Marcel Boldorf et Hervé Joly (dir.), Une victoire impossible ? L’économie allemande pendant la Première Guerre mondiale.

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Histoire et civilisations », 2021, 240 p.

Une victoire impossible ? L’économie allemande pendant la Première Guerre mondiale adopte une démarche originale et instructive : faire suivre onze contributions portant sur un aspect spécifique de l’économie allemande durant la Première Guerre mondiale, œuvres pour la plupart d’historiennes et historiens allemands, de commentaires plus brefs rédigés par des spécialistes français, qui amènent des éléments de comparaison entre les deux belligérants. On sait combien le centenaire de la Grande Guerre a suscité, tout particulièrement en France, de programmes et de manifestations scientifiques, qui pour beaucoup ont contribué à enrichir la compréhension d’un conflit dont l’extrême complexité semble inépuisable. Dans leur introduction, Marcel Boldorf et Hervé Joly rappellent ainsi que la dimension économique de la Première Guerre mondiale, y compris dans ses aspects financiers, avait jusqu’alors été étudiée dans la perspective de la guerre totale, des mobilisations des sociétés et de la production industrielle de masse. Les études plus précises, tant à l’échelle locale ou régionale qu’à celle d’une production spécifique, étaient plus rares, notamment dans le cas de l’économie allemande. C’est cette lacune que cet ouvrage, fruit du Programme de formation-recherche « Politiques économiques et vie des entreprises pendant la Première Guerre mondiale », entend en partie combler. Il y parvient largement, en alternant les articles de synthèse – sur l’intervention de l’État dans l’économie allemande, les objectifs stratégiques et annexionnistes de la sidérurgie, le marché du travail industriel –, les études de cas – l’industrie houillère, le cuivre, la construction automobile et aéronautique, la chimie, l’agriculture – et la prise en compte de questions plus transversales – l’évolution du prix du pain, les objectifs économiques des plans de paix allemands en 1918. Les auteurs des contributions principales appuient tous leur argumentation sur des sources primaires, souvent originales, précises et détaillées, et sur une bonne maîtrise de l’historiographie allemande et anglo-saxonne, un peu moins de l’historiographie française – les travaux on ne peut plus classiques de Jacques Bariéty et Georges-Henri Soutou sont par exemple étonnamment peu cités.

Adopter un point de vue comparatif, en partant du cas de l’Allemagne pour le mettre en regard de celui de la France, permet, comme toujours, de mettre en avant les similitudes et les différences, donc de mieux faire ressortir les spécificités de chaque pays. Le premier point commun, sur lequel on n’insistera jamais assez, tant il conditionne la suite des événements, réside dans la conviction, partagée en août 1914 par tous les belligérants, que la guerre sera courte, quelques mois au plus, et que la décision reviendra à l’offensive. La question des ressources économiques est dès lors considérée comme secondaire, chacun s’imaginant pouvoir tenir sur ses réserves. Les ouvriers sont mobilisés, les campagnes se vident, la production s’effondre. Ce n’est que lorsque le front se stabilise, à la fin de 1914, qu’on comprend que la guerre durera plus longtemps que prévu et que, surtout, elle prend des formes nouvelles, extrêmement coûteuses en matériel et exigeantes en termes de logistique. Les deux pays doivent s’adapter. Si les problèmes sont en grande partie identiques, les situations et les réponses apportées diffèrent en revanche sensiblement. Ainsi, la contribution de Marcel Boldorf et le commentaire d’Hervé Joly, qui traitent de l’intervention de l’État et de l’économie dirigée, insistent bien sur les parallèles – un dirigisme qui va s’accentuant mais qui ne remet pas en cause les lois du marché, le rôle joué en Allemagne par Walther Rathenau et en France par Albert Thomas et Louis Loucheur –, mais mettent aussi en lumière les spécificités allemandes – une économie dirigée qui s’inscrit au départ dans le cadre des structures fédérales propres à l’Empire, les militaires qui prennent le pas sur les industriels à la fin de 1916, après les échecs conjugués de la Somme et de Verdun.

L’autre grande question à laquelle se heurtent les deux pays, et que traitent plusieurs des contributions ici réunies, concerne le problème de la main-d’œuvre et le conflit opposant dès 1915 l’armée, qui réclame des soldats, à l’industrie, qui veut garder ses ouvriers. Là encore, l’Allemagne et la France font appel, à des degrés divers, aux mêmes expédients : transfert de la main-d’œuvre féminine vers les usines d’armement, travail forcé des prisonniers, augmentation du temps de travail. Le commentaire très éclairant de Béatrice Touchelay apporté à l’étude de Stéphanie Tilly sur l’emploi industriel insiste aussi sur les différences structurelles qui expliquent que le marché du travail en Allemagne demeure régi par les mécanismes du marché, malgré la loi sur l’auxiliariat de décembre 1916 qui organise la répartition de la main-d’œuvre, alors qu’en France, il est très tôt soumis à une réglementation contraignante – avec notamment la loi Dalbiez du 15 août 1915 qui confère un statut d’affecté spécial aux ouvriers rapatriés du front. L’Allemagne dispose par ailleurs, durant tout le conflit, de la totalité de son outil industriel, de ses ressources minières et agricoles – Jacques Bariéty aimait à dire, en forçant un peu le trait, qu’il n’y avait pas eu en Allemagne un carreau de cassé du fait de la guerre entre 1914 et 1918. C’est bien évidemment une autre différence majeure qui l’oppose à la France, où la production houillère chute de façon vertigineuse en raison de l’occupation du nord du pays, alors qu’elle parvient en Allemagne à se maintenir, malgré une baisse sensible, à un niveau satisfaisant. Le Reich peut aussi compter, notamment dans les domaines de l’industrie sidérurgique et chimique, sur une capacité de production et d’innovation qui le plaçait largement en tête des puissances continentales avant 1914. En revanche, alors que la France peut compter sur ses alliés, l’Allemagne, puissance centrale dépendante d’approvisionnements extérieurs, souffre d’une situation géostratégique défavorable et insurmontable – les seules ressources stratégiques dont elle dispose en quantité suffisante sont le charbon et la potasse. C’est ce handicap initial qui justifie le titre de l’ouvrage, Une victoire impossible ?, que le point d’interrogation ne suffit pas à nuancer. Comme le rappelle Hervé Joly, « la meilleure organisation possible de l’économie de guerre n’aurait pas pu empêcher [le] déséquilibre des forces », devenu flagrant avec l’entrée en guerre des États-Unis et le durcissement du blocus qui en résulte (p. 33).

Les contributions qui traitent des buts économiques de guerre – et de paix – de l’industrie et du gouvernement allemands, celles de Stefanie van de Kerkhof, de Werner Plumpe et de Carsten Burhop, accompagnées des commentaires de Françoise Berger, Érik Langlinay et Dominique Barjot, sont particulièrement intéressantes. Elles rappellent que la guerre, avant août 1914, n’est pas souhaitée par les industriels allemands et que les buts de guerre maximalistes formulés début septembre le sont avant que l’issue de la bataille de la Marne ne soit connue, alors que le Reich pense encore faire la décision en quelques semaines ; elles distinguent soigneusement les objectifs des milieux économiques des revendications exprimées par les milieux politiques et militaires. Carsten Burhop, en particulier, s’attarde sur les projets de paix allemands de 1918 et montre à quel point le Reich a continué d’envisager l’hypothèse d’une victoire finale – jusque début octobre. Il est très révélateur de voir que sur le plan économique, les charges que l’Allemagne comptait infliger aux vaincus diffèrent finalement très peu de celles qu’elle s’est vu imposer en 1919 : paiement de réparations au titre de compensation des frais de guerre, pour l’essentiel sous forme de livraisons de matières premières (estimées à un montant de 10 à 20 milliards de marks dans un mémoire du ministère de la Guerre de mars 1918), mesures commerciales discriminatoires, statut particulier imposé à la Belgique. Une sorte de Versailles à l’envers…

Au total, et même si tous les aspects de la dimension économique du conflit sont loin d’être traités – les industries d’armement ou les effets du blocus sur l’économie allemande sont abordés dans plusieurs études mais ne font pas l’objet de contributions spécifiques –, cet ouvrage précis et bienvenu vient combler, comme c’était son intention, des lacunes historiographiques importantes et, par le biais de la comparaison avec la France, ouvre des perspectives stimulantes. Peut-être aussi aurait-il été pertinent de prolonger la réflexion jusqu’en 1924, voire 1925, les conséquences économiques immédiates de la Grande Guerre se faisant sentir pour l’Allemagne au moins jusqu’au plan Dawes, la création d’une nouvelle monnaie et l’évacuation de la Ruhr. Sur ce point, les textes de Dieter Ziegler et de Françoise Berger soulignent avec raison que ce n’est pas durant la guerre que l’Allemagne a manqué de charbon, mais plutôt après la perte des mines de la Sarre, de la plus grande partie du bassin de Haute-Silésie et lors de l’occupation de la Ruhr. En ce domaine, plus que celles du conflit proprement dit, ce sont les années d’après-guerre qui vont durablement marquer les mémoires des populations allemandes.

Stanislas Jeannesson



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 19 mars). Marcel Boldorf et Hervé Joly (dir.), Une victoire impossible ? L’économie allemande pendant la Première Guerre mondiale. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0f4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search