Corinne Bonafoux et Sabine Rousseau (dir.), Mémoires et enjeux du « moment 68 » dans le catholicisme (1968-2018).

Chambéry, Presses universitaires Savoie Mont Blanc, « Sociétés, religions, politiques », 2021, 233 p.

Cet ouvrage collectif, auquel ont participé quelques-uns des meilleurs spécialistes de l’histoire du catholicisme, réunit les actes d’un colloque qui s’est tenu à l’Université Savoie Mont Blanc à Chambéry les 11 et 12 octobre 2018, dans le cadre du cinquantenaire des événements de 1968. Le colloque et, par là, l’ouvrage partaient d’un constat : la place et le rôle des catholiques dans les « années 68 », quelque nom qu’on leur donne, ont été souvent sous-évalués du fait d’une invisibilité volontaire des jeunes catholiques qui, désireux d’être le « levain de la pâte », ne revendiquaient la plupart du temps aucune appartenance confessionnelle.

Une première partie de l’ouvrage est consacrée à la mémoire d’acteurs relevant d’une grande diversité de positions tant sociales que politiques, puisqu’il s’agit de René Rémond, d’anciens étudiants catholiques du Centre Saint-Yves, fréquenté par les étudiants de la faculté Panthéon-Assas, et de militants puydômois, issus de milieux ouvriers ou paysans engagés, qui dans la JOC, qui dans le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne. Leurs rôles et les regards successifs qu’ils ont portés sur le « moment 68 » sont analysés à partir des écrits de René Rémond et, s’agissant des collectifs, par le biais d’enquêtes réalisées pour l’occasion. Corinne Bonafoux rappelle dans un texte introductif que, de décennie en décennie, la presse catholique a suivi peu ou prou les grandes évolutions historiographiques sur Mai 68. Le constat vaudrait aussi bien pour cette première partie qui participe de l’attention que de nombreux chercheurs ont accordé aux trajectoires individuelles dans le cadre de leurs travaux édités à l’occasion du cinquantenaire de 1968. Ce premier ensemble soulève des questions intéressantes mais repose toutefois sur une assise par trop étroite et spécifique pour autoriser des conclusions qui vaudraient pour le catholicisme, les catholiques et plus généralement les chrétiens.

Dans ses conclusions, Étienne Fouilloux souligne à bon escient que « l’histoire des mémoires renvoie moins à l’événement de souche qu’aux contextes dans lesquels il est lu ». Ce sont ces contextes, internationaux ou nationaux, et les relectures, « retournements ou détournements », appropriations ou au contraire occultations dont 68 a fait l’objet qui sont au cœur des deuxième et troisième parties de l’ouvrage.

« L’ailleurs » est abordé par le biais des communautés de base, en Italie, et de La Revue nouvelle, éditée par les intellectuels catholiques belges depuis 1968, soit deux pays où l’Église dispose de relais politiques et institutionnels, avec lesquels les catholiques français ne sauraient rivaliser ; où les jeunesses catholiques ont joué, dès lors, un rôle clairement établi et identifié dans leurs « 68 » respectifs. Cet « ailleurs » est également appréhendé par le biais de la conférence générale du conseil épiscopal latino-américain de Medellín, à l’origine de l’émergence de la théologie de la libération, ou plus précisément viala longue occultation de cet « autre 68 » ayant, jusqu’à peu, caractérisé les catholiques français. Ces contributions qu’on ne saurait résumer plus avant dans le cadre qui nous est ici imparti présentent, entre autres intérêts, celui de bousculer le franco-centrisme, voire l’européo-centrisme, qui prévaut encore trop souvent quand on dit « 1968 ». Elles viennent utilement rappeler qu’il y eut alors d’autres épicentres, dotés de chronologies spécifiques, s’agissant de l’Amérique latine mais également d’acteurs français, et, comme Denis Pelletier plus avant dans l’ouvrage, soulignent les continuités entre l’événement Vatican II et l’événement 68 s’agissant des catholiques.

La troisième et dernière partie de l’ouvrage s’attache à l’aval de l’événement chez certains individus (le prix Renaudot Conrad Detrez) ou petits groupes. Les chrétiens de droite, enseignants à la Sorbonne en 1968, hier partisans de l’Algérie française, voient en 1968 la poursuite de la décadence nationale. La revue Immédiatement, créée en 1996, qui recycle certaines images et le vocabulaire de 68 au service d’une contestation de droite de l’ordre libéral,secaractérise par son métissage entre antilibéralismes de droite et de gauche. L’hostilité « antimoderne » au libéralisme de la « société de consommation » et de la « société du spectacle » professée par la poignée de jeunes intellectuels réactionnaires qui l’animent leur vaut de converger avec le black block lors des violentes manifestations antimondialisation de Gênes avant que d’épaulerle renouveau catholique de 2010 et la Manif pour tous. La galaxie des chrétiens de gauche, qui nourrit une mémoire positive de l’événement 68, doit toutefois à son enracinement religieux de se montrer critique envers ses prolongements libéraux en matière de bioéthique et d’afficher dès lors des positions ambivalentes vis-à-vis de ce même mouvement. Ces deux contributions soulignent ainsi, si besoin était, que la Manif pour tous ne relève aucunement d’une génération spontanée. Elle exprime la reconquête culturelle des milieux catholiques d’identités sur le terrain de la défense de la famille, non au nom de principes religieux mais de normes présentées comme universelles et devant s’imposer à tous, à ce titre qualifiée ou vécue par certains comme un « autre 68 ».

La contribution de Denis Pelletier revient à son tour sur ce point, mais se distingue du reste de l’ouvrage en ce qu’elle embrasse large en constituant une réflexion d’ampleur sur les héritages contradictoires et complexes de 68 autant que sur l’histoire politique de la France contemporaine. Denis Pelletier y souligne la « congruence patente » entre la crise du catholicisme social et des formes traditionnelles de militantisme, nouée autour de l’héritage des années 68, et revient sur les deux types de réponses construites par les catholiques selon des chronologies spécifiques à chacune. Chez ceux qui vont donner corps au mouvement charismatique, l’émotion soixante-huitarde, reconvertie, se mue en critique de l’institution et du catholicisme social, soupçonné d’avoir éloigné de la foi et du sacré. D’autres réinvestissent « la pensée 68 » dans un combat contre les conséquences jugées délétères de l’esprit de 68, au nom d’une critique de la modernité. L’engagement catholique social est là remplacé par une critique de l’émancipation individuelle sur les questions clefs de la vie, de la maladie et de la mort. Une autre forme d’intervention catholique dans l’espace public, que l’auteur propose de qualifier de « catholicisme bioéthique » ou « catholicisme du vivant » sur les décombres du catholicisme social, se construit ainsi à partir des années 1980, caractérisée par un engagement au service des vies menacées, de l’embryon à l’euthanasie, au nom de la défense d’un « ordre naturel ».

Cet ouvrage, qui doit à sa nature de n’avoir pas vocation exhaustive, juxtapose donc des contributions dont les apports sont d’inégale ampleur mais soulève une série d’importantes questions sur lesquelles il invite à poursuivre.

Danielle Tartakowsky



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 3 avril). Corinne Bonafoux et Sabine Rousseau (dir.), Mémoires et enjeux du « moment 68 » dans le catholicisme (1968-2018). Le carnet du Mouvement social. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0f9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search