Cyril Cordoba, Au-delà du rideau de bambou. Relations culturelles et amitiés politiques sino-suisses (1949-1989).

Neuchâtel, Alphil, « Politique et échanges culturels », 2020, 428 p.

L’ouvrage de Cyril Cordoba rend compte des réticences suisses face à la diplomatie culturelle de la Chine, puis des stratégies de contournement chinoises pour développer des « réseaux alternatif contournant les canaux traditionnels bourgeois pour mettre en place des échanges culturels et politiques avec des interlocuteurs qu’ils ont eux-mêmes choisis » (p. 14). Le succès limité de la diplomatie culturelle chinoise en Suisse au travers des canaux officiels a donc conduit l’auteur à s’intéresser aux réseaux des « amis de la Chine » et à leurs transformations entre 1949 et 1989.

Ce faisant, son travail tranche avec l’approche très classique qui caractérise les quelques travaux existants sur les relations diplomatiques sino-suisses1. En s’intéressant aux individus et aux associations suisses entretenant des activités culturelles ou politiques en lien avec la Chine, Cyril Cordoba nous offre une « plongée dans les milieux associatifs et militants, mis au ban des échanges officiels » (p. 25). Il s’agit là sans doute de l’apport principal de cet ouvrage. Au travers des différents chapitres du livre défile le parcours des associations culturelles prochinoises en Suisse, des groupes politiques fascinés par l’expérience chinoise ou encore d’universitaires, voire d’intellectuels intéressés ou curieux… Pour l’auteur, cette diplomatie chinoise « par le bas » (p. 25) s’exprime à travers un modus operandi que l’on peut d’ailleurs identifier dans d’autres pays : le biais des associations prochinoises ou ceux que l’on appelle aussi les « amis de la Chine ». Il identifie tout au long de l’ouvrage les acteurs helvétiques qui composent ces associations, mais aussi la portée réelle de leur action. Il observe aussi l’attitude de la Confédération helvétique face à ces personnes qui représentent le plus souvent les seuls vrais interlocuteurs avec la République populaire de Chine (RPC). Les autorités suisses les surveillent et cherchent à « déconstruire une rhétorique savamment orchestrée par Pékin » (p. 14) en analysant les échos de la propagande chinoise en Suisse et le rôle des « amis de la Chine » dans cette diffusion.

Dans son organisation et sa présentation, l’ouvrage est très classique. Après avoir clarifié certains termes et placer quelques repères sur l’histoire politique et culturelle de la Chine et sur la diffusion internationale du maoïsme, son propos se structure en trois parties de quatre-vingts pages composées de trois chapitres chacune.

La première rend compte des difficultés des échanges culturels officiels entre la Chine et la Suisse. En présentant les différents événements culturels qui ont toutefois pu avoir lieu, l’ouvrage montre l’incompatibilité politique et le manque d’intérêt de la Suisse pour en accueillir, ainsi que la frilosité de la part de Pro Helvetia (l’organisme de promotion de la culture suisse à l’étranger) à organiser des tournées d’artistes en Chine. Les quelques projets qui prennent néanmoins forme de part et d’autre doivent systématiquement s’adapter à un contenu politique et idéologique acceptable pour les deux pays. Cette diplomatie culturelle ne prendra de l’ampleur que tardivement, dans les années 1980, avec l’ouverture de la Chine sous l’impulsion des réformes lancées par Deng Xiaoping.

La deuxième partie s’intéresse au développement des associations culturelles et politiques prochinoises en Suisse et au soutien dont elles bénéficient de la part de Pékin. Les trois chapitres rendent compte de la politisation progressive des associations, puis du retour à une diplomatie plus classique et officielle d’où émerge une pluralité d’acteurs et de buts à partir des réformes des années 1980. Le rôle de l’ambassade chinoise dans ce développement des « réseaux de solidarité » est central en Suisse. Il dépasse d’ailleurs le territoire helvétique, comme le rappelle l’auteur : « Jusqu’au début des années 1970 et la reconnaissance de la RPC par plusieurs pays occidentaux, l’ambassade chinoise à Berne est le principal vecteur de distribution d’information, d’instructions, de financements et de matériel de propagande chinoise en Europe » (p. 151).

D’une manière un peu fragmentée et pas toujours très approfondie, l’auteur revient sur l’évolution de ces soutiens de la Chine en Suisse, mettant bien en exergue les passages de témoin successifs et les tensions entre individus ou partis de gauche qui tous cherchent à contrôler ces associations. Nous pouvons aussi y lire les guerres intestines et les petits arrangements, le plus souvent liés aux ambitions personnelles de certains fondateurs ou figures fortes de ces groupes, qui péjorent une meilleure adhérence à la pensée maoïste en Suisse dans les années 1960 et 1970. Les événements de Tiananmen en 1989 marquent un point final aux activités des derniers groupes historiques, comme l’ASAC, l’Association suisse des « amis de la Chine ». Cherchant sans doute une certaine exhaustivité, l’auteur peine toutefois à mettre en avant des lignes de force dans cette évolution. En lisant cette partie fractionnée par une multiplicité de cas souvent peu développés, on souhaiterait vraiment qu’il ait réussi à organiser son propos autour de quelques figures ou groupements. Cette partie aurait mérité d’être plus développée et approfondie pour en faire le cœur du propos.

La dernière partie s’appuie sur l’idée de culture politique développée par Serge Bernstein2, que l’auteur applique aux militants prochinois. Selon lui, « ceux-ci partagent des références des pratiques, des symboles qui malgré leurs interprétations multiples donnent corps à une même identité, à un même système de normes et de valeurs » (p. 210). L’idée n’est pas franchement révolutionnaire, mais à l’évidence on sort complètement du propos énoncé en introduction qui permet d’articuler les deux premières parties. La frustration du lecteur ne fait que croître lorsqu’il réalise que l’on discute pendant quatre-vingts pages sur le thème de la Chine dans la culture occidentale, alors que, dans la partie précédente, on aurait eu envie de précisions biographiques, d’extraits des productions littéraires de ces groupes prochinois. Au mieux, cette partie donne l’impression au lecteur d’être une pièce rapportée que l’on a essayé maladroitement de joindre aux deux parties précédentes. Cette impression s’accentue encore avec le dernier chapitre, qui traite principalement de l’écrivaine, sinologue, essayiste sino-belge Han Suyin. Même si elle s’est installée en Suisse à la fin des années 1970, comme nombre de personnalités internationales vieillissantes, son parcours, ses activités n’ont jamais eu beaucoup de liens avec son nouveau domicile. En bref, un peu comme si Charlie Chaplin, Roger Moore, Alain Delon ou Isabelle Adjani représentaient le cinéma suisse.

Pour être plus constructif, nous pensons qu’il aurait été plus judicieux de faire exploser ce « magnifique » plan en trois parties disposant chacune de trois chapitres pour poursuivre et compléter ce qui a été abordé souvent trop rapidement dans la deuxième partie. On aurait même pu conserver quelques pages de la dernière partie en reprenant les descriptions des premiers voyages touristiques vers la Chine, organisés par les « amis de la Chine », et qui constituaient souvent la principale source de revenus pour ces associations (p. 248-263).

Néanmoins et malgré les limites d’un cadre parfois un peu scolaire, cet ouvrage offre une belle entrée en matière sur les relations culturelles entre la Chine et la Suisse. Pour ce faire, l’auteur fait montre d’une bonne capacité à faire parler ses sources. Il convoque autant des archives provenant d’organes politiques et officiels, comme le DFAE (Département fédéral des affaires étrangères), à travers notamment les correspondances laissées par les diplomates, ou la police fédérale suisse, que des écrits laissés par les différentes associations prochinoises. Il est aussi allé à la rencontre d’une vingtaine d’« (ex) amis de la Chine », répartis entre la Suisse, la France et la Belgique (p. 22). Au-delà d’ailleurs de l’intérêt de ces sources, il est toutefois dommage pour un sujet où les sources orales sont encore nombreuses de ne pas les avoir exploitées davantage. Ces sources auraient permis de donner de la chaire et de l’épaisseur à ces « amis de la Chine » en Suisse. En s’appuyant plus sur l’histoire orale, l’auteur aurait ainsi pu faire cette « plongée dans les milieux associatifs et militants » ou cette histoire des relations entre la Chine et la Suisse « par le bas » (p. 293) qu’il appelle de ses vœux. Pour l’heure, cette approche reste un vœu pieux, puisque l’auteur analyse essentiellement cette « diplomatie alternative » au travers des archives officielles.

Ainsi, le programme de recherche convaincant défini en introduction n’est malheureusement pas complètement tenu. Malgré l’originalité et l’ambition du projet, les sources mobilisées, essentiellement diplomatiques ou policières, ne permettent pas de faire une véritable histoire par le bas des groupes prochinois en Suisse.

Antoine Kernen et Alexandre Mathys


  1. M. Coduri, La Suisse face à la Chine. Une continuité impossible ? 1946-1955, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2004; A. Knüsel, « “Armé de la pensée de Mao Tsé-toung, on peut résoudre tous les problèmes”. L’influence de la Révolution culturelle sur les relations entre la Suisse et la République populaire de Chine », Relations internationales, n° 163, 2015, p. 29-46 ; H. Keller, « Les relations entre la Chine et la Suisse », Bulletin de sinologie, n° 35, 1987, p. 22-28. Et pour avoir d’autres références plus anciennes de ces travaux, voir par exemple : N. F. Stuber, « Note de lecture de l’ouvrage de M. Coduri, La Suisse face à la Chine. Une continuité impossible ? 1946-1955 », Relations internationales, n° 121, 2005, p. 113-115. []
  2. S. Bernstein, « L’historien et la culture politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 35, 1992, p. 67-77. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search