Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (dir.), Pour une histoire sociale et politique de l’économie. Hommages à Michel Margairaz.

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Histoire de la France aux XIXe-XXe siècles », 2020, 550 p.

S’il peut s’avérer parfois un périlleux exercice d’équilibre, la publication de « Mélanges » est surtout une formidable mise en perspective de la carrière d’un chercheur faisant valoir ses droits à la retraite. Ils révèlent toute la richesse d’un parcours fécond à travers les thématiques abordées, illustrant les relations nouées, les programmes de recherche élaborés, les séminaires et manifestations organisés ou les travaux encadrés. Célébrant la trajectoire d’un expert reconnu par ses pairs dans son pays et au-delà, ils consacrent une carrière constellée de publications à destination d’un lectorat plus ou moins averti, depuis les collègues en sciences sociales jusqu’au grand public, en passant par les étudiants bien évidemment. À tous ces égards, les mélanges offerts au professeur Michel Margairaz ne dérogent pas à la règle.

Réunis sous la férule de Danièle Fraboulet et Philippe Verheyde (qui soutint une thèse sous sa direction), les textes de cet ouvrage abordent l’évolution sur le temps moyen d’un champ historique, celui de l’histoire économique, qui a très largement renouvelé ses pratiques depuis le début des travaux de Michel Margairaz dans la seconde moitié des années 1980. Ce volume permet ainsi de saisir comment ce domaine historiographique, cantonné pendant très longtemps à des analyses très techniques et parfois trop théoriques, a su évoluer pour mieux appréhender les sociétés et leur économie, notamment en décentrant le regard, en abordant l’histoire économique par le prisme d’autres domaines ou sciences sociales.

L’introduction de l’ouvrage, rédigée par les deux directeurs du volume, met en exergue le rôle et l’impact de Michel Margairaz dans les évolutions de l’histoire économique depuis près de trente ans. Ils le font de manière fine et très pertinente en caractérisant les trois traits de force de ce dernier, soulignant sa dimension humaine (« amical »), la probité de sa démarche globale (« scientifique ») et la rigueur de sa réflexion (« épistémologique »).

Ensuite, dans un premier temps, intitulé « Les finances, les banques et l’État », sont mis en relief les liens, chaotiques mais complémentaires, qui unissent organisations bancaires et pouvoir politique en Europe depuis le second XVIIIe siècle. Anne Conchon propose ainsi une étude longitudinale stimulante sur la temporalité dans le respect des contrats des Ponts et Chaussées dans la seconde moitié du XVIIIsiècle. Alya Aglan aborde pour sa part la notion de fidélité en économie, plus particulièrement à travers le serment prêté par les dirigeants de la Caisse des dépôts et consignations dans un contexte politique fluctuant à compter de la Restauration, tandis que Sébastien Guex continue dans cette veine conceptuelle de la psychologie économique en s’interrogeant sur la naissance du « paradis fiscal suisse » entre les années 1860 et 1910 quand plusieurs facteurs, internes et externes, concourent au phénomène. Olivier Feiertag livre un article instructif sur la place des Rothschild de Paris dans les États d’Europe centrale en pleine mutation (politique, économique et sociale) durant un entre-deux-guerres turbulent et dangereux, où l’adaptation de la maison parisienne lui permet de surmonter une crise pourtant quasi mortelle. Ces turbulences sont également au cœur du propos de Philippe Verheyde au sujet du contrôle bancaire, un enjeu fondamental à la fois pour l’État et les banques elles-mêmes, en France depuis les années 1920 jusqu’au début des années 1940. Ces tumultes au niveau socio-politique et leurs répercussions à l’échelle économique sont également étudiés par Arnaud Manas dans son analyse de la politique monétaire du IIIe Reich, dont les intentions unificatrices suivirent les mêmes modalités que dans le domaine politique : une même monnaie pour tous, corollaire du nouvel ordre européen instauré par la Pax Germania. David Chaurand évoque lui, dans un texte très neuf, la place de la Poste dans la Reconstruction, à la fois outil, enjeu et symbole de cette dernière. Cette nouvelle époque, celle de la Reconstruction, sert de toile de fond à Kazuhiko Yago dans son approche de la décolonisation française entre 1946 et 1968, par le biais de la Banque mondiale, dont le rôle majeur dans le processus d’émancipation des économies dominées est ici souligné. C’est également la relation entre un organisme financier (la Société générale) et l’administration – et plus précisément les stratégies multiples de résistance au contrôle bancaire – qu’étudie avec finesse et clarté Jean-Luc Mastin durant les Trente Glorieuses. Enfin, Alain Kaspereit et Alessandro Giacone proposent deux interprétations des évolutions financières récentes : une sur la loi bancaire de janvier 1984 redéfinissant les conditions du contrôle et d’exercice du système bancaire en France, et l’autre à travers un entretien avec l’un des pères de l’euro, l’Italien Carlo Azeglio Ciampi.

La seconde partie de l’ouvrage concerne « Les politiques économiques ». Elle s’ouvre par un article de Clotilde Druelle-Korn qui, dans une approche transnationale, permet de saisir les malentendus et les mécontentements qui façonnent les relations franco-étatsuniennes à travers une enquête menée puis publiée par des chercheurs américains entre 1925 et 1938. Cette dimension transnationale se trouve aussi dans le texte de Rosanna Scatamacchia à propos des rapports franco-italiens entre 1919 et 1932, tandis que l’Italie concentre à nouveau l’attention dans le texte de Giuseppe Conti sur la « troisième voie » libéral-dirigiste dans le pays en Reconstruction et son lien avec la question idéologique, notamment avec le corporatisme fasciste, mais aussi les difficultés à unifier les forces économiques derrière un modèle rassembleur. De son côté, Béatrice Touchelay nous propose une étude sur le moyen terme (années 1930-années 1960) liant politiques de fluctuation monétaire et réévaluations des bilans comptables des sociétés, afin de répondre aux revendications des patrons, soucieux d’une gestion plus saine et plus revalorisante de leurs entreprises. Ce souci de l’écoute patronale, qui se développe à cette époque en France, est également présent en Suisse, comme en témoigne Marc Perrenoud dans son étude de la Délégation économique permanente entre 1939 et 1972, où patrons et syndicats font état de leurs doléances au sujet de la politique extérieure du pays. Pour sa part, Kenneth Mouré interroge la politique de contrôle des prix en France et son échec entre 1940 et 1948, aggravant pénuries, marché noir et mécontentement social. À la même époque, en Suède, les difficultés sont également nombreuses, comme en témoigne l’article de Örjan Appelqvist, dans un texte très original par son sujet relativement méconnu, d’un pays en pleine reconstruction et tiraillé entre plusieurs modèles et influences idéologiques alors que naît la guerre froide. Fabien Cardoni s’interroge lui sur les relations, difficiles et compliquées, entre le Plan et le ministère des Armées dans les années 1950 et 1960. L’implication de l’État français dans un secteur stratégique occupe tout autant la réflexion de Keisuke Mamehara, ici au sujet des liens entre EDF et les Charbonnages de France, des liens qui se montrent tout aussi complexes entre arbitrage et interventionnisme. Ce centralisme à la française se retrouve également dans l’étude du réaménagement urbain de Rennes entre 1953 et 1977 par Yohei Nakayama, alors que Yasuo Gonjo sort du cadre strictement franco-français pour montrer comment le plan Barre en 1976 cherche à s’adapter à l’environnement international moderne, au même moment où le rôle de l’État est redéfini par les transferts publics, c’est-à-dire les aides accordées par l’État aux entreprises publiques ou privées, redéfinissant cette fois-ci le capitalisme à la française (Frédéric Tristram). Emmanuel Bellanger clôt ce second thème par une étude sur le temps long, celle de la gouvernance urbaine en France et la manière dont le service public territorial s’institutionnalise et se rationalise entre 1880 et 1960.

La dernière partie, portant sur « Les organisations et l’État », couvre les relations entre la force publique et les organisations (patronales ou ouvrières). Aurélie Philippe présente ainsi le pouvoir d’influence du Comité des Houillères entre 1887 et 1914 et la manière dont le rayonnement de ce groupe de pression se met en place. Cette tentation de régulation sociale et économique anime la réflexion de Danièle Fraboulet à travers l’étude de la Fédération des industries ferroviaires dans la seconde moitié du XXe siècle et son rôle dans la définition d’un cadre d’exercice propice dans les domaines commercial, technique ou social. Du côté des ouvriers, Simon Godard démontre avec intérêt comment le mouvement ouvrier français cherche à développer un discours économiste original, pertinent et porteur durant l’entre-deux-guerres, se démarquant du modèle bourgeois dominant les sciences sociales alors. Cette période essentielle pour le mouvement ouvrier français est également celle qui intéresse tout particulièrement Danièle Tartakowsky dans son étude de la CGT et de ses stratégies syndicales entre 1936 et 1939 afin de montrer sa nouvelle force. Pour sa part, Robert Boyce s’intéresse au concept de trilemme dans le contexte mondialisé heurté de l’entre-deux-guerres, à partir de la pensée de l’économiste contemporain Dani Rodrik. Cette époque marque un jalon essentiel dans le parcours d’Achille Dauphine-Meunier (1906-1984) qu’Olivier Dard étudie avec précision, relevant les évolutions d’une trajectoire courant du néolibéralisme de l’entre-deux-guerres à la doctrine sociale de l’Église quelques décennies plus tard, en passant par son rôle durant les années d’Occupation. Enfin, Janick Marina Schaufelbuehl puis Tristan Jacques proposent deux études particulièrement novatrices et enrichissantes : la première sur la manière dont le patronat étatsunien, pourtant en désaccord avec l’administration fédérale, projette sa soif de réussite au-delà de ses frontières dans ce qui est considéré comme un « eldorado européen » avec la naissance de la CEE ; le second en relisant l’histoire contemporaine du commerce de détail par le prisme de la loi Royer et de ses critiques autour puis après sa promulgation en 1973, dans une étude donnant de la profondeur historique à un phénomène de restructuration du secteur qui trouve ses racines à la fin des années 1950 et est encore prégnant dans les années 1990.

L’ouvrage se conclut par une postface qui « n’en est pas une » car elle montre bien que le parcours de Michel Margairaz, promoteur et animateur d’une approche sociale et politique de l’économie, sur le chemin de l’histoire économique n’est pas encore terminé, tant sa réflexion est encore riche et son regard sur les enjeux de l’histoire économique toujours très éclairant. Cet ouvrage collectif – pour surligner le souci du collectif qui l’a constamment motivé – démontre dans tous les cas la pérennité de ses apports (mis en lumière par l’abondante bibliographie qui parachève l’ouvrage) et s’avère, au même titre que ces derniers, un instrument clé pour comprendre les politiques publiques (leurs acteurs, leurs dynamiques, leurs outils, le concept même) en Europe à l’époque contemporaine.

Stéphane Le Bras


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search