Jean Guillemin, Le Crédit agricole de Bourgogne. Une mutuelle paysanne, 1896-1975

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, « Perspectives historiques », 2019, 545 p.

Deux perspectives peuvent être identifiées dans les recherches françaises sur le thème du crédit en agriculture à l’époque contemporaine. D’une part, plusieurs travaux ont exploré le besoin de ressources pour financer les investissements en vue de l’installation et de la transformation productive, contribuant ainsi à inscrire les évolutions récentes dans le temps long de l’endettement des agriculteurs1. D’autre part, l’histoire des entreprises s’est plutôt penchée sur les valeurs, les formes de gestion et les modes de fonctionnement d’institutions qui attirent l’attention pour leur enracinement dans des communautés territoriales, aussi bien que pour leur caractère hybride à la frontière entre les sphères publique et privée2.

C’est dans cette deuxième démarche que s’inscrit l’ouvrage de Jean Guillemin avec la promesse de suivre « la pérennité d’une organisation qui a su se transformer et s’adapter tout en maintenant une forme de tradition » (p. 9). Il le fait à partir du point de vue particulier d’un ancien cadre de direction du Crédit agricole. Si le retour sur le passé a toujours attiré des anciens professionnels employés dans des secteurs en prise avec l’actualité et les enjeux sociétaux, l’auteur franchit ici une étape ultérieure. Le volume est en effet issu d’une thèse préparée à l’Université Lyon 2, sous la direction de Jean-Luc Mayaud, et soutenue en 2015. Sa publication participe d’ailleurs aux réflexions et initiatives qui ont accompagné le centième anniversaire de la création de l’Office national du Crédit agricole3.

Jean Guillemin choisit de centrer son regard sur le maillon local et régional. Il s’intéresse au cas bourguignon ou, plus précisément, de la Côte-d’Or, qu’il s’efforce pourtant de situer dans un mouvement plus général à travers la comparaison avec les autres départements et le renvoi constant aux dynamiques nationales. Cette démarche lui permet de faire ressortir les logiques, les préoccupations et les priorités qui sont propres à chaque échelle spatiale. Elle rend visible la tension permanente entre la volonté d’autonomie, que portent les premières caisses locales, et les tendances centralisatrices promues par les organismes régionaux et nationaux, au nom du besoin de cohérence d’un groupement bancaire qui progressivement aspire à s’imposer sur le marché français, puis à gagner une envergure internationale.

Pour retracer cette histoire, l’auteur s’appuie sur les sources rendant compte des débats au sein des organismes de direction des institutions de crédit et sur la documentation produite par les administrations spécialisées. Il s’agit fondamentalement de procès-verbaux et de rapports de travail conservés dans les archives du Crédit agricole Champagne-Bourgogne, de Crédit agricole S.A. et de la Fédération nationale du Crédit agricole, mais aussi aux Archives départementales de la Côte-d’Or. Des témoignages oraux complètent le tableau ; ils ont été recueillis lors d’entretiens avec des responsables et des cadres des caisses locales et régionales.

L’ouvrage s’organise en trois parties d’une longueur inégale. La première occupe près de la moitié du volume et retrace les vicissitudes des entreprises du Crédit agricole en Côte-d’Or depuis 1896, quand la première caisse locale « officielle » est fondée à Pouilly-en-Auxois, jusqu’à 1975 qui sert de borne symbolique de l’ouverture de ces institutions au niveau tant du sociétariat que des champs de compétence. Elle fait ressortir le rôle central joué par l’État dans la définition des normes, aussi bien qu’à travers l’octroi des ressources nécessaires au fonctionnement d’un circuit bancaire de proximité. Située en position intermédiaire, la Caisse régionale de la Côte-d’Or, fondée en 1904, conduit l’auteur à explorer l’œuvre d’impulsion du conseil général et des services agricoles en réponse aux divers enjeux locaux : les crises multiples de la viticulture, les besoins des spécialisations commerciales (par exemple l’embouche), la demande des exploitations capitalistes de la plaine de la Saône.

Renforcée à partir des années 1920 par la nouvelle Caisse nationale de Crédit agricole, l’action de la caisse régionale permet de suivre l’ouverture progressive au niveau des bénéficiaires possibles et des instruments de financement, avec notamment le crédit collectif et le crédit individuel à long terme. Le premier accompagne l’intégration des coopératives dans les dispositifs publics de régulation des marchés agricoles, puis les investissements en vue des équipements collectifs dans les campagnes. Le deuxième participe des mécanismes – plus ou moins centralisés – de contrôle sur l’accès aux capitaux nécessaires à la modernisation des exploitations, qui s’intensifient après la Seconde Guerre mondiale. Dès la fin des années 1950, la caisse régionale est par ailleurs appelée à redéfinir les contours de sa mission et « à nouer des relations avec des partenaires qui sont à la lisière du monde agricole » (p. 203-204) : les populations rurales non agricoles et les acteurs des filières agroalimentaires.

La deuxième partie de l’ouvrage revient sur ces évolutions qu’elle promet d’interroger du point de vue des impacts sur l’économie de la Côte-d’Or. Jean Guillemin souligne le risque de confusion entre crédit et subventions, que les « gestionnaires de proximité » peuvent entretenir grâce aux fonds apportés par l’État. Mais il montre surtout que la capacité effective d’arbitrage des garanties demandées et des critères (techniques, économiques et sociaux) pour l’attribution des emprunts constitue le véritable enjeu au cœur des tensions entre territoires, centres de décision et acteurs de natures différentes. La troisième partie pose enfin la question du pouvoir au sein d’institutions qui se veulent mutualistes. Elle attribue une attention particulière aux transformations dans le fonctionnement de la Caisse régionale de la Côte-d’Or et des organismes locaux.

Un panorama des mécanismes d’influence de l’État et des instances parisiennes du Crédit agricole ouvre cette partie qui s’attarde ensuite sur le rôle initial des conseillers généraux et des élites du département, puis sur la place grandissante de la profession agricole. C’est notamment à partir du cas de la Caisse régionale que l’auteur arrive à incarner cette histoire4. Si, à la fin du XIXe siècle, les syndicats conservateurs privilégient les caisses « libres », où leur poids rencontre moins d’obstacles, le « crédit officiel » ouvre des opportunités inédites, destinées à se développer au cours de l’entre-deux-guerres. En Bourgogne aussi, le régime de Vichy et la Corporation paysanne marquent ensuite un tournant qui est désormais un acquis pour l’historiographie de la période. Les représentants des exploitants gagnent alors des positions au sein des organismes de direction des différentes caisses et le mouvement continue à la Libération avec de nouvelles figures, issues du milieu agricole, qui accèdent à la présidence et posent les bases pour le « développement d’une véritable banque régionale » (p. 333). Le thème du fonctionnement interne ne peut toutefois pas se borner à l’étude des cadres dirigeants. Le volume pose aussi la question du recrutement, de la formation et de l’organisation du personnel des caisses locales, qui évolue dans le sens d’une plus grande professionnalisation censée assurer les conditions d’une gestion rigoureuse et efficace. Il attire enfin l’attention sur les nouveaux enjeux qui accompagnent l’ouverture du sociétariat au cours des années 1960-1970, avec la recherche d’un équilibre entre la priorité agricole, l’ancrage rural et la vocation mutualiste.

L’ouvrage est très (parfois trop) dense et on regrettera une absence de hiérarchisation dans la masse d’informations recueillies. Le recours systématique aux notes de bas de page aurait, par exemple, conduit à alléger certains passages, tout comme la numérotation aurait permis de relier facilement le texte au riche appareil des tableaux et graphiques. Si le choix d’une subdivision thématique est par ailleurs appréciable, les allers-retours chronologiques introduisent des répétitions identifiables au fil des trois parties. De ce point de vue, une problématisation plus approfondie dans l’introduction ou des chapeaux au début de chaque partie auraient suffi pour rendre accessible la lecture au profit d’un public plus large, quoique le volume ne manquera pas d’attirer les spécialistes intéressés par l’histoire des banques ou par les transformations récentes de l’agriculture française.

Niccolò Mignemi




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 23 février). Jean Guillemin, Le Crédit agricole de Bourgogne. Une mutuelle paysanne, 1896-1975. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0f0

  1. Il suffit de citer ici les recherches menées dans les années 1980 au sein de l’INRA, parmi lesquelles figure le dossier sur les agriculteurs et le crédit dans le premier numéro des Cahiers d’économie et sociologie rurales (n° 1, 1984). Gilles Postel-Vinay participe à plusieurs de ces enquêtes et publie par la suite le volume La terre et l’argent. L’agriculture et le crédit en France du XVIIIe au début du XXe siècle (Paris, Albin Michel, 1998). []
  2. Sans entrer dans le détail des titres, il faut souligner que l’histoire des caisses de crédit agricole a fait l’objet de travaux qui ont privilégié l’échelle tantôt locale, régionale ou bien nationale, dans le sillon des études pionnières d’André Gueslin depuis la publication de sa thèse, Les origines du Crédit agricole (1840-1914), Nancy, Université de Nancy 2, 1978. []
  3. Voir le numéro spécial « Le Crédit Agricole » de la Revue française d’histoire économique (n° 13, 2020), sous la direction d’Hubert Bonin, qui a aussi publié l’ouvrage Le Crédit Agricole (1951-2001). De la banque des campagnes à la banque universelle (Genève, Droz, 2020). En 2019, la Fondation Maison de Salins a par ailleurs lancé un projet de valorisation d’archives numérisées sur l’histoire des mondes bancaires, mutualistes et coopératifs. []
  4. L’annexe biographique fournit un portrait des figures marquantes dans l’histoire du Crédit agricole du département (p. 509-527). []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search