Pierre Karila-Cohen, Monsieur le Préfet. Incarner l’État dans la France du XIXe siècle.

Ceyzérieu, Champ Vallon, « Époques », 2021, 368 p.

Quiconque a quelque pratique des sources du XIXe siècle se rapportant de près ou de loin aux préfets – autant dire tous les dix-neuviémistes ou presque – sourira d’aise en parcourant le maître-livre de P. Karila-Cohen. Pour la première fois en effet, du moins avec ce degré d’expertise des sources et d’intelligence des situations, se trouve identifié, formulé et étayé ce que l’on pressentait de façon confuse et fragmentée, à savoir que l’administration d’un département avait alors un visage, que le préfet était un personnage public et que sa réussite dépendait de sa capacité à incarner la fonction.

Soin accordé à son apparence et à l’impression qu’il produit, attention et vigilance qu’y prête le public, renversement dans la manière d’aborder les cérémonies publiques dans un département en prenant le préfet non plus seulement pour leur organisateur mais aussi comme l’acteur principal : voici quelques-uns des traits qui caractérisent ce livre, et c’est peu dire qu’ils étaient sous-estimés, à tel point que la place des préfets s’en trouve éclairée sous un jour neuf et décisif. En effet, le propos n’est pas tant de contrebalancer l’image du premier flic d’un département, d’agent électoral d’un régime ou de bureaucrate qui se dégage des multiples travaux précédents, mais bien de livrer une clef d’intelligibilité d’ensemble. Qu’un préfet veille à bien se faire voir, à arrondir les angles par un geste amical ne procède pas du simple souci de faciliter les choses. Ces signes d’affabilité et d’écoute ne s’expliquent pas uniquement par telle ou telle personnalité ou par la situation d’énonciation. Tout le travail de P. Karila-Cohen est de dépasser ces remarques ponctuelles pour poser le souci de séduire les populations comme constitutif du métier, au point de commander les attitudes et de régir les carrières ; bref, d’innerver l’ensemble du système administratif. Mieux encore, l’auteur voit dans cet art de plaire le fondement même de l’exercice de l’autorité dans la France divisée d’un long XIXe siècle. Pour pallier cette fragilité, la réponse des régimes successifs a été de miser sur la capacité de leurs représentants à faire consensus et pour cela à rallier une société clivée, en mettant au service du pouvoir central l’estime et le respect qu’un préfet inspire. On comprend tout ce qu’un tel exercice exige de composition, ce qu’il a de négociable et de réversible.

Une double conviction anime cet ouvrage : d’une part, le travail d’un préfet s’appuie sur un charisme de fonction ; d’autre part, ce dernier n’est toutefois pas donné, et certainement pas donné au premier venu, mais il est à incarner ; ce charisme est ainsi à la fois institutionnel, individuel et interpersonnel. Sur de telles bases, la démonstration semblait vouée à se heurter à l’écueil de la dispersion et de l’anecdote. L’obstacle a été surmonté de façon très convaincante et souvent plaisante. Pareilles qualités tiennent beaucoup à l’usage qui a été réservé aux apports des sciences sociales, mis au service d’un traitement historien de l’autorité, respectueux de l’empirisme des sources et avec elles de la saveur du détail vécu, et de l’historicité des processus. Les références à la sociologie, à l’anthropologie ou à la science politique sont finalement en petit nombre (ici Max Weber, là Erving Goffman) mais choisies avec discernement et surtout pratiquées avec constance et exigence, loin de tout braconnage. À cet égard, c’est la notion sociologique de rôle qui sert de levier principal ; d’un bout à l’autre de l’ouvrage, P. Karila-Cohen met en évidence les comportements à endosser liés à la position préfectorale occupée – cette position existant précisément par ceux-ci, pour la consolider et la rendre sensible aux autres. C’est aussi un grand livre sur la représentation que signe cet historien, élève d’Alain Corbin puis de Dominique Kalifa, habile à articuler ses acceptions (être là à la place de ; redoublement par le moyen d’une mise en scène ; catégories de saisie et d’appréhension du monde partagées par une société donnée). Apprécier la place du préfet dans l’imaginaire social du XIXe siècle ne détourne nullement des « réalités », mais donne à voir la force des attentes et ramène sans cesse aux pratiques sociales, bien plus sûrement que des règlements théoriques sur-sollicités.

La mobilisation pour chacun des six chapitres d’un groupement de sources complémentaires assoit l’autorité du plan proposé. Le premier éclaire l’invention du rôle en se plaçant du côté de sa fabrique par l’État, tel que le conçoivent et le façonnent les circulaires ministérielles et surtout les nomenclatures des évaluations professionnelles, tel qu’y veillent la presse et les notices de dictionnaire – ces vecteurs visibles de la surveillance sociale et de la circulation des réputations –, tel que se l’approprie tout un genre dévolu à la civilité préfectorale et dont les souvenirs des préfets attestent l’intériorisation. De tels massifs documentaires, sous-exploités jusqu’alors, mettent en évidence le contraste entre une préoccupation forte des contemporains et la cécité des historiens, et font ressortir la figure d’un préfet modèle, caractérisé par la modération et une disponibilité bienveillante.

L’attention portée à la fonction d’effigie du pouvoir conduit à un deuxième chapitre (« L’État en personne. Corps préfectoral et logiques de l’incarnation »), qui prend à bras-le-corps l’allure même des préfets : les uns ont le physique de l’emploi ; les autres prêtent le flanc à l’ironie par le contraste offert entre leur physionomie et la dignité de la fonction. Deux contre-modèles se dessinent : la vulgarité, qui procède largement d’une condamnation sociale lorsque le préfet n’a ni la naissance ni l’aisance implicitement requises ; le tribun, fort en gueule et à la gestuelle débridée, qui bouscule les genres en introduisant la compétition politique. Peut-être faut-il regretter une certaine timidité dans l’usage des sources : l’auteur relève, sans l’expliquer, le déficit de caricatures et n’exploite pas un possible corpus de portraits peints ou photographiés. Son dispositif d’enquête ne mise pas sur l’exhaustivité et c’est très bien ainsi mais ses choix étaient à expliciter. Ainsi s’interroge-t-on sur le peu de place accordée à l’âge des préfets : est-ce parce que c’est un élément négligeable dans l’exercice d’autorité ? On peut en douter au vu de l’âge d’éligibilité sous la Restauration ou des critiques à l’encontre des « blancs-becs », venus de l’auditorat au conseil d’État et envoyés à la tête d’un département napoléonien. L’analyse privilégie d’autres signes extérieurs : le chantier des préfectures et des sous-préfectures, au service d’une conception à la fois ostentatoire et accueillante de l’édifice ; l’uniforme au vu de la considération sociale qu’il procure et de l’image de soi qu’il supporte, autant d’enjeux que rendent visibles les tentatives d’allègement du costume en 1814 et après 1871, tout comme la pression collective pour obtenir le port de la plume blanche lors des cérémonies (décret du 16 juin 1907), avant que la lassitude et l’ironie ne précipitent l’obsolescence de la grande tenue.

Un troisième chapitre se concentre sur l’exercice effectif du rôle… vu de Paris, où se décide le cours des carrières, comme l’observe P. Karila-Cohen à partir d’un corpus rassemblant 413 dossiers de conseillers de préfecture, de secrétaires généraux, de sous-préfets et de préfets. On s’explique mieux les réussites ou les échecs, ainsi qu’en amont les choix individuels entre des carrières exposées au public et des emplois plus en retrait, où prime la compétence bureaucratique et juridique. L’examen des trajectoires interdit toutefois de s’en remettre à un seul facteur explicatif : une carrière avortée tient selon les cas aux conflits politiques, au célibat, au défaut de fortune, ou à leur combinaison. Il existe d’ailleurs plusieurs façons de se concilier les sympathies. Entre en compte la structure sociale d’un département : pour le ministère, il s’agit de trouver le bon individu pour la bonne place. L’auteur n’esquive pas la question des stéréotypes régionaux, si lancinante dans les sources, et sait interpréter le crédit ministériel à leur égard comme l’expression d’une rationalité amorale, soucieuse de respecter jusqu’aux préjugés des populations.

Le quatrième chapitre s’offre résolument en exemple de terrain d’observation ; c’est le mot qu’il convient puisque le dessein anthropologique y est le plus sensible. Le bal donné à la (sous-)préfecture donne toute la mesure de l’investissement du préfet. Celui-ci est conduit à payer de sa personne – et à payer tout court – pour la réussite de la fête. Ces logiques de sélection sociale et de libéralité perpétuent ainsi des valeurs d’Ancien Régime au cœur du XIXe siècle, tout en devant s’ajuster au mouvement de fond de démocratisation pour ne pas voir s’éroder, voire se renverser son utilité comme moyen de gouvernement. Parmi les multiples enseignements à tirer, on retiendra le travail administratif en soi que représente la liste des invitations par laquelle le préfet prolonge l’œuvre de statistique morale et personnelle des années napoléoniennes, la place cruciale de la préfète – l’épouse –, la valeur d’utopie politique du bal comme lieu de ralliement des Français autour d’un État fort, impartial et prodigue.

Un cinquième chapitre (« Le préfet en robe de chambre ») est consacré à la figure du préfet dans la littérature à travers un corpus de romans et de comédies repérés par leur titre, datant surtout de 1880-1914. P. Karila-Cohen s’en saisit comme d’un miroir inversé du travail étatique d’édification de l’autorité. De fait, ces œuvres s’attachent à dévoiler l’envers du décor, à mettre en scène un carriériste, habile à tromper son monde pour mieux imposer son autorité avant de finir par se trahir. Toute une veine réactionnaire montre ces ambitieux se prendre littéralement les pieds dans le tapis, exprimant par là l’anxiété quant à l’usurpation du rôle de préfet par des outsiders.

Ce défi de l’adaptation au suffrage universel est l’objet du chapitre final. On connaissait P. Karila-Cohen pour ses analyses modèles de Bourgeois de Jessaint (l’inamovible préfet de la Marne) et de Maupas (qui, en sept ans, a avalé les échelons, d’Uzès à Paris) ; deux portraits s’ajoutent ici à cette galerie et condensent les voies offertes à l’âge démocratique. Le premier, saisissant – on croirait un personnage de Maupassant –, est celui de Janvier de La Motte. Doté d’un sens prodigieux du contact, il a poussé jusqu’à son comble le charisme préfectoral au point de le subvertir, jusqu’à susciter des manifestations en sa faveur. Si à Évreux, le 26 avril 1868, 12 000 personnes, pompiers en tête, lui manifestent leur soutien, c’est que ce préfet est controversé : ses mœurs scandalisent, sa prodigalité agace. Au-delà des aléas d’une telle trajectoire, il incarne un pouvoir fort et populaire, capable de toucher ses administrés au propre comme au figuré, si bien qu’il confine à la démagogie et initie des techniques de communication qui feront de lui un député dans les années 1870. Cependant, la plupart des préfets n’ont pas suivi cette voie, laissant aux élus la popularité, comme l’éclaire le cas du préfet Alapetite. Cet homme, qui fut l’artisan de la convention d’Arras (1891), ne se souciait guère de sa notoriété et préférait œuvrer en coulisses.

Répétons-le : cette étude est de celles qui changent notre compréhension du XIXe siècle en posant une question simple et décisive : comment voyait-on le pouvoir ? Ses leçons sont aussi importantes qu’étonnantes : ainsi le Second Empire et la Troisième République d’avant 14 se trouvent-ils réunis par une conception très voisine de l’autorité. C’est même l’invention de la professionnalisation politique fin de siècle et de la démocratie électorale qui tire en partie son origine de l’art de plaire préfectoral. La relation de pouvoir entre gouvernés et gouvernants gagne en épaisseur humaine. On peut juste regretter que la sociologie des préfets soit traitée sur un mode allusif, par des renvois à une bibliographie fort consistante il est vrai, ce qui conduit à croire sur parole une problématique axée sur le décalage grandissant entre un rôle inchangé et un vivier de recrutement qui s’est démocratisé.

Aurélien Lignereux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search