Larissa Zakharova, De Moscou aux terres les plus lointaines. Communications, politique et société en URSS

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps et lieux », 2020, 334 p. Édition établie par Grégory Dufaud.

L’URSS était-elle moderne ? En analysant la pénétration sur le territoire des moyens de communication et leur capacité à dissocier le temps et l’espace, Larissa Zakharova interroge moins l’existence que la nature et la spécificité de la modernité en contexte de régime autoritaire. Pour appréhender cette modernité soviétique, elle s’intéresse à l’information ainsi qu’aux modalités de son échange et de sa circulation depuis 1917 jusqu’à la fin des années 1970. Pour cela, l’auteure fait le choix d’une histoire matérielle du télégraphe, du téléphone et du courrier postal pour étudier la relation entre les communications, le pouvoir politique et la société afin d’approcher au plus près ce que pouvait signifier communiquer des centres urbains aux campagnes les plus reculées de l’URSS. L’ouvrage est issu d’une habilitation à diriger les recherches achevée en 2019, juste avant la disparition prématurée de l’auteure.

Larissa Zakharova mène sa démonstration en trois parties. Elle s’attache d’abord à décrire le dispositif matériel et technique dans le contexte des années 1920 et 1930, afin de cerner les multiples enjeux des installations techniques, du téléphone et du télégraphe en particulier, pour évaluer ensuite l’accessibilité sociale et spatiale de ces outils de l’échange et de leurs usages par les populations. Elle mobilise pour cela des archives d’État et des archives régionales (à Moscou, Kiev, Kazan et Saint-Pétersbourg) qu’elle croise avec des archives émanant de citoyens s’adressant au pouvoir, mais aussi avec la presse et des correspondances privées.

La première partie pose les cadres matériels : l’État-parti détient le monopole sur les moyens de communication et détermine les conditions à la fois du développement des techniques et de leurs usages, au centre et dans les régions. À compter d’octobre 1917, le contrôle des réseaux postaux, télégraphiques puis téléphoniques participe de la maîtrise du vaste territoire par les bolcheviques. Après 1921, les dirigeants sont confrontés à l’arriération de leurs équipements (réseaux vieillis) et à leur retard technique dans le domaine. Dans l’entre-deux-guerres, les tensions entre fonctionnaires et ingénieurs autour des systèmes d’exploitation, qui impliquent à la fois des acteurs publics et des compagnies étrangères, expriment la difficulté à articuler les logiques de l’industrie et celle de l’État, dont l’objectif est de réduire au maximum la dépendance aux compagnies occidentales. Après 1945, alors que l’armée revient du front allemand avec des instruments inédits en URSS, de production allemande ou américaine (centraux téléphoniques automatiques pour réseaux interurbains, télégraphes à abonnement sans médiation tierce, transmetteurs radio à ondes courtes et décimétriques), la rétro-ingénierie se développe, qui consiste en l’étude d’objets de génération antérieure pour en déterminer le fonctionnement interne et la méthode de fabrication. En matière de production, cette pratique aboutit à une forme d’hybridation technique visant à moderniser l’ancien et place l’URSS dans une position de rattrapage. Les avancées techniques marquent cependant le pas, malgré la création d’un département de l’innovation en 1947 à l’appui d’usines « secrètes », et en dépit des initiatives d’activités amateurs (autour de la radio en particulier, comme le montage de postes de réception à ondes ultracourtes en 1947). Équiper le territoire est un défi, mais le contrôle par l’État-parti sur les communications permet aux acteurs politiques de mettre en œuvre l’exercice du pouvoir fondé sur le secret. À toutes les échelles, ce mode de gouvernement façonne l’économie de l’information. Avant comme après 1953, l’appareil politique œuvre à la création et à l’utilisation d’instruments et de techniques garantissant la confidentialité des communications destinées à assurer un « gouvernement par le secret ».

Dans une deuxième partie, Larissa Zakharova précise la distribution des moyens de communication sur les territoires, une géographie qui fait apparaître de fortes disparités entre villes et campagnes, une hiérarchisation entre différents lieux centraux – les capitales des Républiques notamment – ainsi que des inégalités persistantes dans l’accès aux outils de communication, selon la place occupée par l’individu dans la société soviétique ; c’est particulièrement le cas du téléphone et du télégraphe. L’accès différencié aux services publics engendre une asymétrie relationnelle entre les individus ; à partir de 1940, le nombre d’abonnés au téléphone croît beaucoup plus dans les grandes villes comme Kiev, Moscou, Leningrad ou Tbilissi qu’ailleurs. Le choix du médium de communication est orienté par le niveau socioprofessionnel de l’individu, par sa mobilité et par son lieu de résidence. Les mobilités contraintes ou volontaires, la déportation, le front, la conscription ou l’exode rural, influencent la nature et l’intensité des échanges, ceux qui partent écrivent davantage que les communautés paysannes restées au village. La poste reste le moyen de communication le plus accessible dans les campagnes où le réseau passe de 5 742 bureaux en 1924 pour atteindre 48 000 en 1959.

Dans cette mise en réseau du territoire, l’auteure insiste sur les formes du contrôle, héritées des périodes tsariste et stalinienne, à l’instar de la perlustration du courrier et des écoutes téléphoniques.

Dans une troisième partie, Larissa Zakharova, à partir d’archives privées, analyse la modernité en URSS à l’aune de la réflexivité des Soviétiques, par le contenu discursif de la production épistolaire, au travers de lettres et de cartes postales. Dans une société travaillée par le dessein communiste – holiste –, la réflexivité est ici entendue comme la faculté des individus à avoir conscience d’eux-mêmes, du collectif qui les entoure et de leur place en son sein. Attentives aux variations politiques et sociales qui marquent l’URSS après la déstalinisation, les conclusions de l’auteure reconsidèrent les postulats d’une désidéologisation de la société soviétique dans les années 1970. L’étude montre au contraire la persistance de l’idéologie, intégrée par les générations des années 1960 et 1970. Ses formes, diverses, se manifestent dans la capacité des individus à adopter et à s’approprier les codes et les références d’un « parler bolchevique » en redéfinition permanente, dans des registres variés, allant de la ferveur politique aux traits d’humour. Les Soviétiques au quotidien sont au centre de cette partie qui met au jour l’existence des réseaux de communication horizontaux et d’une socialisation soviétique renforcée par la Seconde Guerre mondiale. La modernité soviétique s’incarne alors dans les initiatives individuelles et collectives et dans la manière dont les acteurs se servent des outils et des cadres à leur disposition. Les choix des moyens de communication par les populations traduisent l’existence de liens de confiance systémique et interindividuelle à géométrie variable tout au long de la période.

De Moscou aux terres les plus lointaines s’intéresse à une des manières qu’a eu l’État soviétique de contrôler son territoire. La dimension très géographique de la réflexion amène à regretter la quasi-absence de cartes qui auraient permis au lecteur de mieux se représenter l’organisation des réseaux et leurs zones blanches. La chose était-elle possible, peut-être pas, mais davantage insister sur la dimension économique et financière des réseaux aurait permis d’approfondir l’analyse des relations entre les acteurs économiques (soviétiques, compagnies européennes) et politiques et aborder autrement les questions de diplomatie commerciale. Il n’en reste pas moins que la grande force de cet ouvrage réside dans la restitution qu’il fait d’une histoire technicienne complexe, dans la manière dont il articule dimensions techniques, politiques et sociales des communications, ainsi que la réflexion qu’il permet sur la nature d’un pouvoir ici envisagé à différentes échelles spatiales, pas seulement par le haut, mais aussi par le bas. L’auteure propose ainsi l’histoire d’une modernité soviétique singulière et contrariée, voire « bricolée ». Cette modernité s’exprime dans l’aptitude des acteurs à se saisir des objets disponibles et à s’approprier des pratiques en contournant les contraintes, au sein d’un État où le pouvoir politique et le collectif sont des inquisiteurs susceptibles et où l’information, comme les autres secteurs, est soumise à la pénurie d’équipements ou à une infinie variété de dysfonctionnements.

Yoanna Chesnot


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search