Jean-Joseph Chevalier, Bleus, rouges, blancs. Histoire du mouvement ouvrier choletais (1870-1914).

La Crèche, La Geste, 2021, 497 p

Spécialiste de Cholet et de son industrie textile1, Jean-Joseph Chevalier n’est pas pour rien un collaborateur du Maitron, dont il propose une imposante version territorialisée. Si la couverture de l’ouvrage annonce une Histoire du mouvement ouvrier choletais, les premières pages dévoilent d’emblée, titre compris, un authentique Dictionnaire biographique. Aussi bien est-ce à partir de celui-ci, qui forme les trois-quarts du livre, que l’auteur esquisse, en moins de vingt pages, un « portrait collectif » susceptible de nourrir l’histoire à venir du mouvement ouvrier local. Sous la forme retenue, l’ouvrage, écrit d’une plume précise, accordée au genre, ne se dévore pas d’une traite. Appliquée à un espace relativement restreint, l’érudition mobilisée déroutera plus d’un lecteur peu familier des Mauges. Par-delà l’irréductible singularité choletaise et des militants présentés, l’approche participe d’une histoire « par en bas », ouverte à la compréhension des modes d’engagements syndicaux et de construction des relations professionnelles.

Jean-Joseph Chevalier a souhaité sortir du « trou noir de la mémoire choletaise » (p. 11) les pionniers du syndicalisme au cœur du principal bassin industriel du Maine-et-Loire, plus enclin à célébrer les « chefs vendéens et républicains ». Fondée en 1882, deux ans avant la loi Waldeck-Rousseau, la Chambre syndicale des ouvriers tisserands (CSOT) est au centre de l’ouvrage, qui en suit les militants jusqu’à la Grande Guerre. À cette fin, l’historien a parcouru périodiques et comptes rendus de congrès, ainsi que les précieux registres de la CSOT et de la bourse du travail déposés aux archives municipales de Cholet par l’Union locale CGT.

Le résultat est impressionnant. D’abord par la taille du corpus, soit 334 militants, dont le texte consacré à chacun va de la simple ligne aux vingt-six pages dont bénéficie un Pierre Biton. Quoi qu’il en soit, le chiffre souligne la finesse du maillage syndical, démultiplié en sections de quartiers et de villages ou hameaux – trente et une en 1883 –, censé concilier l’intérêt général ouvrier avec les vécus et aspirations distincts des cotonniers et des liniers, des tisseurs d’usines et des tisserands « à la cave », héritiers de l’ancienne fabrique dispersée. Sur ses bases, la CSOT acquit vite, autre trait remarquable, les caractéristiques d’une « organisation de masse ». Ses 2 500 adhérents de 1883 pèsent lourd, quand bien même le textile choletais occupe 12 000 travailleurs. Fait notable, cette rapide montée en puissance procède d’une mobilisation à froid, sans cessation de travail, assez déterminée, cependant, pour déboucher sur la conclusion d’un accord tarifaire. La crue des débuts demeure, certes, mais les amples fluctuations d’effectifs entament rarement longtemps les capacités d’action du syndicat.

Affaire d’organisation et de dévouement militant, cette permanence repose sur une vie interne aussi régulière que possible et la démonstration réitérée de l’utilité d’interventions externes. Ainsi en va-t-il des réunions trimestrielles, qu’il faut préparer et convoquer, puis « tenir » avec ce que cela exige d’écoute, d’aptitude à argumenter, à synthétiser et à retranscrire dans les registres qui gardent la trace des débats et des décisions. Il n’importe pas moins de contrôler les dépenses, de collecter les cotisations, tâche ingrate relayée par les « commissaires » de quartiers et de villages, agents d’un syndicalisme de proximité. Les voies de l’engagement passent aussi par diverses commissions. Celles, dites « de grèves », reformées à chaque conflit, composées en majorité de syndicalistes, mais émanations des grévistes, échappent parfois aux consignes syndicales. À compter de 1892, celle « d’arbitrage » est la plus souvent citée en sa qualité d’instance paritaire de négociation des tarifs et de conciliation des litiges. Il revient encore à la CSOT de nommer ses représentants à la bourse du travail et à la Fédération régionale des tisseurs de l’Ouest, tandis que plusieurs syndicalistes sont à la tête de coopératives de consommation et de production, au conseil de prud’hommes et au conseil municipal. Au total, ces différents mandats et fonctions occupent de vingt à trente militants.

L’inégale distribution et durée des fonctions reflète la variété des degrés d’engagement. Les biographies laissent entrevoir une large gamme d’attitudes et d’évolutions. On devine les absentéistes, les déçus et les décevants, les découragés et les surchargés, les démissionnaires et les désavoués, les fidèles, les dissidents et les renégats… Le turnover des responsables, parmi lesquels un tiers ne va pas au-delà de deux ans de mandat, dit la difficulté de tâches chronophages accomplies en sus de longues journées de travail. À sa manière et d’un autre point de vue, il concourt à la diffusion d’expériences inédites de responsabilités ouvrières. Le constat ne vaut pas pour les femmes, dont l’adhésion à la CSOT, officialisée après dix ans d’esquive, tarde à prendre acte de leur place dans la production textile. Sans conséquence sur les assemblées générales, où on ne les entend pas, elle ne l’est guère plus du côté de la répartition des fonctions. Le dictionnaire enregistre ce déficit. Les très rares ouvrières répertoriées, privées de prénom, pâtissent des lacunes de sources, dont les mentions de « fille X » ou de « femme Y » les renvoient à leur tuteur paternel ou marital.

Un « groupe moteur » se détache par le nombre et la longévité des responsabilités exercées. Il compte une proportion élevée de socialistes, dont l’appartenance partisane prolonge plus qu’elle ne conditionne le militantisme syndical. Il en va de même pour la poignée de syndiqués qui siègent au conseil municipal, où ils poussent à l’adoption de mesures favorables aux travailleurs. Tel n’est pas, toutefois, l’unique préoccupation des élus ouvriers. À l’hôtel de ville, en effet, les clivages de classe et de parti se brouillent au feu d’autres affrontements qui, en terres chouannes, conduisent à se rapprocher de la bourgeoisie bleue dans une perspective de « concentration » républicaine.

Au vrai, la CSOT ne méconnaît pas la ligne de partage avec la « réaction » à l’œuvre derrière la création, en 1887, du « Syndicat de prévoyance des tisserands à la main » (1887). Minoritaires et menacés par la mécanisation qui sape leur cible de prédilection, les « Prévoyants » n’ébranlent pas moins la cohésion ouvrière. Les dirigeants de la CSOT en ont conscience qui, malgré leurs griefs, s’efforcent de les associer aux démarches de révision des tarifs.

Adepte du syndicalisme de négociation qui lui a si bien réussi à ses débuts, la CSOT en éprouve les limites face à la résistance d’une partie du patronat choletais, prompt à contourner ou à passer outre les clauses des accords collectifs. Sans renoncer à gagner les autorités à leur cause et à user des ressources du droit, les militants savent, au besoin, recourir à la grève. Échelonnés de loin en loin – 1887, 1888, 1896, 1904, 1910 –, les conflits d’envergure peuvent s’éterniser plusieurs mois. La résolution ouvrière, quelquefois couronnée de succès, dissipe alors le cliché d’un prolétariat pusillanime.

Au regard de l’intérêt du propos, on regrette que l’auteur abandonne au lecteur le soin de rassembler les données dispersées au fil des notices et s’appuie sur une bibliographie un peu datée pour ce qui relève du syndicalisme et des mouvements sociaux. En l’état, l’ouvrage, témoignage réussi du long et bel investissement historien de Jean-Joseph Chevalier, apporte plus que sa pierre à la connaissance, sous de tels cieux, pour cette période et à cette échelle, des pratiques et engagements syndicaux.

Michel Pigenet


  1. Voir J.-J. Chevalier, Le mouchoir rouge de Cholet. Histoire d’un tissu à message(s), Saint-Jean-des-Mauvrets, Éditions du Petit Pavé, 2013. []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Andre CHATEIGNER dit :

    les clivages de classe et de parti se brouillent au feu d’autres affrontements qui, en terres chouannes, conduisent…

    l’expression “terres chuannes” seraient donc de Mr Chevallier ?

    merci de vottre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search