Pierre-Yves Donzé, Des nations, des firmes et des montres. Histoire globale de l’industrie horlogère de 1850 à nos jours.

Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, « Les routes de l’histoire », 2020, 246 p.

L’apport du livre de Pierre-Yves Donzé est de considérer l’histoire économique de l’horlogerie non pas au prisme d’une seule nation mais en vision mondiale. Historien des entreprises multinationales et des industries globales, l’auteur utilise des sources imprimées majoritairement pour le cas de la Suisse et du Japon, mais s’intéresse aussi bien aux États-Unis qu’à l’Inde ou à la Chine, avec une large bibliographie en français, anglais, japonais et allemand. Le marché de chaque nation et son évolution dans le temps sont présentés au travers de nombreux tableaux de chiffres : chiffres de production et chiffres d’affaires. L’ambition de l’auteur, décrite dès l’introduction, est de montrer l’évolution d’une industrie spécifique, l’horlogerie, et particulièrement les montres, passant de la position d’industrie d’une nation (on parle ainsi d’horlogerie suisse ou allemande) à celle d’industrie globalisée, dans laquelle conception, fabrication, assemblage, distribution sont désormais répartis entre entités indépendantes, tant sur le plan organisationnel que géographique.

Pour sa démonstration, l’auteur procède à un double découpage : temporel par chapitre et géographique à l’intérieur de chaque chapitre.

Le point de départ est situé vers 1850, quand les pays horlogers ne sont qu’une poignée. On peut effectivement parler de nations horlogères, dans lesquelles sont regroupées l’ensemble des activités, de la conception à la vente. Alors que la demande augmente, la Suisse, largement présente depuis le XVIIIe siècle, est désormais la première nation horlogère au monde, profitant d’un coût de main-d’œuvre meilleur marché et d’un grand dynamisme commercial. La Grande-Bretagne est alors en perte de vitesse depuis la fin du XVIIIe siècle, par manque d’adaptation à une production élargie (pas de concentration). La France, quant à elle, reste sur l’échiquier horloger grâce à la région de Besançon qui, dans la mouvance de la Suisse, met en place une production manufacturée. Enfin, des pays s’ouvrent à l’horlogerie, tels les États-Unis, qui démarrent une production en mode manufacturé directement à grande échelle, celle de leur marché intérieur, et l’Allemagne qui, de même qu’elle se déploie dans tous les secteurs de production dans la lignée de la révolution industrielle, avant même d’être unifiée, tente l’aventure de l’horlogerie en s’appuyant sur l’expérience des techniques de production de la Suisse.

Dans la période 1870-1890, ce sont d’abord les États-Unis qui connaissent une progression spectaculaire. D’une part, le marché est très vaste, d’autre part, la production locale s’organise principalement autour d’un duopole : Elgin et Waltham, dont les techniques de production permettent une grande variété à bas prix. Pendant ce temps, l’industrie horlogère suisse se modernise dans la fabrication des composants, mais garde des méthodes d’assemblages traditionnels. De leur côté, les horlogers britanniques, déjà en mauvaise posture, échouent à se maintenir en refusant une production standardisée, alors que l’horlogerie française survit grâce au protectionnisme. Quant à l’Allemagne, elle poursuit sur sa lancée et confirme son statut de nation avec laquelle il faut compter. Si les exportations jouent un rôle de plus en plus important dans les chiffres d’affaires et donc si les marchés s’internationalisent, la production reste nationale, centrée sur un savoir-faire ancestral et non automatisé.

C’est ce dernier point qui va grandement évoluer lors de la période suivante (1890-1914), à cause d’une demande en très forte croissance. Si la Suisse contourne les protections douanières en recourant au chablonnage (exportations de pièces détachées assemblées dans le pays destinataire), les autres pays à forte croissance s’appuient sur une production en masse, que ce soit aux États-Unis avec la fabrication de produits standardisés appelés dollar watches, ou montres de chemin de fer, en Allemagne pour répondre à la hausse du marché domestique, ou au Japon, nouvelle nation horlogère grâce à Hattori, qui s’appuie sur le savoir-faire lié à la production d’horloges et de réveils. En revanche, la Grande Bretagne subit la concurrence de plein fouet et la France devient dépendante de la technologie suisse. En fin de période et sans investissements directs à l’étranger, l’industrie est encore principalement organisée par nation.

Cet état de fait se poursuit lors de la période suivante (1914-1945) alors que le marché continue de croître. La Suisse garde la prééminence et maintient le système de chablonnage tout en établissant un « statut horloger »pour limiter les transferts technologiques aux autres nations, qui investissent pour sortir de leur dépendance technologique à l’égard de la Suisse. Ces pays mettent en place un protectionnisme douanier (États-Unis et Japon) pour préserver leur marché domestique ou tentent l’exportation (Allemagne). Très peu d’entreprises (l’Américaine Bulova ou l’Allemande Junghans) fabriquent hors de leur territoire. La Russie arrive sur le marché en s’appuyant sur des investissements suisses quand la France n’investit pas elle-même et reste dépendante de la Suisse.

Après la guerre (1945-1970), la pression du marché en expansion suscite de plus en plus de production en masse de montres dans des entreprises qui deviennent multinationales (comme Timex aux États-Unis, l’ASUAG en Suisse), avec des centres de production à l’étranger et une sous-traitance des activités à faible valeur ajoutée en direction de pays dont la main-d’œuvre est moins coûteuse, notamment Hong Kong. La globalisation de l’industrie est en marche, sur fond de politique de libéralisation du commerce extérieur (fin du cartel horloger en Suisse), de production de masse (entreprises de grande taille internationalisées) et de standardisation des composants et modèles de montres. Le Japon connaît également une forte croissance : Hattori (marque Seiko) et Citizen deviennent parmi les plus grands fabricants au monde au début des années 1970.

Font exception, hors du circuit internationalisé, l’URSS, la Chine et l’Inde, qui profitent chacune de l’appui de l’État pour se développer sur leur territoire.

C’est l’arrivée de l’électronique, notamment la « révolution du quartz », qui rebat les cartes entre 1970 et 1985. En effet, la précision ne demande plus la même qualification de la part des ouvriers et les montres mécaniques disparaissent. Deux pays se démarquent par leur immense croissance liée à la maîtrise de la technologie : le Japon et Hong Kong, qui devient indépendant pour toute la production et s’associe parfois à la distribution aux États-Unis (par exemple, la société Fossil). On assiste alors à un développement simultané de plusieurs nations (Japon, URSS, Chine, Inde, ces trois derniers sous protectionnisme) et de sociétés multinationales (basées à Hong Kong et aux États-Unis principalement).

Entre 1985 et 2010, ce sont désormais les appareils électroniques et les téléphones portables qui indiquent l’heure le plus souvent. La montre de précision n’est plus nécessaire comme instrument de mesure du temps. Devenant principalement un accessoire de mode (ou un symbole de réussite, dans le cas de Rolex), la priorité est donnée au design et au marketing. Les groupes de luxe, tel LVMH, prennent une place conséquente. Cela se produit au moment où de nombreuses industries nationales disparaissent, notamment aux États-Unis, en France et en Russie, au profit d’entreprises multinationales (Swatch Group ou Seiko), qui maîtrisent les chaînes globales de valeur. Les sièges sociaux se situent dans des pays occidentaux ou asiatiques, quand la production des montres se répartit principalement entre la Chine (entrée et milieu de gamme) et la Suisse (haut de gamme et luxe, en utilisant la législation Swiss Made qui favorise cette production).

Un zoom sur 2017, chiffres à l’appui, présente à nouveau la Suisse en pole position sur le marché mondial (près de 50 % des exportations en dollars de montres complètes), en tant que nation mais aussi en tant que siège des trois plus grandes entreprises mondiales. Le marché est très concentré, 70 % des activités ne concernant que la Suisse, la Chine et Hong Kong. En parallèle se dessine l’essor prodigieux des Apple Watch et autres montres connectées.

L’auteur conclut son ouvrage en brossant à nouveau à grands traits le paysage horloger, en le répartissant cette fois en quatre périodes. La première, jusque vers 1914, est marquée par la production, pour la plupart des pays horlogers, pour un marché domestique, à l’exception de la Suisse, obligée de vendre à l’international en raison de sa taille. L’entre-deux-guerres est caractérisée par la consolidation de la concurrence entre nations horlogères et l’apparition du Japon sur le marché. Les années d’après-guerre correspondent à la mise en place de produits standardisés et à une première globalisation de l’industrie avec la recherche de main-d’œuvre à bon marché. Enfin, depuis les années 1980, les montres électroniques puis digitales contribuent à l’importance des multinationales intégrées (Swatch Group, luxe) et des chaînes globales de valeur.

Au fil du temps, de la période des nations horlogères au moment de la globalisation, la Suisse a toujours joué un rôle prépondérant et a souvent pris la première place, ayant conquis très tôt les marchés internationaux, adaptant son modèle de production pour l’internationaliser (parfois avec difficulté), s’adaptant aux demandes du marché et aux évolutions technologiques. La Suisse est donc un témoin majeur de l’évolution d’une industrie dont l’histoire n’est pas terminée.

Marie-Agnès Dequidt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search