Michele Louro, Carolien Stolte, Heather Streets-Salter et Sana Tannoury-Karam (dir.), The League Against Imperialism: Lives and Afterlives.

Leyde, Leiden University Press, « Global Connections: Routes and Roots », 2020, 280 p.

Du 10 au 14 mai 1927, 174 délégués représentant 134 organisations anticolonialistes venant de 31 régions du monde se réunissent en congrès au palais d’Egmont, à Bruxelles. De ce rassemblement hétérogène de diverses forces politiques critiques de la colonisation naît la Ligue anti-impérialiste (LAI) qui, jusqu’à sa dissolution en 1937, diffuse à travers le monde une opposition radicale à l’impérialisme. The League Against Imperialism. Lives and Afterlives revisite l’histoire de cette institution et de sa portée historique, le tout dans une perspective globale.

Si l’histoire de la LAI est déjà en partie connue, une monographie explorant ses différents aspects faisait véritablement défaut. Seuls quelques chapitres d’ouvrages portant sur l’histoire de l’anticolonialisme1 ou de l’Internationale communiste (IC)2 en traitaient jusqu’ici. Les questionnements sur la LAI sont pourtant aussi complexes qu’actuels. Quelles étaient ses relations avec l’Internationale communiste ? Une place existait-elle pour l’auto-organisation des populations opprimées par l’impérialisme ?

Les quinze contributions de l’ouvrage, d’une vingtaine de pages chacune, n’apportent pas de réponse unilatérale ou définitive mais des éclairages variés et nuancés dont il est ici impossible de rendre compte de façon exhaustive. Il est néanmoins acté dans l’ensemble des chapitres que la révolution russe en 1917 puis la fondation de l’IC en 1919 créent un contexte favorable à la diffusion de l’anti-impérialisme. Les écrits de Lénine aussi bien que les résolutions adoptées par l’IC, non seulement donnent un cadre théorique pour délégitimer les empires, mais s’efforcent aussi de proposer une organisation pour la pratique anti-impérialiste. Il ne s’agit toutefois pas du seul élément contextuel déterminant. Le principe de la libre détermination des peuples mis en avant par le président états-unien Woodrow Wilson, mais aussi la critique de l’impôt du sang versée par les nations colonisées au service des Alliés lors de la Première Guerre mondiale, sont des facteurs de remise en cause de la colonisation. De la même manière, si des tensions internes au mouvement communiste international ont raison de la LAI en 1937, année également des procès de Moscou, l’avènement du nazisme en Allemagne pousse les cadres de la LAI à déménager leur quartier général de Berlin à Paris, puis à Londres, la fragilisant au moment même où la lutte antifasciste passe au premier plan.

Pour éclairer la question de l’autonomie de la LAI à l’égard de l’IC, qui dépend des contextes spatiaux et temporels, deux contributions peuvent être particulièrement relevées. Premièrement, le chapitre rédigé par Fredrik Petersson revient sur le profil d’un des personnages principaux de la LAI, Willi Münzenberg. Fondée sur la thèse de l’auteur, permise par l’exploration des archives de l’IC à Moscou, cette partie de l’ouvrage est capitale pour comprendre les rapports de la LAI à Moscou. Pacifiste et socialiste installé en Suisse pendant la Première Guerre mondiale, Münzenberg y rencontre Lénine et devient l’un des cadres du mouvement communiste allemand et international. Le militant se forge une solide réputation de propagandiste en fondant l’Internationale Arbeiter-Hilfe(IAH, Secours ouvrier international) pour organiser une solidarité internationale contre la famine en Union soviétique. Par la suite, Münzenberg entretient des relations étroites avec nombre d’animateurs du communisme international, s’impliquant de près ou de loin entre autres dans « Les amis de l’Union soviétique », dans le « Comité syndical international des travailleurs nègres auprès du Profintern », dans la « Ligue de défense de la race nègre », ou encore dans « l’Association internationale des écrivains révolutionnaires ». Les convictions de Münzenberg, radicalement internationaliste, sont heurtées par le tournant que l’Union soviétique prend sous l’impulsion de Staline en 1928. À une stratégie d’alliance avec les organisations de libération nationale des peuples colonisés succède le mot d’ordre de « classe contre classe », rendant impossibles les alliances avec des mouvements qui ne seraient pas communistes mais sociaux-démocrates, considérés comme bourgeois. Cela s’en ressent, pour la LAI, au deuxième congrès international, organisé en 1929 à Francfort. La principale cible des critiques est désormais le « social fascisme ». Bientôt, tandis que la bureaucratie stalinienne entend construire le « socialisme dans un seul pays », la galaxie internationale et internationaliste d’organisations (partiellement) communistes est épurée. Une large partie des kominterniens (pour reprendre l’expression de Brigitte Studer utilisée dans l’ouvrage3 ) est ainsi éliminée lors des procès de Moscou, accusée de trotskisme, voire d’être des agents à la solde du fascisme (p. 169). Le camarade de Münzenberg à la tête de la LAI, Virendranath Chattopadhyaya, est ainsi exécuté. Pour quelque temps, Münzenberg échappe à la répression stalinienne, y compris, à la fin des années 1930, en affichant son opposition radicale à Staline. En 1941, il est assassiné en France dans des circonstances encore obscures, quoique la responsabilité stalinienne fasse peu de doutes.

Deuxièmement, la partie écrite par Michael Goebel permet de comprendre quelle était, au-delà de l’emprise soviétique, la marge de manœuvre des militants anti-impérialistes latino-américains de la LAI. Au congrès de Francfort, une quinzaine de représentants latino-américains sont présents, alors même qu’à l’exception de Puerto Rico, les pays du continent sont formellement indépendants. L’approche léniniste de l’impérialisme permet toutefois de rendre compte de la domination subie par les « semi-colonies » en proie aux pressions du capital. La LAI offre de plus un cadre d’action pertinent pour ces militants dont l’anti-impérialisme est bien antérieur à la révolution russe. En 1925 est fondée la Liga Antiimperialista de las Américas (LADLA), dont le journal El Libertador est illustré par Diego Rivera. Cette organisation, qui appelle de ses vœux une révolution socialiste, est représentée à Bruxelles par le Péruvien José Carlos Mariátegui et le Cubain Julio Antonio Mella. Mais il ne s’agit pas de la seule perspective politique issue d’Amérique latine qui s’y exprime, les kominterniens ayant alors à cœur de démontrer l’ouverture politique de la plateforme. C’est ainsi que Víctor Raúl Haya de la Torre, étudiant péruvien alors installé à Londres, fondateur de l’American Popular Revolutionnary Alliance (APRA), est également amené à s’exprimer à la tribune du palais d’Egmont. Il y insiste davantage sur le rôle des élites des nations opprimées dans les processus d’émancipation. L’organisation de la LAI par des cadres de l’IC ne signifie donc pas pour autant, au moins dans un premier temps, un total effacement de la pluralité des expressions politiques d’organisations affiliées à la Ligue.

L’ensemble des contributions, comme l’indique le titre du recueil, cherche aussi à soupeser les prolongements (afterlives) politiques et mémoriels de la LAI. Une mémoire militante a ainsi entretenu le souvenir des activités de la Ligue, et en particulier de son congrès inaugural. Lors de sa prise de parole à la conférence de Bandung en 1955, le président indonésien Sukarno affirmait ainsi : « Je me souviens […] de la conférence de la Ligue contre l’impérialisme et l’oppression coloniale, qui eut lieu à Bruxelles, il y a près de trente ans. Lors de cette conférence, de nombreux éminents délégués, qui sont aujourd’hui ici, se sont rencontrés et ont trouvé de nouvelles forces dans leur combat pour l’indépendance4. »

Pour autant, l’introduction du volume avertit qu’il convient de se protéger de la puissance des mythologies produites par la LAI à son propre sujet ainsi que de toute lecture téléologique. La contribution de David Murphy consacrée au parcours de Lamine Senghor (1889-1927), militant anticolonialiste sénégalais auquel il avait déjà consacré un article5, montre bien comment Münzenberg affirma à plusieurs reprises que ce protagoniste du congrès de Bruxelles trouva la mort en martyr entre les murs d’un commissariat français. Il mourut en réalité entouré de ses camarades à Fréjus, d’une tuberculose, certes imputable au recrutement des tirailleurs coloniaux et à leur exposition au gaz moutarde. L’ambition d’échapper à toute téléologie n’est toutefois pas pleinement atteinte : l’utilisation de la notion de « tiers-mondisme avant l’heure » est ainsi utilisée à plusieurs reprises, en particulier par Michael Goebel qui avait ainsi titré son dernier livre6, pour évoquer une époque où se tissent des solidarités internationales entre les victimes de l’impérialisme en des termes qui ne seront plus les mêmes trois décennies plus tard dans le contexte de la guerre froide.

Malgré toutes ses qualités, le livre peut s’avérer frustrant par son format. La juxtaposition d’essais historiques d’une vingtaine de pages dresse certes un panorama global de l’activité de la LAI, mais ne permet pas de creuser en profondeur chacun de ces aspects, dont certains sont par ailleurs déjà relativement connus des spécialistes auxquels s’adresse ce travail. De plus, ces synthèses ne donnent que trop peu à voir la richesse et l’originalité des documents sur lesquelles elles reposent pourtant. Enfin, le choix des exemples mis en avant est discutable : le volume ne présente ainsi aucune contribution sur les liens entre la LAI et les organisations révolutionnaires indochinoises. Malgré ces quelques limites, la lecture de l’ouvrage reste profitable. Les renouvellements historiographiques de ce champ se produisant essentiellement en anglais, espérons même qu’une traduction en français soit envisagée.

Vincent Bollenot




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2021, 9 octobre). Michele Louro, Carolien Stolte, Heather Streets-Salter et Sana Tannoury-Karam (dir.), The League Against Imperialism: Lives and Afterlives. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://lms.hypotheses.org/12231

  1. Voir, par exemple, V. Prashad, The Darker Nations. A People’s History of the Third World, New York, The New Press, 2007 ou H. Weiss, A Global Radical Waterfront. The International Propaganda Committee of Transport Workers and the International of Seamen and Harbour Workers, 1921-1937, Leyde, Brill, 2021. []
  2. F. Petersson, Willi Münzenberg, the League Against Imperialism, and the Comintern, 1925-1933, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2014. Notons aussi un article daté, non cité dans l’ouvrage : M. Dreyfus, « La Ligue contre l’impérialisme et l’oppression coloniale », Communisme, n° 2, 1982, p. 49-72. []
  3. B. Studer, The Transnational World of the Cominternians, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015. []
  4. Traduit par nos soins []
  5. D. Murphy, « Tirailleur, facteur, anticolonialiste : la courte vie militante de Lamine Senghor (1924-1927) », Cahiers d’histoire, n° 126, 2015, p. 55-72. []
  6. M. Goebel, Anti-Imperial Metropolis. Interwar Paris and the Seeds of Third World Nationalism, New York, Cambridge University Press, 2015. Voir aussi V. Bollenot, « Michael Goebel, Paris, capitale du tiers-monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939) », Agone, n° 63-64, 2019, p. 263-272. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search