Gérard Béaur (dir.), Alternative Agriculture in Europe (Sixteenth-Twentieth Centuries)

Turnhout, Brepols, « Rural History in Europe », 2020, 349 p.

Ce livre collectif est issu du troisième congrès d’histoire rurale de Trévise en 2013, sur « Crises and Alternative Agriculture in a European Perspective », sous l’égide du réseau international GDRI CRICEC (Crises and Changes in the European Countryside). Il est construit autour d’une problématique historiographique tirée d’Alternative Agriculture (1997), de l’historienne anglaise Joan Thirsk, qui proposait une nouvelle approche des stratégies utilisées par les paysans pour survivre, gagner de l’argent et sortir des crises, et mettait un terme au mythe de l’autosuffisance et de l’autarcie paysannes ainsi qu’à l’idée que les ruraux restaient passifs face au changement. Si l’ouvrage démontre l’intérêt heuristique de la notion proposée par Joan Thirsk, il n’hésite pas à la confronter à des réalités européennes multiples et complexes, tissées sur le temps long des XVIe-XXe siècles, grâce à quinze contributions. C’est Jean-Pierre Poussou qui introduit les éléments de débats les plus saillants, d’autant plus légitimement qu’il a joué un rôle déterminant dans la diffusion dans l’historiographie française de la théorie de Joan Thirsk, avec un article publié dans Histoire et sociétés rurales dès 1999.

Ce débat posé, le livre adopte un plan en quatre parties qui permettent de discuter le concept d’agriculture alternative en envisageant les liens avec la ville, les rapports aux crises et au marché ainsi que les alternatives aux cultures alternatives elles-mêmes. Aux douze études de cas présentées et portant sur un large espace européen s’ajoutent l’introduction de Gérard Béaur et la conclusion de Salvatore Ciriacono. L’introduction offre un regard nuancé en revenant sur le fait qu’en période de crise on observe diverses alternatives aux productions dominantes : 1. les activités, type cueillette, qui ne gênent pas la céréaliculture : étangs à poissons, garennes à lapins, pigeonniers ; 2. les substituts aux produits alimentaires de base : maïs et pommes de terre consommés quand le blé est trop cher ; 3. les productions de luxe, comme les pêches ou le mûrier blanc pour le ver à soie ; 4. les cultures à usage industriel, plantes tinctoriales et textiles, dont le cycle est corrélé à l’activité manufacturière, comme le chanvre, dont la demande croît considérablement en période de guerre ; 5. le maraîchage, la production de fruits et de fleurs aux mains de petits producteurs approvisionnant les marchés urbains et une clientèle aisée ; 6. des cultures à grande échelle, comme les oliveraies en Europe du Sud, les citrons en Sicile ou les vignobles, qui n’étaient possibles que grâce à un approvisionnement facile en blé (importé ou de proximité). Cet éventail de cultures alternatives est corrélé à la taille des exploitations foncières et à la propriété paysanne : tabac, garance, houblon, lin et pommes de terre pour les petits paysans, légumes racines, type navets et pommes de terre, légumineuses, trèfle et plantes oléagineuses pour les exploitations moyennes et grandes. Au-delà de la diversité des exemples d’agriculture alternative avec leurs contraintes, logiques et acteurs propres, plusieurs questions se posent pour voir s’il est possible d’envisager un modèle qui viendrait confirmer la théorie de Joan Thirsk ou si, comme le souligne Jean-Pierre Poussou, ce concept est trop marqué par le cas anglais et ne tient pas assez compte de l’influence de la demande ni des initiatives paysannes.

Le succès des cultures alternatives dépendait-il des fluctuations générales de l’économie ? Joan Thirsk a bien vu qu’elles n’étaient pas forcément des innovations mais qu’on les développait plus nettement en période de crise économique, comme la viticulture en Bourgogne, dont l’essor au début du XVIIIe siècle est lié à la baisse du prix des céréales (Tim Le Goff). Peut-on pour autant en faire un modèle explicatif ? Jean-Pierre Poussou remet en question l’idée que l’élan donné aux cultures alternatives s’explique par le prix élevé des céréales, soulignant l’éventail des options qui s’offraient aux producteurs, certaines cultures alternatives ayant même prospéré quand les grains étaient chers. Les contributions réunies dans cet ouvrage vont dans ce sens. Caroline Le Mao montre que le chanvre, s’il a longtemps poussé presque partout, est devenu une culture industrielle spéculative sous l’effet de la demande d’approvisionnement de la marine de guerre, donc sans lien avec le prix des blés. Emmanuelle Charpentier explique combien la « ceinture dorée » maraîchère et fruitière bretonne relève d’une construction lente indépendante de la conjoncture. Même chose concernant les orangers autour de Valence en Espagne, avec l’étude de Salvador Calatayud : lorsque leur culture s’est répandue à la fin du XVIIIe siècle, ce n’est pas en remplacement du blé mais du chanvre et des mûriers blancs qui déclinaient. En réalité, les cultures alternatives en remplaçaient souvent d’autres et les grains, quant à eux, se développaient parallèlement aux autres cultures et ne disparaissaient pas.

Les cultures alternatives sont-elles des cultures spéculatives ? Selon Joan Thirsk, le marché régulerait la production par les prix et les producteurs se tourneraient donc vers des cultures alternatives pour accroître leurs revenus. Jean-Pierre Poussou préfère envisager cette question de l’impulsion donnée aux cultures alternatives du côté de la demande car, selon lui, c’est justement la baisse du prix des céréales qui a ouvert aux consommateurs l’accès à certaines productions (alimentaires, textiles et industrielles) même si elles restaient largement destinées aux élites. Hervé Bennezon explique ainsi combien le goût des élites de la capitale pour les pêches a joué un rôle clé dans le succès des vergers de Montreuil dans la seconde moitié du XVIIe siècle et Nadine Vivier démontre que le rôle du marché dans l’essor de la ceinture maraîchère et fruitière parisienne s’est accru au XIXe siècle avec la croissance démographique et l’amélioration des moyens de transport. Ce sont aussi les variations des goûts et des modes qui participent à promouvoir certains produits, comme le cidre et le poiré en Suisse entre le XVIe et le XXe siècle en même temps que le chemin de fer permettait aux producteurs d’écouler plus facilement leur production, entraînant alors le déclin de la consommation de fruits secs et de cerises (Anne-Lise Head-König). C’est la chute de la demande qui a fait perdre les uns et son augmentation qui fait croître les autres.

C’est donc l’occasion de s’interroger sur les causes multiples du succès de l’agriculture alternative. Les conditions naturelles jouent un rôle, comme Michael Limberger le montre dans son étude sur l’adoption précoce du lin, des oléagineux, des fruits et des légumes dans les sols pauvres autour de Gand et d’Anvers, mais il doit être relativisé car, en Bretagne, c’est la demande de la marine et la proximité de fertilisants naturels qui a favorisé l’essor de la ceinture maraîchère. L’importance des connaissances acquises pour maîtriser des cultures comme la vigne, le chanvre ou l’arboriculture explique aussi le fait qu’elles perdurent même lorsqu’elles se révèlent moins avantageuses, pour ne pas gaspiller le savoir-faire ni les investissements réalisés. Il existait aussi, au-delà de ces paramètres strictement économiques, d’autres variables : le poids de la guerre, les encouragements étatiques, le rôle des sociétés agronomiques, les variations des goûts des consommateurs, la concurrence, l’émergence soudaine de nouveaux produits. En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’un facteur exerçait une influence qu’il était décisif si d’autres paramètres en contrecarraient l’effet.

Les contributeurs de cet ouvrage ont donc réellement poursuivi la discussion ouverte par Joan Thirsk, en nuançant les facteurs d’explication, en reconsidérant la place de la demande, en retravaillant sur la diversité des formes de cultures alternatives à l’échelle européenne et en réévaluant le rapport au prix des grains. En conclusion, Salvatore Ciriacono souligne que si la culture alternative doit apporter des revenus, son succès n’est pas forcément lié au prix des céréales, il est lié à la proto-industrie et à la pluriactivité très majoritaire dans les campagnes. Les interactions entre les différentes cultures existaient depuis plusieurs siècles, ce qui permet d’accorder toute leur place aux variables extérieures que sont les guerres et la concurrence internationale dans ces périodes précoces. Ceci invite à repenser le développement des cultures alternatives dans une perspective qui ne soit pas seulement celle des études de cas ni même d’un modèle européen mais en lien avec une économie monde qui se construit. Les aléas climatiques, l’évolution des habitudes alimentaires, les fléaux naturels comme le phylloxéra, les guerres ou les innovations techniques jouent un rôle dans les décisions relatives à l’agriculture. En aval, le succès de ces cultures transforme les sociétés qui les portent, ainsi que l’a montré Gabriel Jover Avellà pour Majorque dans les années 1650-1750, où les propriétaires terriens ont montré un intérêt marqué pour la production d’huile d’olive en promouvant des innovations techniques importantes, et cette activité a creusé le fossé entre la petite propriété paysanne et l’agriculture commerciale. Comme pour la viticulture bourguignonne, certaines cultures alternatives (vigne, chanvre, fruits, fleurs) se sont avérées tellement rentables qu’elles ont remis en cause la domination des céréales. Salvatore Ciriacono se demande donc, à l’issue de sa conclusion, pourquoi certains lieux ont réussi les transformations nécessaires et d’autres non. La réponse est complexe et on ne peut attribuer cela à la seule nature du sol, aux rapports fonciers entre grands et petits propriétaires ni à l’influence des marchés urbains. À l’époque contemporaine, c’est le passage à la valorisation industrielle des cultures alternatives qui en a assuré le succès, comme la production d’acide citrique à partir des citrons de Sicile mise en évidence par Niccolò Mignemi, qui constitue une forme aboutie d’agriculture capitaliste. Le livre offre une plongée dans des questions cruciales pour notre compréhension de l’agriculture de la période moderne, toujours pertinentes pour nos économies actuelles tant par les questions qu’il pose que par les études de cas qui y figurent.

On pourra regretter que les dimensions culturelles et anthropologiques ne soient pas évoquées, particulièrement dans les territoires marqués par la viticulture et l’arboriculture qui imposent le temps long, impriment leur marque dans les paysages, nécessitent de repenser l’alimentation quotidienne et exigent des compétences spécifiques. Ce rapport diachronique au travail agricole ne peut pas ne pas avoir joué un rôle dans l’adoption et l’échec de certaines cultures. Puis, lorsque les cultures alternatives deviennent un vrai succès, ne passe-t-on pas de l’alternative à la spécialisation1, particulièrement lorsque les acteurs du marché construisent la réputation d’un produit spécifique, comme les pêches de Montreuil ou le vin mousseux de Champagne ? À l’inverse, si les cultures alternatives ici étudiées sont celles dont on trouve trace dans les archives (notariées, commerciales, foncières), il reste beaucoup à écrire sur les alternatives qui se développent en complément de celles-ci. La polyculture au sein d’une même parcelle reste difficile à appréhender précisément pour les productions qui ne sont pas dominantes, à l’image des joualles de vigne en Bordelais, aujourd’hui disparues, qui ont longtemps accompagné les risques économiques et alimentaires de la viticulture. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui la permaculture et qui, comme le rappelle Salvatore Ciriacono, nous invite à repenser notre modèle de développement rural contemporain. Cet ouvrage ne manque donc jamais de soulever des questions historiographiques essentielles ni d’inviter le lecteur à réfléchir aux évolutions des modèles de développement agraire, et ce n’est pas là le moindre de ses apports.

Stéphanie Lachaud-Martin


  1. A. Antoine (dir.), Agricultural Specialisation and Rural Patterns of Development, Turnhout, Brepols, 2016. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search