Brigitte Studer, La conquête d’un droit. Le suffrage féminin en Suisse (1848-1971).

Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, « Focus », 2020, 160 p.

Un tel ouvrage était attendu, sa réédition rapide en témoigne. L’historienne Brigitte Studer nous offre cet opus à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’octroi du droit de vote aux Suissesses sur le plan fédéral. Conformément aux principes de la collection « Focus », dirigée par Alain Cortat, la professeure émérite d’histoire contemporaine et cofondatrice du Centre d’études genres de l’Université de Berne réalise ici un exercice d’une concision remarquable pour raconter l’histoire d’une conquête qui a mis plus d’un siècle à aboutir.

La longévité de cette inégalité civique fait de la Suisse un cas à part, un « Sonderfall », comme le dit d’entrée de jeu de manière provocatrice Brigitte Studer (p. 10). La suffragiste Elisabeth Thommen qualifie déjà le pays, en 1946, d’« île masculine » en Europe et dans le monde (p. 89). La « plus vieille démocratie au monde » est, en effet, un des derniers bastions à introduire ce droit le 7 février 1971. Octroyé alors sur le plan fédéral, l’auteure rappelle qu’il faudra attendre encore vingt-sept votations cantonales et une intervention du Tribunal fédéral, le 27 novembre 1990, à l’encontre d’Appenzell Rhodes-Intérieures, dernier demi-canton rétif, pour que le suffrage féminin soit véritablement généralisé à l’ensemble du pays (p. 153). Brigitte Studer explique ce retard helvétique principalement par des « freins institutionnels » (p. 13) propres au système politique suisse : fédéralisme (espace politique fractionné), démocratie directe (menace du référendum, Landsgemeinde), exigence de la double majorité (du peuple et des cantons) pour modifier la Constitution fédérale et, last but not least, l’inertie crasse de la politique fédérale.

Suivant une trame chronologique, l’ouvrage expose au fil de ses dix chapitres le combat mené par une poignée de femmes et d’hommes en faveur de ce droit, dans un contexte où, comme c’est d’ailleurs largement le cas en Europe, un ordre de genre traditionaliste prévaut et où les discriminations touchant les femmes sont de natures diverses. Brigitte Studer démarre son propos en rappelant que la naissance de la Confédération helvétique, en 1848, s’accompagne d’une démocratie directe qui exclut de facto les femmes, sans même que le législateur éprouve le besoin de le préciser. L’historienne souligne pourtant déjà leur implication dans la société, sur le plan associatif et professionnel. Elle rappelle qu’en 1888, près d’un tiers des personnes actives en Suisse sont des femmes (p. 28). Dans le contexte de la Belle Époque, les organisations féminines se multiplient (Société d’utilité publique des femmes suisses en 1888, Union suisse des ouvrières en 1890, Alliance des sociétés féminines en 1900), mais pour la plupart, la revendication de l’égalité politique est alors soit totalement mise de côté, soit avancée avec grandes précautions tant cette question est controversée. La première organisation à faire figure d’exception est, selon Brigitte Studer, l’Association internationale des femmes, qui voit le jour, le 26 juillet 1868, à Genève sur l’initiative de Marie Goegg-Pouchoulin (p. 21). Il faut néanmoins attendre le début du XXe siècle et la création de l’Association suisse pour le suffrage féminin, en 1909, avec Auguste de Morsier à sa tête, pour qu’une action collective et durable soit menée en faveur du suffrage féminin.

Seulement après la Grande Guerre, à la suite de la vague de contestation sociale qui aboutit à la grève générale de novembre 1918, la question pénètre plus largement la sphère politique. L’auteure explique que les classes moyennes et le monde ouvrier témoignent d’un intérêt croissant pour cette revendication, qui était jusqu’alors essentiellement défendue par des représentantes et des représentants du patriciat et des milieux bourgeois (p. 44-45). Le parti socialiste ouvre ses portes aux femmes et s’engage en faveur du suffrage féminin. Des motions sont déposées dans huit cantons. L’historienne remarque que les opposants, qui s’organisent dès 1919, cherchent dès lors à cantonner cette revendication à une aspiration de gauche (p. 55). Le 29 juin 1919, la première votation cantonale concernant l’octroi du droit de vote et d’éligibilité aux femmes est rejetée à Neuchâtel par près de 70 % des électeurs masculins. Balayée, cette votation inaugure une longue série d’échecs. Selon Brigitte Studer, il ne faudra pas moins de quatre-vingt-dix scrutins aux niveaux communal, cantonal et fédéral pour que les femmes obtiennent gain de cause. Le climat conservateur qui s’instaure dès le début des années 1920 et qui connaît un coup d’accélérateur avec la Dépression de 1929 met non seulement un frein aux revendications féministes, mais porte plusieurs coups aux droits des femmes, notamment à travers la question du travail des femmes mariées. L’entre-deux-guerres se distingue tout de même par l’organisation d’une grande exposition nationale féminine – la SAFFA (Schweizerische Ausstellung für Frauenarbeit) – visant à offrir une vitrine au travail des femmes et à souligner leur rôle central dans la sphère économique. Certes, cette manifestation rencontre un grand succès, mais l’auteure observe que les revendications féministes sont mises en sourdine (p. 79).

Un bond démocratique caractérise la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le principe d’égalité de traitement progresse dans la société. Encouragées par les premières consultations féminines qui témoignent d’un large soutien au suffrage féminin, les votations s’enchaînent, mais le succès n’est toujours pas au rendez-vous. Par ailleurs, la guerre froide ravive un repli national et conservateur. Il faudra la radicalisation des personnes engagées pour que la revendication suffragiste sorte enfin de l’impasse. En effet, pendant longtemps a prévalu l’idée que la politique des petits pas, ainsi que des actions modérées, conformes à la voie institutionnelle, étaient les meilleurs moyens de convaincre. Mais las d’attendre, les suffragistes se mettent à explorer progressivement d’autres voies, comme lorsque l’Association suisse pour le suffrage féminin soutient, en 1950, l’idée d’obtenir l’introduction du droit de vote pour les femmes sans modifier la Constitution fédérale et donc sans passer par une votation populaire. Il s’agirait seulement de changer un droit coutumier – l’exclusion des femmes du droit de vote n’étant pas spécifiquement mentionnée dans la Constitution – par une nouvelle coutume, en se basant sur une nouvelle interprétation qui inclurait les deux sexes. Les suffragistes mobilisent plusieurs fois cette stratégie, comme lors du scrutin du 3 mars 1957 concernant l’instauration d’un service civil obligatoire pour les femmes, qui a vu pour la première fois en Suisse le Conseil communal d’Unterbäch, une petite commune du Haut-Valais, autoriser ses citoyennes à se rendre aux urnes. Les autorités politiques cantonales et fédérales s’opposeront toujours à ce type de stratégie et défendront avec fermeté la nécessité d’un changement constitutionnel. En voyant la votation du 3 mars 1957 mise en péril et face à la protestation nationale des organisations féminines, le Conseil fédéral publie, le 22 février 1957, neuf jours avant le scrutin, un message destiné au Parlement concernant la possibilité d’introduire le suffrage féminin sur le plan fédéral. Dans son ouvrage, Brigitte Studer souligne l’ambiguïté de ce texte, dont l’« argumentation semble donner raison aux adversaires » (p. 115). Cette votation populaire est clairement refusée, le 1er février 1959, avec près de 70 % de votes négatifs. Seuls les cantons de Vaud, de Neuchâtel et de Genève se prononcent favorablement. Sans surprise, ils sont les premiers à introduire le suffrage féminin sur le plan cantonal, respectivement le 1er février 1959, le 27 septembre 1959 et le 6 mars 1960. Pour la première fois, comme le remarque l’historienne, des hommes de gauche et de droite, pas forcément membres d’organisations spécifiques, ont fait campagne en faveur de la cause suffragiste (p. 137).

Une autre impulsion, internationale cette fois-ci, vient relancer le débat une dizaine d’années plus tard. Ayant adhéré au Conseil de l’Europe, le 6 mai 1963, sans avoir ratifié la Convention européenne des droits de l’homme en raison d’une série de dispositions légales incompatibles avec les normes internationales (dont l’exclusion des femmes du droit de vote), la Suisse fait figure d’exception. Mal à l’aise, le Conseil fédéral préconise, le 9 décembre 1968, de signer au plus vite, avec des réserves, cette Convention. Or, l’Association suisse pour le suffrage féminin s’oppose clairement à cette ratification tant que le pays n’ajuste pas ses lois aux principes qui sont à la base de cette Convention, parmi lesquels la question centrale de l’égalité politique entre les sexes. Ses membres sont divisés sur l’action à entreprendre. L’apparition d’une frange de jeunes militantes plus contestataires, issues du Mouvement de libération des femmes (MLF), est à l’origine de la première manifestation de rue, organisée malgré le refus d’une courte majorité des déléguées de l’Association suisse pour le suffrage féminin par crainte des débordements. La Marche sur Berne rencontre un succès inattendu : elle rassemble, le 1er mars 1969, 5 000 participants, alors que le congrès – l’action plus conventionnelle officiellement soutenue – rassemble, quant à lui, seulement 500 personnes (p. 150). Adepte de méthodes plus radicales, la jeune génération durcit le ton. Finalement, le Conseil des États refuse de peu l’adhésion à la Convention européenne des droits de l’homme et la deuxième votation fédérale sur l’introduction du suffrage féminin sera la réponse du Conseil fédéral à la Marche sur Berne. Le 7 février 1971, l’octroi du droit de vote aux femmes est accepté sur le plan fédéral à 65,7 %. L’historienne explique ce revirement d’opinion spectaculaire par les profonds changements sociétaux qui ont marqué les années 1950 et 1960, voyant émerger de nouveaux modèles féminins, ainsi que par l’« impulsion décisive » de la nouvelle génération de militantes (p. 156).

L’ouvrage de Brigitte Studer éclaire plusieurs pans de l’histoire de l’associationnisme suffragiste, ses réseaux internationaux souvent sources d’inspiration, mais aussi ses dynamiques locales, nous faisant découvrir une lutte menée à plusieurs échelles qui entrent parfois en contradiction. Au fil des pages, l’auteure montre bien la persévérance qui anime les suffragistes, malgré les échecs cuisants et à répétition. Elle incarne habilement l’histoire de cette conquête en introduisant les actrices et les acteurs, connus et moins connus, de cette épopée, notamment par le biais de notices biographiques qui ponctuent le texte. Un index des noms aurait permis de rendre encore plus visibles ces femmes et ces hommes engagés. L’historienne égrène avec justesse la multiplicité des stratégies déployées par les suffragistes : interventions politiques et juridiques, campagnes, tournées de conférences, pétitions, lobbying, publication de revues (Le Mouvement féministe), de brochures, de pamphlets, d’articles et d’essais, manifestations, cours d’instruction civique, avis de droit, campagnes d’affichages, organisation d’assemblées et de manifestations publiques, etc. Elle expose aussi, au fil de l’ouvrage, les principaux arguments avancés par les partisans et les opposants illustrés par une série de citations bien choisies qui démontrent tant la persistance de certains raisonnements que l’existence d’impulsions plus conjoncturelles. Parfois, des prémisses communes débouchent sur des conclusions opposées, comme c’est le cas avec l’argument de la complémentarité entre les sexes qui peut justifier, à la fois, un partage des tâches qui légitimerait la place des femmes au foyer ou, au contraire, l’apport spécifique des femmes à la politique en raison de leur nature particulière (sens moral, fibre sociale, etc.). En faisant le choix de s’arrêter à plusieurs reprises sur des exemples particuliers, Brigitte Studer évite le piège de la synthèse trop générale et superficielle. Par ailleurs, l’historienne ne s’intéresse pas uniquement à la revendication d’égalité politique, mais embrasse toutes les initiatives visant l’égalité civique de manière plus large. Des problématiques auraient néanmoins pu être davantage abordées dans cet ouvrage, comme celle – pourtant propre à la Suisse – des barrières linguistiques qui ont sans doute rendu plus difficiles la mise sur pied d’actions au niveau national et le développement d’un discours commun, ainsi que la question confessionnelle, évoquée seulement en filigrane. On aurait aussi aimé en savoir plus sur le changement de génération de militantes et les personnalités qui l’incarnent, ainsi que sur le jeu des partis politiques, autant d’actrices et d’acteurs au cœur du revirement de l’opinion publique (masculine). Ces absences reflètent probablement en partie l’état de la littérature secondaire et, sans doute également, les contraintes liées au format de la collection dans lequel cet ouvrage est paru. Bien documenté et agréablement illustré, cet opus n’a en définitive pas tant l’ambition de revisiter l’histoire du droit de vote des femmes en Suisse que d’offrir une synthèse pour faire connaître cette épopée à un large public et, ainsi, permettre à tout un chacun de mieux appréhender l’histoire de la démocratie et de poser un regard critique sur la société suisse du siècle passé. En ce sens, le pari est très réussi.

Raphaëlle Ruppen Coutaz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search