Jérôme Krop et Corinne Vérizian (dir.), Le massacre d’Ascq, 1er avril 1944. Enseigner un traumatisme de l’histoire.

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaire du Septentrion, 2021, 112 p.

Dans les années 1960 et 1970, le développement des conurbations dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais amène des villages et des communes à se regrouper dans des entités urbaines plus étendues. À proximité de Lille, Villeneuve-d’Ascq en est sans doute l’un des exemples les plus emblématiques. La ville nouvelle, créée en 1970, devait s’appeler Villeneuve-en-Flandre, avec le risque d’en effacer la toponymie originelle. C’était sans compter sur l’équipe municipale du village d’Ascq, alors absorbé, qui a bataillé avec succès pour que le nom finalement retenu permette de conserver le souvenir du massacre perpétré le 1er avril 1944 par des SS. Loin d’être anecdotiques, ces débats autour du choix du nom de Villeneuve-d’Ascq illustrent le long, complexe et tortueux cheminement mémoriel du martyre des habitants de la petite ville située à mi-distance entre Lille et la frontière belge. Les contributeurs de l’ouvrage codirigé par Jérôme Krop et Corinne Vérizian, tous deux enseignants-chercheurs à l’Institut supérieur du professorat et de l’éducation de Lille, proposent une réflexion croisée sur les diverses modalités de transmission de l’événement, articulée à une connaissance plus large des phénomènes des violences de masse et des crimes de guerre. Il s’agit de la publication des communications d’une journée d’études organisée le 27 mars 2019 à l’occasion des soixante-quinze ans du massacre d’Ascq, qui avait pour ambition de faire dialoguer recherche historique et transposition didactique.

Rappelons les faits : le 1er avril 1944, un groupe de résistants proches du mouvement La Voix du Nord organise le sabotage de la voie ferrée qui relie Lille à la Belgique. L’action vise le poste d’aiguillages situé à Ascq dans le but d’immobiliser le trafic ferroviaire et plus spécifiquement un train de marchandises allemand. Un autre train, convoyant une division de Waffen-SS, la 12e SS-Panzer Division Hitlerjugend, est finalement touché, le déraillement ne provoque aucun blessé parmi les forces allemandes. Dans la nuit qui suit, le lieutenant SS Walter Hauck ordonne à ses troupes une opération collective de représailles : raflés dans la ville, des habitants d’Ascq sont exécutés sommairement. Quatre-vingt-six personnes sont massacrées. « Pendant trois heures ils ont fusillé des Français », raconte en mai 1944 l’écrivain résistant Albert Camus dans Combat. « Je ne sais pas si l’on imagine suffisamment ce qu’il y a derrière ce compte rendu brutal. Mais est-il possible de lire sans une révolte et sans un dégoût de tout l’être ces simples chiffres : 86 hommes et trois heures1. »

L’historienne Jacqueline Duhem décrit minutieusement le déroulement du massacre, s’appuyant notamment sur quelques témoignages de survivants, récits dont on aurait apprécié qu’ils soient datés et contextualisés. Après une introduction très générale destinée à rappeler les enjeux désormais classiques qui associent – ou dissocient – histoire et mémoire (Stéphane Michonneau), les autres courts articles de l’ouvrage interrogent divers vecteurs de transmission de l’événement : l’école, en particulier à travers les programmes de l’enseignement (Stéphane Henry), les institutions mémorielles et muséales (Sylvain Calonne pour le Mémorial Ascq 1944 et Hélène Priego pour le Musée de la Résistance de Bondues) et la justice (Jacqueline Duhem). La présentation de deux expériences pédagogiques au collège et à l’école primaire (Magali Cochez et Fabienne Lepercq) apporte une analyse éclairante sur les leviers et les moyens mis en œuvre pour faire accéder les plus jeunes à une mise en perspective plus large des violences de guerre, qui dépasse la seule dimension émotionnelle. De fait, et le sujet parcourt l’essentiel des contributions de l’ouvrage, le rôle de l’émotion, l’ancrage local, l’idée de l’incarnation et la place du témoignage introduisent dans cette transmission la question de la sensibilité comme voie vers la connaissance.

À travers l’historique du parcours judiciaire des responsables SS, l’article de Jacqueline Duhem permet de suivre au fil du temps l’un des aléas mémoriels du massacre d’Ascq. Un premier procès se tient en 1949 à Lille et condamne à mort huit accusés, sans distinguer les donneurs d’ordre des exécutants. Après plusieurs recours, les condamnés sont graciés par René Coty en 1955. Comme pour d’autres procès tardifs de la criminalité nazie (John Demjanjuk en 2011, Oskar Gröning en 2015), il faut attendre 2013 pour voir ressurgir le massacre d’Ascq dans les chroniques judiciaires : le procureur de Dortmund entame une procédure contre le SS encore en vie Karl Münter, les faits de crimes de guerre n’étant plus prescrits en Allemagne depuis 1979. La procédure n’aboutit pas : Karl Münter, qui avait déjà été condamné puis gracié en France, ne peut pas être rejugé pour les mêmes faits en Allemagne, selon une convention des accords de Schengen signés en 1990. Une autre procédure s’engage contre le même Karl Münter en 2019 qui s’appuie néanmoins sur un motif très différent : incitation à la haine raciale et atteinte à la mémoire des morts. Le décès de l’ancien SS clôt l’affaire fin 2019. On retrouve là des questionnements qui traversent une bonne partie des procès, connus et moins connus, des criminels de guerre nazis : écart entre les qualifications juridiques et l’expérience douloureuse des victimes, question de la réparation et économie de la reconnaissance, usages et mésusages mémoriels auxquels est confrontée une justice qui n’échappe pas aux préoccupations de son temps (rapprochement franco-allemand, législation changeante sur la prescription des crimes de guerre, résurgence de l’extrême droite et reflux mémoriel du passé nazi en Allemagne).

En partant de l’échelle locale et de l’exemple du massacre d’Ascq de 1944, l’ouvrage offre des pistes stimulantes et utiles pour aborder les enjeux de la transmission des traumatismes et des violences de masse. On regrettera dès lors quelques manques. Ainsi, plutôt que de reproduire un peu mécaniquement l’idée de l’oubli ou de l’effacement – voire de « l’occultation » – d’Ascq, peut-être aurait-il été utile de replacer cet événement parmi d’autres massacres en France et dans l’Europe occupée. De fait, si Ascq reste sans doute encore méconnu à l’échelle du pays, d’autres lieux de représailles dispersés sur le territoire national font l’objet des mêmes appropriations mémorielles sur le plan local sans qu’ils soient forcément connus par ailleurs. De même, une mise en perspective des logiques répressives de l’occupant nazi aurait permis de mieux saisir les intentions, les objectifs et les enchaînements en jeu dans le massacre d’Ascq. Une bibliographie et la mention de ressources documentaires auraient enfin judicieusement complété un ouvrage dont il faut souhaiter qu’il suscite d’autres initiatives semblables.

Cécile Vast


  1. A. Camus, « Pendant trois heures ils ont fusillé des Français. La tuerie d’Ascq », Combat, clandestin, mai 1944. Voir en ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1482457. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search