Nicolas Martin-Breteau, Corps politiques. Le sport dans les luttes des Noirs américains pour l’égalité depuis la fin du XIXe siècle.

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps & lieux », 2020, 384 p.

ISBN : 978-2-7132-2812-4

Cet ouvrage, issu d’une thèse d’histoire soutenue à l’EHESS en 2013, est consacré au rôle trop rarement abordé du sport dans la lutte des Noirs américains pour l’égalité. L’étude porte spécifiquement sur la ville de Washington D. C., qui fut le cœur de l’Amérique noire avant la formation des grands ghettos dans les années 1920. L’auteur déploie une problématique de large portée, centrée sur le concept d’élévation raciale (racial uplift) par le sport : les Noirs américains, et notamment la bourgeoisie en voie d’ascension, ont largement partagé l’idée que le sport était un vecteur privilégié de promotion sociale, individuelle et collective. Le sport, source d’autodiscipline et d’estime de soi, devient un domaine dans lequel l’excellence noire peut être démontrée, à ses propres yeux et aux yeux des autres. La preuve d’une égalité corporelle contribue ainsi à lutter contre les préjugés raciaux et constitue, espère-t-on, un prélude à l’égalité des droits. Les sportifs et sportives de carrière n’intéressent que marginalement l’auteur ; il se focalise d’abord sur la formation des jeunes gens de cette bourgeoisie noire de Washington, futurs diplômés qui pratiquent une activité physique durant leur scolarité avant de faire carrière, souvent dans les professions libérales. Beaucoup d’entre eux poursuivent aussi une carrière militante pour les droits de la minorité noire.

La première des trois parties (« Le sport et l’élévation de corps de “caractère” (v. 1890-1930) ») s’ouvre sur une stimulante analyse d’histoire intellectuelle, dans laquelle on reconnaît la double formation historique et philosophique de l’auteur. Il expose ce qu’il faut comprendre par élévation raciale par le sport, et en quoi l’idéal d’excellence sportive hérite du perfectionnisme inscrit dans la tradition philosophique étatsunienne, d’Emerson à Stanley Cavell – à ceci près qu’ici, le perfectionnisme acquiert une dimension politique qui n’existait pas dans la pensée émersonienne (chap. 1). L’idée domine, pas seulement chez les Noirs américains, que le sport a une utilité morale, car il sert à forger des « caractères ». La suite présente les institutions scolaires de la Washington noire, qui forment le cadre principal de l’étude, en particulier deux établissements d’excellence, le lycée Dunbar et l’Université Howard, parfois surnommée la « Harvard noire » (chap. 2). L’auteur introduit aussi la figure centrale d’Edwin B. Henderson, éducateur et administrateur du sport noir, militant précoce de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), dont la biographie constitue un fil conducteur du livre. Chantre inlassable de l’uplift sportif, introducteur du basketball à Washington dès les années 1900, Henderson est promu directeur du département d’éducation physique pour les écoles noires du district de Columbia à partir de 1925. Plus tard, il devient aussi le premier historien du sport noir, avec son livre The Negro in Sports (1939). La partie se clôt sur une étude de cas originale et finement menée (chap. 3). Maryrose Allen, la directrice de la section féminine du département d’éducation physique de Howard, plaide pour une pratique sportive synonyme à la fois de santé et de beauté. Dans le contexte des Roaring Twenties et de l’apparition de figures féminines émancipées, se manifeste là, par le sport, un féminisme paradoxal où l’affirmation de soi passe par le corps et par la sensualité. Là où l’excellence sportive doit s’exprimer, chez les hommes, dans des corps forts et résistants, elle s’incarne chez les femmes dans des corps où la beauté est essentielle.

La deuxième partie, « Le sport et la mobilisation de corps puissants (v. 1920-1960) », commence par une autre étude de cas : le « Football Classic », cette rencontre annuelle de football américain qui oppose Howard à l’Université Lincoln devant toute l’élite noire de Washington et de sa région (chap. 4). Ce match, le plus grand événement sportif noir des années 1920, au temps de la Renaissance noire, permet à Nicolas Martin-Breteau d’analyser les discours et représentations différenciées du sport qu’ont ces élites. Il apparaît nettement que cette époque correspond à un premier moment critique, quand des voix s’élèvent contre les supposées vertus du sport. W. E. B. Du Bois, le grand intellectuel, y voit surtout un abrutissement préjudiciable à des études sérieuses. Le chapitre 5 fait le portrait de trois figures de la classe moyenne noire conquérante : le juge William Hastie, l’anthropologue William Montague Cobb et le chirurgien Charles Drew, célèbre pour ses découvertes sur la transfusion sanguine. Tous trois ont une trajectoire d’excellence similaire qui passe par le lycée Dunbar, puis par la très sélective Université Amherst, majoritairement blanche. Hastie, Cobb et Drew ont en partage la place importante du sport dans leur parcours. Leurs correspondances permettent de mettre en lumière le rôle de mentor commun qu’E. B. Henderson joua auprès d’eux, bien au-delà du perfectionnement physique. On retrouve le même Henderson au cœur de la lutte précoce pour la déségrégation des aires de jeux et de loisirs de Washington (chap. 6). Elle aboutit complètement en 1954, l’année même où l’arrêt Brown de la Cour suprême impose la déségrégation des écoles. Le jeu d’échelle (locale contre nationale) permet d’offrir une stimulante réflexion sur la chronologie : 1954, ce point de départ que l’on donne classiquement au mouvement des droits civiques, devient ici un point d’arrivée.

Alors que la croyance en un uplift sportif semble progresser jusqu’en 1945, la Deuxième Guerre mondiale, et surtout les années 1960, offrent un point de rupture (troisième partie, « Le sport et les contradictions de l’excellence par le sport, depuis 1945 »). Progressivement, la croyance dans l’élévation raciale par le sport s’effrite. Cette fragilisation va de pair avec les critiques croissantes qui visent la bourgeoisie noire (chap. 7). Les principaux reproches (repli sur soi, manque de solidarité avec les classes populaires noires, désir d’imiter les Blancs) apparaissent déjà à l’époque, dans l’ouvrage acerbe du sociologue Edward Franklin Frazier, Bourgeoisie noire. L’auteur note avec justesse que perfectionnisme a aussi rimé avec élitisme, manière pour la bourgeoisie de se distinguer des classes populaires. Dans ces années 1950, la bourgeoisie de Washington cultive sa différence. Pourtant, Nicolas Martin-Breteau montre qu’elle continue d’agir, se révélant moins dépolitisée que ne l’affirme Frazier. Le sport fait partie de ses arènes de combat, comme quand elle boycotte les Redskins, l’équipe de football américain de la ville, et finit par obtenir la déségrégation du club. La crise du racial uplift sportif survient vraiment à la fin des années 1960 avec l’émergence du Black Power (chap. 8). À travers la trajectoire de Nathan Hare d’abord, qui mena, en parallèle de ses longues études, une brève carrière de boxeur professionnel. Il devient l’un des plus ardents agitateurs universitaires de la fin des années 1960. Grand admirateur de Muhammad Ali, le sport n’est plus pour lui ce moyen d’intégration, cet outil de démocratisation qu’il était pour les générations antérieures. Il ne l’est pas non plus pour Harry Edwards et les autres meneurs de la « révolte de l’athlète noir », qui dénoncent la surexploitation des étudiants-athlètes, sommés de sacrifier leurs études sur l’autel du sport roi, pour un bénéfice incertain. Au-delà du sport, les militants remettent en cause l’idée même que l’excellence noire permettrait de lutter contre les préjugés raciaux. Le neuvième et dernier chapitre remonte jusqu’à nos jours en montrant comment les évolutions contemporaines du sport (instrument de contrôle dans le cadre des politiques urbaines, marchandisation, y compris à l’université) ont achevé de saper la légitimité du racial uplift sportif. Dans la communauté noire, l’idée que le sport permettrait de forger des caractères et serait un outil d’émancipation s’est en grande partie perdue.

Le racial uplift sportif, longtemps célébré, souffre donc aujourd’hui d’un discrédit profond aux yeux des militants, mais aussi des chercheurs, qui le jugent parfois naïf. Nicolas Martin-Breteau explique clairement les origines de ce discours critique et donne les raisons de sa prégnance aujourd’hui. Mais l’originalité de son raisonnement réside dans le fait de montrer que ces analyses sont réductrices et qu’on ne peut pas se contenter de condamner l’uplift sportif. L’auteur prend au sérieux cette approche et la replace dans l’époque qui l’a vu naître. La perspective de longue durée qu’il adopte (conformément à une dynamique historiographique observable depuis une vingtaine d’années dans les études sur l’histoire noire américaine) lui permet d’appréhender à la fois l’émergence de cette idéologie, son succès et finalement son déclin. Il montre, en s’appuyant sur une recherche archivistique très importante et diversifiée, qu’elle eut son utilité pour les principaux intéressés, qui n’avaient pas tort de penser qu’elle pouvait contribuer à l’affaiblissement des préjugés sur l’infériorité noire. À partir de la fin du XIXe siècle, le sport donna confiance à des générations de jeunes Noirs pour affronter une vie marquée par les injustices de la ségrégation et la relégation dans une citoyenneté de seconde classe. Le sentiment que peut avoir le lecteur d’un certain manque d’unité, d’un chapitre à l’autre, est compensé par une ligne argumentative générale à la fois forte et convaincante. Les nombreuses autres qualités du livre – écriture fluide, riches bibliographie et appareil de notes, illustrations judicieuses – renforcent l’impression d’avoir entre les mains un ouvrage pleinement maîtrisé et abouti, qui apporte une contribution originale à l’histoire intellectuelle et sociale de l’Amérique noire.

François-René Julliard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search