Nimisha Barton, Reproductive Citizens. Gender, Immigration, and the State in Modern France, 1880-1945.

Ithaca, Cornell University Press, 2020, 284 p.

Cet ouvrage est tiré d’une thèse intitulée « Foreign Affairs, Family Matters. Gender and acculturation in Paris, 1914-1940 » menée sous la direction de Philip G. Nord et soutenue en 2014 à l’Université Princeton. Comme le note l’auteure dans son propos liminaire, plusieurs parties de l’ouvrage ont déjà été publiées sous forme d’articles et de chapitres de livre. Si le titre renvoie à une période plus large que la thèse, le livre se concentre toutefois sur l’entre-deux-guerres avec un dernier chapitre portant sur le régime de Vichy. Cette étude, dont le sujet n’est pas totalement neuf, veut montrer comment les normes de genre et le populationnisme de la Troisième République façonnent les politiques sociales auprès des immigrants et des immigrantes. L’auteure a choisi une approche centrée sur l’aspect inclusif de ces politiques et sur les interactions entre immigrants, administration et organisations sociales privées dans deux quartiers du 11e arrondissement de Paris, mettant en évidence ce qu’elle appelle une « citoyenneté reproductive » liée au mariage, à la procréation, aux soins et ressources des familles selon les normes de genre de la période (p. 5). Si le titre mentionne l’État, Barton précise dans l’introduction que ce terme comprend à la fois des fonctionnaires et des « acteurs sociaux » d’organisations engagées dans la cause populationniste (p. 7). En effet, la plus grande partie du livre porte sur le rôle du secteur associatif d’aide sociale et de ses protagonistes.

Le premier chapitre présente l’immigration de travail pendant la Première Guerre mondiale et les discours du patronat catholique qui souhaite faire venir des familles pour combler le manque de main-d’œuvre après la guerre. L’analyse de nouvelles sources à ce sujet confirme ce que d’autres recherches ont déjà démontré. À cette présentation, l’auteure ajoute des exemples de parcours d’hommes, de femmes et de familles dont les pratiques de mobilité ne rentrent pas dans le cadre souhaité : des couples sont séparés (par choix ou contrainte) par la migration, certains viennent seuls et des immigrants et immigrantes finissent par s’installer dans des grandes villes. Le deuxième chapitre porte sur l’importance du mariage et de la famille dans les interactions entre les immigrants (coloniaux et étrangers) et l’administration. L’analyse s’appuie d’une part sur des dossiers de naturalisation, d’autre part sur des archives du Service de liaison avec les originaires des territoires français d’outre-mer (contrôle postal). La partie sur les naturalisations n’apporte rien de nouveau à l’historiographie existante. La partie sur les unions mixtes entre coloniaux et Françaises veut montrer que l’administration souhaite protéger ces familles, dans le contexte de la « dépopulation » française, le mariage apparaissant aux yeux de certains fonctionnaires comme la meilleure solution au « problème » de ces unions en métropole. Il est cependant difficile de mesurer, à la lumière des sources mobilisées, la traduction en pratique de ces discours. Les mariages entre Françaises et coloniaux sont en effet généralement dissuadés et la reconnaissance paternelle empêchée afin de maintenir les enfants dans la nation, le plus souvent sans considération familiale1. Les deux chapitres suivants constituent la partie la plus neuve du livre, le rôle du secteur associatif auprès des immigrants et immigrantes ayant été encore peu étudié. Le chapitre 3 montre comment les immigrantes, comme leurs homologues françaises, tournent à leur avantage, en tant qu’épouses et mères, le paternalisme et le familialisme afin de ramener leur époux à leurs obligations financières et trouver des ressources. Le chapitre 4 étudie ce qui caractérise les pratiques des organisations d’assistance sociale dans le soutien aux mères et familles étrangères. L’auteure se concentre sur le rôle de l’assistance publique et de trois organisations privées (le Foyer français, La Ligue pour la protection des mères abandonnées et le Service social de l’enfance en danger moral, ces deux dernières n’étant pas spécifiquement dédiées aux immigrants et immigrantes). Barton conclut à une aide sans discrimination à l’égard des étrangères, y compris dans la tourmente xénophobe des années 1930, ces mères récoltant les fruits du service reproductif qu’elles rendent à la nation française. Là encore, cette conclusion pourrait être nuancée, les sources consultées et l’absence de comparaison systématique avec l’assistance aux Françaises ne permettant pas d’identifier et de mesurer d’éventuelles pratiques différenciées. Les chapitres 5 et 6 portent sur deux quartiers du 11e arrondissement de Paris : Sainte-Marguerite et la Roquette. S’appuyant sur des archives judiciaires, policières et associatives, Barton étudie, dans un récit vivant, les interactions sociales, notamment entre Français et immigrants, et leurs conditions de vie partagées dans ces quartiers du Paris multiculturel et populaire en s’approchant au plus près du quotidien de ses habitants. Les passages sur le logement, question qui n’a été que peu traitée par l’historiographie, et sur la géographie genrée des sociabilités et des espaces (lieux de travail, rue, espace domestique) sont particulièrement réussis. Le dernier chapitre du livre explore les activités du Comité Amelot, constitué en 1940 dans le 11e arrondissement de Paris et rassemblant des membres de plusieurs organisations juives, qui agit dans la clandestinité pour secourir les immigrants juifs au moment où débutent les persécutions. Barton veut démontrer une continuité entre la République et Vichy concernant le travail des assistantes sociales, en particulier s’agissant du placement d’enfants hors de Paris qui prend racine dans les pratiques d’avant-guerre mais revêt une dimension subversive dans le contexte vichyste. L’intégration des immigrants juifs dans leur quartier et le rôle que les femmes et le travail social ont joué dans cette inclusion expliqueraient selon l’auteure la part importante des survivants juifs en France (adultes et enfants) par rapport à d’autres pays européens (p. 183). Dans la dernière partie du chapitre, Barton conclut à la tension entre familialisme et antisémitisme dans la pratique de retrait de la nationalité française sous Vichy (loi du 22 juillet 1940) et perçoit, par l’analyse de quelques dossiers échappant à la dénaturalisation, une continuité avec l’application de critères familialistes de la Troisième République (p. 207). Cette conclusion est un peu hâtive. Claire Zalc a en effet montré la complexité des logiques et critères d’exclusion dans les retraits de nationalité, terrain expérimentant un nouvel ordre social marqué par une morale familialiste entraînant des conséquences juridiques inédites2.

Dans l’ensemble, l’ouvrage, qui se concentre sur l’aspect inclusif des politiques sociales envers les immigrants en lien avec leur « citoyenneté reproductive » manque parfois de nuances dans ses conclusions et de précision sur les catégories mobilisées (par exemple « middle class french officials »). On peut également regretter une critique des sources trop peu présente au fil de l’analyse. Par ailleurs, le texte comprend un certain nombre d’erreurs (titre de loi, nom d’institution, date, etc.) et de fautes d’orthographe en français (dans des traductions) parfois répétées. Le livre de Barton contribue cependant, en analysant le rôle des associations, l’agency des immigrants et immigrantes et leur vie quotidienne, à une histoire genrée de l’immigration dans la France de l’entre-deux-guerres déjà travaillée mais encore peu connue.

Linda Guerry


  1. E. Saada, Les enfants de la colonie. Les métis de l’Empire français entre sujétion et citoyenneté, Paris,La Découverte, 2007, p. 45-46. []
  2. C. Zalc, Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Éditions du Seuil, 2016, p. 205-208. [Voir la note de lecture de Laurent Douzou] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search