Ludovic Frobert, Vers l’égalité ou au-delà ? Essai sur l’aube du socialisme

Lyon, ENS Éditions, « Gouvernement en question(s) », 2021, 200 p.

Historien des idées économiques et politiques et spécialiste du socialisme de la première moitié du XIXe siècle, Ludovic Frobert aime donner à ses travaux des formes hybrides. Son dernier ouvrage, portant sur la famille du socialiste François-Vincent Raspail1, est une fiction, plus exactement un « roman vrai ». Cette fois-ci son enquête historique lui sert d’appui à un essai, sur la notion d’égalité dans le socialisme.

L’auteur explore l’évolution de ce courant politique depuis ses débuts à l’aune de son aspiration à l’égalité. Selon lui, deux socialismes se sont développés autour de cette notion qui représente pour eux une « valeur rectrice ». Le premier, qu’il nomme le « socialisme de l’au-delà », met la notion de besoin au centre de sa pensée sociale et s’applique à inventer un monde d’égalité radicale. Le second, baptisé « socialisme de l’en-deçà », qui met en avant la notion de mérite, prône l’égalité des chances et prépare un monde d’équité. Celui-ci a progressivement éclipsé celui-là. Pour l’auteur, le socialisme de ces vingt dernières années relève surtout de ce dernier en privilégiant la recherche de l’équité et a inexorablement intensifié l’importance du mérite au point de le substituer à la notion fondamentale d’égalité. Il se demande si, ce faisant, le socialisme (en s’éloignant aussi radicalement de l’idée d’égalité) ne s’est pas « amoindri jusqu’à l’évanouissement ». Mais son propos reste optimiste : car si l’égalité, comme il le suggère, fait partie du code génétique du socialisme français, il est alors possible de le réactiver, en commençant par l’évoquer pour puiser en lui les ressources et moyens de cette régénération. C’est à cette démarche qu’il invite le lecteur.

L’auteur propose donc, pour alimenter cette réflexion, un retour aux origines du socialisme à cette époque qu’il connaît bien du premier XIXe siècle, et de le faire à travers trois personnages de ce mouvement. Mais ce ne sont pas des figures majeures comme celles de Fourier, Cabet ou Proudhon qu’il mobilise pour illustrer la vigoureuse génération d’intellectuels qui se fixe alors comme but de remédier à l’état de décomposition morale et sociale de son époque. Ce sont des figures moins centrales du socialisme, choisies pour le caractère multiforme de leur propagande, pour la multiplicité d’écriture qui les caractérise, et parce qu’à travers eux et elle, il est possible de restituer la richesse et la vivacité des échanges au sein du mouvement. Constantin Pecqueur, Vincent Raspail et George Sand sont des points d’entrée pour dresser le portrait d’un groupe, pour donner accès à leurs « cercles d’alliés ». Ce faisant, il met aussi l’accent sur leurs différences, leurs désaccords.

Le personnage de Pecqueur permet de connaître le groupe des Socialistes fraternitaires. À la recherche d’une société juste, ceux-ci sont très critiques sur l’organisation sociale de leur époque qu’ils voient comme animée d’une concurrence très nuisible, et qui proposent comme alternative de nouvelles formes d’associations de producteurs alliées à un certain interventionnisme d’État. Frobert raconte en particulier l’aventure de ce qu’il nomme la « triplette du Luxembourg » constituée de Louis Blanc, François Vidal et Pecqueur, et dont celui-ci était le guide doctrinal. Il retrace l’expérience de la Commission du Luxembourg, en 1848, durant laquelle des représentants des différents corps de métier purent mener ensemble des discussions publiques sur des sujets comme les réformes de la durée de travail, la création des ateliers sociaux, des plans de transformation sociale progressive. Le deuxième personnage est Vincent Raspail, et Frobert rend compte de son discours à travers l’analyse d’un de ces almanachs républicains qui paraissent en nombre autour de 1848 : l’Almanach de l’Ami du peuple, publié par Raspail en 1849 et 1850. L’auteur veut ainsi faire écho, et rendre hommage en quelque sorte, à la volonté des socialistes de cette époque de ne pas laisser privatiser le savoir par les savants et de développer une « science populaire », en rendant accessible leurs idées au plus grand nombre. Pour Frobert, l’almanach est un support privilégié permettant de saisir l’originalité de la pensée de Raspail, ici vulgarisée. Celui-ci y fait la critique de l’idée capacitaire, à laquelle il oppose la « compétence », porteuse d’un projet général d’émancipation individuelle, qui contrairement à la capacité, jugée inégalitaire, s’accorde à l’idée d’égalité et participe à la fois à « l’aménagement du milieu naturel » et à « l’administration politique de la République », menés dans ce que Raspail considère comme l’échelle locale idéale, la commune. Enfin, la troisième figure est celle de George Sand, qui permet de parler de la pensée de Leroux. Le contenu de ce chapitre montre surtout comment Sand propose une variation originale de la doctrine de la perfectibilité du penseur de Boussac, en particulier sur la question de l’amour. Pour cela, Frobert démontre comment l’autrice établit un lien entre communisme et amour, à travers l’exploration de ce qu’il considère comme le plus abouti de ses romans socialistes, Le Péché de Monsieur Antoine (1846).

Avec cet ouvrage extrêmement stimulant, Ludovic Frobert continue d’explorer le « déséquilibre de reconnaissance » dont furent victimes et sont encore les premiers socialismes. Il témoigne de la variété de leurs formes d’engagements, de la vitalité de leur réflexion et du bouillonnement de leurs échanges, et souligne la justesse de leurs questionnements tout en montrant leurs liens avec notre présent. Il met en avant la priorité qu’ils accordaient à l’expérimentation et à l’inventivité, qu’ils opposaient alors au libéralisme naissant. Son enquête historique, à la fois rigoureuse et vivante, lui sert d’appui à son invitation à revenir à une conception radicale de l’égalité et à envisager le socialisme à travers une réflexion mobilisant imagination et créativité.

Nathalie Brémand


  1. L. Frobert, Des républicains ou Le roman vrai des Raspail, Lyon, Éditions Libel, 2019. [Lire le compte rendu par Thomas Le Roux] []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search