Philippe Tétard et Sylvain Villaret (dir.), Les édiles au stade. Aux origines des politiques sportives municipales. Vers 1850-1914

Rennes, Presse universitaires de Rennes, « Histoire », 2020, 432 p.

On doit à Philippe Tétart de nombreux ouvrages, notamment sur la presse sportive autour du XXe siècle, deux étant codirigés, comme ici, avec Sylvain Villaret (également spécialiste du naturisme). Poursuivant leurs enquêtes collectives, tous deux se proposent cette fois de revenir sur la genèse des politiques sportives en France, de 1850 à 1914.

Dans une introduction intéressante, les deux codirecteurs explicitent leur projet : discuter l’affirmation, formulée en 2000 par Jean-Paul Callède, selon laquelle les politiques sportives sont apparues en France dans les années 1920 sous l’action notable des communes. Ou plus précisément, s’intéresser aux prémices de cette « municipalisation », c’est-à-dire aux actions (qui ne sont pas forcément des « politiques publiques » à proprement parler) menées par les maires ou les conseillers municipaux en faveur des pratiques physiques entre 1850 et 1914. Une double précaution sémantique est prise d’entrée de jeu : une première envers l’expression « politique publique » et une seconde envers le mot « sport ». À rebours d’une lecture restrictive, qui ne retiendrait que des programmes d’actions définis au préalable et d’une portée à long terme visant les pratiques les plus codifiées, le livre entend plutôt traiter du soutien apporté à « toutes les pratiques physiques ». Et de fait, l’ouvrage mentionne nombre d’activités variées comme la tauromachie, des concours de manœuvre de pompe à incendie, du tir, des courses d’ânes et, de manière encore plus fréquente, de l’hippisme, du cyclisme et de la gymnastique. Dès lors, en proposant une analyse de ces actions municipales appliquées aux diverses pratiques physiques, les auteurs entendent mettre au jour le rôle éventuel joué par les mairies dans la « première massification de la culture du sport » et, pourrait-on ajouter pour prolonger leur propos, l’action de ces édiles dans la délimitation et la consolidation progressives de la catégorie « sport ».

Pour cela, quinze contributions (qui ne peuvent malheureusement pas toutes être mentionnées ici) parcourent le paysage français. Il faut souligner ici le principal apport du livre : sa richesse empirique. Non seulement une grande part du territoire est couverte (de la région parisienne à la Corse en passant par les villes de Bègles ou de Carpentras), mais les chapitres donnent à voir des situations très contrastées (oscillant entre interventionnisme municipal ou désintérêt pour la question). Ces études sont fondées sur une analyse quasi systématique des bulletins municipaux croisés à d’autres sources (presse, archives privées, etc.). En témoignent les quelques exemples suivants. Arnaud Sébileau et Eve Meuret-Campfort proposent une belle analyse comparative sur le temps long (1789-1914) de deux communes, les Sables-d’Olonne et Saint-Brévin. Prenant pour point de départ le décalage temporel des deux cités quant au développement et à l’encadrement des activités balnéaires, ils montrent combien l’analyse de la politique relative aux loisirs et aux sports est indissociable de celle de la construction de leur image sociale, autrement dit de l’« identité de la ville ». De même, Frédéric Dutheil souligne combien la politique en faveur des loisirs sportifs menée à Vichy entre 1880 et 1900 s’inscrit dans la construction d’une représentation de la ville comme villégiature estivale mondaine. Enfin, le chapitre de Michaël Delépine, étudiant la ville de Colombes entre 1883 et 1914, indique combien l’implantation du sport dans la commune résulte d’un ensemble de conditions sociales et économiques particulières (sociétés spécifiquement consacrées à sa promotion, existence d’un stade et événements sportifs qui y sont organisés, action de plusieurs journaux et fréquentation de nombreux pratiquants).

Toutefois, comme souvent dans ce genre d’entreprise, les contributions sont de taille et de profondeur inégales. Alors que certaines sont programmatiques (c’est le cas de celles consacrées à Paris ou à Toulouse), d’autres impressionnent par l’ampleur des informations et des données à la fois rares et rendues intelligibles. Ainsi, dans une contribution particulièrement éclairante – mêlant analyse des structures organisationnelles, des personnages politiques et des succès des spectacles cyclistes – Alex Poyer retrace les conditions de création d’un vélodrome municipal, La Cipale, entre 1890 et 1900. Partant d’une mobilisation politique (une société vélocipédique recueille 7 000 signatures à sa pétition demandant la création d’un vélodrome parisien), l’auteur retrace méticuleusement l’édification de deux pistes successives, celle de Vincennes puis La Cipale. Il explore ainsi les différentes manières dont les édiles s’adaptent aux conflits (politiques) et aux enjeux du moment (construire une piste pour l’exposition universelle) grâce à une analyse fine des trajectoires de Louis Jules Caumeau et de Maurice Quentin-Bouchard. De son côté, Sylvain Villaret détaille longuement, au cours de quarante-cinq pages, comment la ville d’Angers a progressivement mis sur pied un ensemble d’actions visant à promouvoir les pratiques sportives. Menant notamment une étude des bilans financiers relatifs à ces activités, il souligne le rôle crucial d’industriels locaux comme Julien Bessonneau, Édouard et Louis Cointreau et Alfred Pelé dans le soutien aux activités aéronautiques, hippiques, gymniques et vélocipédiques. Enfin, démarche suffisamment rare pour être soulignée, dans sa contribution, Lionel Pabion analyse les actions faites en faveur des sociétés conscriptives grâce notamment à un panorama très instructif et très riche des profils sociologiques de ses dirigeants (tant dans la Drôme qu’au point de vue national).

La richesse et la densité de l’ouvrage invitent toutefois à en regretter certaines limites. Avant tout, l’analyse est fréquemment restreinte par la volonté de savoir s’il s’agit ou non d’une « véritable » politique sportive. Reprenant le cadre proposé en 1989 par Mény et Thoenig (et utilisé par Callède ainsi que par différents contributeurs de l’ouvrage), plusieurs études affirment que telle ou telle municipalité accomplit une action durable et relativement planifiée sans que l’on puisse y voir une « politique sportive » au sens strict. Or, justement, la richesse de l’ouvrage souligne la diversité des modèles et l’impossibilité, voire la nécessité de ne pas s’enfermer dans cette évaluation. On aurait donc préféré que soient mises à profit les interrogations esquissées dans plusieurs chapitres, comme celles sur l’articulation entre notables (industriels) locaux et édiles ou celles sur les raisons, autant sociales et politiques, qui poussent les élus à investir le secteur sportif plutôt qu’un autre ; ou encore que soit approfondie l’observation de l’articulation entre les organisations sportives locales ou nationales (fédérations) et les actions municipales. De même, alors que l’ouvrage s’efforce à juste titre d’élargir l’étude des politiques sportives, l’appui sur l’histoire et la sociologie politique récente aurait permis d’approfondir certaines questions. Par exemple, Jacques Lagroye alerte sur la pluralité des formes de politisation, soulignant même la portée politique de certaines pratiques sociales ordinaires. De même, à partir du cas des politiques culturelles, les travaux de Vincent Dubois (cité, mais une seule fois) soulignent l’importance de l’étude des rapports (souvent conflictuels) entre les décideurs d’actions et l’administration chargée de les mettre en œuvre. Par exemple, la fiscalité s’appliquant aux spectacles sportifs (évoquée à quelques reprises) est, elle aussi, permise par un service administratif qui réalise les contrôles et les prélèvements.

Alors que certaines contributions peuvent parfois paraître désincarnées, les chapitres les plus passionnants sont ceux qui ont su « donner chair » à la politique sportive étudiée en reconstituant les trajectoires de certains hommes (on ne trouve pas de femme) politiques. Ainsi, et sans être exhaustif, on retiendra l’analyse comparée des loisirs et des pratiques physiques au Creusot et à Montceau-les-Mines par Karen Bretin-Maffiuletti : celle-ci retrace l’action de deux dynasties (bien connues), les Schneider et les Chagot, toutes deux évoluant dans le milieu industriel et promouvant des pratiques physiques sur fond de paternalisme social. De même, Denis Jallat et Sébastien Stumpp se consacrent au cas de Strasbourg entre 1871 et 1918 : la ville, subissant une « profonde acculturation aux usages germaniques », engage une action qui prend la forme d’un modèle hybride articulant sport et éducation physique. Dans ce cadre, les trajectoires et les rôles des deux maires successifs, Otto Back (élu de 1886 à 1906) et Rudolf Schwander (de 1906 à 1918) se révèlent particulièrement éclairantes. Dans un autre style, François Bourmaud retrace l’action du Paris Cricket Club, sorte de groupe d’intérêt (même si la référence à l’ouvrage de Michel Offerlé n’est pas faite), qui organise et promeut les pratiques physiques au bois de Boulogne. Focalisant son étude pendant le Second Empire (et plus spécifiquement entre 1863 et 1868), l’auteur montre comment ce cercle mondain entretient des relations avec différents personnages de premier plan comme le préfet Haussmann ou, cas plus originaux, avec Adolphe Alphand et Auguste Pissot, respectivement directeur du Service des promenades et plantations et conservateur du bois de Boulogne.

Malgré les limites soulignées, cet ouvrage se révèle riche et instructif. En dernière instance, ce livre vise à prouver, par l’exemple, que, dès ses débuts, le « sport » est saisi, façonné et agencé par les élus locaux. L’entreprise se révèle indéniablement réussie.

Sylvain Ville


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search