Guillaume Blanc, Un communiste d’Algérie. Vies de Jules Molina.

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Libres cours », 2020, 158 p.

À sa mort, en 2009, Jules Molina lègue à sa famille ses mémoires rédigées en 2005. L’ouvrage, Un communiste d’Algérie. Vies de Jules Molina, est l’édition commentée de son récit.

Né en 1923, militant communiste dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, combattant pour la libération de l’Algérie, permanent de la région d’Alger du Parti communiste algérien (PCA), directeur de l’imprimerie d’Alger républicain, il connut l’expérience de la torture et de l’emprisonnement. Il fut l’un des acteurs de la construction d’une Algérie indépendante avant de se voir contraint de gagner la métropole, où il se mit à militer au sein du Parti communiste français et de l’association Agir contre le colonialisme aujourd’hui (ACCA).

Jules Molina conclut ainsi son récit : « j’ai bien rempli ma vie ». Il fut en effet bien des choses et cet ouvrage tend à préserver toute la complexité de son existence.

Le récit est accompagné des réflexions de Guillaume Blanc – spécialiste de l’histoire environnementale, mais également des circulations militantes entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe au XXe siècle – et des entretiens que l’historien a menés auprès des proches de Jules Molina.

L’ouvrage est également riche d’une contribution de Pierre-Jean Le Foll-Luciani, dont la thèse, soutenue en 2013, portait sur les trajectoires des juifs algériens dans la lutte anticoloniale en Algérie.

L’un et l’autre, au-delà de présenter le texte, l’analysent et tirent le meilleur parti de ce que Guillaume Blanc nomme la « sobriété déconcertante » (p. 9) du récit. Si celui-ci ne verse jamais dans le « sensationnel », il offre le témoignage brut d’un « homme ordinaire », ressource précieuse pour les historiens.

Le but de l’ouvrage est annoncé par Guillaume Blanc dans son introduction : « offrir dans leur matière brute des témoignages qui en disent autant sur le fonctionnement de l’État algérien que sur l’épaisseur des identités contemporaines » (p. 10). Il distingue deux histoires dans le récit de Jules Molina : celle qui donne à voir la multiplicité de la situation coloniale, l’expérience « d’hommes moraux dans un contexte immoral » (p. 9) et celle d’une Algérie indépendante, son évolution, ses heurts et ses contradictions et le rôle que certains communistes cherchent encore y jouer. Mais ce dont nous parle Jules Molina, c’est d’abord de l’engagement, un combat permanent au service d’un monde à visage humain. En effet, si pour Guillaume Blanc Jules Molina est « un militant du 20e siècle » (p. 13), son fils, Paul Molina, le voit d’abord comme un « communiste humaniste » (p. 118). Il semble impossible, il est vrai, de le catégoriser plus précisément, étant donné la richesse de son parcours.

La vie de Jules Molina permet de saisir toute la complexité de l’histoire de l’Algérie coloniale. Dans la lignée de l’historiographie récente, elle nous invite à voir au-delà d’une société construite uniquement sur l’opposition entre colonisateurs et colonisés.

Né à Perregaux, Jules Molina est citoyen français, conformément au droit du sol institué en 1889, mais issu de l’immigration prolétarienne espagnole. Dès le départ, la place qu’il occupe dans la colonie est incertaine. Jamais réellement considéré comme français, il est malgré cela membre de la société des colons, mais de ceux qui sont des ouvriers travaillant parfois dans des « conditions inhumaine » (p. 13). Il est aussi de ces « colonisateurs de gauche », nommés ainsi par Albert Memmi, qui se débattent dans une « situation historique impossible1 ».

La société coloniale, inégalitaire par essence, garantit aux travailleurs européens des conditions d’existence, aussi précaires puissent-elles être, toujours supérieures à celles des colonisés. Jules Molina, aussi humaniste soit-il, vit alors du bon côté de ce que René Gallissot nomme la « barrière coloniale2 » et bénéficie d’avantages qui le placent d’emblée dans une situation de supériorité face à la population colonisée.

Mais avant d’être pleinement conscient du problème national, Jules Molina se forge d’abord une conscience de classe. L’identité qu’il adopte alors est celle de militant communiste. Il adhère au PCA en 1948, devient secrétaire de la section d’El Biar, en banlieue d’Alger, avant d’être secrétaire du bureau régional d’Alger puis directeur de l’imprimerie du parti.

La société algérienne hyperhiérarchisée, entre Européens et ceux qu’on appelait alors les « indigènes », complexifie les analyses politiques et la vision en termes de classe qui étaient celles des communistes de l’époque. Pierre-Jean Le Foll-Luciani évoque cette « articulation singulière » entre engagement de classe et lutte anticoloniale en Algérie. Le parcours de Jules Molina est l’un de ceux dont l’étude oblige à rompre avec l’idée d’une dualité stricte de la société coloniale algérienne. Si c’est, dans un premier temps, l’observation de la société française de Perregaux qui motive son engagement, il s’ouvre néanmoins à la question nationale lorsqu’il voit des ouvriers avoir des « comportements bien plus nationalistes que communistes » (p. 115). Il découvre alors une problématique qu’il ignorait jusque-là. Selon Paul Molina, si son père n’a pas été effrayé à l’idée de militer pour l’indépendance de l’Algérie, c’est grâce à son refus de concevoir la société en termes de « races », d’admettre la supériorité d’un homme, la sienne, sur un autre (p. 114). Son système de référence restait celui de la lutte des classes et cela lui a permis de dépasser les difficultés, les réserves qui ont été celles de nombre de communistes algériens depuis 1920.

Aussi, Pierre-Jean Le Foll-Luciani relève que les écrits de Jules Molina nous en apprennent peu sur les conséquences qu’ont pu avoir sur son existence la transgression des structures du monde colonial et les tensions que peut entraîner son adhésion à un parti qui cherche à faire sa place au sein du mouvement national algérien. Cependant, Jules Molina fut bien, du fait de son engagement au PCA, un acteur du combat indépendantiste et son parcours illustre la complexité des trajectoires des militants communistes de la colonie.

Son arrestation en 1955, l’expérience de l’emprisonnement et de la torture, est la conséquence directe de son militantisme, sans pour autant y mettre fin. Il abrite par la suite des communistes clandestins et transporte des armes pour le FLN. Après 1962, il reste en Algérie et acquiert la nationalité algérienne. Surtout, il obtient le titre de moudjahid, décerné par l’État algérien aux combattants de la guerre de libération nationale.

L’Algérie reste ainsi le cœur de son engagement, et le socle de ses multiples identités. Cet engagement, dans lequel il y a autant d’affect que de politique (p. 122), est alors fonction de la situation de l’Algérie coloniale puis de l’Algérie indépendante. En 1989, lorsqu’il se voit contraint de gagner la métropole, il adopte une nouvelle identité, celle d’Algérien immigré.

Au-delà de ces problématiques, Jules Molina nous livre une description vivante de la société de Perrégaux3 dans les années 1930, et des tensions qui la traversent. Exemple de la ségrégation à l’œuvre dans l’Algérie coloniale, la ville n’est alors peuplée que d’Européens, et Jules Molina n’a, durant son enfance et sa jeunesse, aucun contact avec la population colonisée. Du fait du nœud ferroviaire sur lequel se trouve la ville, l’activité syndicale y est dense, et Perregaux est alors surnommée le « petit Moscou ». Son récit, très précis, de la société coloniale des années 1930 illustre l’intérêt des objets mémoriels pour les historiens, qui complètent des documents d’archives politiques ou policières, parfois très arides.

De même, l’auteur relate le quotidien de permanents du PCA, les pratiques et les sociabilités militantes dans l’Algérie de l’après-guerre.

Paul Molina évoque ainsi son enfance dans ce milieu où les militants étaient d’abord communistes, « c’était ça l’identité » (p. 113).

Jules Molina reste discret sur la torture dont il fut victime, expérience dont il restera traumatisé toute sa vie. Il évoque brièvement son passage à la prison de Barberousse, puis à celle de Maison-Carrée où, étant l’un des rares emprisonnés politiques européens, il y rencontre pour la première fois les nationalistes algériens et apprend l’arabe.

Comme tout récit mémoriel, celui de Jules Molina comporte un certain nombre d’erreurs factuelles que Guillaume Blanc a su débusquer. Ce n’est finalement pas le plus important.

Cet ouvrage, grâce, à la fois, au précieux témoignage que représente le récit de Jules Molina et aux contributions de Guillaume Blanc et Pierre-Jean Le Foll-Luciani, soulève la question des identités multiples en Algérie coloniale et trouve ainsi parfaitement sa place dans l’historiographie actuelle.

Éloïse Dreure


  1. A. Memmi, Portrait du colonisé, précédé du Portrait du colonisateur, Paris, Éditions Corréa, 1957. []
  2. R. Gallissot, La République française et les indigènes. Algérie colonisée, Algérie algérienne (1870-1962), Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2006. []
  3. La ville de Perrégaux faisait alors partie du département d’Oran. Elle fut renommée Mohammadia après l’indépendance. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search