Christopher Isett et Stephen Miller, The social history of agriculture. From the origins to the current crisis.

Lanham, Rowman & Littlefield, 2017, 389 p.

C’est toujours avec un mélange de curiosité et d’appréhension que l’on ouvre un volume qui prétend faire l’histoire de quelque chose à l’échelle du monde et depuis les origines, à plus forte raison quand l’ouvrage en question ne s’inscrit ni dans le genre de la vulgarisation ni dans celui du dictionnaire ou de l’encyclopédie. Même à deux mains, en effet, cela relève du tour de force d’écrire une histoire sociale de l’agriculture, qui plus est quand il faut comprendre dans le projet non pas une histoire des structures et relations sociales au sein des mondes agricoles, mais une histoire totale de l’évolution de l’agriculture au prisme des logiques sociales. Pourtant, Christopher Isett, associate professor à l’Université du Minnesota, spécialiste de l’histoire économique et sociale de l’Asie orientale à l’époque contemporaine, et Stephen Miller, associate professor à l’Université d’Alabama, et spécialiste de la France au 18e siècle, ne se sont ni laissés impressionner par le défi ni écraser par la tâche. Économes de leurs forces et s’adressant à un public d’étudiants avancés et de chercheurs intéressés par la discussion théorique à partir de l’histoire comparée, ils proposent un ouvrage d’un format raisonnable, intelligemment construit à partir d’une proposition théorique exposée dans une brève introduction, suivie de dix chapitres chrono-thématiques qui en testent la validité dans des moments et des lieux jugés emblématiques des évolutions de la question agraire, du néolithique à la crise écologique actuelle.

S’inscrivant dans la filiation de l’approche historique d’inspiration marxiste de Robert Brenner, les auteurs partent du postulat que c’est l’ordre social qui structure l’espace des possibles du développement agricole, et non le marché ou les conditions biophysiques. Réfutant les thèses de l’économie classique, ils nient au marché la capacité à stimuler de manière décisive les orientations productives et les choix techniques. Ce sont, changeantes selon les lieux et les époques, les formes de la domination qui créent ou non un espace pour des productions agricoles destinées au marché. Dans cette optique, le capitalisme agraire apparaît non seulement comme une option tardive, mais non nécessaire, et in fine non souhaitable, du développement agricole. C’est ainsi tout le propos du livre d’en relativiser la portée historique.

De fait, il y a des échos de L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État de Friedrich Engels dans le premier chapitre de l’ouvrage consacré aux origines de l’agriculture qui porte pour sous-titre « The Ancient Origins of Community, State, and Empire ». Nécessairement fondé sur des lectures de seconde main et une analyse très sélective de la néolithisation, ce chapitre est de fait une simple mise en perspective du sujet, davantage nourrie d’anthropologie comparée que d’archéologie. Le deuxième chapitre, consacré à un panorama des systèmes agraires pré-capitalistes, est déjà plus fourni, revenant sur la question du féodalisme, pour l’orienter vers l’idée d’une accumulation primitive non de capital, mais de puissance politique, préparant l’expansion armée de l’Europe. Mais la littérature mobilisée par les auteurs, soit un peu ancienne soit de synthèse, ne leur permet pas d’aller au-delà de quelques idées générales sur les grandes aires de civilisation.

C’est avec le chapitre 3, consacré à la « divergence » des modèles de développement agricole entre les deux périphéries maritimes de l’Eurasie, que les auteurs entrent véritablement en spécialistes dans les controverses historiographiques et dans le débat théorique sur la divergence des mondes agraires. Sans surprise, c’est l’Angleterre des enclosures qui accapare leur attention, avec la volonté clairement affichée de contrecarrer la thèse de la naissance de l’homo oeconomicus dans l’essor de l’individualisme agraire, par un décentrement de l’analyse sur les rapports sociaux entre landlords et farmers, expliquant l’extraversion marchande de l’agriculture anglaise par la pression des élites sur les paysans, aboutissant indirectement à faire entrer ces derniers en compétition pour tirer du numéraire de leur travail et ainsi initier un mouvement d’augmentation de la productivité du travail de la terre, puis des activités manufacturières associées. Consacré aux limites malthusiennes de la croissance en France et en Chine, le chapitre 4 est construit par contraste avec le précédent, expliquant l’absence d’essor du capitalisme agraire dans ces pays par des causes structurelles inhérentes à un ordre de la propriété défavorable à l’intensification.

Ouvrant sur la problématique de la colonisation et de l’esclavage comme formes de rationalisation extrême du travail agricole, le chapitre 5 a fort à faire pour contester les analyses dominantes du mercantilisme et ouvrir un espace à une lecture macro-sociale des rapports coloniaux pour expliquer la genèse et le succès de l’économie de plantation esclavagiste. « De même que les exploitants commerciaux d’Angleterre furent remarquables par leur investissement dans des outils et des méthodes économes en travail, de même les maîtres des plantations furent remarquables par leur capacité à organiser et à diriger des systèmes hautement coercitifs de supervision et d’organisation du travail », écrivent les auteurs (p. 121-122). C’est en effet toute la difficulté de leur démarche que de postuler une humanité universellement rationnelle dans ses comportements, à la fois du côté des dominants et de celui des dominés, et néanmoins irréductible à une analyse en termes de division du travail et d’évaluation marchande de la main d’œuvre, de la terre et de la monnaie. Quoi que l’on pense de la thèse, ce chapitre propose des éclairages bien documentés et finement questionnés pour nourrir le débat historiographique.

Les chapitres 6 à 9 sont consacrés à une exploration successive des formes modernes de développement agricole, à partir des cas des États-Unis, des empires coloniaux post-esclavagistes et enfin d’une approche comparée des processus de modernisation pilotés par les politiques publiques, à partir des exemples de la France et de Taïwan dans la seconde moitié du 20e siècle. Pour le lecteur français, cette dernière analyse aura à la fois les vertus d’un point de vue extérieur sur un sujet très parasité par les affects et les positionnements idéologiques dans le champ de l’histoire rurale et environnementale française, et les défauts d’un survol vraiment trop rapide sur des aspects cruciaux de l’histoire de la cogestion à la française des politiques agricoles. Désireux de ne pas produire un récit trop désincarné, les auteurs ont en effet donné la parole à chaque fois qu’ils le pouvaient aux acteurs, en développant des focus autour de telle ou telle archive. Pour éclairer leur étude de cas française, ce sont les entretiens de Gilles Luneau avec José Bové et François Dufour, publiés en 2000, qui servent de trame au sous-chapitre sur la modernisation agricole. Cela colore l’analyse des auteurs d’une manière prévisible. Pour autant, c’est en cohérence avec leur thèse initiale que les auteurs affirment qu’aussi bien en France qu’à Taïwan, c’est la raison d’État qui produit la modernisation agricole, comme instrument de domination par la dette, et non comme simple application d’une rationalité économique validée par le marché. Dans le chapitre 10, enfin, consacré à l’agrobusiness contemporain (« corporate agriculture » dans les mots des auteurs), c’est la globalisation de l’aliénation capitaliste qui est mise en lumière, à partir des exemples du Brésil et des États-Unis. Si la soumission de l’agriculture au marché a considérablement augmenté la productivité du travail agricole et abaissé le coût de l’alimentation, c’est au prix de maux sociaux et environnementaux considérables, argumentent les auteurs.

Ce n’est en effet que dans la conclusion que la problématique environnementale du développement agricole est abordée, chose étonnante au vu de la prévalence des analyses écologiques dans la réinterrogation critique de la modernisation agricole qui s’affirme dans les historiographies américaine et européenne depuis plus de vingt ans maintenant. De fait, Christopher Isett et Stephen Miller s’en tiennent scrupuleusement à une analyse en termes d’économie politique, ne voyant dans la crise écologique globale qu’un effet induit du développement de l’agrobusiness. Pourtant, leur conclusion est résolument normative, appelant à une subversion de l’ordre économique dominant pour permettre aux paysans du monde de sortir des logiques du marché, que seule la coercition des puissants leur a fait adopter.

Ce résumé à grands traits de l’économie générale du livre pourrait laisser penser que le lecteur est placé face à l’alternative d’adhérer à la thèse des auteurs ou de refermer le volume, il n’en est rien. Ces derniers ont eu au cœur de donner chair et âme à leurs études de cas, et on les lit avec plaisir et intérêt dans leur enquête au long cours. Pour un projet d’une telle ambition, le livre de Christopher Isett et Stephen Miller souffre toutefois d’un travail éditorial peu soigné. Les cinq cartes qui ouvrent le volume ne sont ni très utiles ni très bien conçues, et le très modeste cahier central iconographique (seize vignettes en noir et blanc) n’apporte pas grand-chose à la démonstration non plus. Quant à l’index, il mêle inévitablement des entrées de natures et de rangs très disparates, depuis une référence pour Caton ou pour Che Guevara jusqu’à 34 pour « laboring classes », subdivisées par région et période. Enfin, le texte lui-même n’a pas bénéficié de relectures par des connaisseurs des périodes ou des pays mal maîtrisés par les auteurs, laissant des coquilles qui font parfois douter de la qualité de l’information collectée, comme lorsque c’est un certain Monsieur « Rapport Manssholt » qui est censé être à l’origine d’un projet de suppression de 5 millions d’exploitations en Europe dans les années 1960.

Malgré ces faiblesses, l’ouvrage ravive des questions d’agriculture comparée qui gardent ou qui retrouvent leur pertinence à la lumière de la crise de l’anthropocène, et offre des focus tout à fait bienvenus sur des systèmes productifs que nul ne peut prétendre connaître tous. Enfin, on ne reprochera certainement pas aux auteurs de défendre la pertinence heuristique de l’histoire sociale dans l’approche comparée du développement agricole et rural.

Pierre Cornu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search