Gerd-Rainer Horn, The Moment of Liberation in Western Europe. Power Struggles and Rebellions, 1943-1948.

Oxford, Oxford University Press, 2020, 258 p.

Cet ouvrage n’est pas une histoire générale du « moment Libération » en Europe occidentale, précise l’auteur dès son introduction. Il appréhende la Libération, comprise en termes de conjoncture, comme un moment de crise et d’opportunité ayant ouvert brièvement « la possibilité d’une variété de devenirs possibles » dans les pays d’Europe occidentale, occupés des années durant, dès lors à l’origine d’une « expérience transnationale » que l’historiographie n’avait jusqu’alors pas abordée pour telle.

Cette « expérience transnationale » est caractérisée par « une spirale de radicalisation », fréquente s’agissant des mouvements sociaux dans ce type de circonstances. Les comités de libération, qui, sous des intitulés différant d’un pays à l’autre, ont été partout conçus pour précipiter la défaite du fascisme et la libération nationale, vont s’impliquer sur divers modes dans des pratiques destinées à asseoir une libération sociale. Gerd-Rainer Horn retraverse à tel effet l’histoire de la France et de l’Italie mais également, quoique à moindre titre eu égard à ses spécificités en la matière, la Belgique et même, marginalement, l’Allemagne. Il étudie là les pratiques, qui localement se sont essayées à des redéfinitions des modalités du politique, marquées par des formes d’autonomie à la mesure des rapports de force locaux, spécifiques à chacun, aux fins d’une transformation sociale radicale qui érigeait à la fois pour cible le fascisme, en déroute – terme dont Gerd-Rainer Horn fait un usage générique en épousant délibérément l’approche alors dominante parmi les acteurs qu’il analyse –, mais également le capitalisme.

L’étude est à la fois thématique et chronologique. Les deux premiers chapitres, respectivement consacrés à la France et à l’Italie, abordent le rôle que les comités de libération exercent un temps à l’échelle locale et qu’ils tentent de pérenniser face à la remise en place des institutions d’avant-guerre, au risque, ici et là, d’une brève « dualité des pouvoirs » de fait. Ces chapitres accordent une importance particulière aux disparités territoriales consécutives à la coupure de la France en deux zones et à la complexité du très long processus de libération de l’Italie, en soulignant combien le rôle des alliés et leur présence durable complexifie là les rapports de force locaux et les négociations face au « retour à la normale ». Un troisième chapitre, pareillement consacré à ces deux États, se focalise sur l’action de ces comités de libération, dont les intitulés diffèrent, sur le terrain des entreprises, posant tout à fois les questions de l’épuration, des limites qu’il convient ou non de lui assigner et de l’autonomie ouvrière revendiquée et brièvement mise en œuvre sur divers sites. Avec, là encore, la question de la dualité des pouvoirs. Les trois chapitres accordent une place importante à la prééminence communiste, inégale selon les échelles, aux incompréhensions face aux réorientations résultant, en Italie, de la svolta di Salerno, opérée en mars 1944 par Togliatti, et en France, consécutive au retour de Moscou de Maurice Thorez à la fin de cette même année, néanmoins suivies par la réinsertion du plus grand nombre dans une stratégie d’Union nationale.

Le quatrième chapitre, exclusivement français, est consacré à la floraison des quotidiens nés de la Libération, de l’initiative des composantes locales de la Résistance, qui toutefois s’expriment et agissent ici le plus souvent en ordre dispersé. Il montre comment l’ordonnance du 26 août 1944 est impuissante à préserver cette presse nouvelle de la loi du marché, qui bientôt condamne la plupart des titres à la disparition au profit de titres « modérés ». Gerd-Rainer Horn justifie l’attention qu’il porte ici sur la seule France par le caractère spécifique de cet essor de la presse de Résistance. Mais peut-être aurait-il été intéressant d’en préciser en quelques lignes le pourquoi. Un cinquième et dernier chapitre introduit la Belgique, où les comités de libération qui n’ont joué aucun rôle majeur dans les combats de la Libération ne jouissent pas d’une légitimité similaire à celle de leurs homologues français et italiens, et souligne la précocité des mouvements d’insubordination et de grèves générales comparée à la France et à l’Italie, où ils n’adviennent, en France, qu’en 1947, en s’amplifiant après l’entrée en guerre froide et la rupture de l’Union nationale, et, en Italie, en 1948, suite à la tentative d’assassinat de Togliatti.

Pour mener ce travail exigeant du fait de son ampleur et de la dispersion des terrains, Gerd-Rainer Horn s’est livré à une relecture critique de l’abondante bibliographie préexistante, avec laquelle il ne cesse de dialoguer au fil des pages et qu’un très utile essai bibliographique résume au terme de l’ouvrage. Soucieux de « redonner leur pleine place aux blancs de l’histoire », il mobilise également des ressources archivistiques originales, au premier rang desquelles des archives départementales françaises, les archives nationales italiennes et celles du PCI, archives dont une présentation synthétique au terme de l’ouvrage aurait été utile comme, au reste, la source des photographies de grand intérêt illustrant le premier chapitre.

De ce fait, les lecteurs français et italiens traversent assurément bien des épisodes connus, mais qui sans doute ne le sont pas au même titre pour le lecteur anglo-saxon. Du moins l’ouvrage présente-t-il à plus d’un titre une grande originalité. Elle tient d’abord à l’approche transnationale, déjà évoquée, et à la chronologie – 1943-1948 – de ce que l’auteur qualifie de « moment d’opportunité ». Cette séquence, qui doit à l’exemple italien de s’achever en 1948, pose toutefois la question du moment et des modalités de la sortie de crise. Peut-être conviendrait-il de revenir plus finement sur l’articulation qui s’opère entre la crise qui se referme en 1944 (1946 ?), sur un mode qui n’est pas à la hauteur des espoirs nourris par les acteurs au cœur de l’étude, et l’entrée dans ce qui constitue une crise nouvelle, chevauchant un temps la queue de la première de ces crises. L’originalité tient également aux conclusions de l’ouvrage. Selon Gerd-Rainer Horn, l’historiographie doit aux suites de l’histoire advenue d’avoir minoré le poids et la nature de ces « possibles » de l’histoire quand la sortie de crise de 1944-1946 ne fut pas moins potentiellement révolutionnaire, selon lui, que ne l’a été la sortie de la Première Guerre mondiale.

Cet ouvrage, qui se réclame d’une histoire « par le bas », se refuse d’entrer dans un débat politique de sommet relatif à la « trahison » ou au réalisme des directions communistes et au rôle de Staline. Il ne convaincra pas ceux qui persistent à se réclamer de cette explication. Il ne convaincra pas davantage les historiens, et non des moindres, qui relativisent le poids des expériences et pratiques dont il est ici rendu compte, rapporté à celui du rapport des forces national et international, en rapide mutation. L’ouvrage, qui ne relève pas d’une histoire contrefactuelle, met du moins à nu la complexité de situations abordées souvent de manière par trop unilatérale dès lors que partielles, concluant que le « moment Libération », quel qu’en ait été le devenir, fut « l’occasion de mouvements inédits se réclamant d’un changement radical modifiant [ou faut-il dire complexifiant] fondamentalement le paysage politique européen ».

Cette relecture s’inscrit indéniablement dans le cadre de redéfinitions problématiques caractérisant aussi bien l’historiographie contemporaine que les redéfinitions du politique et de ses acteurs à l’œuvre à des échelles planétaires, attestées par son approche transnationale, en termes de « société civile », de « mouvements sociaux » et de pratiques « horizontales » entrant alors en conflit avec la verticalité des institutions, mais également des partis communistes. L’ouvrage pose plus globalement la question des sorties de crise et de la difficile articulation entre les luttes engagées sous des formes redéfinies par et dans les crises, à partir du seul rapport des forces locales, et la totalité du spectre politique, question qu’on retrouverait mutatis mutandis dans toutes les crises ultérieures aux échelles nationales et dont l’urgence contemporaine n’aura échappé à personne.

Danielle Tartakowsky


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search