Jean-Numa Ducange, Quand la gauche pensait la nation. Nationalités et socialismes à la Belle Époque.

Paris, Fayard, « Histoire », 2021, 336 p.

Avec Quand la gauche pensait la nation, Jean-Numa Ducange, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Rouen-Normandie, nous propose de plonger dans les archives des social-démocraties germanophones et d’interroger leur rapport à la nation entre 1848 et 1918. Le mérite de ce livre est double. Au point de vue du contenu, il familiarise le lectorat francophone avec les figures, les discours et les pratiques des social-démocraties allemande et autrichienne. De plus, la proximité de l’auteur avec ce corpus l’autorise à proposer une convaincante histoire de concept (Begriffsgeschichte), celui de la « nation », tel qu’il est historiquement et politiquement situé et pensé dans les mondes socialistes germanophones de la Belle Époque. L’apport est de taille. Nous avions pu retenir du socialisme marxiste une certaine doxa vis-à-vis du fait national, selon laquelle le développement du capitalisme devait, à terme, faire disparaître les attachements nationaux. Or, Jean-Numa Ducange rebat ici nos certitudes : au sein des socialismes germanophones, la conception de la nation place l’espace allemand au centre d’une géopolitique dialectique dans laquelle il est porteur, après la France, du nouveau Zeitgeist révolutionnaire.

Le premier chapitre s’ouvre sur les révolutions de 1848 en Allemagne et en Autriche. Dans ce contexte, les démocrates plaident pour la mise en place d’une « Grande Allemagne », soit l’union des peuples germanophones dans un grand ensemble territorial, avec l’objectif, porté notamment par Robert Blum, de fonder une Allemagne unitaire et démocratique. La nation étant alors « à gauche », Marx et Engels se montrent eux aussi favorables à un tel projet : « L’Allemagne entière sera proclamée République une et indivisible », écrivent-ils en mars 1848. En effet, les deux théoriciens « parient sur le dépérissement des petits États » (p. 28), dont le maintien constitue par ailleurs un frein au développement du capital (et donc de la lutte des classes) et à l’harmonisation des droits sociaux. De plus, ils s’inscrivent dans le positionnement « grand-allemand » caractéristique des démocrates de 1848, espérant « en quelque sorte retrouver les frontières du Saint-Empire romain germanique mais avec une forme politique démocratique » (p. 29).

Le mouvement ouvrier partage-t-il, dans les années 1860-1870, ces positions ? Avant l’unification, les lasalliens tendent à soutenir la Prusse et le système bismarckien, quand les marxistes soutiennent l’alternative grande-allemande. Dans les sections de l’Association internationale des travailleurs, « le problème de la coexistence et de l’avenir en commun n’y est pas véritablement posé » (p. 34). Lors du congrès fondateur du Parti ouvrier social-démocrate d’Eisenach en 1869, les participants affichent une croyance inébranlable dans la disparition prochaine des nations, mais sans discuter le fond du problème : « la question des nationalités se réglera d’elle-même » avec l’avènement de la social-démocratie, y affirme-t-on (p. 36). En 1870-1871, la guerre franco-prussienne modifie le rapport de force : en Prusse, l’Allemagne signifie le Kaiserreich, tandis qu’en Autriche, les socialistes doivent composer avec les problèmes internes de la double monarchie. Ces espaces n’échappent pas à l’entrée dans l’ère des nations, et c’est à partir de ce moment, écrit l’auteur, que la question des nationalités devient « une des polémiques majeures animant les rangs socialistes » (p. 48).

Dès lors, « existe-t-il une conception spécifiquement socialiste de la nation ? » (p. 50). C’est précisément ce à quoi cherche à répondre le deuxième chapitre, cœur de l’ouvrage. Un premier élément, surprenant, nous est fourni : dans le cas des relations entre Allemands et Autrichiens, l’internationalisme socialiste se conjugue à merveille avec l’idéal grand-allemand, puisqu’il s’agit de mettre les populations allemandes au centre du mouvement ouvrier international. Le rôle que s’attribue le Parti social-démocrate (SPD), au lendemain de la levée des lois antisocialistes, expose clairement cette ambition : « Premier parti ouvrier du monde, il peut endosser une forme de Weltpolitik avec une rhétorique internationaliste où l’Allemagne jouerait le rôle de guide » (p. 59).

Ce point de vue est-il réellement partagé par tous ? Tant s’en faut. En Autriche, les spécificités d’un empire multiethnique obligent les sociaux-démocrates à formuler des conceptions adaptées. Nécessairement, celle de la nation héritée de 1848, et à plus forte raison l’idéal grand-allemand, sont contestés. L’Autriche incarne ainsi une nouvelle proposition philosophique pour la question des nationalités, comme en témoigne la parution de La question des nationalités et la social-démocratie du théoricien Otto Bauer (1907). Lucide sur son époque, et à contre-courant de Karl Kautsky, Bauer souhaite court-circuiter le passage par l’étape stato-nationale des minorités de l’empire austro-hongrois, et vise à « républicaniser », voire à « gauchiser » le cadre impérial.

De plus, aux différences de contextes entre la Prusse et l’Empire austro-hongrois s’ajoutent les divisions entre l’aile gauche et l’aile droite du socialisme. D’un côté, l’« internationalisme radical » de l’aile gauche baigne en grande partie dans l’orthodoxie matérialiste. Rosa Luxemburg, qui « partage l’horizon d’une humanité contrainte par le capitalisme à se regrouper de plus en plus dans de grands ensembles », se montre hostile à l’indépendance de la Pologne et considère que « la seule auto-détermination qui vaille est sociale » (p. 88). D’un autre côté, l’aile droite de la social-démocratie germanophone élabore, dans les pages des Deutsche Worte ou des Sozialistische Monatshefte, sa conception d’un « socialisme national » opposé au cosmopolitisme des précédents. Ainsi l’Autrichien Engelbert Pernerstorfer défend-il l’existence d’un empire continental en Europe centrale, acquis au protectionnisme de Friedrich List et inspiré par le « socialisme d’État » allemand.

Le contexte théorique ayant été finement exposé, Jean-Numa Ducange conduit le lecteur, à partir du quatrième chapitre, dans une série d’études thématiques. La première, qui a trait à « l’invention d’une histoire populaire et nationale », permet de suivre pas à pas l’implication sociale-démocrate dans les célébrations de 1848, la commémoration de la figure de Robert Blum ou encore les funérailles de Liebknecht à Berlin en 1900. En termes d’appropriation, l’auteur dédie un important passage à la figure de Schiller qui, bien qu’elle constitue « une figure consensuelle », n’en est pas moins « gauchisée » par les membres du SPD, lesquels dans le même temps cherchent à se présenter comme « d’authentiques héritiers et défenseurs de la culture allemande » (p. 161). Cette tension entre autonomie et intégration culturelle est illustrée en dernier lieu par les tentatives d’écrire des « histoires populaires » mettant en avant le « rôle de l’action populaire dans les processus historiques » (p. 172), à l’instar de la Guerre des paysans d’Engels.

Dans les cinquième et sixième chapitres, l’auteur propose d’éclairer les conceptions sociales-démocrates de la nation à partir des mutations politiques ayant cours en dehors de l’espace germanique. Les pages dédiées à « l’Orient » constituent parmi les plus intéressantes et novatrices de l’ouvrage, tant elles élargissent encore notre connaissance des socialismes mondiaux, et tant elles rebattent une conception figée des rapports du marxisme à la question coloniale. Ainsi la révolution russe de 1905 constitue-t-elle un tournant, à partir duquel « “l’Orient” va occuper une place grandissante » dans la stratégie socialiste globale (p. 199), comme cela se perçoit à la suite de la révolution iranienne de 1906. Par ailleurs, ces ébranlements orientaux posent la question de la conduite à adopter face aux empires. Henri van Kol émet ainsi la possibilité d’une « politique coloniale socialiste » visant à favoriser le développement des pays colonisés, une vue qu’il partage avec Lucien Deslinières, auteur en 1912 d’un projet de Maroc socialiste (p. 192). Nous lisons également avec beaucoup d’intérêt les pages dédiées au projet de « Fédération balkanique » que conçoit le Roumain Christian Rakovski en 1908 (p. 204-207).

Le second décentrement consiste en une étude croisée des conceptions socialistes françaises et allemandes de la nation. La social-démocratie allemande se percevant elle-même comme le nouveau phare de la révolution mondiale, certains de ses représentants, comme Bebel, s’autorisent d’âpres critiques à l’égard de la « République bourgeoise » française, dont l’étoile a pali. À l’inverse, le germaniste Charles Andler se dit inquiet de l’impérialisme que colporte encore, en partie, le SPD à la veille de la guerre. Non sans raison car, comme le montre l’auteur dans l’ultime chapitre, la Grande Guerre ravive les anciennes aspirations de la social-démocratie à l’idéal grand-allemand, qui trouvent une éphémère concrétisation dans l’« Autriche allemande » rattachée à la République allemande, de novembre 1918 à mai 1919. Toutefois, le ralliement de l’aile droite de la social-démocratie aux bellicistes a creusé l’écart avec les radicaux (Luxemburg, Zetkin, Schlesinger) – écart qui prend un virage irrémédiable lors de la scission entre un SPD se présentant comme porteur véritable de la nation allemande moderne et un Parti communiste allemand tiraillé entre son nécessaire ancrage national et ses aspirations à l’internationalisme.

Dans l’ensemble, le pari de l’ouvrage, à savoir l’historicisation du concept de nation dans les social-démocraties germanophones à la Belle Époque, est réussi. Toutefois, et même si ce n’est pas ici la démarche adoptée, une telle recherche bénéficierait sans aucun doute de l’éclairage apporté par une histoire sociale des mondes ouvriers, et de leur rapport à la nation, décalant quelque peu les effets de perspective offerts par les seules sources intellectuelles. De ce fait, la lecture de cet ouvrage suggère donc l’immense chantier de recherche que constituerait une contextualisation culturelle plus fine des grandes idées de la gauche européenne, comme l’internationalisme, la classe, etc.

Bastien Cabot



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 12 février). Jean-Numa Ducange, Quand la gauche pensait la nation. Nationalités et socialismes à la Belle Époque. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0eu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search