la volonté même de l’auteur, pour les luttes contemporaines.

Margot Delon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search