Grégory Dufaud, Une histoire de la psychiatrie soviétique.

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps et lieux », 2021, 314 p.

« En Russie soviétique, disait-il en se drapant dans sa couverture, l’hôpital psychiatrique est le seul endroit où puisse vivre un homme normal. » C’est par cette phrase, issue d’un roman satirique paru dans les années 1930, que Grégory Dufaud commence son histoire de la psychiatrie soviétique. Le choix de cette accroche donne le ton de l’ouvrage, qui se trouve bien loin de l’image réductrice d’une psychiatrie répressive, simple instrument aux mains du régime. Sans occulter les internements forcés des années 1960 et 1970, cet ouvrage vise à reconstituer « toute la complexité de la relation entre la psychiatrie et le pouvoir politique » (p. 13), des lendemains de la révolution de 1917 à la disparition de l’URSS. À la lumière de cette histoire longue, la psychiatrie soviétique apparaît comme une discipline aux multiples facettes, au sein de laquelle les acteurs renégocient constamment la marge d’autonomie qui leur est accordée par le pouvoir. Dans le cadre de cette histoire non linéaire, les enchevêtrements avec le pouvoir politique prennent des formes variées, parfois inattendues et qui ne se résument pas à la simple subordination des psychiatres aux autorités politiques. Cet ouvrage, issu d’une habilitation à diriger des recherches, s’inscrit ainsi pleinement dans un renouvellement des études sur la psychiatrie en contexte communiste, qui en offre une image complexe et différenciée, loin du paradigme totalitaire qui a longtemps prévalu1. Afin de « retracer la trajectoire » de la psychiatrie soviétique (p. 14), l’historien a constitué un corpus documentaire à partir de nombreux gisements (archives, imprimés, documentaires, mémoires, entretiens). L’originalité de cet essai tient également à l’intérêt particulier manifesté par l’auteur pour les sources littéraires ; sont ainsi mobilisés les classiques de la littérature russe (Tchekhov, Boulgakov) tout comme des auteurs moins connus, à l’image d’Ilf et Petrov (romanciers satiriques des années 1930) ou encore des frères Vaïner (auteurs de nombreux romans noirs parus dans les années 1970).

Afin d’interroger « le processus croisé de mise en politique de la psychiatrie et de mise en psychiatrie de la politique », Grégory Dufaud articule sa réflexion en quatre grandes parties. La première d’entre elles, intitulée « Le sens de l’histoire », vise à préciser le cadre conceptuel et méthodologique de cette étude. L’historien y expose ce qu’il entend par « politique du psychisme » (chap. 1), une expression qui désigne la tension entre deux volontés : d’un côté, l’ambition que s’assignent les psychiatres, de l’autre, la fonction que les autorités politiques attribuent à la psychiatrie. Cette tension prend une dimension spécifique dans le contexte révolutionnaire soviétique en raison du projet d’ingénierie sociale porté par les bolcheviks, au sein duquel les psychiatres peuvent inscrire leur propre projet de transformation sociale. C’est l’évolution de cette tension entre psychiatres et gouvernants que Grégory Dufaud se propose de retracer, en accordant la plus grande attention aux acteurs et aux logiques d’action qu’ils mettent en œuvre. Au centre de l’intérêt de l’historien se trouve l’action sociale des protagonistes (en l’occurrence des psychiatres), qu’il s’agit d’interroger lors de « situations problématiques ». S’inspirant de la sociologie pragmatique tout comme des travaux du philosophe John Dewey, Grégory Dufaud inscrit son travail dans une histoire résolument pragmatique, où la question de la réflexivité des pratiques joue un rôle central. L’attention portée aux « situations problématiques » explique en partie l’organisation de l’ouvrage, qui ne suit pas une logique strictement chronologique.

Après avoir précisé le cadre épistémologique de cette étude, l’historien poursuit sa réflexion dans la deuxième grande partie, intitulée « Une ambition de médicalisation de la folie ». Y est notamment retracé le positionnement des psychiatres lors de la révolution d’octobre 1917. Comme le souligne Grégory Dufaud, le ralliement de certains d’entre eux aux bolcheviks est loin d’être un malentendu. S’ils décident de coopérer avec les bolcheviks, c’est dans l’espoir d’une meilleure reconnaissance de leur profession et du rôle qu’ils pourraient jouer dans les transformations sociales en cours. Cette stratégie n’est pas sans résultat. Aux lendemains de la révolution d’octobre, la liberté d’action qui leur est accordée permet à ces réformateurs de développer une psychiatrie extra-hospitalière, qui s’articule autour du dispensaire. Cette nouvelle forme de prise en charge, défendue notamment par le psychiatre Lev Rozenchteïn, suscite l’intérêt de ses homologues étrangers qui s’interrogent également sur les possibilités de faire sortir les malades de l’hôpital. Cela dit, ces velléités de réforme se heurtent à plusieurs obstacles dont le plus important semble être le manque de moyens financiers, un problème structurel pour la psychiatrie soviétique, qui traverse l’ensemble de la période étudiée. Quant aux inégalités territoriales, elles sont quant à elles criantes : si Moscou bénéficie d’un dispositif de soins extra-hospitaliers, il est balbutiant dans le reste du pays. Bien vite, dès le début des années 1930, la priorité qui avait été accordée à la psychiatrie extra-hospitalière est abandonnée au profit d’une conception plus classique d’une politique de santé publique centrée sur les hôpitaux. Avec l’installation de la dictature stalinienne, les psychiatres sont également confrontés aux bouleversements qui touchent le fonctionnement du champ scientifique soviétique. Se met alors en place ce que Grégory Dufaud nomme « un régime généralisé de controverses », qui se manifeste par l’exacerbation des tensions entre scientifiques. Face à la psychiatrie se dresse la physiologie, sur les traces de Pavlov et en la personne d’Ivanov-Smolenski (troisième partie, « La controverse entre psychiatrie et physiologie »). Après avoir été marginalisé à la fin des années 1930, ce psychiatre formé à la physiologie parvient à retrouver des soutiens parmi les autorités et impose ses vues au tournant des années 1940, à un moment où la pluralité des paradigmes scientifiques n’est plus tolérée par le Parti. Les controverses scientifiques sont alors devenues un problème politique, il faut unifier chaque discipline autour d’une seule et unique approche et ce sont les thèses pavloviennes, défendues par Ivanov-Smolenski, qui parviennent à s’imposer. Conformément à cette nouvelle ligne, il s’agit alors pour les psychiatres de traduire les principes pavloviens en savoir applicable dans leurs pratiques. Si le discours de justification est remanié, à l’aune des principes pavloviens, cela ne signifie pas une refonte totale des pratiques médicales. Les obstacles sont en effet nombreux à une réforme du travail clinique, en raison de la situation de pénurie dans laquelle se trouvent les institutions psychiatriques soviétiques (pénurie de personnel, mais également de matériel et de médicaments, face à laquelle les équipes soignantes doivent faire preuve d’une grande capacité d’adaptation). Si elle ne se traduit pas par une réforme en profondeur des pratiques, l’inflexion physiologique permet bien plus aux psychiatres de renforcer leur discours de légitimation visant à faire de la psychiatrie une spécialité médicale à part entière, dans le cadre d’un processus de redéfinition de leur identité professionnelle. S’opère alors un changement générationnel, autour de la mise en avant des principes pavloviens en psychiatrie, ce qui vient clore une période d’une trentaine d’années où la continuité du personnel psychiatrique avait été relativement forte (et ce malgré les campagnes de purges de la période stalinienne). Cette traduction des principes pavloviens en psychiatrie attise la curiosité des psychiatres étrangers, notamment français, en témoigne le séjour effectué en URSS par Louis Le Guillant, au début des années 1950, alors qu’il est médecin chef de la clinique psychiatrique de Villejuif.

Les années 1950 sont également le moment d’un « tournant chimique ambigu » (quatrième et dernière partie). Tout comme en Europe occidentale, l’introduction de la chlorpromazine, produite en URSS sous le nom d’Aminazine, transforme les pratiques médicales et le quotidien des établissements. Introduite dans les hôpitaux moscovites dès 1955, l’Aminazine s’y diffuse très rapidement. Face à cet engouement, l’industrie pharmaceutique peine à suivre la cadence de production et les médecins sont souvent confrontés à des ruptures d’approvisionnement avec lesquelles il faut savoir composer. L’introduction de médicaments neuroleptiques provoque une reconfiguration du travail hospitalier et donne un nouveau souffle à la prise en charge extra-hospitalière (sont alors mises en place des thérapies chimiques à domicile, appelées « thérapies de soutien », qui visent à prolonger le traitement reçu lors de l’hospitalisation). La psychiatrie soviétique s’insère ici pleinement dans le mouvement de désinstitutionnalisation qui touche au même moment, selon des modalités certes différentes, l’Europe occidentale et les États-Unis. Enfin, et c’est l’objet du dernier chapitre de cet ouvrage, une histoire de la psychiatrie soviétique ne peut faire l’impasse sur la question des internements forcés, qui se multiplient au cours des années 1960 alors que la surveillance de la société soviétique se fait de plus en plus étroite. Grégory Dufaud revient sur plusieurs cas emblématiques, comme celui de Piotr Grigorenko, ancien officier de l’Armée rouge, arrêté pour agitation antisoviétique et interné en août 1964 à l’hôpital spécial de Stalingrad. Cette instrumentalisation de la psychiatrie par les autorités politiques, qui s’articule autour d’hôpitaux spéciaux (dont le plus célèbre est l’Institut Serbski à Moscou), n’est pas sans provoquer l’indignation des psychiatres soviétiques eux-mêmes, à l’image de Semion Glouzmane ou de Marina Voïkhanskaïa. Comme le souligne l’auteur, cette pratique se révèle finalement peu efficace : elle ne permet pas de faire taire les critiques et elle suscite une mobilisation à l’échelle internationale, qui aboutira à la condamnation de ces abus par l’Association mondiale de psychiatrie en 1977. Dès lors, sur la scène internationale, la psychiatrie soviétique est réduite à l’image d’un instrument aux mains du régime.

Grâce à l’analyse de sources nombreuses et variées, l’ouvrage de Grégory Dufaud permet de réinsérer l’histoire de la psychiatrie soviétique dans une temporalité longue, en soulignant le « pluralisme relatif » de ses acteurs. Les psychiatres soviétiques constituent en effet une communauté professionnelle hétérogène, traversée par les dissensions et les controverses, et qui entretient des rapports différenciés avec le pouvoir. Pleinement insérés dans la communauté scientifique internationale, et ce tout au long du siècle, les psychiatres soviétiques sont mus par la même quête de légitimité que leurs homologues étrangers, une quête visant à faire reconnaître la psychiatrie comme une discipline médicale à part entière. C’est dans cette optique qu’ils adaptent leurs discours aux préoccupations politiques ou qu’ils traduisent les principes pavloviens en savoirs applicables en psychiatrie. S’ils doivent s’adapter aux soubresauts politiques, les psychiatres doivent également travailler dans des conditions matérielles souvent précaires, notamment quand ils exercent dans les territoires périphériques. Par ailleurs, et c’est une piste qui est évoquée à plusieurs reprises par l’historien, ce qu’il se passe entre les murs des institutions psychiatriques semble pouvoir échapper, à certains moments, au regard des autorités politiques. La pathologisation des comportements offrirait ainsi une liberté de parole aux individus internés (« tout peut être dit au motif de la maladie », p. 65). Les sources littéraires, notamment, font des hôpitaux psychiatriques « des refuges dans la mesure où les comportements socialement condamnés y sont licites » (p. 152-153). Cette piste mériterait d’être creusée à l’aide d’autres sources, à l’image des dossiers de patients qui permettraient de reconstituer les expériences des individus au sein de ces institutions et donc de saisir les modalités concrètes selon lesquelles les règles du dicible et de l’indicible peuvent être déplacées au sein de l’espace psychiatrique. Malgré de nombreuses tentatives, Grégory Dufaud n’a malheureusement pas pu avoir accès à ces dossiers, comme il l’explique dans l’avant-propos de son ouvrage. L’ouverture des archives a donc encore des limites. Cela dit, face à cette situation de blocage, l’historien a su s’adapter en mobilisant d’autres sources afin de donner à voir la vie quotidienne dans les institutions. Les photographies datant des années 1960 et 1970, présentes dans les derniers chapitres, constituent par exemple des documents particulièrement intéressants (sous réserve de préciser leurs conditions de réalisation, certaines d’entre elles laissant penser à une véritable mise en scène).

L’ouvrage de Grégory Dufaud est un ouvrage pointu qui vient combler un vide historiographique. S’inscrivant dans une temporalité longue, il replace l’histoire de la psychiatrie soviétique, non seulement dans une histoire européenne et mondiale de la psychiatrie, mais également dans celle du siècle soviétique et de ses bouleversements politiques. Le scandale des internements abusifs a jeté un voile durable sur les innovations thérapeutiques menées par les psychiatres soviétiques (concernant notamment la psychiatrie extra-hospitalière) ou sur leur insertion dans la communauté scientifique internationale. Avec cet essai, Grégory Dufaud redonne à l’histoire de la psychiatrie soviétique une complexité qui avait été longtemps oubliée, tout en participant à une meilleure compréhension des relations entre scientifiques et pouvoir politique dans un contexte autoritaire.

Fanny Le Bonhomme


  1. n ce qui concerne le renouvellement historiographique dans ce champ de recherche, voir notamment : S. Marks et M. Savelli (dir.), Psychiatry in Communist Europe, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2015. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search