Dietmar Hüser et Ansbert Baumann (dir.), Migration, Integration, Exklusion. Eine andere deutsch-französische Geschichte des Fuβballs in den langen 1960er Jahren.

Tübingen, Narr Francke Attempto, « edition lendemains, 48 », 2020, 300 p.

« Nous avons fait appel à une main-d’œuvre, ce sont des êtres humains qui sont venus, qui jouaient au football1. » Cette citation réappropriée de l’écrivain suisse Max Frisch reflète bien le propos de l’ouvrage collectif Migration, Integration, Exklusion. Eine andere deutsch-französische Geschichte des Fuβballs in den langen 1960er Jahren, issu d’un colloque organisé en juillet 2018 par Dietmar Hüser et Ansbert Baumann, tous deux historiens et enseignants à l’Université de la Sarre.

Le titre du livre reprend l’intitulé de cette manifestation scientifique et exprime bien l’esprit des quatorze chapitres répartis en trois parties. Une « autre histoire franco-allemande du football dans les longues années 1960 », pour ne pas dire « une histoire » tout court, tant elle manquait dans la littérature scientifique. Ainsi, le projet de cet ouvrage et sa justification, comme Dietmar Hüser l’exprime dans son introduction, est de combler en partie ce manque, en mobilisant, non seulement des comparaisons franco-allemandes, mais également des études de cas, au niveau local et régional, dans chacun de ces deux pays et les pays frontaliers. L’entreprise, interdisciplinaire, dotée d’une troisième partie sociologique, dépasse les bornes chronologiques des années 1960 et se centre sur l’étude des processus de migration, d’intégration et d’exclusion à partir de l’objet du football, considéré comme un fait social total pour expliquer plus largement ces phénomènes sociaux. Dans les deux premières parties, le matériau mobilisé est largement tiré d’archives et d’articles de presse. Dans la troisième partie, les auteurs mobilisent des analyses discursives, et dans le dernier chapitre des observations ethnographiques.

Dans l’introduction, Dietmar Hüser mentionne les deux principaux objectifs poursuivis : comprendre la place qu’occupe le football dans les recherches sur la migration et ses effets sur l’intégration en histoire contemporaine, et inversement. Pour ce faire, il procède à un large état de l’art, et rappelle que les historiens ne se sont emparés que tardivement de l’objet football en France et en Allemagne, longtemps demeuré un sujet exclusivement traité par les journalistes. Dietmar Hüser identifie un autre vide dans l’historiographie, celui concernant les travaux comparés sur le football, quand l’histoire des migrations fait rapidement l’objet de comparaisons entre la France et l’Allemagne, sans pour autant prendre en compte les pratiques quotidiennes, notamment sportives, des immigrés. Ces dernières participent pourtant, comme le montre l’ouvrage, tant au processus d’intégration dans la société d’accueil qu’à un entre-soi ethnoracial. Les travaux sur les migrations ne croisent que trop rarement le football (p. 18), qui représente un impensé dans l’historiographie. Un regret pour Dietmar Hüser, qui rappelle le potentiel heuristique que représente l’étude conjointe des migrations et du football au cours du XXe siècle. Tel est donc l’objectif de cet ouvrage, qui pose les premiers jalons d’un champ de recherche transnational.

La première partie de l’ouvrage présente cinq chapitres centrés sur des travaux comparatifs entre la France et l’Allemagne. Dietmar Hüser, dans la continuité de l’introduction, esquisse un projet de recherche franco-allemand, en mobilisant des discours politiques de l’époque, sur le potentiel et le devoir d’intégration du sport pour les populations immigrées dans les années 1960. Il rappelle une double vérité du rôle social, toujours ambivalent, du football, qui est à la fois vecteur de rencontre et repli des travailleurs immigrés sur eux-mêmes (p. 55). Dietmar Hüser propose de complexifier les représentations politiques de ce sport, en le considérant comme un laboratoire, soit de tolérance, d’intégration et d’émancipation, soit d’exclusion, de discrimination et de racisme ordinaire (souvent dans le cadre de compétitions, situations de concurrences et de luttes). Enfin, cette contribution ouvre des pistes de recherche pour analyser les ressources qu’acquièrent ceux qui s’engagent dans la pratique du football et les inégalités d’accès à la pratique liées au genre (p. 58).

Dans cette même voie, Diethelm Blecking présente une comparaison des pratiques footballistiques des immigrés polonais dans deux bassins miniers, situés respectivement dans le nord de la France et dans l’espace de la Ruhr. Il observe qu’après une première phase de repli par la création de clubs communautaires, les immigrés polonais s’intègrent, dans les années 1930, notamment dans le cadre de la professionnalisation des joueurs en France. En comparant différentes vagues migratoires – polonaises, algériennes et marocaines en France, turques en Allemagne –, il décrit les logiques de classements que les populations locales établissent sur l’intégration des immigrés selon leur pays d’origine : les Polonais représenteraient mieux les valeurs attendues (combativité, abnégation, sacrifice) dans le nord de la France, dans un contexte colonial qui incite à voir les Algériens et les Marocains comme inférieurs (p.102).

Bernd Reichelt présente, ensuite, une monographie sur l’histoire du premier club de football de Sarreguemines, dans l’espace frontalier entre La Sarre et la Moselle, et offre une perspective intéressante sur le rôle intégrateur du sport à travers l’appartenance à différents milieux, professionnels et confessionnels, dans une période de fortes transformations politiques sur le territoire lorrain rattaché à l’Allemagne puis à la France.

Les deux dernières contributions de cette première partie élargissent la focale. Jean-Christophe Meyer, à partir de sources journalistiques des années 1950 et 1960 (Kicker, France Football, L’Équipe), éclaire la médiatisation croissante des footballeurs, mis au rang d’idoles, notamment les transferts internationaux. Il décrit finement la genèse d’une opposition de sens commun entre d’un côté les footballeurs fidèles à leur club, de l’autre ceux qui se vendent en allant jouer à l’étranger. Durant cette période, le football devient de plus en plus un enjeu à la fois économique et politique, ce qu’Alexander Friedman explique bien à travers l’exemple de la figure de Salif Keita, se demandant si le racisme dont il a été victime en Europe de l’Ouest n’a pas été instrumentalisé par la propagande soviétique dans son combat idéologique contre le bloc de l’Ouest.

Les quatre contributions de la deuxième partie portent sur la même période temporelle, mais s’éloignent des comparaisons franco-allemandes en approfondissant des études de cas régionales. Ole Merkel rappelle le lien historique entre football et migration en Rhénanie du Nord, ce qui le conduit à une étude fine des tournois organisés par le ministère de Travail et de la Santé pour les équipes de football étrangères. Ces derniers sont l’objet de représentations médiatiques culturalistes, avec une exposition uniquement faite de violences qui, pour l’auteur, reflète une société qui l’est tout autant par son système d’éducation et de formation extrêmement sélectif, tant sur le plan social qu’ethnique. Dans le prolongement du chapitre précédent, Ansbert Baumann retrace l’histoire de la création de clubs et de fédérations de football communautaires autonomes dans le sud-ouest de l’Allemagne dans les années 1960. Ces ligues autonomes sont d’abord perçues avec curiosité par la Fédération allemande de football, puis, lorsque se pose la question de l’accès aux équipements sportifs, comme des concurrentes, avant qu’elles ne soient finalement intégrées à la Fédération. Cette dernière phase s’amorce notamment à travers la question de l’arbitrage : les fédérations des Gastarbeiter souhaitaient bénéficier d’arbitres allemands, qui seraient neutres dans le cadre de leurs rencontres sportives. Dès lors, ils n’étaient plus seulement considérés comme groupe de travailleurs invités, mais comme représentants des différentes communautés présentes au sein du paysage local.

Deux contributions quittent la France et l’Allemagne pour explorer des études de cas de pays voisins : l’Autriche et le Luxembourg. Andreas Praher décrit les politiques d’accueil des travailleurs yougoslaves « invités » à Salzbourg. Il observe comment le sport permet à la fois de « briser le quotidien du travail » et de garder un lien avec le pays d’origine dans des associations communautaires qui vont se diviser en associations nationales (croates, serbes, bosniaques) quand commence la guerre civile (p. 229). Quant à Jean Ketter et Denis Scuto, ils font la genèse et comparent deux clubs italiens considérés politiquement comme des modèles d’intégration au Luxembourg, montrant notamment comment les conflits liés à leur création ont eu tendance à être occultés afin de les opposer à une autre vague de migration qui ne s’intégrerait pas aussi facilement (p. 210).

Si la troisième partie, sociologique, sort du cadre temporel du titre de l’ouvrage, ce n’est que pour mieux prolonger et approfondir ses questionnements portant sur les politiques d’intégration dans les deux pays et les interactions au sein des clubs de football féminins. En prenant l’exemple de l’équipe de France de football, William Gasparini interroge les deux faces de l’usage de la notion de « diversité » : espace de métissage d’un côté, qui ne retient des individus que leur identité culturelle de l’autre. Ce phénomène conduit à une ethnicisation de la question sociale dans les sociétés française et allemande, ce qui ne doit pas masquer les différences dans les politiques d’intégration par le football de ces deux pays. Pierre Weiss propose une comparaison de ces mesures. En France, l’intégration s’effectue dans sa dimension spatiale et collective (par quartier), la question ethnique n’étant prise en compte qu’indirectement. En Allemagne, celle-ci est proposée directement aux jeunes issus de l’immigration comme moyen d’intégration et de lutte pour l’égalité des sexes dans l’accès au sport, ce qui a un effet immédiat, avec une dimension sociale et individuelle. « Qui y a accès ? » (p. 258), demande Sebastian Braun, qui analyse cette question de l’intégration sociale par le sport en étudiant le rôle politique des associations sportives en Allemagne dans le processus d’intégration des individus, notamment du Deutsch Olympische Sport Bund (p. 254-255). Il démontre, ainsi, comment l’appartenance à une association sportive permet l’intégration sociale à une « communauté intentionnelle » (Wahlgemeinschaft), ainsi que l’acquisition d’un capital social mobilisable dans d’autres espaces sociaux. Enfin, Camille Martin propose une analyse des interactions sociales dans un club de football féminin en Île-de-France. Dans une situation de mixité sociale et ethnique, les joueuses issues de l’immigration modulent leur rapport d’appartenance à leur pays d’origine et à leur pays d’arrivée selon les situations. L’exemple de la langue utilisée ou du rapport à l’État agissent comme des rappels à l’ordre de l’injonction à l’intégration, justifiée par le maintien de la cohésion d’équipe.

Si l’on peut regretter l’absence d’une conclusion, qui aurait permis de démontrer que les politiques d’intégration par le sport relèvent aujourd’hui de logiques qui sont en réalité présentes tout au long de l’histoire de l’immigration, le lecteur pourra aisément l’établir de lui-même. Les auteurs des différentes contributions évitent les pièges du misérabilisme et du populisme2, qui décriraient le football, d’une part, comme une pratique autonome grâce à laquelle les travailleurs émigrés et leurs enfants trouveraient une place dans la société, qui symboliserait la réussite de leur intégration ; d’autre part, comme une pratique commune et communautaire, dans un entre-soi rendant visible leur exclusion, n’ayant de contacts qu’avec des populations locales qui ne se réaliseraient que sous l’angle de la compétition ou de l’opposition. Au contraire, la pratique du football des différentes populations étudiées dans l’ouvrage est toujours envisagée selon les deux faces qu’elles permettent d’appréhender : d’un côté, le processus de repli communautaire ou ethnique auquel elle participe ; de l’autre, la rencontre entre différents groupes, sans se poser la question, ô combien importante du processus d’intégration, dont on ne peut évaluer la réussite qu’a posteriori, en passant de « l’altérité la plus radicale à l’identité la plus totale (ou voulue comme telle)3 » (p. 197).

Ainsi, trente ans après l’article pionnier de Stéphane Beaud et Gérard Noiriel4, les effets intégrateurs du football restent à démontrer, mais cet ouvrage offre de solides éléments de réponse quant au rôle, négatif ou positif, joué par ce sport dans les populations émigrées en France et en Allemagne. En outre, ses différentes contributions rendent compte d’un état de l’art et soulèvent toute une série de questions que toute personne travaillant tant sur le sport que sur les processus migratoires ou sur les politiques d’intégration et d’exclusion5 aurait intérêt à se poser.

Yacine Amenna


  1. « „Wir riefen Arbeitskräfte, es kamen Menschen, die Fußball spielten”. Sport, Immigration und Integration im Frankreich und Westdeutschland der langen 1960er Jahre », projet de recherche DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft, équivalent de l’Agence nationale de la recherche, ANR, en Allemagne) dirigé par Ansbert Baumann. []
  2. C. Grignon et J.-C. Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Éditions du Seuil, 1989. []
  3. A. Sayad, « Qu’est-ce que l’intégration ? Pour une éthique de l’intégration », Hommes et Migrations, n° 1182, 1994, p. 8-14. []
  4. S. Beaud et G. Noiriel, « L’immigration dans le football », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 26, 1990, p. 83-96 []
  5. Comme le rappelle Gérard Noiriel, intégration et exclusion sont les deux faces d’une même pièce. Le creuset français. Histoire de l’immigration, XIXe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1988. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search