Dylan Simon, Max Sorre, une écologie humaine. Penser la géographie comme science de l’homme.

Paris, Éditions de la Sorbonne, « Homme et société », 2021, 320 p. Préface d’Olivier Orain.

Cet ouvrage est l’un des résultats d’une thèse que Dylan Simon a soutenue sous la direction de Jean-Marc Besse et Olivier Orain au sein de l’équipe EHGO (Épistémologie et histoire de la géographie) de l’UMR Géographie-cités, l’un des rares laboratoires, en France et ailleurs, où l’importance de l’histoire de la géographie comme instrument intellectuel pour rentrer dans des débats savants et politiques majeurs est connue et reconnue. Et ce travail le démontre.

Dans sa préface, Orain présente les enjeux principaux de cette ambitieuse biographie intellectuelle de Maximilien Sorre (1880-1962), l’un des noms les plus connus, et à la fois les plus négligés, parmi les élèves de Paul Vidal de La Blache. Selon Orain, aujourd’hui, « les biographies sont redevenues à la mode en histoire des sciences » (p. 7), y compris dans l’histoire de la géographie, comme le témoignent des recueils internationaux, tels que la série « Geographers Biobibliographical Studies ». Simon ne s’est pas limité à une lecture internaliste, ni à une simple réinterprétation de ce que l’on sait déjà de la vie d’un auteur, comme on ne le voit que trop souvent. Au contraire, l’ouvrage de Simon est le fruit d’une longue et méticuleuse recherche archivistique, où l’auteur a construit son corpus de sources en allant chercher à chaque fois les documents qui pouvaient parler des « inscriptions savantes » de Sorre dans des archives publiques et privées, ce qui lui a permis d’utiliser de nombreuses correspondances inédites de Sorre pour reconstituer sa biographie et les contextes intellectuels.

« Homme venant du peuple » (p. 9) et exemple typique de « méritocratie républicaine », Sorre soutient en 1913 une thèse sur « les Pyrénées méditerranéennes », sous le patronage direct des représentants les plus influents de la géographie humaine, tels Vidal de La Blache et Emmanuel de Martonne. Si le cadrage scientifique et institutionnel de ce travail semble d’abord assez classique dans le contexte de l’empirisme de la géographie vidalienne, Simon note néanmoins l’apparition d’éléments d’originalité, car Sorre ne se limite pas à une approche idiographique. En souhaitant « l’inscription de la géographie du côté des sciences du général » (p. 43) plutôt que de l’individuel, Sorre puise dans les concepts de paysage et du « moment écologique de la géographie » (p. 34), qu’il associe aux sciences naturelles grâce notamment à sa collaboration avec le botaniste Charles Flahault.

Simon organise son ouvrage en trois parties : la première est dédiée à l’inscription et à la consécration de Sorre dans la communauté scientifique, nommé maître de conférences à Lille en 1922 et professeur l’année suivante. La deuxième concerne sa position de « géographe par sombre temps », se focalisant sur la carrière rectorale que Sorre entreprend dans les années 1930, le portant à occuper une direction dans le ministère de l’Éducation nationale régi par Jean Zay aux temps du Front populaire. Cela coûtera à Sorre la révocation par Vichy en 1940 et l’obligera, en modéré, à collaborer avec la Résistance. La troisième, se concentrant sur les dernières années de Sorre, établi comme professeur de géographie à la Sorbonne dès 1945, aborde ses efforts d’« incarner la géographie dans les sciences de l’homme » (p. 23), notamment en collaboration avec des sociologues.

Dans la première partie, Simon observe comment Sorre traverse les passages classiques de sa génération, comme sa participation à la Grande Guerre, et les étapes traditionnelles de l’identification disciplinaire d’un géographe, telles que l’utilisation des enquêtes et des carnets de terrain, et la recherche d’une « insertion locale » (p. 102) dans les villes où Sorre est nommé. Cela l’incitera à donner des cours « à l’Institut colonial de Bordeaux » (p. 99) et à s’intéresser à la « géographie économique du Nord » (p. 103) lorsqu’il enseigne à Lille. Si la marque la plus tangible de cette reconnaissance est le choix de Sorre pour rédiger deux parties de la Géographie universelle vidalienne, notamment le chapitre sur la Péninsule ibérique et le volume sur l’Amérique centrale, ce dernier apparaît plutôt comme un travail de cabinet, qui soulève quelque perplexité de la part de critiques exigeants comme Lucien Febvre, qui souligne « la faiblesse des analyses historiques et sociales dans le tome de Sorre » (p. 95). Néanmoins, la contribution la plus originale de Sorre à sa discipline sont les trois volumes de ses Fondements de la géographie humaine, publiés à partir de 1943, où le géographe essaie de constituer la géographie en « écologie humaine », abordant la matérialité de la vie dans la totalité des milieux. Sorre se fait notamment précurseur, en France, de la géographie de l’alimentation et de la géographie médicale, qui peinent initialement à s’affirmer dans le contexte de la discipline.

La deuxième partie est probablement la plus intéressante pour les lecteurs du Mouvement social, car Simon y aborde la carrière administrative de Sorre dans les années 1930, comme recteur de l’académie de Clermont-Ferrand, puis dirigeant au Centre universitaire méditerranéen (CUM) à Nice, enfin directeur au sein du ministère de l’Éducation nationale de Zay. Entre 1931 et 1932, Sorre doit s’occuper d’une affaire plutôt « scabreuse », qu’il va résoudre à la manière d’un fonctionnaire conservateur qui ne veut pas trop d’ennuis. Il s’agit de « l’affaire Simone Weil » : nommée au lycée du Puy-en-Velay, la jeune activiste milite en faveur des manifestations de chômeurs ; sa mutation est demandée, également pour avoir « participé à un attroupement qui chantait l’Internationale sous les fenêtres du maire » (p. 151). Affirmant à l’intéressée que ses propos étaient « honorables, mais exagérés » (p. 151), Sorre favorise cette mutation, assurant la « fonction policière d’un recteur » (p. 151). Il se comporte de manière également conservatrice à Nice, lorsqu’il blâme des antifascistes – qu’il désigne dédaigneusement comme un « groupement communiste » (p. 158) – pour avoir contesté l’intervention au CUM d’un conférencier italien philo-fasciste, confirmant ainsi « une certaine ambiguïté politique du CUM » (p. 157) par rapport au régime mussolinien.

Par contre, l’engagement suivant de Sorre comme directeur du ministère de Zay, « un ministre haï par beaucoup parce que juif et “allié” des communistes » (p. 165), rapproche le géographe d’un « radicalisme ouvert aux idées et aux hommes de la gauche républicaine » (p. 165). Attaqués par une délirante droite antisémite comme responsables d’une « réforme juive de l’enseignement secondaire » (p. 168), les collaborateurs de Zay seront révoqués par Vichy en juillet 1940. Sorre dut donc « retourner à la vie universitaire, non sans quelques obstacles » (p. 171). Finalement à la Sorbonne dès 1941, même si déclassé aux rangs de maître de conférences, Sorre s’engage alors dans un « investissement politique et résistant » (p. 171) en coopérant à l’Organisation civile et militaire. Il sera reconnu comme résistant de la première heure, au contraire d’autres géographes résistants dont la mémoire fut plutôt méconnue et dont les histoires sont racontées dans un ouvrage collectif récent1. Finalement, en 1945, Sorre est nommé professeur de géographie à la Sorbonne, à la suite de la transformation de la chaire d’histoire précédemment occupée par Marc Bloch, très significativement un héros de la résistance. Le géographe rennais est alors établi et fait fonction, pour quelques années, de « grand vieux » de l’école vidalienne et « patron » de la géographie. Néanmoins, le temps des contestations des vieux mandarins ne va pas tarder et, pour Sorre, cela arrive bien avant 1968.

Dans la troisième partie, en effet, Simon aborde les « crispations disciplinaires » (p. 192) que l’entrée d’une nouvelle génération « plus politisée, souvent proche du marxisme ou du parti communiste » (p. 193), va provoquer en termes de questionnements sur les statuts politiques et épistémologiques de la géographie, qui vit un « moment réflexif » (p. 194) dans l’après-guerre. De jeunes géographes, tels Raymond Guglielmo, Jean Suret-Canale et Maurice Wolkowitsch, ou de moins jeunes, tels Pierre George et Jean Dresch, considèrent comme inadéquats les vieux paradigmes écologiques et l’idée d’une géographie comme discipline de « synthèse ». Certains d’entre eux défient ouvertement la « géographie bourgeoise », dont Sorre est considéré comme l’un des tenants, devenant ainsi l’une des cibles de ces critiques.

D’après la nouvelle mouvance critique, la géographie se doit d’étudier les sociétés industrielles en considérant comme insuffisantes les notions de « relations mésologiques » et d’« homme habitant ». Face à ces défis, Sorre agit encore une fois en conservateur, comme Simon le montre en citant la correspondance échangée au sujet de l’« Affaire Guglielmo » de 1953-1955. On y voit une « violente polémique entre Sorre et George » (p. 232) sur le refus de la nomination du jeune Guglielmo, supporté par les gauchistes mais pas par les autres, dans un climat tendu où Henri Baulig va jusqu’à suggérer à Sorre « que la direction des Annales [de géographie] surveille les articles » (p. 233), c’est-à-dire appelle à exercer une censure politique préventive sur ce qui était publié. Comme Simon le remarque, le refus de Guglielmo fut un acte politique, et le « jugement de Sorre [sur lui] est politique et perçu comme tel » (p. 235). Sorre rejette de manière très dure ces nouveautés, considérant comme agressive la polémique menée par les jeunes géographes et niant de facto droit de cité à leurs idées, leurs arguments sortant des termes du débat scientifique, et de quelque manière du « bon ton » : tout à fait la même posture de fermeture aprioristique que certains mandarins conservateurs tenaient à l’égard de la contestation de Mai 68, sur laquelle un numéro spécial de L’Espace géographique vient aussi de paraître2.

Néanmoins, en 1968, Sorre n’était plus là, et il serait injuste de réduire cette figure à celle d’un simple conservateur car, comme Simon le montre bien, dans les années 1950 Sorre est à nouveau au centre d’un projet innovant, pour un rapprochement « entre morphologie sociale et géographie humaine » (p. 209), pour lequel il s’investit en tant que directeur du Centre d’études sociologiques de « 1951 à 1956 » (p. 245). Dans ces années, les travaux de Sorre, ses liens avec des sociologues de l’urbain, tels que Paul-Henry Chombart de Lauwe, ou d’autres tournés vers l’anthropologie, tels que Roger Bastide, son intérêt pour les travaux de Robert Park et d’autres sociologues de l’école de Chicago, lui permettent d’avancer dans la direction d’une écologie où l’élément humain, et parfois même humaniste, acquiert une centralité progressive. Cela permet à Simon d’affirmer en conclusion qu’« on ne peut assigner une origine unique à l’écologie humaine » (p. 269), revendiquant le rôle de Sorre dans la mise en place d’outils intellectuels qui seront utilisés par plusieurs disciplines, y compris la planification. Ce n’est pas un hasard si, en 1965, la future protagoniste de l’essor international des « géographies humanistes », Anne Buttimer, au cours de son tour de France de la géographie, rendit visite à la veuve de Maximilien Sorre à Paris pour mieux connaître celui qu’elle considérait, avec Chombart de Lauwe, comme l’un des « prophètes » d’un dialogue interdisciplinaire que d’autres académiciens n’acceptaient pas encore3.

En terminant de recenser cet ouvrage, en tant que chercheur international je ne peux pas cacher mon étonnement sur le fait qu’en France, des énoncés comme « sciences de l’homme » sont encore courants (y compris dans les titres d’ouvrages et les noms d’institutions), tandis qu’ailleurs on les considère justement comme irrespectueuses des différences de genre. Soyons clair, ce n’est pas qu’une question de forme. Évidemment, ces problèmes vont bien au-delà de l’excellent travail de Dylan Simon.

Federico Ferretti




Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 19 mars). Dylan Simon, Max Sorre, une écologie humaine. Penser la géographie comme science de l’homme. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0f3

  1. N. Ginsburger, M.-C. Robic et J.-L. Tissier (dir.), Géographes français en Seconde Guerre mondiale (1938-1948) : études et documents, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021. []
  2. O. Orain, « Mai-juin 68 : l’Espace géographique et la mémoire d’une communauté », L’Espace géographique, n° 49, 2020, p. 1-4. []
  3. F. Ferretti, « Travelling in Scholarly Lifeworlds: New Perspectives on (Post)humanism, Situated Subjectivities and Agency from a Travel Diary », Annals of the American Association of Geographers, vol. 110, n° 6, p. 1653-1669. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search