Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil, Histoire de l’enseignement en France, XIXe-XXIe siècle.

Malakoff, Armand Colin, « Mnémosya », 2020, 416 p.

L’Histoire de l’enseignement en France que nous livrent Jean-Noël Luc, Jean-François Condette et Yves Verneuil relève à de multiples égards du défi éditorial et scientifique. D’abord par son ampleur chronologique (du Premier Empire au ministère Blanquer) et par son ambition d’embrasser tous les ordres et niveaux d’enseignements, de la maternelle au supérieur. Ensuite, par son attention tant aux structures qu’aux acteurs, articulant échelle nationale et quotidien des établissements sans négliger la pluralité des configurations locales. Enfin, par l’analyse des évolutions sociologiques des enseignants et des enseignantes, des élèves, des étudiants et des étudiantes à parts égales… en 357 pages de texte.

Pour réaliser ce tour de force, l’ouvrage est organisé en quatre parties. Les trois premières reprennent un découpage chronologique dont les césures sont classiques : de l’émergence d’un système scolaire d’État avec la création des lycées de 1802 et de l’Université en 1806 à la fin des années 1870 (partie 1, 8 chapitres), puis de l’œuvre des réformes des années 1880 à la Libération (partie 2, 9 chapitres), enfin l’histoire de la massification et des limites de la démocratisation depuis les Trente Glorieuses (partie 3, 6 chapitres). À l’intérieur de chacune de ces grandes séquences chronologiques, l’organisation des chapitres est variable, mais la logique d’exposition partagée est d’aborder successivement les différents ordres/degrés et filières d’enseignement sous au moins quatre angles : le cadre institutionnel et les réformes, les élèves, les enseignants et enseignantes, les disciplines et les méthodes. Avec dix-sept tableaux de statistiques en annexe et une dizaine dans le corps du texte, cette histoire de la scolarisation est, comme celle d’Antoine Prost publiée en 1968 chez le même éditeur1, d’abord une histoire de chiffres. C’est avec les statistiques que se mesurent les progrès, les inégalités d’accès, la diversité des établissements, les concurrences ou complémentarités privé-public, les écarts sociologiques et de sexe dans le récit. Mais les analyses quantitatives alternent avec des portraits de groupe donnant chair et vie aux élèves, aux enseignants et aux cadres matériels de leur travail. Différenciées selon les sexes, les ordres et niveaux d’enseignement, les lieux et les époques, la professionnalisation et la position sociale des enseignants donnent lieu dans chacune des parties à des mises au point particulièrement réussies. La dernière partie de l’ouvrage, plus ramassée (4 chapitres), est thématique et dresse un bilan des évolutions les plus significatives en revenant sur certaines idées fortes qui structurent l’ensemble du livre et permettent d’en saisir l’originalité et les choix qui ont été faits.

La première de ces idées est le souci des auteurs de présenter l’école comme une « création collective » (p. 7), une « co-production » (p. 20), un « dessein collectif » (p. 102), « une œuvre commune » (titre du chapitre 1, partie 4, p. 319) dont les finalités sont débattues et redéfinies selon les périodes et les protagonistes. Bien que les grandes réformes fassent l’objet de mises au point, il s’agit moins de raconter les étapes de la scolarisation à partir des seules impulsions politiques, que d’en analyser la complexité en tant que produits de facteurs et d’acteurs situés dans des contextes particuliers. Cela se traduit dans l’organisation du livre par de nombreux exemples dans les chapitres thématiques pour rendre compte de la diversité des situations et des « rationalités composites » (p. 322), dans le sillage notamment des travaux de Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie2. Ainsi, le récit de l’affrontement séculaire entre l’Église et l’État n’éclipse plus les coopérations et les complémentarités initiées par les acteurs intermédiaires. Le dualisme scolaire opposant l’ordre primaire, « école du peuple », à l’ordre secondaire, « école des notables », est fermement nuancé par le développement des enseignements intermédiaires et professionnels (partie 1, chap. 7) et par les filières de promotion sociale que constitue l’enseignement technique, y compris pour les jeunes filles (partie 2, chap. 5).

Une deuxième ligne de force est l’insistance sur les discontinuités et le temps long (partie 4, chap. 3, intitulé « Entre ruptures, mutations et continuités ») en rendant compte des apports de l’historiographie récente. Ainsi, le combat pour « l’École unique » (partie 2, chap. 7), traditionnellement placé au sortir de la Première Guerre mondiale et portée par les Compagnons de l’université, est étudié à partir des années 1880 en replaçant le débat dans les rangs des républicains et des radicaux. La transformation des pratiques pédagogiques et la remise en question des méthodes traditionnelles sont également étudiées sur le temps long et si une place importante est accordée à l’Éducation nouvelle, les auteurs ne l’opposent pas aux pratiques de l’École publique mais soulignent les influences localisées (partie 2, chap. 8).

Enfin, à partir de la troisième partie, la description des grandes transformations du système éducatif depuis les années 1970 est systématiquement mise en perspective avec les difficultés actuelles de l’institution scolaire. Le dernier chapitre de l’ouvrage, « Radiographie du désenchantement scolaire », reprend les dysfonctionnements saillants mis en évidence dans les chapitres précédents (les limites de la démocratisation, la reproduction, voire le renforcement des inégalités sociales et de genre, la question de la laïcité et les replis identitaires, le malaise des enseignants…) en mobilisant les conclusions des travaux des sociologues (notamment Stéphane Beaud, Pierre Merle, Georges Felouzis, François Dubet, Marie Duru-Bellat, Michel Fize…). Si c’est au regard des difficultés actuelles du système éducatif et des défis du présent que cette histoire est construite, ce n’est jamais sur le modèle du déclin ou sur un mode nostalgique. À la différence du manuel L’École en France, du XIXe siècle à nos jours, de la maternelle à l’université de Pierre Albertini, publié chez Hachette en 1992 et plusieurs fois réédité, les auteurs s’attachent à mettre en perspective un bilan nuancé. La distance et l’équilibre sont ce qui définit le ton de cette synthèse à trois mains, qui rend compte pour chaque problème des différentes positions et interprétations possibles. Le chapitre « Polémiques, mutations, adaptations » (partie 3, chap. 6) est à cet égard particulièrement représentatif du positionnement des auteurs.

La conclusion, après une déconstruction en règle d’un âge d’or mythique de l’École de la Troisième République, liste les signes encourageants et les réels « succès » (p. 356) de cette institution unanimement décriée, avec par exemple la croissance significative de diplômés chez les jeunes issus de l’immigration, que révèle l’enquête TeO3. Les auteurs lient la « crise » de l’enseignement avant tout à la transformation radicale du contexte, à la disparition d’un consensus républicain laïque, à la crise plurielle que connaît la société française depuis les années 1970 et aux exigences démesurées qui réclament un passage « du droit aux études prolongées pour toutes et tous à la garantie du succès pour chacun » (p. 354).

Histoire politique, sociale, culturelle, matérielle de l’École et de ses usagers, cette synthèse publiée dans la nouvelle collection d’Armand Colin, « Mnémosya », offre un panorama sans équivalent des renouvellements historiographiques de l’histoire de l’éducation. On pourrait regretter que ce soit essentiellement les résultats de ces travaux et non les sources et les méthodes profondément transformées qui soient présentées, mais dans un tel format éditorial, ce serait sans doute déplacé. Plus légitimement, on déplore l’absence d’index, en partie compensée par la précision et le nombre des intertitres des vingt-sept chapitres, et surtout l’absence de notes de bas de page. L’excellente bibliographie sélective et thématique en fin d’ouvrage et les indications dans le texte principal ne permettent en effet pas toujours au lecteur d’identifier tous les travaux mobilisés, et invisibilise une grande partie du travail des trois historiens. Au-delà d’un tour d’horizon synthétique de belle facture, leur expérience de premier plan – en tant que chercheurs, enseignants, animateurs de la recherche et membres de jurys en histoire de l’enseignement – aurait pu faire de ce livre un outil de travail efficace pour parcourir et exploiter ce champ scientifique foisonnant aux approches multiples.

Bénédicte Girault


  1. A. Prost, L’Enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, 1968. []
  2. J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie, Les collèges du peuple. L’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République, Paris, INRP, 1992 ; J.-M. Chapoulie, L’École d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010. []
  3. TeO : Trajectoires et origines 1 et 2, voir https://teo.site.ined.fr. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search