Xavier Vigna, Histoire de la société française, 1968-1995.

Paris, La Découverte, « Repères », 2021, 128 p.

Pour la collection « Repères », Xavier Vigna s’attache à brosser un portrait de la société française entre 1968 et 1995, période encadrée par deux vastes mobilisations – d’ampleur et de nature très inégales, mais qui ont fait date. Attentif aux changements de long cours, il travaille à articuler « l’accélération des transformations » (p. 5) et l’ampleur des « éléments structurants » (p. 4) – ainsi la désindustrialisation ; la progression du tertiaire, de la scolarisation ou de la consommation ; les bouleversements issus de 68 touchant les rapports de genre ou la crise des institutions comme la famille, l’Église, le syndicat ou l’École.

Curieusement, le chapitre qu’on attendrait liminaire, sur 68 (borne amont de l’ouvrage) et ses impacts sociétaux, n’arrive qu’en avant-dernière position, après trois tableaux destinés à poser le cadre démographique (chap. 1), culturel (chap. 2) et socio-économique (chap. 3), qui abordent des tendances et transformations de longue ou moyenne durée. Le premier est en particulier consacré au cadre de vie (mécanisation de l’agriculture et poursuite de la déprise agricole ; urbanisation majoritaire et toujours croissante ; gentrification, rurbanisation, déclin des grands ensembles) ; au vieillissement (augmentation de l’espérance de vie et baisse des naissances) ; aux transformations et à l’amplification des flux migratoires ; à l’homogénéisation des modes de vie et de consommation (même si « la consommation de masse demeure une consommation de classe », p. 21). Le deuxième traite des mutations de l’intime : déclin du catholicisme (pratiques et rites, vocations, action catholique…), alors que les musulmans deviennent inversement plus nombreux et visibles ; accroissement des loisirs et du sport ; libération de la sexualité ; progression des divorces, des remariages et des familles monoparentales. Le troisième aborde le travail et les clivages de classes : extension du salariat, du tertiaire et du travail féminin ; exode rural et agricole, chute et paupérisation des petites exploitations ; baisse des effectifs artisans et commerçants ; essor des professions libérales, en particulier médicales et juridiques ; progression ininterrompue des cadres moyens et supérieurs ; croissance (jusqu’en 1975) puis décrue (à partir de 1982) de la classe ouvrière.

À ce triptyque, construit pour donner à comprendre ce que l’auteur appelle de façon très pertinente la « viscosité » des sociétés (p. 4), c’est-à-dire leurs lents changements, succèdent deux chapitres plus ciblés chronologiquement, sur « la foulée de 68 » (chap. 4) puis les années de « crises » (chap. 5). L’auteur aborde dans le premier les suites françaises de la vague de contestations occidentales : remise en question des rapports de pouvoirs, affrontement aux forces de l’ordre et à l’extrême droite, expériences radicales (travail à l’usine, retours à la terre…) ; montée du régionalisme, de l’écologie et du féminisme ; mais aussi ampleur de la droite et de conservatismes encore délaissés par l’historiographie (ainsi la France des courses de chevaux, de la chasse et du fusil, des adeptes du martinet, du culte de la patrie, des Pieds noirs, etc.). Le dernier chapitre revient sur les « crises » qui touchent la société française depuis les années 1970 : désindustrialisation, entraînant dans son sillage un chômage de masse (touchant principalement les jeunes, les ouvriers, les femmes et les salariés âgés) et le départ des jeunes actifs, le déclin démographique et la déliquescence des ceintures industrielles qui structuraient nombre de territoires (emplois, sociabilité, identité…) ; ralliement au libéralisme économique, politiques de flexibilisation et de précarisation des emplois, détricotage de la protection sociale (réduction des droits au chômage, et déversement de l’assurance vers l’assistance). Ce chapitre aborde aussi la crise de l’institution scolaire, démocratisée mais sans parvenir à tenir ses promesses méritocratiques ; ou celle des banlieues populaires et des grands ensembles. L’ouvrage se conclut sur les grandes grèves de 1995.

Indiscutablement utile, à conseiller à tout étudiant et/ou citoyen soucieux de mieux comprendre les évolutions de la France très contemporaine, dense, l’ouvrage parvient à embrasser de façon convaincante les différentes facettes de la société sur ces trois décennies. Il n’en est pas moins fortement empreint du domaine de compétence de son auteur, spécialiste du monde ouvrier et qui fait de la classe ouvrière, de sa structuration à sa déstructuration, un paradigme essentiel des évolutions de cette période. « Refus[ant] la thèse rassurante sur la moyennisation de la société » (p. 4), il insiste dès lors plutôt (et à juste titre) sur « les inégalités qui la minent » (p. 4).

La structuration choisie conduit parfois à des redites ou des écartèlements explicatifs – ainsi sur la déprise agricole, éclatée entre les chapitres 1 et 3 ; la désindustrialisation et ses impacts sur le tissu urbain, entre les chapitres 3 et 5 ; tandis que les enjeux liés à l’immigration sont morcelés entre politiques migratoires (chap. 1), aspects culturels et religieux (chap. 2), montée de l’extrême droite (incises dans les chapitres 3 et 4) et crise des banlieues populaires (chap. 5), brouillant quelque peu la cohérence explicative. On pourrait également pointer des lacunes : ainsi la France bénévole, qui compte pourtant 800 000 associations et 10 millions d’engagés en 1995 ; tandis que les « chrétiens de gauche » sont réduits, dans un encadré p. 28, à leur (discutable) « extinction ». Ou encore, des approximations : il n’y a ni « essor » (p. 83) ni « retour » (p. 89 et 102) de la pauvreté, dont le taux n’a au contraire fait que baisser continûment jusqu’aux années 1980 puis largement stagner (seuil à 60 %), voire baisser jusqu’au début des années 1990 (seuil à 50 %) ; mais plutôt recompositions sociologiques, médiatisation du phénomène et transformation des politiques publiques.

On pourrait enfin discuter de la cohérence de la période, dont la problématique unité est envisagée dans l’introduction puis évacuée, épousant une tendance historiographique récente à dénoncer le « mythe paresseux » (p. 3) des « Trente glorieuses ». Il est corrélativement révélateur que la rupture de 1981, loin de n’être que politique, soit peu évoquée. Pourtant, observé au prisme du bas de l’échelle sociale, de la protection sociale ou encore des inégalités, le basculement des « Trente glorieuses » aux « Trente [voire Quarante ou Cinquante] piteuses » conserve de fortes pertinences, factuelles comme explicatives – que la césure entre chapitres 4 et 5 reconnaît d’ailleurs implicitement. Mais c’est évidemment pour partie affaire de point de vue et cette remarque, qui n’enlève en rien aux grandes qualité et utilité du travail, ne vise qu’à ouvrir le débat.

Axelle Brodiez-Dolino



Citer ce billet
Notes de lecture de la revue Le Mouvement social (2022, 16 avril). Xavier Vigna, Histoire de la société française, 1968-1995. Le carnet du Mouvement social. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r0fb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search