Michel Cordillot (dir.), La Commune de Paris 1871. Les acteurs, l’événement, les lieux.

Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier, 2021, 1440 p.

Le cent-cinquantième – ou sesquicentenaire – anniversaire de la Commune de Paris a été marqué par une effervescence de manifestations et de publications. Parmi ces dernières, la somme monumentale (1440 p.) dirigée par Michel Cordillot, La Commune de Paris 1871. Les acteurs, l’événement, les lieux, s’est singularisée aussi bien par l’ampleur de ses ambitions que par son succès public.

Cet ouvrage collectif repose sur la jonction entre notices biographiques et études de synthèse, enrichie de divers compléments. Il comprend d’abord environ 500 notices biographiques reprises et actualisées du « Maitron », le grand Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Michel Cordillot n’hésite d’ailleurs pas à placer son entreprise autant sous les auspices de Jean Maitron, qui avait mené à bien ce bel ensemble pionnier et fondateur (six volumes parus entre 1967 et 1971 sur la période 1864-1871), que sous celles de Jacques Rougerie, le grand historien de « l’âge scientifique », toujours référence essentielle de l’historiographie communarde1. Les mises au point thématiques dépassent la centaine (103 pour être précis). Elles sont rédigées par une trentaine d’auteurs. Michel Cordillot lui-même en assure un bon tiers. Il est accompagné en premier lieu par Laure Godineau, mais aussi par Pierre-Henri Zaidman, Olivier Peynot, Jean-Louis Robert, Quentin Deluermoz, Éric Fournier et donc une vingtaine d’autres spécialistes venus de divers horizons. Selon Michel Cordillot, ces notes de synthèse peuvent se répartir en trois types principaux : celles qui font le point sur les avancées de la recherche sur tel ou tel aspect, celles qui présentent les controverses ou débats en cours et celles enfin se reportant aux divers lieux de la Commune. Ainsi conçues et composées, elles alimentent cinq ensembles distincts portant sur l’histoire de la Commune (« Aperçus historiques »), son action (« Mesures sociales, services publics, action politique »), la vie à Paris sous son égide (« Protagonistes et lieux »), les grands débats la concernant (« Débats et controverses »), enfin l’après-Commune. L’ouvrage privilégie la Commune de Paris elle-même, n’accordant que quelques pages aux mouvements analogues en province. Outre les raisons avancées dans la présentation (nécessité de choix, différences et décalages…), on peut penser que la publication récente de La Commune de 1871 : une relecture, dirigée par Marc César et Laure Godineau (Grâne, Créaphis, 2019) pour les Communes « de province » et de l’ouvrage de Quentin Deluermoz, Commune(s), 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle (Paris, Éditions du Seuil, 2020) pour les échos transnationaux de la Commune, justifiait aussi ce choix fondamental de Paris quant à la délimitation de l’objet d’étude.

Le livre est richement illustré (600 reproductions), avec des trouvailles qui permettent un renouvellement de la documentation iconographique utilisée pour l’événement et ses protagonistes. Il comporte aussi de belles annexes : liste des membres élus de la Commune (26 mars et 16 avril), avec l’indication de leurs arrondissements d’élection et mention de leurs destinées : fusillé, tué au combat, déporté, emprisonné, exilé ou non-lieu ; liste des principaux responsables des services publics, de l’organisation militaire, des bataillons de la Garde nationale par arrondissements et de ses chirurgiens, du comité central de la Garde nationale, de ses délégués et des diverses commissions, du comité central (puis de vigilance) des vingt arrondissements, des index pour les noms de personne, les arrondissements, quartiers et rues de Paris ainsi que pour les communes de la Seine. En outre, s’appuyant sur l’assistance technique de l’équipe du Maitron (citons ici Julien Lucchini, responsable éditorial aux Éditions de l’Atelier, et Charlotte Goure, responsable de la fabrication), l’ouvrage propose des renvois vers son site riche en cartes et infographie avec un ensemble de 17 500 biographies.

« De la belle ouvrage » en somme, avec une information sûre, clairement exposée et sérieusement documentée, bien au fait – et pour cause – des travaux récents sur les divers sujets abordés. Même si le défrichement, l’investigation et le questionnement ne rencontrent jamais leurs limites, nombre d’événements mais aussi d’interprétations semblent désormais bien établis et l’objet d’approches consensuelles. Quelques exceptions demeurent toutefois. Il est ainsi toujours difficile de conclure sur « les morts de la Semaine sanglante ». La mise au point sur le sujet de Quentin Deluermoz, prudente et avisée, est rédigée avant la parution du livre de Michèle Audin, La semaine sanglante. Mai 1871. Légendes et comptes (Montreuil, Libertalia, 2021). Ce dernier ouvrage apporte quelques indications et éléments de discussion qu’il sera nécessaire d’intégrer, même s’ils répondent plus à Robert Tombs qu’à cette notice et même si, comme le note l’auteur de la notice, l’étude iconoclaste de l’historien britannique s’est révélée salutaire pour la méthode comme pour l’analyse historique. Au final, comme le note Quentin Deluermoz, l’ensemble de la controverse permet d’aboutir à de passionnants « pas de côté » pour renouveler notre compréhension de l’événement et poser de nouvelles questions sur la légitimité de la violence d’État et sur les processus de « dyscivilisation ». De toute façon, le livre présente un état des situations actuelles sur les controverses et questions en débat, par définition appelé à évoluer. La discussion scientifique est toujours en cours et nous allons attendre la Nouvelle Histoire de la Commune de Paris de Jean-Louis Robert annoncée pour cette année chez Arbre bleu éditions.

Le débat n’est pas circonscrit aux historiens de métier, ce qui témoigne pour la vitalité et la popularité de l’événement. Il est nécessaire de prendre aussi en compte les échos et effets de mémoire hors du champ de l’historiographie. Vaste et complexe champ d’enquête, que n’ignore pas le livre de Michel Cordillot, qui se montre attentif aux analyses de Michèle Riot-Sarcey sur les passages et résurgences des questions historiques. Sur les rapports entre Commune et République, ce qu’écrit Michel Cordillot, à la lumière notamment des grands travaux de Maurice Agulhon et de François Furet, ouvre aussi plus un champ d’étude et d’investigation qu’il ne prétend le conclure. Les questions ouvertes se révèlent plus nombreuses qu’on aurait pu le penser initialement. Si on s’intéresse moins au caractère socialiste ou non de la Commune d’une manière un peu abstraite et dogmatique, on peut avec Jean-Louis Robert s’intéresser davantage aux divers socialismes qui l’ont traversée ou qu’elle a permis de dégager. Et on pourrait en dire à peu près de même avec Quentin Deluermoz du rôle de l’Internationale : plus complexe et plus riche qu’on l’a longtemps cru. Pour Marx, Proudhon et Bakounine, le lecteur retrouve cette question de l’influence, que Lucien Febvre n’avait pas tort de juger si difficile à caractériser et à définir. La question des formes de la démocratie et celle de l’intervention populaire sont sans doute elles aussi plus ouvertes qu’elles ne l’étaient voici quelques décennies. Tout cela, en cours de discussion, est clairement et finement analysé par Michel Cordillot et ses collaborateurs. Peut-être à l’occasion auraient-ils toutefois pu risquer quelques remarques plus critiques ou interrogatives ? Tout en voulant éviter de reprendre le sempiternel débat sur « aurore » ou « crépuscule », ne peut-on revenir un peu plus sur certains aspects communards qui semblent entrer en désuétude, ou discrètement écartés ? De salutaires mises au point ont lieu sur l’anticléricalisme (Jacqueline Lalouette) ou le patriotisme de la Commune (Philippe Darriulat), mais il aurait peut-être fallu prolonger ces premiers bilans. En tout cas, ces sujets ont paru peu présents lors des commémorations populaires ou mémorielles de la Commune l’an dernier. Cela ne surprend pas trop, mais cette évolution aurait pu être analysée et scrutée de plus près. L’interrogation pourrait s’étendre à d’autres questions, aussi bien sur certains aspects de la Commune qui furent vite recouverts par la dureté et l’étendue de la répression que sur la signification de la commémoration de ce qui fut aussi, ne l’oublions pas, un splendide, terrifiant et formidable échec.

Ce seront les débats de demain et d’après-demain : d’autres livres viendront. En attendant, espérons seulement qu’ils apporteront autant de science, d’intelligence et d’allégresse confiante que celui composé par Michel Cordillot, ses collègues et ami·e·s du Maitron, qui de toute façon demeurera !

Gilles Candar


  1. Ce compte rendu a été rédigé alors que vivait encore Jacques Rougerie. Je ne l’ai guère connu personnellement, mais ses ouvrages, l’ensemble de son travail et de son œuvre m’ont énormément apporté et je voudrais exprimer ici la grande reconnaissance que nous sommes nombreux à éprouver et saluer sa mémoire. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search