Pierre François et Claire Lemercier, Sociologie historique du capitalisme.

Paris, La Découverte, « Grands Repères », 2021, 432 p.

Depuis la crise financière de 2008, l’étude du capitalisme connaît un certain engouement dans les départements d’histoire et de sociologie. L’intérêt pour cette notion qui semble à première vue relever uniquement des sciences économiques s’est surtout fait sentir aux États-Unis. Un jeune courant américain, adepte d’une « nouvelle histoire du capitalisme1 » (NHC), a effectivement proposé des perspectives d’analyse qui dépassent les cadres de l’économie classique. Dans les travaux de la NHC, le terme capitalisme renvoie entre autres à des systèmes de valeurs et à des régimes de gouvernance. Cette méthodologie interdisciplinaire se démarque du récit désormais hégémonique en histoire économique fondé en grande partie sur les méthodes économétriques. L’ouvrage proposé par Claire Lemercier et Pierre François, bien qu’ils évoquent plusieurs des travaux provenant de la nouvelle histoire du capitalisme, dit d’emblée se détacher de cette historiographie. Les deux auteurs soulignent d’ailleurs, dès l’introduction, qu’ils ne font pas le « même usage du mot capitalisme » (p. 9). Selon eux, le capital à une certaine connotation négative dans les ouvrages de la NHC. L’exploration du capitalisme proposée par ce courant de pensée américain serait trop englobante et impliquerait « une attention relativement faible aux différences et aux conflits entre capitalistes » (p. 9). Cette critique donne vite le ton à cette très belle synthèse de l’histoire du capitalisme. Dans la même veine que les travaux de Piketty, l’ouvrage cherche à « comprendre l’accroissement des inégalités » (p. 5). Cette ambition est, selon les auteurs, réalisable en présentant, comme le titre l’indique, une « sociologie historique du capitalisme ». Dans l’introduction, Lemercier et François confrontent différentes définitions du capitalisme, et en viennent à la conclusion que le capitalisme doit être défini comme une forme d’organisation de l’économie qui impacte le déroulement de la vie sociale de la majorité. Pour parler de sociétés capitalistes, il faut donc qu’une partie considérable de la population adopte les comportements capitalistes ou qu’elle en soit, au moins, directement affligée.

Pierre François et Claire Lemercier considèrent qu’il existe trois âges du capitalisme : l’âge du commerce (1660-1880), de l’usine (1880-1980) et de la finance (1980 à aujourd’hui). Il est très difficile de retracer les débuts du capitalisme. Les auteurs sont tout de même en mesure de pointer une origine autour du xviie siècle. L’entrée dans le capitalisme se traduit alors par une augmentation de la demande pour de nouveaux produits de consommation, qui s’accroît plus rapidement que les capacités de production. L’essor du commerce extérieur et transatlantique y répond par un éventail plus varié de biens à la consommation. Certains ménages ont alors des objets qui ne sont pas issus directement de leurs villes ou villages, mais de régions de plus en plus éloignées géographiquement. Le sociologue et l’historienne décrivent ensuite une transition qui survient plus ou moins au tournant du xixe siècle et qui s’accompagne d’une transformation des modes d’organisation du travail et de la production. La période qui va de 1880 à 1980 est associée dans cette synthèse à l’ère de la rationalisation et de la bureaucratisation. Les discours économiques sont progressivement réorientés autour de la grande entreprise, de l’industrie lourde et de la croissance économique. Les ouvriers salariés effectuent des tâches à la chaîne dans des usines à la pointe de la technologie de l’époque. Les entreprises sont administrées par des cadres qui, avec les propriétaires, tiennent les rênes du pouvoir entrepreneurial. Cette réorganisation de la production génère de nouvelles tensions sociales et, surtout, de nouveaux modes de gestion. La fin des années 1980 marque la domination progressive des secteurs financiers sur le déroulement des activités économiques. Le financement ne dépend plus entièrement des banques, mais des marchés. Ces derniers entrent dans une phase de dérégulation qui a pour effet d’accentuer la virulence des crises financières, comme en 2008. Ces trois âges sont des repères chronologiques utiles qui permettent de guider le lecteur.

Le livre est construit en chapitres thématiques qui couvrent les trois âges du capitalisme définis par les auteurs. Le premier chapitre remet en question l’interprétation des transformations économiques du xviie au troisième quart du xixe siècle, traditionnellement associé à la « révolution industrielle ». Selon les auteurs, l’industrie joue encore à cette époque un rôle minimal. Claire Lemercier et Pierre François croient donc que l’accélération de la commercialisation à l’échelle mondiale traduit plus justement l’entrée dans le capitalisme. C’est surtout au milieu du xixe siècle que la machine à vapeur se répand au sein des industries, contribuant au décollage de ce secteur d’activité économique, même si la production industrielle demeure limitée jusque dans les années 1880. Le deuxième chapitre explore le thème de la consommation. Celle-ci distingue les classes sociales car les goûts, les préférences justifient l’appartenance à un groupe. L’extension de la consommation amène de nouveaux intermédiaires pour alimenter et faciliter et même parfois limiter sa diffusion. Les mouvements de résistance sont toutefois inaptes « à contenir la dynamique profonde d’extension de la consommation » (p. 90). Le troisième chapitre porte sur le travail. Plus précisément, il cherche à comprendre comment le salaire est parvenu à segmenter les classes sociales. Ce chapitre souligne les tensions qui émergent entre les patronats et les employés, les formes d’organisations ouvrières, les nouveaux moyens de revendications et la prise en charge des travailleurs par l’État.

Les chapitres 4 et 5 se penchent sur la production. Les diverses formes d’entreprise sont d’abord examinées en insistant sur la distinction entre deux types, intégré ou distribué. Le premier repose sur un réseau de sous-traitance ; il est associé principalement à l’âge du commerce. Le deuxième type, qui annonce la transition vers l’âge de l’industrie, est bien souvent intégré verticalement. Ce modèle repose essentiellement sur une gestion bureaucratique hiérarchique, formalisée et impersonnelle. Le chapitre 5 examine la « désintégration verticale » (p. 179) des grandes entreprises au profit des sociétés par actions à partir de l’âge de l’usine. La gestion est néanmoins encore assumée par les grands cadres de l’entreprise. À partir des années 1980, ce pouvoir de gestion est transféré aux mains des actionnaires, dans un processus qui correspond à la financiarisation des entreprises. Les dirigeants, les PDG par exemple, qui sont mieux rémunérés à partir des années 1970-1980, continuent tout de même d’exercer une influence sur les orientations des entreprises, mais leur pouvoir est partiellement délégué aux actionnaires.

Le chapitre 6 retrace l’évolution historique de l’accès aux financements. En s’appuyant par exemple sur le contexte américain, les auteurs soutiennent que, depuis la crise de 1929, les systèmes financiers sont entrés dans une phase de régulation. Ce paradigme aurait graduellement laissé la place, au tournant des années 1980, à une dérégulation des systèmes financiers. Le chapitre suivant propose une théorisation de l’individu capitaliste. Cette section de la synthèse explore également l’émergence et la prolifération d’une conception du monde qui repose essentiellement sur les préceptes de la comptabilité rationnelle. Cette mutation, qui apparaît comme bénéfique pour les sociétés humaines, masque les problèmes nouveaux qui sont immuables à l’analyse des données comptables. Les auteurs soulignent aussi l’importance du capital social dans le processus de construction identitaire de l’« homo capitalisticus » (p. 265). Le dernier chapitre examine enfin le rôle de l’État dans la construction des sociétés capitalistes. Plusieurs penseurs voient l’État comme une limite aux pouvoirs des capitalistes, il peut servir par exemple à amoindrir les inégalités sociales. En fait, l’État contribue à « construire le capitalisme » (p. 363). L’âge de la finance ne mène donc pas à un démantèlement de l’État, mais plutôt à sa réorientation. L’État intervient différemment, mais il demeure, sauf exception, au service du capital et des capitalistes.

Cet ouvrage est à la fois nécessaire et pertinent, d’autant plus qu’il comble certaines lacunes de l’historiographie récente francophone, qui n’a pas été en mesure, du moins jusqu’à présent, de renouveler originalement l’étude historique du capitalisme.

Alexandre Lapalme




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 19 février). Pierre François et Claire Lemercier, Sociologie historique du capitalisme. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0ev

  1. L’expression provient de l’article de N. Barreyre et A. Blin, « À la redécouverte du capitalisme américain », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 54, 2017, p. 135.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search