Wouter Ronsijn, Niccolò Mignemi et Laurent Herment (dir.), Stocks, Seasons and Sales. Food Supply, Storage and Markets in Europe and the New World, c. 1600-2000.

Turnhout, Brepols, « CORN Publication Series », 2019, 224 p.

L’ouvrage dirigé par Wouter Ronsijn, Niccolò Mignemi et Laurent Herment aborde de nombreux thèmes centraux pour les sciences sociales, et discute en premier lieu la rationalité économique souvent recherchée pour expliquer les comportements quant au marché et les dispositifs qui les entourent. La navigation, parfois peu aisée dans les travaux de ce type (il s’agit d’une publication collective issue d’une série d’ateliers thématiques), est facilitée par la grande transparence entourant les présupposés théoriques, la nature des textes regroupés et les problèmes qu’ils entendent soulever.

Le mouvement principal de Stocks, Seasons and Sales remet en question une analyse classique en histoire économique et rurale, concernant le rapport entre le stockage de la production agricole et la variation saisonnière des prix. Un article séminal de Donald McCloskey et John Nash1 a suscité de nombreux travaux à ce propos. À la racine du problème se trouve le modèle de la « dent de scie », suivant lequel les prix des denrées sont au plus bas en période d’abondance, notamment après les récoltes, et au plus haut aux moments où les denrées sont plus rares, notamment dans les périodes de soudure qui précèdent les récoltes. Ce modèle concernant les prix serait lié à l’agencement des rationalités économiques individuelles : ceux qui ont suffisamment de ressources pourraient se permettre de stocker en attendant que les prix montent, tandis que les plus pauvres subiraient les aléas du marché et vendraient le plus gros de leur récolte le plus tôt possible, cela par besoin immédiat de liquidités ou, surtout, à cause des coûts très importants du stockage. En effet, les auteurs de l’article précédemment cité avancent en conclusion que les paysans médiévaux stockaient très peu car ils étaient empêchés d’investir, du fait des taux d’intérêt particulièrement prohibitifs.

En résumé, confondant les choses de la logique et la logique des choses, « le comportement du marché en matière de prix a été sur-intellectualisé par une série d’économistes2 » (Richard W. Hoyle, chap. 2, p. 40). Le problème est en fait que cette intellectualisation des mécanismes du marché, toute légitime soit-elle lorsqu’elle concerne l’analyse des prix eux-mêmes, a été également mise à contribution pour expliquer le comportement social des acteurs quant aux pratiques de stockage et le rapport aux denrées alimentaires et à leur commercialisation.

Discutant les plus récentes recherches et considérant que de nombreux cas ne se prêtent pas à une telle analyse, Stocks, Seasons and Sales décline dix chapitres sur le thème des relations entre les pratiques de stockage des produits agricoles, la variation de leur prix et les stratégies d’approvisionnement. Il en résulte une étonnante variation des situations et des facteurs expliquant pourquoi un agriculteur, une ville, un gestionnaire domanial, stocke, ne stocke pas, décide de mettre son stock sur le marché. Et l’on peut voir combien le retour sur investissement n’est pas toujours au centre de la pratique des acteurs engagés dans le commerce, l’approvisionnement ou l’administration des denrées alimentaires. L’un des points d’orgue de l’ouvrage est en effet d’être parvenu à unifier autour d’un mouvement central des thèmes et des terrains extrêmement variés, allant des carnets comptables d’un manoir anglais au milieu du XIXe siècle à la politique de pêche vénitienne, en passant par une émeute (le tumulto) de Mexico City en 1692. Trois grands thèmes orientent cependant l’organisation des cas retenus.

Le premier d’entre eux porte sur les pratiques d’agents chargés du stockage de la production et se fonde sur des matériaux parfois inédits, notamment des registres comptables. Les trois premiers chapitres montrent comment les cas abordés ne se conforment pas au modèle que nous avons trop rapidement évoqué plus haut. Ils insistent sur la « variété de logiques qui ont pu persuader certains agriculteurs de commercialiser leur maïs plus tard dans l’année [lorsque les prix sont au plus haut], mais il s’agirait davantage d’une préférence personnelle que d’une recherche de profit » (Richard W. Hoyle, chap. 2, p. 58). Ces travaux s’attachent, à l’aide de documents détaillés minutieusement, à une forme d’histoire qui n’est pas sans rappeler la sociologie des pratiques (déjà employée pour discuter la lecture économique des comportements « économiques » quant à la consommation3 ). Si les articles remettent en cause l’analyse des pratiques de stockage en termes de rationalité économique, en abordant les pratiques concrètes ou bien la matérialité même du stockage, on peut parfois regretter qu’ils débouchent surtout sur une myriade d’autres facteurs qui permettent de comprendre les comportements observés. Mais ce n’est pas un défaut et cela rend l’ouvrage utile pour des recherches ultérieures, son but étant justement de poser des questions à une lecture classique.

Le deuxième thème de l’ouvrage déplace la focale vers les pratiques urbaines de stockage des denrées alimentaires, car les agriculteurs ou les domaines n’étaient pas les seuls à constituer ou gérer des stocks. Le cas des émeutes de Mexico City en 1692 montre que la spéculation sur les prix des denrées et les comportements économiques afférents ne peuvent pas être extraits des relations politico-sociales, voire d’une forme de racisme visant la population native (Pablo F. Luna, chap. 4). Une analyse de la zone de desserte de Paris au XIXe siècle et de ses transformations souligne les problèmes entourant le passage d’un modèle où l’administration stocke une grande quantité de denrées à un modèle just in time de management des flux supposant une libéralisation du marché de la farine qui n’a absolument rien de naturel. Cela plaide pour une analyse globale, et ambitieuse, des relations sociales et économiques entourant le problème évoqué, tant il « n’est pas possible de dissocier les changements financiers, commerciaux, techniques, agricoles et administratifs et les choix de chaque partie prenante : compagnies de chemin de fer, boulangers, meuniers et administration » (Laurent Herment, chap. 6, p. 144).

Le dernier thème aborde les politiques alimentaires locales ou nationales ayant trait au stockage des denrées. Solène Rivoal analyse la rhétorique déployée par le gouvernement vénitien au XVIIIe siècle concernant une éventuelle pénurie de poissons, bien que rien n’indique que la ville en ait effectivement connue une. Son travail montre que les zones de pêche du lagon étaient considérées comme un stock naturel se renouvelant de lui-même, et la pêche comme une activité de prélèvement. Si en dernier lieu les dispositifs mis en place « ont été conçus pour favoriser les rendements du marché » (chap. 8, p. 191), ces changements furent avancés comme une volonté de protéger le renouvellement des ressources naturelles. Les textes de Gérard Béaur et d’Alain Chatriot abordent les débats politiques entourant le stockage des denrées, le premier sous l’Ancien Régime, le second dans l’entre-deux-guerres. Gérard Béaur montre que la spéculation était également un spectre que les politiques entourant les greniers d’abondance se proposaient de conjurer. Après 1720, la monarchie s’efforce en effet d’augmenter le réseau des greniers d’abondance, mais connaît de nombreuses résistances ; les pouvoirs locaux sommés de mettre en place une telle politique s’insurgent, avançant que les taxes qui visent à financer l’opération pénalisent au final les pauvres, ou bien que l’objectif caché de tels greniers n’est pas d’offrir un filet de sécurité à la pauvreté locale, mais de nourrir les troupes royales en temps de guerre. D’autres faisaient valoir que la libéralisation des marchés serait plus à même d’améliorer le sort des populations fragiles que l’intervention du pouvoir.

Pour finir, l’apport majeur de l’ouvrage est à notre sens de montrer que l’appât du gain n’est pas tant un modèle explicatif des comportements qu’une variable parmi d’autres, parfois promue par des réformateurs, parfois ouvertement combattue, parfois mobilisée de manière rhétorique dans des luttes politiques très diverses, allant du tumulto de Mexico City aux rapports de force entre les villes et le pouvoir royal sous l’Ancien Régime.

L’ouvrage offre de nombreux prolongements dans des champs connexes de recherche. Si l’appât du gain n’est qu’une pratique parmi d’autres, il n’en reste pas moins que des groupements spécifiques s’efforcent avec plus ou moins de succès de la promouvoir et de lui conférer une position hégémonique. Ainsi l’ouvrage pourrait-il contribuer aux travaux sur les « Lumières agricoles », qui portent plus souvent sur les groupements réformateurs4 eux-mêmes que sur les transformations des pratiques effectives des exploitants. Par ailleurs, les considérations environnementales évoquées peuvent contribuer à la question du « don de la nature » et de ses limites, qui avait une place dans les débats économiques sur l’exploitation agricole5. Enfin, l’attention portée à la manière dont les documents comptables peuvent être mobilisés pourrait prolonger les études sur les pratiques de comptabilité elles-mêmes et le sens que les acteurs leur accordaient6.

Thomas Depecker




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 23 février). Wouter Ronsijn, Niccolò Mignemi et Laurent Herment (dir.), Stocks, Seasons and Sales. Food Supply, Storage and Markets in Europe and the New World, c. 1600-2000. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0ez

  1. D. N. McCloskey et J. Nash, « Corn at Interest: The Extent and Cost of Grain Storage in Medieval England », The American Economic Review, vol. 74, n° 1, 1984, p. 174-187. []
  2. Toutes les citations de l’ouvrage sont traduites par nous. []
  3. S. Dubuisson-Quellier et M. Plessz, « La théorie des pratiques. Quels apports pour l’étude sociologique de la consommation ? », Sociologie, vol. 4, n° 4, 2013, p. 451-469. []
  4. Voir par exemple P. M. Jones, Agricultural Enlightenment. Knowledge, Technology, and Nature, 1750-1840, Oxford, Oxford University Press, 2016 ; N. Joly, « Educating in Economic Calculus: The Invention of the Enlightened Peasant via Manuals of Agriculture, 1830-1870 », Accounting History Review,vol. 26, n° 2, 2016, p. 131-160. []
  5. Voir notamment F. Locher et J.-B. Fressoz, « L’espoir et l’effroi. Les entreprises agricoles face au changement climatique (XVIIe-XIXe siècle) », Entreprises et histoire, n° 86, 2017, p. 21-33 ; F. Vatin, « Le produit de la nature et le temps des hommes : don, service et rendement », Revue du MAUSS,n° 42, 2013, p. 221-224. []
  6. M. Giraudeau, « The Farm as an Accounting Laboratory: An Essay on the History of Accounting and Agriculture », Accounting History Review,vol. 27, n° 1, 2017, p. 201-215. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search