Venus Bivar, Organic Resistance. The Struggle over Industrial Farming in Postwar France.

Chapel Hill, University of North Carolina Press, « Flows, Migrations and Exchanges », 2018, 240 p.

Organic Resistance fait l’histoire de l’industrialisation de l’agriculture française et des oppositions à ce processus de 1945 jusqu’aux années 1980. Une histoire que Venus Bivar retrace de manière parallèle, tels deux versants d’une même transformation. Elle raconte comment la France est devenue le deuxième exportateur agricole mondial tout en étant reconnue pour ses petits producteurs de denrées de qualité. Cette perspective se traduit dans la structure du livre, découpé en chapitres chrono-thématiques. Le premier porte sur le modèle industriel entre 1944 et 1958, la politique de planification par l’État et le remembrement, dans le contexte de la reconstruction, tandis que le deuxième chapitre aborde les alternatives à ce modèle qui, pendant la même période, posent les fondations pour des marchés de niche de produits de « qualité » et une agriculture plus consciente de l’environnement et de la santé. Les troisième et quatrième chapitres démarrent avec l’avènement de la Ve République et adoptent la même dynamique : la politique d’industrialisation par l’État qui s’intensifie entre 1958 et 1968 et passe « à plein régime » (p. 85), puis les résistances à celle-ci qui perdurent et se développent. Le dernier chapitre, « verdir le conventionnel » (p. 141), traite de la période 1968-1980 et montre comment ces deux histoires convergent peu à peu avec l’ambition de l’État de rendre l’agriculture moins dépendante aux intrants chimiques, même si in fine c’est bien l’idéal industriel qui reste dominant.

Des travaux historiens ont déjà traité de la modernisation de l’agriculture en France après 1945, mais le livre de V. Bivar n’est pas redondant. D’une part, son travail rend ce sujet accessible dans une autre sphère linguistique, le livre s’adressant avant tout à un lectorat nord-américain. Ainsi, son point de départ est la déconstruction de la vision mythique, depuis l’Amérique du Nord, d’une France comme bastion de l’alimentation saine et de la culture gastronomique. Notons aussi le véritable effort de traduction de notions françaises. D’autre part, le livre de V. Bivar est extrêmement instructif en ce qu’il adopte une perspective nouvelle sur un sujet souvent traité par l’historiographie de manière positiviste et triomphaliste. Alors que des travaux précédents insistent sur l’implication des agriculteurs et des syndicats dans la modernisation de l’agriculture, l’élaboration des lois d’orientation, la conquête d’une qualité de vie, V. Bivar met en évidence la violence du processus. Choisissant le foncier comme objet d’analyse privilégié, elle s’intéresse tout particulièrement à l’action des SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural). Leur création traduit la radicalisation du remembrement, notamment à travers leur droit de préemption sur n’importe quel terrain agricole. Leur objectif est de maintenir des prix fonciers raisonnables pour permettre aux agriculteurs de s’équiper, mais en décidant au niveau local de qui aura accès à la terre, elles incarnent la « brutalité » de l’industrialisation, qui vise à promouvoir tout un secteur productif pour l’exportation, sans attention pour les destins individuels.

V. Bivar insiste sur la rapidité (une génération), spécifique à la France, de l’industrialisation de l’agriculture. Si les statistiques sont connues, on en oublie souvent l’expérience humaine : en l’espace d’une vingtaine d’années, la France perd un million de fermes, mais la majorité des départs ne sont pas volontaires. L’auteure met en évidence le coût humain de cette politique d’État d’injonction à la concentration (« Get big or get out »), obnubilée par la productivité. Elle redonne une voix aux laissés pour compte, aux « perdants », accordant une place importante aux émotions, grâce à des sources inédites : des lettres de protestation envoyées par des agriculteurs aux représentants de l’État. Ces lettres ouvrent une fenêtre sur leur vision du monde et leur perception du métier, de la ruralité, de leur terre. Elles disent la pression de l’endettement, le poids de l’exode rural, l’injustice perçue face au remembrement.

V. Bivar opère aussi un jeu d’échelle particulièrement bien mené entre le global, le régional, le national et le local. Si l’intégration européenne peut apparaître au départ comme un moyen d’apaiser le malaise paysan en offrant un marché d’exportation, elle entraîne l’émergence de critère de « viabilité » : en dessous de 10 ha, puis de 40 ha, les fermes ne sont plus considérées comme économiquement viables et sont donc amenées à disparaître. Ce critère est utilisé pour soutenir un « processus d’attrition » (p. 47), justifié par les coûts diminués pour les consommateurs, le renfort de la place de la France dans la compétition mondiale et les gains de niveau de vie pour les agriculteurs restant. Les subventions de la politique agricole commune privilégient en effet les grandes exploitations céréalières et les « petits » paysans sont plutôt oubliés. L’intégration européenne entraîne aussi l’arrivée d’acheteurs étrangers de la CEE dans les zones rurales, à laquelle s’opposent de nombreux paysans français qui se sentent en danger. V. Bivar examine comment et où les décisions politiques prises à Paris ou Bruxelles rencontrent la vie des paysans.

Le livre s’inscrit en outre dans le champ récent et dynamique de l’histoire de l’agriculture biologique ou plus précisément des agricultures alternatives, car les résistances au modèle industriel sont plurielles. V. Bivar insiste sur les convictions politiques conservatrices ou fascistes de bon nombre de précurseurs de l’agriculture biologique en France, comme Raoul Lemaire, Henri-Charles Geffroy (créateur du mouvement La Vie Claire) ou Jacques-William Bas (fondateur de l’Afran, Association française pour la recherche d’une alimentation normale) et pointe l’influence de l’eugénisme dans leurs réflexions. La recherche d’une alternative est motivée chez eux par une quête de pureté dans l’alimentation et la crainte d’une dégénérescence de la population (voire de la « race ») française à cause de l’alimentation industrielle. L’importance de la religion est aussi remarquable. André Birre, André Louis et Matteo Tavera incarnent un volet moins extrême de ces premières résistances autour du Groupement d’agriculture biologique de l’Ouest, bientôt remplacée par l’Association française pour l’agriculture biologique.

Toutes ces alternatives relient la santé du sol à la santé humaine et accusent l’agriculture industrielle d’être la cause de nombreuses maladies. Progressivement ces mouvements réunissent des précurseurs, très peu nombreux et engagés depuis le début pour une agriculture biologique ou la biodynamie, ainsi qu’une petite partie des « perdants », de ceux qui ne parviennent pas à faire grossir leur exploitation. La conversion est pour eux un moyen de survivre et l’argument économique joue un rôle majeur. Pour ces chapitres, l’auteure s’appuie sur les archives privées de Raoul Lemaire et d’André Louis, mais aussi sur la presse généraliste et spécialisée.

Après 1968, la défense de l’agriculture biologique change de bord politique et passe progressivement à gauche. La peur de la dégénérescence ne fait plus partie des discours, la pureté demeure présente mais n’est plus associée à l’eugénisme ou au nationalisme. Ce qui reste, c’est le respect pour la terre et la demande d’autonomie et de survie des petites exploitations. Les années 1970 sont aussi une nouvelle ère dans la gestion des paysages, où l’injonction à la productivité est modérée par les nouveaux objectifs du développement rural et par l’environnementalisme. Là où productivité était auparavant synonyme de rendement, elle inclut dès lors toutes les activités humaines qui contribuent au développement rural : l’agriculture, bien sûr, mais aussi le tourisme, les loisirs, les résidences secondaires, la protection de la nature. C’est aussi le moment des « rêves brisés de l’intégration européenne » (p. 110), les lois d’orientation et le marché commun ne remplissant pas leur promesse. Tandis que les exportations sont devenues extrêmement profitables pour l’économie nationale, la croissance escomptée dans les revenus agricoles n’est pas au rendez-vous, l’exode rural continue, ainsi que la concentration des exploitations.

Enfin, V. Bivar montre comment l’objectif de qualité, qui a émergé très tôt parmi les opposants à l’industrialisation, est récupéré par l’agriculture conventionnelle dans les années 1980. L’agriculture biologique cherche alors à s’étendre, tandis que l’État s’intéresse à un moyen de réduire la dépendance aux intrants. La charte de Blois, réunissant tous les acteurs de la filière biologique, donne en 1980 une définition claire et unique de l’agriculture biologique. Intégrée à la nouvelle loi d’orientation agricole, celle-ci s’institutionnalise progressivement. Pour l’État, cette inclusion permet le contrôle et la cohérence des diverses pratiques alternatives ainsi que le développement des marchés assurant des revenus aux petits producteurs. Pour certains cependant, cette reconnaissance est en demi-teinte, ne prenant l’agriculture biologique que sous l’angle de l’absence d’intrant chimique et passant à côté de son approche holistique. Pour V. Bivar, l’incorporation des méthodes biologiques dans l’agriculture conventionnelle contribue en tout cas à perpétuer le mythe d’une exceptionnalité française.

Le livre de Venus Bivar est particulièrement pertinent, toutefois on pourrait souhaiter y trouver plus d’éléments sur l’impact de l’industrialisation sur la structure familiale des exploitations ainsi que sur la place des femmes en agriculture conventionnelle vis-à-vis des agricultures alternatives. En outre, la focalisation très appuyée sur la politique d’État et ses aspects dirigistes peut parfois donner l’impression que les industriels n’ont joué aucun rôle dans cette histoire. Mais pour toutes les raisons évoquées plus haut, Organic Resistance est un livre remarquable, qui mérite d’être lu.

Margot Lyautey


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search