Luigi Lorenzetti, Yann Decorzant et Anne-Lise Head-König (dir.), Relire l’altitude. La terre et ses usages. Suisse et espaces avoisinants, XIIe-XXIe siècles

Neuchâtel, Éditions Alphil-Presses universitaires suisses, « Histoire », 2019, 338 p.

Les territoires de montagnes ont-ils leurs spécificités en matière d’usage des terres et de gestion des ressources naturelles ? Voilà l’épineux problème que tentent d’éclairer les contributions de cet ouvrage collectif.

Ce livre est le fruit d’un colloque organisé par la Société suisse d’histoire rurale, qui s’est tenu au Châble en octobre 20161. Il est dirigé par trois spécialistes d’histoire économique et sociale des territoires alpins. L’ouvrage comprend onze contributions en langue allemande et française. Il se termine par une très belle postface de Gérard Béaur, historien des sociétés rurales, qui réfute l’existence d’un modèle exclusivement montagnard d’usages des terres et de gestion des ressources naturelles. Nous ne ferons pas ici une présentation détaillée de chaque contribution. Nous nous attacherons à mettre en lumière ce qu’apporte cet ouvrage à l’histoire des sociétés de montagne et à leurs pratiques.

Les contributions de cet ouvrage s’inscrivent dans une historiographie des sociétés de montagne et des Alpes qui s’est profondément renouvelée depuis la fin des années 1980. D’une part, les travaux sur les mobilités des populations de montagne ont mis en évidence le dynamisme démographique, économique et social de ces sociétés, bien loin d’un prétendu archaïsme et immobilisme véhiculé par une partie de la littérature aux XVIIIe et XIXe siècles2. D’autre part, la fondation de l’Association internationale pour l’histoire des Alpes, en 1995, a favorisé la conduite et la publication de recherches portant sur l’arc alpin. Les travaux de synthèse de Jon Mathieu, entre autres, ont balayé la présupposée unité de l’espace alpin. Celui-ci a mis en évidence l’importante diversité des systèmes culturels et socio-économiques inscrits dans ces territoires3. S’appuyant sur ce socle historiographique, les différentes contributions de ce livre proposent une histoire économique et sociale, enrichie des apports de l’histoire environnementale, de plusieurs territoires de l’arc alpin entre les XIIe et XXIe siècles.

En introduction de l’ouvrage, Luigi Lorenzetti évite le piège d’une définition stricte et restrictive de la montagne fondée sur les critères d’altitude, de climat ou bien de dénivellement (p. 10-11). Comme le souligne Gérard Béaur en conclusion, « chacun voit bien empiriquement ce qu’est une montagne, mais si l’on veut dégager des critères objectifs, la chose devient beaucoup plus ardue » (p. 303). Par conséquent, Luigi Lorenzetti défend une approche plus souple et dynamique de la montagne, construite à partir de l’étude des rapports – d’interdépendance, de dépendance ou bien de recherche d’autonomie – entre les terres hautes (hautes montagnes) et les terres basses (vallées et plaines), et sur le poids des facteurs anthropiques et physiques sur ces espaces et leur appropriation. Pour lui, si spécificités socio-économiques des territoires de montagne il y a, celles-ci s’observent essentiellement dans la persistance « des efforts de défense des espaces d’autonomie de la gestion des ressources locales et de sauvegarde de la complémentarité entre les terres hautes et les terres basses » (p. 12). Finalement, cette conception du fonctionnement des sociétés de montagne rejoint celle, par exemple, de l’historien Pierre Judet, qui considère que les territoires de montagne offrent un « prisme déformant qui majore l’importance du local, de la pluriactivité et des mobilités4 ». Cette approche, que l’on retrouve à travers les différentes contributions, est tout à fait convaincante. Loin de déterminer les formes d’usages des terres et de gestion des ressources naturelles des territoires de montagne, les facteurs physiques y exercent un impact, favorisent ou exacerbent certaines pratiques.

Ce livre, en se focalisant sur les rapports entre les terres hautes et les terres basses, confirme le dynamisme économique des territoires de montagne. Plusieurs contributions s’attachent à revisiter le modèle de complémentarité des terres traditionnellement présenté par l’historiographie. Par exemple Hannes Obermair et Volker Stamm montrent que dans le Tyrol de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, les terres hautes ne sont pas dédiées uniquement au pâturage, à l’exploitation et la gestion des forêts et des cours d’eau. Les deux auteurs soulignent qu’il existe des traces anciennes qui prouvent que la culture céréalière y est présente et vivace. Cette culture, qui bénéficie de l’abondance de l’engrais animal, est très productive. Ce n’est que plus tard, en raison du fort accroissement démographique, que les sociétés de haute montagne sont contraintes d’importer des céréales. Plus généralement, la plupart des contributions montrent que le haut ne subit pas toujours, loin de là, la domination des terres basses. Les effets de contextes et les facteurs physiques – ensoleillement, proximité des axes routiers, etc. – jouent un rôle important dans la définition de ce rapport et dans le dynamisme des territoires de montagne. Ainsi, Mark Bertogliati et Patrik Krebs soulignent qu’aux XVIIIe et XIXe siècles, les vallées alpines suisses de langue italienne, à l’instar du Tessin, ont su mettre en valeur leurs ressources en bois. Ces vallées abritent de nombreuses charbonnières – cartographiées par les auteurs – et alimentent en charbon de bois les centres urbains tels que Milan. Cette économie vivace transforme le tissu social local, fait émerger un groupe de négociants et favorise l’implantation de travailleurs migrants qualifiés. Luca Mocarelli dresse le même constat à propos des zones de montagne de Lombardie durant le siècle des Lumières. Ces espaces bénéficient d’importantes matières premières (minerai de fer), de sources d’énergie et d’un réservoir important de travailleurs locaux et migrants. Alors que le rendement agricole des plaines est faible, ces zones de montagne voient de nombreuses industries s’installer. Ces espaces de montagne participent pleinement à la vitalité économique de la Lombardie. La contribution d’Anne-Lise Head-König est particulièrement intéressante, car elle montre, à partir du cas de la Suisse, comment ce rapport de complémentarité peut basculer et placer, du moins temporairement, les terres hautes en situation de dépendance vis-à-vis des terres basses. L’auteure met en évidence le rôle de la conjoncture internationale dans la redéfinition de ce rapport. Cette contribution rappelle l’importance du jeu d’échelles pour comprendre finement le fonctionnement des sociétés locales.

Ce livre propose également une relecture des systèmes de propriétés foncières en montagne. Si l’historiographie a montré très justement que les terres de montagne sont détenues majoritairement par les communautés ou en forme collective, plusieurs contributions révèlent une réalité plus complexe, largement déterminée par les stratégies et les besoins des communautés locales. C’est le cas de la contribution de Luigi Lorenzetti. Celle-ci porte sur la gestion des biens fonciers possédés en plaine et en montagne entre les XVIe et XVIIIe siècles par la Corporazione dei Borghesi, un groupe de familles de Locarno. L’auteur revient sur le changement de stratégie qu’opère ce groupe au XVIIe siècle. Alors qu’il privilégiait les contrats de location perpétuelle et héréditaire, les Borghesioptent progressivement pour la mise aux enchères de certaines terres pour une durée déterminée. Pour Luigi Lorenzetti, cette monétarisation de leur économie s’explique par une relative perte de la valeur de la rente agricole et par des besoins financiers grandissants. Cette imbrication complexe entre les sphères privées et publiques est également au cœur de la contribution proposée par Yann Decorzant, Jean-Charles Fellay et Jean Rochat à propos du consortage d’alpage du Scex-Blanc entre 1922 et 1979. Enfin, plusieurs contributions, notamment celle d’Anne-Marie Granet-Abisset ou de Michela Barbot et de Matteo Di Tullio, montrent de quelle manière les sociétés de montagne ont été la cible de projets d’aménagement et de réforme. L’article d’Anne-Marie Granet-Abisset met parfaitement en évidence toute l’ignorance des réformateurs à l’égard des populations de montagne et de leurs pratiques.

Pour terminer, ce livre constitue une lecture précieuse pour les historiennes et les historiens s’intéressant aux dynamiques territoriales et aux pratiques des sociétés locales, et pas seulement des territoires de montagne.

Julien Caranton


  1. Ce colloque s’intitulait « Les usages de la terre dans le monde rural. Une question d’altitude ? ». []
  2. Voir notamment L. Fontaine, Le voyage et la mémoire. Colporteurs de l’Oisans au XIXe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1984 ; Id., Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales, XVIIe-XVIIIe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2003 ; A.-M. Granet-Abisset, La route réinventée. Les migrations des Queyrassins aux XIXe et XXe siècles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994. []
  3. J. Mathieu, History of the Alps (1500-1900). Environment, Development and Society, Morgantown, West Virginia University Press, 2009. []
  4. P. Judet, La nébuleuse métallurgique alpine (Savoie-Dauphiné, fin XVIIIe-fin XIXe siècle). Apogée, déclin et éclatement d’un territoire industriel, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2019, p. 11. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search