Didier Gondola, Matswa vivant. Anticolonialisme et citoyenneté en Afrique-Équatoriale française.

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Internationale », 2021, 440 p.

Le livre Matswa vivant de Didier Gondola (professeur à Indiana University, États-Unis) comble un manque historiographique évident sur le personnage de Matswa et sur un des mouvements de résistance à la colonisation les plus importants de l’Empire français. Peu connu en dehors du bassin du Congo, Matswa a cependant eu un parcours d’exception entre l’Afrique et la France durant les années 1920 et 1930 et il a joué un rôle fondamental dans l’élaboration d’un discours anticolonial en Afrique centrale. Mais la construction à titre posthume d’un récit légendaire et mystique autour de ce personnage sera au cœur des enjeux mémoriels que devra relever Didier Gondola dans son ouvrage.

Historien des cultures populaires, Didier Gondola s’est toujours intéressé à l’Afrique centrale, avec la publication d’ouvrages de référence comme Villes miroirs. Migrations et identités urbaines à Kinshasa et Brazzaville (1930-1970) en 1996 et Tropical Cowboys. Westerns, violence and Masculinity in Kinshasa en 2016. Mais son choix d’écrire une biographie historique de Matswa n’est pas anodin. En effet, l’histoire de ce personnage est intimement liée à son histoire personnelle. Comme Didier Gondola l’explique dans l’avant-propos de son livre (p. 7-17), son grand-père maternel, Jacques Bihani, a été un disciple de Matswa et il a été déporté au Tchad par les autorités françaises à la suite du procès de 1930, précisément à Fort-Lamy (aujourd’hui N’Djamena), où est née sa mère, Augustine.

Pour écrire cette biographie historique de Matswa, Didier Gondola a ainsi cherché « à faire la part entre l’univers des croyances et l’ordre des connaissances » pour redonner au personnage son caractère historique. Et le pari est réussi. D’abord, les sources mobilisées sont considérables. Il a consulté 500 mètres de documents aux Archives nationales d’outre-mer à Aix-en-Provence, où il a pu découvrir, entre autres, une partie de la correspondance de Matswa lui-même, saisie par les autorités coloniales dans le cadre de leur enquête sur les activités de l’Amicale des originaires de l’Afrique-Équatoriale française (AEF) qu’il a fondée à Paris en 1926. Ces lettres inédites écrites par Matswa sont les rares témoignages directs qui permettent de comprendre le personnage, notamment ses intentions, ses relations et sa façon de concevoir son combat. Didier Gondola a également pu collecter des documents iconographiques intéressants auprès de plusieurs descendants de témoins de cette histoire.

L’ouvrage, Matswa vivant, est organisé de façon chronologique. Le lecteur suit les étapes du parcours singulier de ce personnage, de Brazzaville à Paris, en passant par Dakar, la guerre du Rif et les camps de détention du Sahel tchadien. Au départ, Matswa, jeune séminariste, quitte son village pour Brazzaville puis il exerce le métier d’enseignant quelques années dans le village de Kindamba (chap. 1 à 3). Didier Gondola décrit ensuite son périple pour atteindre Paris – entre Dakar, la guerre du Rif et Marseille – comme un voyage initiatique qui permet à Matswa de mettre en perspective son expérience de colonisé et de construire son combat pour l’égalité des droits (chap. 4 à 8). Didier Gondola s’intéresse ensuite à la vie parisienne de Matswa et aux activités de l’Amicale des originaires de l’Afrique-Équatoriale française dans laquelle il a mené son combat tout en proposant une entraide financière aux ressortissants de l’AEF (chap. 9 à 18). Compte tenu des sources disponibles, principalement coloniales, Didier Gondola consacre la suite de son livre à la répression du mouvement par les services de police français et l’administration coloniale du Congo (chap. 19 à 32). Dans ces chapitres, il analyse les outils répressifs des services de police et de l’administration coloniale pour limiter l’influence du mouvement (parodie de justice, violences, arrestations arbitraires, intimidations, déportations, etc.), la façon dont les membres de l’Amicale ont continué à lutter et enfin les différentes évasions de Matswa avant son exécution en 1942 dans des circonstances obscures. Les trois derniers chapitres, 33 à 35, sont consacrés à la construction du mythe Matswa, sa réincarnation en Messie noir pour une partie de ses partisans et la naissance du Matsouanisme, messianisme religieux qui existe toujours aujourd’hui.

Tout au long de l’ouvrage, Didier Gondola cherche à nous donner une vision plus précise du combat politique de Matswa. Ce qui le distingue d’autres mouvements de résistance dans les années 1920, c’est son caractère « cosmopolite, panafricain et postmoderne » (p. 437). Matswa ne se limite pas à son groupe ethnique, les Kongos, ou à la colonie du Moyen-Congo. Son combat dépasse largement les frontières imposées par la colonisation. En choisissant de s’établir à Paris pour fonder son Amicale, il a le souhait d’étendre son mouvement aux ressortissants de toute l’Afrique-Équatoriale française, voire de l’Afrique en général, en entretenant de nombreuses relations, avec des ressortissants sénégalais par exemple. Ce qui est intéressant, c’est que « le combat politique de Matswa ne consiste pas à saboter l’empire ni à revendiquer l’indépendance. Il est question de droits, et celui qui l’emporte sur tous les autres reste la citoyenneté française » (p. 146). En effet, la promesse de la citoyenneté a été le principal facteur d’adhésion au Congo. Mais l’égalité des droits passe aussi par l’ouverture du commerce à des commerçants africains et la fin du monopole colonial, notamment des frères Tréchot au Congo. Matswa est plus égalitariste qu’indépendantiste, même si sa volonté de moderniser l’Afrique pourra déboucher dans un futur encore incertain sur l’indépendance des colonies.

Didier Gondola tente aussi de brosser un portrait psychologique de Matswa lui-même. Ses lettres montrent un tempérament déterminé et très optimiste au départ. Mais au fur et à mesure que le mouvement prend de l’ampleur et qu’il doit déléguer une grande partie des tâches de l’Amicale à des compatriotes restés au Congo, il prend conscience de la duplicité de certains d’entre eux et n’hésite pas, par exemple, à écrire au commissaire de police de Brazzaville pour lui demander de diligenter une enquête approfondie sur Jacques Mayassi (président de l’Amicale à Brazzaville) et Tenard Kyélé (trésorier), que Matswa soupçonne de détournement de fonds (p. 175). Didier Gondola met, en effet, les enjeux financiers de l’Amicale au cœur des activités de Matswa. Son travail consiste essentiellement à trouver des mécènes et des donateurs métropolitains et à tenir une correspondance quasi quotidienne avec ses contacts en Afrique centrale pour multiplier les adhésions et les cotisations.

Didier Gondola insiste également sur un autre élément fondamental pour comprendre la spécificité de l’Amicale. Il s’agit de la question de l’absence de Matswa. En effet, s’il est omniprésent à Paris, au Congo, il n’existe qu’au travers de ses lettres. Il ne revient dans la colonie que deux fois après avoir été arrêté par les services de police en France. Cette absence détonne avec sa popularité et le succès du mouvement. Finalement, dès le début, c’est davantage le spectre de Matswa que sa présence qui mobilise ses compatriotes. Un imaginaire se construit autour de lui, notamment après ses évasions réussies du Tchad. Il ne prend la parole au Congo que lors de son procès en 1930 et son discours est très légaliste et non politique. Il n’en fait pas une tribune pour son combat.

L’épilogue (chap. 36) permet enfin à Didier Gondola d’expliquer en quoi le destin messianique qu’une partie des partisans de Matswa lui prête après sa mort a desservi la cause qu’il défendait. « Dans leur dérive messianique et millénariste, ils s’emparent de Matswa, le prennent quasiment en otage en lui attribuant des traits qui délégitiment et caricaturent son œuvre » (p. 435). Il insiste notamment sur le fait que les matsouanistes en ont fait un prophète Kongo alors que le combat de Matswa avait une dimension panafricaniste incontournable. Ses différentes expériences en Afrique et en France en ont fait davantage un citoyen africain que Kongo. Dans son ouvrage, Didier Gondola cherche ainsi à redonner à Matswa son rôle de « père fondateur de la postcolonialité congolaise » (p. 437). Pour lui, « son projet d’égalité, de justice et de modernité, qui ironiquement continue à conserver une longueur d’avance sur notre temps, constitue pourtant un antidote puissant à notre condition postcoloniale » (p. 442).

Héloïse Kiriakou



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2021, 18 décembre). Didier Gondola, Matswa vivant. Anticolonialisme et citoyenneté en Afrique-Équatoriale française. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0en

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search