Gilles Laferté, L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers.

Paris, Raisons d’agir, « Cours et travaux », 2018, 376 p.

Tout part toujours d’un étonnement : comment rendre compte de l’écart entre les représentations ordinaires de la crise économique et morale qui affecte le monde agricole d’un côté, et des signes extérieurs de richesse qui caractérisent une partie des agriculteurs ? Salutaire contre-pied aux discours misérabilistes, l’ouvrage de Gilles Laferté entreprend de rendre compte de l’ascension sociale d’une fraction des exploitants – les céréaliers – et propose une interprétation générale des luttes de classement qui en résulte, en prenant soin de les inscrire dans des espaces sociaux localisés. L’ouvrage défend une thèse : observée sur un temps relativement long, du XIXe siècle à aujourd’hui, la trajectoire collective des céréaliers les conduit progressivement à intégrer les franges économiques de la bourgeoisie. En parlant de processus d’embourgeoisement, l’auteur insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’observer un simple processus d’enrichissement, mais bien de mettre au jour un déplacement plus profond, engageant le mode de vie tout entier des membres du groupe, au sein d’un espace social structuré en classes. Travailler cette notion d’embourgeoisement répond à un triple objectif : remettre les analyses de classes au cœur de la sociologie des mondes agricoles pour déconstruire les lectures culturalistes de l’unité paysanne, renouveler le questionnement sur les voies d’accès à la bourgeoisie souvent centrée sur les processus de gentrification, et prendre au sérieux la dimension territoriale des dynamiques sociales, une même position pouvant prendre des significations différentes selon les espaces dans lesquels elles s’inscrivent.

L’enquête mobilise plusieurs méthodes : analyse des statistiques publiques, entretiens biographiques, observations ethnographiques et enquête photographique. Elle se présente également comme le produit d’un travail collectif. D’une part, Gilles Laferté intègre dans son analyse un certain nombre d’entretiens et d’observations réalisés sur le même terrain par ses collègues du laboratoire CESAER (Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux). D’autre part, il revisite les nombreuses enquêtes d’ethnographie rurale réalisées sur ce même territoire de l’est de la France dans les années 1970 et 1980, qui visaient à documenter la disparition progressive des « sociétés paysannes ». La réanalyse des matériaux collectés – et donc l’opportunité de saisir les transformations ayant affecté une même famille à près de quarante ans d’écart – lui permet de documenter en creux l’agrandissement des exploitations et les trajectoires ascendantes de ceux qui sont restés. L’ouvrage illustre ainsi la possibilité d’une forme de cumulativité des savoirs en sciences sociales, et nous rappelle l’intérêt d’une politique de conservation des archives de la recherche.

La première partie du livre est consacrée à la transformation des structures productives sur le temps long, la seconde à l’évolution des modes de vie des céréaliers sur une temporalité plus courte. En commençant son récit au XIXe siècle, l’auteur met en évidence le fait que les campagnes n’ont jamais été immobiles : les migrations sont nombreuses, les activités économiques changent, le prix de la terre également, la population ouvrière est déjà importante. Il rappelle la diversité des intérêts et des positions sociales entre propriétaires terriens, propriétaires exploitants et prolétaires de l’agriculture (domestiques, ouvriers, petits propriétaires pluriactifs). La migration progressive des ouvriers vers les bourgs et le départ des notables vers les villes libèrent de vastes espaces agricoles, que les propriétaires exploitants vont acquérir à moindre coût. Ces derniers peuvent appartenir à des familles locales, mais aussi être des migrants venus de régions agricoles plus riches (en France, mais aussi en Suisse, en Belgique ou au Luxembourg) qui accèdent directement à des surfaces importantes, en propriété ou en fermage. La période des « Trente Glorieuses » marque ensuite la fermeture du groupe des agriculteurs : l’homogamie et la sédentarité progressent, la coupure avec le groupe des ouvriers devient de plus en plus nette. En ce sens, « les agriculteurs des années 1960 et 1970 sont autant les derniers d’une longue lignée que les premiers d’une agriculture sédentaire à l’enjeu patrimonial grandissant » (p. 105-106). La mécanisation contribue à différencier les travaux manuels et le jardinage des tâches mécanisables, réservées à ceux qui ont la propriété et la maîtrise technique des nouveaux équipements, et se définissent de plus en plus comme des professionnels de l’agriculture. Les politiques de développement agricole renforcent la clôture du groupe en donnant de nouvelles ressources matérielles, juridiques et symboliques à ces exploitations familiales de taille moyenne pour étendre leur emprise sur le foncier, et légitimer leur modèle productif. Adossé à une maîtrise du marché du foncier, ce modèle d’agriculture familiale productiviste s’est largement imposé sur le territoire étudié, tout en continuant d’évoluer vers des formes plus capitalistiques, et une spécialisation toujours plus poussée dans la production céréalière. L’ouvrage laisse alors entrevoir un nouveau modèle économique dans lequel la production agricole à strictement parler ne devient qu’un élément parmi d’autres, suivant l’exemple de cet entrepreneur qui, outre les 800 hectares de céréales qu’il cultive avec son beau-frère, est à la tête d’une exploitation forestière, d’une société de transport et de transformation de la paille, d’une société d’énergie (un de ses hangars est couvert de panneaux photovoltaïques), d’un domaine de chasse en Guinée, de trois sociétés civiles immobilières et d’un groupement foncier agricole.

Ces trajectoires sont édifiantes et permettent de rompre avec l’imaginaire ordinaire de la ferme et du paysan. Sur le territoire étudié, l’examen du revenu disponible moyen des ménages agricoles indique que les agriculteurs se rapprochent de plus en plus des catégories favorisées et se détachent nettement des employés et des ouvriers. Mais la légitimité de cet enrichissement reste un sujet de tension : au sein du groupe professionnel si l’on considère l’écart grandissant entre éleveurs et céréaliers, au sein des familles puisque le repreneur de la ferme est parfois celui qui a le plus faible niveau de diplôme de la fratrie, au sein de la société dans son ensemble car une partie de ces revenus proviennent des subventions de la PAC et peuvent apparaître comme un « détournement de l’État providence » (p. 180). Cette augmentation des revenus se double d’une concentration du patrimoine, foncier dans un premier temps, puis immobilier, à la suite des investissements croissants des céréaliers dans la rénovation de biens destinés à la location, la construction de leur propre logement, voire l’achat d’appartements sur plan. Les céréaliers disposent de plusieurs atouts pour s’engager dans ce travail : réseau relationnel pour être informé des occasions d’achat, possession et maîtrise technique du matériel lourd (engin de manutention, tracteur, remorque, etc.), temps disponible lors de la saison d’hiver, moyens financiers. Comme le remarque Gilles Laferté, ces pratiques présentent une forme de continuité avec les démarches d’autoconstruction largement répandues dans le monde ouvrier, ainsi que chez les artisans, mais elles s’en distinguent par l’échelle des moyens mis en œuvre et leur finalité.

Si ce processus d’enrichissement est indéniable et solidement démontré, faut-il en conclure pour autant que les céréaliers tendraient aujourd’hui à appartenir à la bourgeoisie ? Pour l’auteur, les céréaliers enquêtés dépassent le cadre des « classes populaires argentées » (à l’image des familles de footballeurs professionnels étudiés par F. Rasera) et affichent une série de comportements et de préférences qui les feraient progressivement glisser vers les franges économiques de la bourgeoisie. Dans cette logique, « l’accumulation de capitaux est guidée par la reconnaissance de la légitimité de l’ordre social existant et du mode de vie des dominants » (p. 261). Alors que l’enrichissement passait uniquement par l’accumulation de biens matériels, les céréaliers s’ouvrent par exemple de plus en plus aux placements financiers, comme en témoigne le développement d’une marque « Banque privée » au sein de la caisse de Crédit agricole. Sur le plan culturel, ils poussent davantage leurs enfants vers des études supérieures, dans l’absolu et relativement aux autres groupes sociaux. Sur le plan politique, ils délaissent les mandats professionnels (administrateur de la caisse locale de crédit agricole par exemple) et les mandats communaux dans lesquels ils étaient largement surreprésentés depuis l’après-guerre. Symbole même de l’accès du groupe à des responsabilités collectives, ils sont désormais jugés trop peu valorisants. Enfin, leurs habitations, et plus encore leurs manières d’habiter, changent également profondément. Les premiers pavillons des années 1960, dont l’agencement et la décoration visaient à faire oublier le bâtiment qui avait auparavant été une ferme, témoignent du souci de mieux séparer espace domestique et espace professionnel (les bâtiments professionnels connaissant également leur propre révolution architecturale, calquée sur le modèle industriel du hangar). Ces pavillons, largement autoconstruits ou rénovés par les agriculteurs eux-mêmes, peuvent faire l’objet d’extensions et d’aménagements qui leur donnent la forme d’un « pavillon-château ». Plus récemment, ces habitats font l’objet d’une seconde vague de rénovation, davantage conforme aux goûts de la bourgeoisie culturelle, qui consiste à l’inverse à revaloriser le bâti ancien, la pierre, les poutres, les cheminées, le saloir, etc. Gilles Laferté montre ainsi que la gentrification des campagnes ne correspond pas seulement à l’arrivée d’une population extérieure qui revalorise des biens délaissés, mais aussi à un phénomène endogène aux campagnes, dans lequel les céréaliers peuvent jouer un rôle moteur.

Si ces glissements sont importants et témoignent d’un bouleversement des modes de vie au-delà du simple enrichissement, les exemples choisis pour illustrer chacun des points restent le plus souvent des cas limites au sein de la population enquêtée, comme l’indique l’auteur lui-même. L’embourgeoisement apparaît comme un horizon mais, paradoxalement, mener le processus à terme semble le plus souvent aller de pair avec une « sortie du monde agricole » (p. 289), immédiate ou différée. En témoigne l’exemple de cet agriculteur qui, vivant dans un appartement de la métropole régionale, a raté au fil du temps un certain nombre d’occasions d’agrandir son exploitation (les concurrents vivant à proximité étaient informés avant lui de la vente), ce qui compromet les chances de transmission à ses enfants, eux-mêmes socialisés comme des urbains, et donc probablement moins enclins à prendre la suite de leur père. Plutôt que de qualifier les céréaliers de bourgeois incomplets ou toujours en devenir, le dernier chapitre de l’ouvrage contient une piste de réflexion qui pourrait être prolongée. Revenant sur le peu d’appétence de ses enquêtés pour les loisirs oisifs et l’inconfort que peut susciter l’organisation des vacances, Gilles Laferté souligne que leurs goûts et leurs attitudes restent profondément structurés par un « ethos du faire », « comme s’ils éprouvaient un besoin irrépressible de saturer leur temps par des activités productives, par goût de l’activité autant que du gain, une morale de l’activité contre le loisir coupable » (p. 331). Suivant cette piste, ce sont alors moins les signes de bonne volonté culturelle des céréaliers qui frappent le lecteur, que la puissance de cet ethos du faire, qui est non seulement au principe de leur enrichissement matériel (comme en témoigne par exemple leur investissement dans des chantiers de rénovation), mais aussi de leurs choix de vie et de leurs engagements. La lecture de l’ouvrage suggère finalement que leur reconnaissance de l’ordre social existant n’est pas complètement évidente, et on serait tenté de voir dans les multiples désajustements et malaises qui émaillent les récits des enquêtés confrontés à des codes qu’ils maîtrisent mal autant de signes de l’autonomie relative de leur système de valeurs. Pour prolonger la réflexion, il serait ainsi intéressant d’observer comment les céréaliers enquêtés se conforment (ou non) aux régulations environnementales (concernant les cultures mais aussi les bâtiments), et mettent en balance les contraintes que cela peut faire peser sur leur ethos du faire avec leur souci de donner des gages de bonne volonté.

Sylvain Brunier



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 23 février). Gilles Laferté, L’embourgeoisement : une enquête chez les céréaliers. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0f1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search