Laurent Herment (dir.), Histoire rurale de l’Europe, XVIe-XXe siècle.

Paris, Éditions de l’EHESS, « En temps et lieux », 2019, 336 p.

Il faut saluer le travail individuel et l’investissement collectif de Laurent Herment, chargé de recherche au CNRS et depuis peu titulaire d’une habilitation à diriger des recherches, pour maintenir et développer, dans une perspective transnationale, l’héritage d’une tradition française d’histoire économique rurale, dans une époque où les modes historiographiques roulent de plus en plus vite et amassent de moins en moins de mousse. À ce titre, la publication de cette Histoire rurale de l’Europe représente un jalon important, occasion à la fois de faire un point historiographique très large et de donner à voir les acquis récents de la recherche produite dans les différentes écoles d’histoire rurale du vieux continent.

Si le texte de présentation du volume, signé par Laurent Herment, se contente d’une justification succincte de la pertinence d’un questionnement de l’histoire des sociétés rurales européennes au prisme des déterminants de la croissance, meilleur moyen selon le coordinateur de fédérer des approches qui ne cessent de diversifier leurs entrées, depuis l’histoire des sciences et des techniques jusqu’à celle de l’environnement, c’est dans l’introduction historiographique qui suit, forte d’une trentaine de pages solidement référencées, que ce dernier construit véritablement son credo. Adoptant un point de vue autocritique courageux, Laurent Herment pointe les lacunes d’une production française qui a jadis eu le tort, à ses yeux, de préférer Pierre Goubert à Fernand Braudel, et qui s’est enlisée dans une entreprise par trop descriptive.

Désireux de renouer avec l’esprit des fondateurs de l’école des Annales, ou plus justement de s’inspirer des chercheurs européens qui ont su mieux que les Français en saisir les idées directrices, notamment le besoin de saisir la problématique de la croissance à partir des cycles de niveau supérieur, le coordinateur du volume propose de congédier tout à la fois le fatalisme malthusien, le faux confort de l’histoire immobile et les mauvaises excuses de l’hypercritique des données quantitatives, pour penser un programme fort de l’histoire économique rurale, qui prenne à bras-le-corps les questions techniques, environnementales et sociopolitiques, sans pour autant perdre de vue ce que révèlent les grands indicateurs statistiques. Se revendiquant des travaux de Gérard Béaur, de Jean-Marc Moriceau ou encore d’Annie Antoine, pionniers d’une histoire rurale française ouverte à l’international et éprise de perspectives chronologiques larges, Laurent Herment se persuade, et persuade son lecteur, que le combat n’est pas perdu : on peut encore compter sur des historiens français qui savent compter, voir grand, et surtout sortir de leur pré carré national.

De fait, quand Laurent Herment déplore le manque de visibilité de l’histoire rurale française dans le débat historiographique européen, on ne peut que le rejoindre. On est pourtant obligé de souligner que cela n’aide pas de se présenter en ordre dispersé, en occultant une partie du paysage historiographique national. L’histoire de l’Europe rurale contemporaine, publiée en 2006 sous la direction de Jean-Luc Mayaud et Lutz Raphaël, n’est ainsi pas mentionnée, non plus que les travaux d’approche micro-historique du développement rural. Le débat sur les échelles de l’analyse socio-économique, si riche en France depuis la fin des années 1970, aurait pu être évoqué ici, sans recherche d’un consensus à tout prix, mais à tout le moins pour mémoire. Dans le même ordre d’idée, on ne peut qu’être frappé par la timidité des ouvertures pluridisciplinaires dans cette introduction historiographique, la géographie, l’économie, la sociologie, la science politique étant pourtant des contributrices décisives au débat sur le développement agricole et rural, pour les XXe et XXIsiècles en tout cas. Sur ce dernier point au moins, Maurice Aymard propose quelques éclairages dans sa conclusion justement intitulée « Un débat toujours ouvert », illustrant qu’en matière de dialogue entre disciplines, et notamment entre historiens et économistes, la compréhension reste une figure particulière du malentendu, mais qu’il demeure indispensable de la rechercher.

Plutôt que de vouloir couvrir un grand nombre d’études de cas ou de proposer une synthèse générale sur les voies du développement agricole et rural à l’échelle européenne, Laurent Herment a préféré faire appel, pour construire cet ouvrage collectif, à des chercheurs chevronnés, pour des focus nationaux ou régionaux très documentés. Seul le chapitre cosigné par Gérard Béaur et Jean-Michel Chevet adopte une posture ouvertement comparatiste, se proposant de réviser l’historiographie de la comparaison entre modèles britannique et français dans le sens d’une réévaluation de la croissance agricole française. Signe de la vitalité de l’historiographie espagnole, ce sont trois chapitres sur douze qui évoquent le cas ibérique, les autres s’intéressant pour l’essentiel à la Scandinavie, elle aussi favorisée par une recherche très dynamique sur les questions agraires, et à l’Europe médiane. La contribution de Giuliana Biagioli sur la croissance agricole en Italie, en revanche, révèle l’affaiblissement de l’école italienne, l’essentiel de la bibliographie mobilisée étant antérieur aux années 2000.

Divisé en trois parties, la première sur la diversité des voies du développement agraire, la deuxième sur le renouveau de l’histoire quantitative et la troisième sur les institutions et les moteurs de la croissance, le volume se caractérise, par-delà la diversité des approches des auteurs, par un même souci de l’historiographie et de la réflexion méthodologique. Dans cette logique, la contribution d’Ulrich Pfister, professeur d’histoire à l’Université de Münster, consacrée à la mesure de la croissance agraire pendant l’époque moderne, aurait pu figurer en tête des chapitres. Mobilisant et affinant la méthodologie d’estimation indirecte du produit agricole mise au point par Robert Allen, il démontre la faisabilité d’une étude comparée de l’évolution du produit agricole dans l’Europe du XIVe au XVIIIe siècle, y compris dans un pays vaste et contrasté comme la France.

Si nous ne pouvons qu’inciter le lecteur spécifiquement intéressé par telle ou telle aire géographique à se procurer l’ouvrage, il nous semble intéressant de souligner les apports transversaux de ce volume. Ils se rattachent tous peu ou prou à une réflexivité partagée sur l’étonnante pérennité des formes dans lesquelles les débats historiographiques se sont construits dans les principaux pays européens. Les théories du modèle britannique de la révolution agricole, du malthusianisme français, de l’arriération espagnole, du clivage entre Plaine du Pô et Mezzogiorno en Italie, de l’opposition entre les deux rives de l’Elbe, ont pu être nuancées ou mises à mal par de nombreux travaux, elles n’en continuent pas moins de structurer la « conversation » européenne, exigeant un constant effort pour éviter la fossilisation de la problématique de la croissance agricole.

C’est d’ailleurs l’un des principaux mérites de ce volume que d’éclairer les enjeux de ces représentations héritées, sans pour autant verser dans le discours du « tout est singulier ». Le travail extrêmement fin mené par les auteurs ici rassemblés, eux-mêmes représentants de collectifs inscrits dans des entreprises de recherche de longue haleine, pour créer un langage à la fois quantitatif et qualitatif commun afin de penser de manière rigoureuse et comparable les déterminants de la croissance, notamment dans la période charnière des XVIIIe et XIXe siècles, est de ce point de vue remarquable. Accordant une grande attention aux cadres juridiques, aux aspects fiscaux, à une histoire des techniques profondément renouvelée par les approches environnementales, les auteurs illustrent la dimension systémique du développement, et la façon dont la croissance, phénomène infiniment varié dans sa chronologie, son intensité et ses accidents à travers l’Europe, constitue néanmoins le trend fondamental de l’histoire agraire continentale. Comme l’écrit Maurice Aymard dans sa conclusion, il s’agit « de nous libérer de certaines idées reçues, souvent tenaces, pour retrouver, en faisant parler les sources dont nous disposons, des individus et des groupes concrets, disposant d’une expérience personnelle et collective, acquise et transmise, capables de s’adapter, et réagissant dans des contextes particuliers selon les informations dont ils disposaient et la position de force ou de faiblesse qui pouvait alors être la leur » (p. 327).

Il convient in fine de souligner la grande qualité éditoriale de ce livre, qui offre des traductions irréprochables, des cartes et graphiques très bien mis en valeur, et des bibliographies très complètes. Plus encore, les auteurs, pour la plupart familiers des congrès internationaux d’histoire rurale, notamment ceux de la European Rural History Organisation (Eurho), ont eu à cœur de se montrer pédagogues, produisant des analyses parfaitement contextualisées et des mises au point théoriques et historiographiques – avec une mention particulière pour la contribution sur l’histoire suisse d’Anne-Lise Head-König – qui rendront de grands services aux chercheurs français curieux d’élargir leur vision de ce que l’histoire économique et sociale des mondes ruraux peut encore apporter à l’histoire de l’Europe dans la longue durée.

Pierre Cornu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search