Robert Ovetz (dir.), Workers’ Inquiry and Global Class Struggle. Strategies, Tactics, Objectives.

Londres, Pluto Press, « Wildcat », 2021, 288 p.

Cet ouvrage collectif, dirigé par le politiste britannique Robert Ovetz, réunit neuf contributions consacrées à des luttes contemporaines d’ouvriers, employés ou enseignants en Argentine, Turquie, Italie, Chine, Afrique du Sud, Inde, aux États-Unis, Mexique et Royaume-Uni. Ces contributions émanant de chercheurs – sociologues ou économistes –, de syndicalistes, d’étudiants ou, pour l’une d’elles, d’un collectif, partent d’un constat partagé. À l’heure de la mondialisation néolibérale, la stratégie du capital n’en finit plus de détricoter la classe ouvrière de l’époque fordiste, engagée dans un processus de décomposition/recomposition. Elle décompose ses formes d’organisation préexistantes et ses modes d’action collective en brisant les liens anciens et en opérant des bouleversements en matière de technologie et de gestion destinés, selon certains contributeurs, « à fournir au capital des armes contre les révoltes de la classe ouvrière », pour ainsi restaurer son contrôle et sa discipline et réorganiser la force de travail conformément aux besoins du capital. Avec pour meilleur effet, montrent la plupart des monographies, une individuation du rapport du travail, facteur d’inégalités et de divisions, une explosion de la précarité et un basculement de la loi vers le contrat.

Les auteurs entendent toutefois montrer que la classe ouvrière répond, à l’échelle planétaire, à ces mutations en déployant de nouvelles tactiques et stratégies susceptibles d’accroître son potentiel pour recomposer son pouvoir. Ils se focalisent à tel effet sur de nouvelles formes de lutte contemporaines et sur de nouveaux acteurs. Ainsi, les menaces de grève (making threat) destinées à peser sur l’employeur, aux États-Unis, sans qu’il soit nécessaire d’aller jusqu’à la grève ouverte, les actions susceptibles de paralyser ce qui devient alors un goulot d’étranglement (Choke Points), la syndicalisation dans les firmes multinationales et le rôle des réseaux transnationaux, l’élargissement social dans le cadre de mouvements d’assise territoriale, tels les piqueteros,le rôle des ONG, en Chine, et des organisations syndicales en rupture, en direction des précaires, en Afrique du Sud, et plus généralement tous les mouvements de coopération et les luttes reposant sur une auto-organisation des travailleurs. Mais ces auteurs, qui se réclament explicitement de l’operaïsme italien ou, pour certains, des thèses d’Antonio Negri et Michael Hardt sur la multitude, s’assignent explicitement un objectif politique et militant. Rappelant « qu’il n’est pas de politique sans enquête », ils entendent contribuer à la construction des réponses en réalisant des Workers’ Inquiries,dans le droit fil des enquêtes menées dans les années 1960 dans les usines Fiat, dans le cadre des Quaderni Rossi.

L’introduction de Robert Ovetz et tout ou, plus souvent, partie des contributions fournissent au lecteur d’utiles repères bibliographiques, italiens et anglo-saxons, et permettent de revenir sur la généalogie de ces Workers’ Inquiries. Ces enquêtes qui supposent l’intervention conjointe d’« intellectuels militants » et des travailleurs concernés se veulent constitutives du « travailleur collectif », agissant comme une voix collective et un canal pour transmettre le contenu de l’enquête à des travailleurs qui en useront à leur tour. Elles érigent les luttes pour un facteur de production du savoir, nécessaire en retour pour déployer de nouvelles actions. Ces enquêtes, que les auteurs invitent à démultiplier, se distinguent de l’anthropologie, de la psychologie, de la sociologie et de l’ingénierie en ce qu’elles « inversent la perspective de classe ». Elles se veulent une arme destinée à « relire l’organisation du capital à des fins de lutte », mettre à nu ses faiblesses, identifier des tactiques et des stratégies respectivement susceptibles de créer des leviers propres à susciter des goulots d’étranglement et à restituer de la puissance aux travailleurs aux fins d’obtenir des concessions qui rendent la force de travail ingouvernable à terme, et provoquent un effet disruptif en termes d’accumulation du capital. Les travailleurs ne sauraient en effet recomposer leur pouvoir, former une nouvelle organisation, construire de nouveaux répertoires et déployer de nouvelles stratégies qu’à la condition de maîtriser les mutations de la class composition. Celle-ci est synonyme, selon Robert Ovetz, du making the working class d’E. P. Thompson, et comprise comme la « composition des travailleurs comme force contre le capital » : démographie, associations, connexions, réseau de coopération, formes d’action collective passées et présentes…

Les développements méthodologiques ou théoriques qui introduisent chacune des contributions se prolongent par de solides analyses de terrain, organisées en trois ensembles.

Le premier se consacre à ces choke points entre tous que sont les secteurs des transports et de la logistique, en abordant notamment les mouvements des camioneros argentins (Dario Bursztyn) et des transporteurs turcs (Alpkan Birelma). Le deuxième, qui concerne principalement le secteur éducatif, tient à maints égards du journal d’enquête. Les études consacrées à la Chine (Jenny Chan), l’Afrique du Sud (Shawn Hattingh et Dr Dale T. McKinley) et aux précaires indiens (Lorenza Monaco) constituent un troisième et dernier ensemble, focalisé sur les mines et l’industrie. Certaines contributions sont introduites par un cadrage historique utile au lecteur peu coutumier des terrains concernés.

Dans sa contribution, Alpkan Birelma revient sur l’approche des ressources syndicales avancée par E. O. Wright, soit le structural power et l’associational power,qui renvoient respectivement à la place des travailleurs dans les structures économiques et à leur organisation collective dans leur espace de travail. Il propose de leur adjoindre les ressources institutionnelles – conventions collectives, structures tripartites et Code du travail, qu’un auteur tient ici au contraire pour des freins à l’autonomie ouvrière et, par là, au potentiel révolutionnaire – et les ressources sociétales, entendues comme les soutiens dont des secteurs en lutte sont susceptibles de jouir dès lors qu’ils apparaissent comme porteurs d’une demande de justice plus large. La plupart des contributions reviennent sur ces ressources et leurs combinaisons. Les luttes qu’elles analysent ont en commun de s’être soldées par des gains, en matière salariale en premier lieu, sans avoir toujours évité des mesures répressives ultérieures, sous la fréquente espèce de licenciements. Elles laissent bien sûr ouverte la question de la montée en généralité, dès lors qu’on peut douter qu’une global worker’s inquiry, comprise comme une stratégie globale, soit de nature à opérer le changement d’échelle auquel appelle Lorenza Monaco pour ainsi susciter un nouveau cycle de lutte de classe global.

L’ouvrage est parfois susceptible d’irriter. La dimension stratégique qu’il accorde à l’autonomie ouvrière conduit la plupart des auteurs à une condamnation systématique des organisations syndicales « traditionnelles », dites contract-unions, accusées de corruption, de bureaucratisation et de collaboration de classe (quand certaines des études de terrain obligeraient à tout le moins à la nuance). Elle répond également de la relative marginalisation du rôle de l’État et des institutions qui caractérise de nombreuses contributions, à la notable exception de celles dePatrick Cuninghame et deJenny Chan, respectivement consacrées auxenseignants mexicains et à la Chine. L’ouvrage présente toutefois l’indéniable intérêt de mettre à nu la dimension planétaire des processus de décomposition/recomposition qui bouleversent aujourd’hui le champ du travail et des luttes sociales, s’agissant des pays du Nord ou de ceux du Sud, particulièrement bien documentés dans ses pages. Il constitue en outre un bel exemple d’un certain retour en force du syndicalisme révolutionnaire, en miroir au néolibéralisme et à l’effacement de l’État social. Susceptible à ce titre d’être lui-même un objet d’étude.

Danielle Tartakowsky


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search